Tartagueule à la récré ! Appel à la grève et manifestation interprofessionnelle du jeudi 17 septembre !

724 visites

Bulletin de la CNT Education du Rhône Tartagueule à la récré n°143 – Septembre 2020 – Appel à la grève et manifestation interprofessionnelle du jeudi 17 septembre !

A télécharger, imprimer, afficher, diffuser !

Au sommaire :

  • Rentrée : J.M. Blanquer « On a rien préparé ! »
  • Appel à la grève et manifestation interprofessionnelle du jeudi 17 septembre ! MANIFESTATION UNITAIRE à Lyon à 11H30 Manufacture des tabacs
  • Covid ou pas : toujours des cadeaux au patronat !

Rentrée : J.M. Blanquer « On a rien préparé ! »

En cette rentrée si particulière, en raison de la situation sanitaire et des mois de confinement, Blanquer poursuit sur le chemin de la communication de Macron et sa clique des 3 dernières années, il squatte les médias en répétant toujours le même discours « Tout est prêt », qu’à circonstances exceptionnelles, il y aura des moyens exceptionnels. Bien évidemment, aucune interview, article détaillant ce qui a été préparé.Et là patatras, dans tous les établissements de France, fin août lors de la pré­rentrée, les personnels se rendent compte que rien n’est prêt, que chaque établissement devra bricoler dans son coin avec les moyens du bord, avec le volontarisme de chacun, sans aucune directive claire. Rentrée le 1er septembre, l’impréparation ne s’arrête pas aux préparations de rentrée, la gestion de cas Covid est totalement aléatoire, c’est l’ARS qui définit les cas contacts à risques, sous quels critères ? Mystère. A quel moment ferme­t­on une école ? Mystère. A la fin de la première semaine, on apprend qu’à partir de 3 cas dans un établissement, celui­ci sera fermé. Est­ ce 3 cas d’adultes, ou d’élèves ? Mystère. Et surtout, nous n’avions pas dû voir l’astérisque en bas qui précisait que cela s’applique partout sauf à Vaulx­-en­-Velin ! Dans une école, avec 3 cas, toute l’équipe a été mise en quatorzaine (soit 16 personnes), selon les déclarations du ministère l’école devrait être fermée, mais pas du tout, l’education nationale a choisi d’envoyer 16 remplacant­e­s, pour la plupart en début de carrière. Bien évidemment ils n’ont pas été accompagnés, et chacun­e se débrouille comme il peut. Dans un collège, après 2 jours, toute la vie scolaire (AED et CPE) est placée en quatorzaine, là encore aucune anticipation du rectorat, quelques EMS (équipe mobile de soutien) du rectorat sont envoyés, ils n’ont pas le droit de faire de suivi socio­éducatif, ils sont normalement là en appui d’une équipe. Dans ce cas, il n’y a pas d’équipe ! Où sont donc les moyens exceptionnels claironnés dans les médias ? Nulle part, si ce n’est des heures supplémentaires pour faire des devoirs ! La qualité de l’accueil des élèves après des mois où un grand nombre a décroché importe peu, ce qu’il faut c’est accueillir les élèves et dire que tout se passe bien !

Covid ou pas : toujours des cadeaux au patronat !

La situation économique est au coeur de l’actualité, suite à la période de confinement. Le gouvernement de Macron, président des riches, veut sauver l’économie, mais derrière ces annonces on s’aperçoit encore et toujours que ce qui guide l’action de ce président ultra­libéral ce sont les cadeaux au patronat. Ainsi sur le plan de 100 milliards dévoilé le 3 septembre, la plus grande partie va au patronat avec un « allègement » de 20 milliards pour les entreprises. Il y a bien eu pendant quelques jours des voix qui se sont élevées pour dénoncer ce cadeau sans aucune contre partie ! Bien évidemment, sans rapport de force rien ne changera. Les entreprises prendront l’argent, et licencieront avec comme prétexte la crise du Covid. Pourtant de nombreux économistes dénoncent ces licenciements qui étaient pour beaucoup déjà dans les tuyaux. Il ne faut pas être devin pour savoir qu’en fin d’année les dividendes des actionnaires vont encore augmenter, le sinistre de l’économie a beau jeu d’appeler solennellement à renoncer à ses dividendes, ce ne sera pas le cas.Quand les entreprises ne licencieront pas, elles feront comme chez Derichebourg un chantage à l’emploi, où par un accord au cours de l’été les salaires ont été fortement diminués jusqu’à 25 % pour certain­e­s, avec des salaires passant de 2000€ à 1500€. Cette crise verra une nouvelle fois des boulots précaires se développer.Suite au confinement, des voix se sont élevées pour imaginer le monde d’après. Plutôt que d’imaginer celui­ci, il suffit d’ouvrir les yeux au quotidien et de voir d’où viennent les problèmes. En fait, cela peut très vite se résumer, en un seul mot, le capitalisme, avec sa recharge maximale de profits rapides.Pour cela le 17 septembre, comme dans les jours suivants, la grève et nos luttes doivent se concentrer sur un même objectif, la fin du capitalisme  Tartagueule à la récré », comme l’ensemble des publications de la CNT, est rédigé et maquetté par des militant­e­s après leur journée de travail. Notre syndicat, refusant toute bureaucratisation, fonctionne sans permanent­e­s et sur la base de la rotation des tâches, afin que chacun­e s’implique concrètement dans la vie du syndicat.

PDF - 879.8 ko

Pour rester en contact avec la CNT, recevoir des Tartagueule ou adhérer, envoyez­nous un mail à educ69@cnt­f.org Covid ou pas : toujours des cadeaux au patronat !

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Services public / Droits sociaux » :

› Tous les articles "Services public / Droits sociaux"