Traces urbaines de la contestation de Minatec

4523 visites
24 compléments

Quelques souvenirs de Grrrnoble et de cette semaine de contestation à travers une déambulation photographique avant, pendant et après la manif du 1er juin. Plein d’autres chouettes photos sont dispos sur « l’espace multimédia » ;) d’Indymedia Grrr : photos de la contestation contre Minatec et son monde

Se balader dans Grenoble ces derniers jours et ignorer l’inauguration de Minatec et sa contestation était impossible... Affichettes, pochoirs, inscriptions, tags, tracts collés etc. tentaient d’alerter sur la véritable nature de Minatec.

La manifestation de jeudi a été pour des opposantEs l’occasion de rajouter une couche. Certaines de ces photos ont été prises sur le parcours de la manif’, le lendemain, dans une ville sous contrôle où la solitude devait être la rêgle et la norme. Circuler à plus de trois impliquait ce jour-là un contrôle policier automatique.

Dans la ville normalisée au contrôle discret (pour celles et ceux qui ne veulent le voir), les traces de la contestation du jeudi commençaient dès le lendemain à être rapidement effacées. Les tags les plus virulents avaient ainsi déjà disparu le vendredi (« Ne critiquons plus, attaquons !, entre autres... »).

Mais ni les vitres de la banque attaquées pendant la manifestation, ni celles du commissariat brisées pendant la nuit n’étaient encore remplacées. Et nous pouvions encore lire en passant devant celui-ci la dédicace « à Clémentine, défigurée par la police » en train d’être effacée [1].

JPEG - 572.5 ko
Affichette « kamikaze »
JPEG - 233.2 ko
Tag sabotage
JPEG - 173.8 ko
Affichette « Tu t’es vuE quand t’as bu des nanodrones ? »
JPEG - 225.6 ko
Tag « à qui profite... »
JPEG - 103.7 ko
Tag « sauve Minatec... »
JPEG - 187.7 ko
Même au ras du sol...
JPEG - 300.6 ko
Cours Berriat...
JPEG - 502.7 ko
La banque attaquée pendant le cortège
JPEG - 505.9 ko
La banque attaquée pendant le cortège - 2
JPEG - 185.2 ko
Le commissariat attaqué pendant la nuit du 2 au 3 juin
JPEG - 93.2 ko
Pochoir « A Clémentine, défigurée par la police »
JPEG - 261.8 ko
JPEG - 61.5 ko
JPEG - 549.3 ko
JPEG - 593.9 ko
Sur le parcours...
JPEG - 228.6 ko
JPEG - 550.7 ko
Un déboulonnage durable
JPEG - 567.7 ko
Une affiche (parmi d’autres) d’appel à la manif

Notes

[1Clémentine a subi une intervention chirurgicale après avoir reçu dans la tête un projectile de la police, alors qu’elle était assise place St Bruno

  • Le 31 août 2006 à 11:23

    peu etre que laction de la bnp et ridicule pour toi moi je soutient ses personne ,peu etre ,meme surment ,se qui ont etait arreter vont tous prendre dans la guelle on etait plus de mille a cet manif et ses cela qui menerve tout autant . JE SOUTIENT CE GENRE DACTION CAR AUJOURDHUI IL ME PARAIT PLUS SIMPLE DE CASSER QUE DE SOPPOSER A LA DESCRImiNATION POLICIERES,de plus cet action a etait mene apres la bavure du rg qui nous a tirer a bout portant . APRES JE NE SUIS PAS POUR CE TYPE D’action mais je soutiendrai ses personne qu’on apelle anarchiste car la police l’armer commai des chose bien plus horible. SKPé

  • Le 23 juillet 2006 à 03:49, par jean

    Juste une précision, j’y étais, je devais faire parti de ces mouches à merde qui ont été voir ce qui se passe... Bref, le type en question était un toubib qui bossait dans un hosto et qui du coup était dégouté (certes plutot vénère et agressif) de ne pouvoir se rendre (en caisse ou en tram je me rappelle plus) à son taf. Voilà la-dessus et c’est tout ce qu’il y a à en dire.
    Pourquoi j’ai été là-bas voir « l’altercation » ? Précisément parce qu’il y a toujours des hystériques en manif qui, pour un prétexte ou un autre, vont se comporter en facho (oui, oui, facho...) ou alors et très souvent d’ailleurs, des flics infiltrés qui foutent la merde, se font repérer et là, ça dégénère. Quelles qu’en soient les raisons, dans ces moments là, je préfère savoir (c’est à dire expérimenter, voir) ce qui se passe plutot que subir.

    Quant à la casse, on dirait que sur ce forum il y a des pros de la casse qui savent y faire mieux que les autres et qui ont envie de donner des leçons, soit, tant mieux pour eux, qu’ils le fassent et organisent leur block...
    Toujours est-il, et là c’est une remarque qui dépasse les réflexions que j’ai apporté avant, que franchement, tous savaient qu’on se ferait niquer par les lardus. Dans ce cas où est le problème de se faire plaisir et d’exploser une vitrine ou deux ? Ca change quoi dans le fond ? Rien, rien à rien, Clémentine se serait quand même pris une merde dans la gueule, on aurait dans tous les cas pas pu aller jusqu’à minatec et l’argument portant sur l’image qu’on donne à la populace... doucement rigoler, comme si on nous écoutait...

    Bref, quand tout le monde aura un petit marteau et commencera à briser des vitrines, là peut-être que...

  • Le 9 juin 2006 à 21:36, par mario

    à C,

    Tu m’excusera, mais il faut etre clair. Soit on me dit que les moderateurs sont débordés dans la lecture des messages postés ici et leur validation. Chose que je comprendrais parfaitement. Soit chacunE a le droit de débattre, de répondre à ce qui est dit si ils-elles le juge utile. Mais personne n’est alors en droit de dire si on doit « tergiverser » sur le sujet ou pas.
    On n’est pas en réunion avec un timing à respecter par rapport à un qqconque ordre du jour. Surtout que, tu t’en sera rendu compte en le lisant, le coup de gueule n’étais pas qu’un coup de gueule stéril.

    Mais si j’ai pollué le forum (?) voilà mon adresse mail : mario-@no-log.org

  • Le 9 juin 2006 à 18:54, par mario

    May,
    Je ne suis pas du tout d’accord avec toi. J’ai souvent resseré des liens avec des personnes justement après une altercation, après de grosses engeulades. Je le repète : « aussi virulents que puisse etre mes propos vis à vis de certaines personnes dans mon texte, je précise qu’ils elles ne sont pas mes ennemiEs et je dirais meme que nous avons surement bcp de trucs a faire essemble ».

    Entendons nous bien, nous entrons dans une dictature, alors le folklore type beruriers noirs ça me fait doucement rigoler. J’ai donc pas envie que certainEs choppe la grosse tete pour un distributeur pété.

  • Le 9 juin 2006 à 16:50, par May

    Déjà, je précise que moi je n’était pas à Grenoble, si j’intervient, c’est pas en lien avec l’article ou les actions qui ont pu s’y dérouler puisque je n’ai pour version que les différents témoignages qu’on m’a fait ou que j’ai lu.

    C’est plutôt par rapport aux réactions sur le forum.
    Il est vrai qu’on est pas tous d’accord sur les différentes actions qui se passe lors d’un mouvement. Et il est tout à fait normal et légitime d’en discuter. Mais de la à devenir agressif dans ses propos, faut pas exagérer.
    Je voulais juste rappeler qu’il y a différentes formes de militantismes et qu’elles ne sont pas incompatibles. C’est comme ceux qui veulents que de l’action et ceux qui veulent que de la reflexion, c’est idiot car les deux sont interliés. On est tous dans la même galère, on se bat tous contre la même chose mais de manière différente. Au lieu de s’enfermer dans une logique de « ils ont fai de la merde », faut essayer de comprendre pourquoi ils ont fait ça, dialoguer (ça a déjà été dit, je sais) c’est comme ça qu’on va avancer ensemble. Le but c’est de rester uni, solidaire, pas de se laisser diviser.

    Donc voila, nous somme tous différent, différents caractères, différents tempéraments, différents vécus,... différentes forme de militantismes. Faut être un minimum tolérant.

  • Le 9 juin 2006 à 15:36, par C.

    Bon, on va peut-être pas tergiverser cent cinquante ans à partir de ce qui n’était qu’un coup de gueule « insultant », « arrogant », et dont on pouvait donc difficilement saisir toute la finesse qui le motivait...

    Difficile de construire une réflexion collective sur cette base, espérons qu’on aura d’autres occasions pour échanger sur le sujet d’une manière moins « caricaturale ».

  • Le 9 juin 2006 à 12:46, par mario

    à toto le stroumpf,

    Je ne vois pas ce que viens faire ici la question de la « violence » en action directe puisque personne, parmit tout celles et ceux qui ont postés ici ne se pose la question de la légitimité de la violence dans le milieu dont nous faisons parti.

    "sur l’étiquettage bienveillant de rigueur : franchement y’a pas besoin de faire parti de telle ou telle organisation pour être, vivre, exister, penser et aussi agir."

    Idem, personne ici n’à dit le contraire.

    "C’est plutôt dommage d’envisager l’avenir avec des étiquettes en qualifiant : vrai/faux toto, vrai/faux anar ou plus ou moins, y’a des soc-dem partout... Pas d’intérêt."

    Là aussi, j’ai du mal à comprendre pourquoi tu fait ce genre de rappel (?). Peut etre par rapport à ma phrase (?) :" J’espère simplement qu’ils-elles ne se revendiquent pas comme autonomes, là, je leur en voudrait vraiment, ça serait une insulte pour tout les autonomes qui crèvent encore en taule.".

    Si c’est pour cette phrase, j’avoue qu’elle pouvait etre interpretée comme une division entre les vrais et les faux comme tu l’a fait. C’est pourtant aux antipodes de mes façons de concevoir les choses. Si j’ai dit ça, c’est seulement parce que depuis le temps que je milite dans le mouvement anar, je sais que nous avons tendance à prendre la grosse tete pour un rien alors qu’on ferrait bien souvent mieux de matter nos pompes. Les réactions que j’ai eu ici en sont la preuve, qq personnes m’ont demandée si j’etais pas un mec de l’unef, ou un journaleux de FR3, ou alors de militer en distribuant des fleurs (mdrrrrrr). Avec le nombre de copains-copines qui vont se retrouver en taule, le phénomène "prise de la grosse tete" ne peut qu’empirer. En fait, si je critiquait l’action contre la BNP, c’etais pour souligner son coté ridicule et non pas une critique des ad violentes.

    "mes excuses pour le dérangement."

     ????

  • Le 8 juin 2006 à 22:11, par toto le stroumpf

    Juste pour souligner quelques éléments dans ce qui a été dit dans ce brin de forum :
    - sur la question de la « violence » en action directe : une banque et encore (ou plutôt ses vitres)... Les assureurs (gros capital) remboursent et quand c’est pas le cas, l’État, sa majesté, intervient... La question d’utiliser cette façon d’agir, de se faire entendre ne doit pas nous (au sens de la multitude) poser problème... Si on ne veut pas/plus du capitalisme, tous les moyens sont bons. Si on pense qu’il y a moyen de le réguler alors en effet « je me demande ce qu’on fait ensemble... » (dixit Guy Debord en mai 68 à la Sorbonne). Faut savoir un peu ce qu’on veut. La faim justifie les moyens. Ca fait des années que je lis les bonnes paroles de la non-violence, comme au controG8 à Gênes ; ma foi c’est pas moi qui ai pris les coups des miliciens le cul collé au macadam avec les mains en l’air. C’est un choix. Respect donc. Perso, la question de l’usage de la violence ne me pose pas de problème quand j’ai plus rien dans ma gamelle, quand je ne peux pas me faire soigner ou avoir un logement en dehors de 2 m2 dans un squat d’habitation ou sous un porche.
    - sur l’étiquettage bienveillant de rigueur : franchement y’a pas besoin de faire parti de telle ou telle organisation pour être, vivre, exister, penser et aussi agir. C’est plutôt dommage d’envisager l’avenir avec des étiquettes en qualifiant : vrai/faux toto, vrai/faux anar ou plus ou moins, y’a des soc-dem partout... Pas d’intérêt.

    Allez, soyons subversif/ve... L’avenir nous appartient. Concentrons-nous sur la bête qui a tant besoin de nous, refusons de la servir !

    Courage, LUTTONS !

    toto le stroumpf, mes excuses pour le dérangement.

  • Le 7 juin 2006 à 14:16, par d

    Ben ils ont quand-même employé ce fameux terme « casseur ».

  • Le 7 juin 2006 à 14:09, par mario

    J’ai regardé les reportages de FR3. Je n’ai pas ressenti le coté division entre bon et mauvais manifestants, du moins pas d’une manière aussi flagrante que pendant le CPE.
    J’y ai plutot vu, une sorte de version policières des faits : « des boulles de pétanques ont étés projetées en direction des forces de l’ordre qui répliqueront avec des gaz lacymogènes... ». IL y avais aussi une phrase du genre : « ...les manifestants ont dénoncés le flicage du centre ville », genre, les manifestants viennent foutre la merde en centre ville et se plaignent que les flics réagissent.
    Bref, comme d’hab, un reportage très finement mené (façon de parler).

    Quant aux questions que tu pensais dissoutes pendant le cpe, je pense qu’elles seront toujours là et que nous auront toujours à nous attendre à des attaques face aux actions « radicales ».
    Pour exemple, je me souvient pendant le CPE sur saint-etienne, les etudaint-s-es avaient fait une mise en scène place de l’hotel de ville, ou ils -elles décapitaient sarko, villepin, etc. Il y avait ensuite un feu pour les bruler. Lorsque des copains, ont voulu y jetter le drapeau français, bcp d’etudiant-s-es les ont empechés (reste à savoir s’il s’agissait d’un pur élan patriotique ou s’il s’agissait de ne pas prendre le risque de prendre une amende (pour un drapeau brulé) vu que la soirée était déjà largement chargée en symbolique (?)).

    Bref nous aurons toujours à faire à des réactions de se genre. Mais le rabachage, il faut l’avouer, c’est une de nos spécialités.

  • Le 7 juin 2006 à 11:20, par d

    « Ou bien es-tu un journaliste de france3 ? » :arretes ta parano a 2 balles stp, merci.

    Non, je faisais écho au reportage de Rance3 qui avec la moitié de gens masqués, ils ont réussi à faire (réflexe de longue date : cpe, etc ...) schisme entre les bons manifestants et les mauvais manifestants.

    Globalement on revient tjs au même question qui je pensais s’était résolu (dissoute) pendant le mvt cpe, à savoir :

    - violence
    - masquage
    - action pendant manif
    - discréditation et image médiatique
    - diversité des tactiques
    - média
    - flics dans manif
    - ...

  • Le 6 juin 2006 à 16:42, par mario

    Essayez de pmettre au moins un pseudo qd vous postez , parce que là on c’est plus trop qui parle à qui...

  • Le 6 juin 2006 à 16:41, par mario

    J’ai posté ça ici car je n’ai pas les coordonnées des gens dont il est question dans mon texte, sinon j’aurais traité directement avec eux, par mails ou par tel. Je le repète, jamais ils -elles ne seront mes ennemi-s-es.

    Il n’y a rien dans tout ce que tu dis sur lequel je ne sois pas d’accord. Bon j’ai pas mal de truc à repondre vu le nombre de réactions. En fait si j’avais pu leur dire (aux perrsonnes que je critique dans mon texte) texto ce que j’avais sur le coeur au moment voulu, j’aurais surement pas eu besoin d ’ecrire ce texte et d’etre aussi arrogan.

  • Le 6 juin 2006 à 16:27, par mario

    Tu preches un convaincu. Tu n’a pas saisi le fond de ma critique. Mais j’aurais mieux fait de détailler ma pensée plutot que de prendre un ton insultan.
    C’est vrai que tout le monde n’a pas applaudi, mais on va pas passer 3 ans a mesurer les pour et les contre, l’action a été faite, des gens étaient d’accord d’autres non et c’est qq chose qu’on ne pourra pas mesurer...
    « Ou bien es-tu un journaliste de france3 ? » :arretes ta parano a 2 balles stp, merci.

  • Le 6 juin 2006 à 16:14, par mario

    à l’UNEF ? mdrrrrrr.
    Je ne dirais pas comme toi que tout les militant sont des casseurs (mais il le faudrait !), mais plutot que les militants doivent etre pret à casser un jour ou l’autre, vu leur idées.
    Ecoutes je comprend que tu sois vénère vu le language hyper acide que j’emploi dans mon texte, mais comprend bien que j’ai critiqué le coté « petit joueur » de la casse, au sens ou je pense que c’etait bcp de préparation et d’organisation pour, il faut le reconnaitre, pas grand chose. Dans un contexte comme ça, ca rend trop parano. Vaut mieux faire ça, mais c’est mon avis car on réagit pas tous pareil, dans un autre contexte.

  • Le 6 juin 2006 à 15:53, par mario

    J’ai écrit tout ça à chaud en revenant de la manif. J’avoue que je me suis peut etre fait une sorte de carricature de ce qu’ils elles sont et que cette carricature n’est peut etre pas la réalité. Bref je connais très bien de vu certaines des personnes que je vise dans mon texte. Je suis persuadé que nous sommes sur la meme longueur d’onde sur bcp de point. Je le dis haut et fort, ce ne seront jamais mes ennemi-s-es. Jamais ! C’est simplement le fait de faire des actions en manif comme le coup de la banque qui me soul, pourquoi ne pas faire ça en petit groupe, dans un autre contexte qu’une manif et faire ça un peu plus clairement, de façon à ce que ça ne soit pas iterpretable comme de la casse bete et méchante ? Je pose la question mais je sais que c’est largement faisaible.

  • Le 6 juin 2006 à 12:03

    évidemment tous les manifestants n’ont pas applaudi (d’ailleurs je pense qu’en bon individualiste que tu me sembles être, tu aurais été horrifié par une telle unanimité).

    cela dit, j’ai fait assez de manif pendant le mouvement anti-cpe pour savoir que quand des gens ne sont pas d’accord avec la « casse », même minime, genre shooter dans une poubelle, ils ne se gênent pas pour venir engueuler ceux qui ne s’expriment pas de la même façon qu’eux, et les SO d’apprentis flics se chargent de bien marquer la sépration qui existe entre ceux qui veulent maintenir l’ordre et ceux qui ont de la colère à extérioriser...

    applaudir c’est s’imposer aux autres ? mais manifester aussi, et coller des affiches, et distribuer des tracts, et parler, et marcher ans la rue, et vivre...

    la tactique c’est important, mais encore une fois, pour moi ce n’est pas ce qui détermine avec qui je lutte, mais c’est les objectifs que l’on a en commun, et si on est du même côté dans la guerre sociale.

    maintenant que tu ne veuilles pas militer avec moi, je m’en remettrai.

  • Le 6 juin 2006 à 04:54

    Vous soulevez tous les eux des choses très intéressantes à lire, merci.

    C’est juste très triste de voir qu’en effet vous ne seriez pas capable de vous entendre alors que vous representez peut être 5 petit pour cent de personnes dans notre pays qui pensent intéressant de remettre en cause ce genre de projets ( en manifestant dans ce cas la).

    Je pense qu’en effet il est possible d’être en désaccord et d’en discuter, je sais aussi que l’énervement provoqué en moi parfois n’est autre qu’une faiblesse de ma part. En effet , si l’autre te révolte , c’est une perte d’énergie, si c’est un jeu c’est la même chose...

    Essayons de comprendre l’action et le discours des autres ; un jour, ils t’écouteront peut être...

    Signé : un baba cool comme on les appelle dans le milieu

    PS : j’espere que la rebellion n’est pas une fin en soi pour vous mais elle revele une réflexion sur l’humain et son environnement passé, actuel et futur.... tin tin.... tin tin

  • Le 5 juin 2006 à 23:26

    (les gens ont applaudi les coups de marteau)

    J’étais absent et je me permets pourtant de corriger (vu des personnes présentes à la manif) : « des gens ont applaudi les coups de marteau »
    Mais les applaudissements, comme la publicité ou comme minatech sont menteurs et truqueurs. On entend vachment plus un gars qui applaudi qu’un gars qui n’applaudi pas. Cela s’apelle s’imposer aux autres.

    on pourrait peut-être commencer par éviter de démonter et insulter ceux qui ont les mêmes objectifs sous prétextes que leur tactiques n’est pas la bonne

    Il me parait évident que ce que tu appelles la tactique est extrément important et , personnellement, je n’ai aucune envie de militer avec un gars qui écrit ce que tu écris.

  • Le 5 juin 2006 à 22:53

    Dis moi, t’es pas à l’UNEF ?

    Au fait, arrête de regarder M6, tu t’apercevras que tous les militants sont des casseurs...

    Sinon, tu devrais penser à militer en distribuant des fleurs aux passants, tu changeras peut-être le monde !

  • Le 5 juin 2006 à 20:15

    je voulais rectifier, un truc, il n ya pas du tout , eu tout le monde qui a aplaudi lors des impacts comis sur la BNP ?il y a aussi des personnes qui ont ete contre et qui trouvaient que ça n avaient pas sa place, ce jour là...dc attention, à ce que l on ecrit...

  • Le 5 juin 2006 à 18:56

    pour moi y’a des trucs justes dans ton texte, comme le fait que la casse
    organisée et symbolique n’a rien à voir avec une émeute de banlieue, et
    que les adeptes de claude françois (« si j’avais un marteau ») qui s’en
    sont pris à la bnp ont un peut trop tendance à l’oublier je crois.

    cela dit, et parce que sinon ça servirait à rien de te répondre, j’ai
    quelques critiques à faire (je précise tout de suite que je n’ai pas
    participer à ces actions, ça va de soi) :

    primo : sur le sens de l’action

    les dommages économiques du vandalisme politique sont surement minimes
    (quoique on a pu atteindre des sommes intéressantes dans les facs
    occupées dernièrement...), mais on ne peut pas alors reprocher aux
    casseurs de faire tourner le commerces des vitriers. Et a propos de
    l’efficacité de la casse en terme de dommages économiques, il paraît que
    les assurances demandes de plus en plus cher à mc donald...

    s’attaquer à une banque dans une manif contre les nanotech ne prend son
    sens que si on connait ce qui va autour de la manif : l’annonce de la
    présence de totos italiens, parisiens, etc., et d’une majorité de
    manifestants pour qui la casse ne signifie pas "décrédibilisation du
    mouvement". Et l’impossibilité évidente de s’en prendre à des objectif
    en lien avec les nano (si on était parvenu à l’intérieur de Minatec, ça
    aurait voulu dire qu’on avait battu la police, la gendarmerie et
    l’armée, et à ce moment là y’aurait eu des trucs plus marrant à faire
    que détruire des labos...).
    donc pour moi certains ont profité de cette manif pour s’exercer aux
    actions directes, sachant que si elles n’étaient pas directement liées
    au thème de la manif, elle seraient quand même possibles et bien
    accueillies par les participants (les gens ont applaudi les coups de
    marteau). Contrairement à la manifestive de l’année dernière, où la
    grande majorité des manifestants ne s’attendaient pas à des actions, là
    je pense que chacun savait que de toute façon la répression serait au
    rendez-vous.

    je pense pas qu’on puisse les traiter d’ « autoritaires » :
    d’abord ils ont obligé personne à rien, comme tu le notes les flics
    auraient chargés quand même de toute façon, et si y faut demander l’avis
    et le consentement de tout le monde dans la manif avant de faire un
    truc, on n’est pas prêt de faire autre chose que marcher : t’étais
    d’accord toi avec le slogan « a bas la science » ?, moi non, et pour
    autant j’en veut pas au mec qui l’a sorti, même si d’un côté en
    participant à la même manif que lui j’était un peu engagé et assimilé à
    ça. à la limite si ça me pose vraiment un problème, j’en discute avec
    lui, mais plus pour savoir pourquoi il dit ça que pour l’empêcher de le
    dire. Et si vraiment je considère que sa position est radicalement
    opposée à la mienne et que c’est mon ennemi dans la guerre sociale là je
    lui rentre dedans, si je peux...
    mais je le traite pas de totalitaire parce qu’il m’a imposé un slogan,
    je sais pas si je suis clair.

    en règle générale ça me fait toujours chier de parler d’autorité ou de
    domination dans les rapports que j’ai avec des gens avec qui je milite,
    parce que pour moi ça n’a rien à voir avec l’autorité et la domination
    qu’exerce un système social qui se revendique seul légitime à utiliser
    la force et qui a pour lui tout le poids de la culture et de la police.

    deuxio : sur le type vener sur le trotoir
    si c’est bien de l’épisode qu’y s’est passé en attendant le camion sono
    dont tu parles, on n’a carrément pas vu la même chose :
    le mec insulte et provoque tout le monde, lance des trucs genre "viens
    connard je t’attends".
    perso j’ai pensé à une provocation policière, tellement le pelo était
    rentre dedans face à plusieurs dizaines de jeunes masqués.
    Ce que j’ai vu après c’est des manifestants qui vont voir ce qu’il se
    passe, non pas pour éclater un type à vingt contre un mais pour que leur
    nombre calme le gars, en tout cas c’est comme ça que j’ai ressenti le truc.

    ce que je critique chez les flics avant tout c’est d’être les garants de
    l’ordre social dominant oppressif et inégalitaire, pas d’avoir ce que
    t’appelles un comportement de « meute ». Perso ça me dérange pas de savoir
    que mes réactions au sein d’un groupe vont être différentes que
    individuellement, car si effectivement c’est ce qui permet les lynchages
    c’est aussi ce qui permet les révolutions...

    et en ce qui concerne les arguments comme quoi le problème des
    « casseurs » est psychiatrique, et qui les assimilent aux
    collabos/résistants-de-la-dernière-heure, je veux bien mettre ça sur le
    compte de la colère, mais c’est pas vraiment ce qui fait avancer le débat.

    tercio : sur la question de la fin

    on pourrait peut-être commencer par éviter de démonter et insulter ceux
    qui ont les mêmes objectifs sous prétextes que leur tactiques n’est pas
    la bonne, à moins de considérer que ce sont vraiment des ennemis, et là
    ok on peut leur rentrer dedans, mais alors faut rien faire avec eux, et
    se donner les moyens de s’en débarasser.

  • Le 5 juin 2006 à 18:50, par d

    Tu poses ici ou là, de bonnes questions. Mais alors tu perds du temps à taper sur les camarades qui répondent (que tu le veuilles ou non ; que tu sois d’accord ou non) à certaines de tes interrogations.
    De plus après critiquer tant de compagnons, ben il reste plus que toi qui attend que le cause tjs démocratique se transforme de + en + en ferme ta geule fasciste.

    Ce n’est pas les manifs plan-plan qui ont gagné le cpe, mais c’est bien les émeutes tous les 2 jours dans toutes les villes de France (à partir d’une certaine taille, sauf exception).

    Si tu as l’air de t’y connaitre en casse, pourquoi n’attaque-tu pas les banques qui je te rassure font tjs parti du système capitaliste. Ah oui les vitres des banques sont blindés, c’est pas une vitre d’ordinateur ...

    Tu as du te sentir seul quand tous les autres participants de la manif ont applaudi le brisage de la bnp ? Ou bien es-tu un journaliste de france3 ? (cf le reportage du jt regionnale)

  • Le 5 juin 2006 à 17:08, par mario

    J’ai beaucoup de choses à dire suite à cette manif de jeudi à Grenoble. Dans les lignes qui suivent il y a quelques réflexions et aussi, même si j’aime pas top ça, quelques coups de gueule.
    Je viens de voir les photos de la manif, je veux pas faire le chieur de base, mais « l’attaque » de la BNP, c’est vraiment à mourir de rire ! Encore mieux qu’en live ! Les auteurs devraient prendre quelques cours de casse, ceci dit, c’est vrai que le ridicule ne tue pas.
    Je me demande aussi ce qui les a poussé à faire une telle « action » ?
    D’un point de vue anticapitaliste, ça ne tiens pas puisque les banques sont assurées et que les vitres remplacées ne feront qu’accroître l’économie ; d’un point de vue symbolique, ça ne tiens pas non plus, puisque la manif portait sur la critique des nano sciences et de Minatec ; d’un point de vue purement de défouloir, quand on voit l’état de la banque, on se dit qu’il y avait pas vraiment non plus la volonté de taper trop fort, ni de casser. Ou alors peut être qu’ils-elles ont simplement voulu faire dans la dérision ou le comique, mais pour qu’on comprenne bien, à leur place, sur la banque, j’aurais rajouté un tag du genre : "rejoignez nous sur www.vivelarigolade.com". Par contre d’un point de vue folklorique ils-elles étaient parfaitement au point, leur déguisement étaient nickel : (lunettes de soleil, capuches casquette et foulard sur le visage) comme les "vrais casseurs" à la télé. Malheureusement, la dynamique et la véritable envie de détruire n’était visiblement pas là. Comme on dit : "on est révolté ou on ne l’est pas". J’ai donc du mal à comprendre leur "action" (?). C’est peut être les émeutes de novembre dernier qui les ont perturbés en leur mettant quelques complexes (?).
    Mais je ne fais là que des hypothèses, je ne sais pas vraiment au fond, qui était les petits comiques en question (?). A vu d’œil, je pencherais pour la tendance intello issu de bonne famille ( ?), des bozardeux en plein crise de manque, ou alors des babos qui auraient gobés un ou deux tubes de guronsan ? Quelqu’un peut m’éclairer ?
    J’espère simplement qu’ils-elles ne se revendiquent pas comme autonomes, là, je leur en voudrait vraiment, ça serait une insulte pour tout les autonomes qui crèvent encore en taule.
    Je ne m’attarderai pas sur les tags durant la manif genre : « ni pour ni contre, nique le », pourquoi pas mettre un "sous les pavés la plage" avec un bouquet de margueritte temps qu’on y est ?!

    Ceci dit, même si tout les excités en manif on tendance à me saouler, je précise que c’est pas la casse qui me dérange, mais plutôt le contexte dans lequel elle ce produit. Se servir d’une manif symbolique pour des petites actions de ce genre, c’est ce comporter en pure petit autoritaire. Aussi, jamais je ne laisserais quiconque les criminaliser ou les culpabiliser en disant que c’est à cause d’eux-elles que nous nous sommes fait secouer par les flics. Nous savons très bien que lorsque les flics n’ont pas d’excuses pour nous charger, ils se débrouillent toujours pour les créer.

    Autre incident révélateur du nombre de gauchistes-histériques et de baltringues qui nous entoure dans le milieu "contestataire et révolutionnaire" : l’accrochage qui c’est produit sur le trottoir avec un type qui bossait (d’après ce que j’ai entendu) dans les nanotech. On critique l’effet de meute chez les flics, mais chez les manifestant-s-es, bonjour le tableau !
    Le type en question, j’en suis témoin, a prit quelques coups de lattes et beaucoup, je pense, allaient et avaient envie de lui tomber dessus. Certain-s-es me diront : "oui mais il bossait dans les nanotech et puis il a insultés des manifestant-s-es".
    C’est vrai que lorsque on a une bonne dizaine d’hystérique qui vous tourne autour en vous gueulant dessus, y’as pas de quoi perdre sont sang froid. Facile ensuite de faire un procès de vocabulaire pour légitimer ce qui aurait pu faire un bon début de lynchage. J’en ai vu plusieurs s’agglutiner sur lui, comme des mouches à merde et c’est bien ce qu’ils-elles sont : les mouches à merde des manifestations. A l’affût du moindre conflit, à l’affût de la moindre faille leur permettant de transformer la discussion en conflit (physique si il le faut), afin de décharger lâchement, toutes les frustrations qu’ils-elles emmagasinent tout aussi lâchement dans leur quotidien. J’en suis convaincu, pour certaines personnes, ce n’est ni la révolution, ni un monde meilleur qu’il leur faut, mais un travail de fond sur leur petite personne. Ils elles m’ont fait penser à tout-s-es ces mange merde, soumis comme des larves aux fascistes durant l’occupation allemande et qui étaient les premier-s-res à pointer du doigts celles et ceux qu’ils-elles dénonçaient tout à coup comme des "salopes de collabos". Sans commentaire.

    Plus j’ouvre les yeux sur le milieu qui m’entour et plus je me rend compte du nombre de mères supérieures déguisées en féministes ou en anarka, du nombre de curé déguisés en militant révolutionnaire (une ultra, ultra minorité c’est vrai). Votre politiquement correct qui vous sert de masque nous fait gerber, surtout quand on vous voit agir dans les situations critiques, ou l’ont se rend bien compte que vous n’avez pas déconstruit grand chose de votre éducation, cette même éducation que vous critiquez tant et qu’il nous est impératif de déconstruire, je ne dit pas le contraire. Je dérape complètement du sujet, mais je pense qu’au fond, tout est lié.
    Pour revenir à la manifestation, je dirais que nous avons une question à nous poser : "dans une démocratie blindée comme la notre, comment lutter efficacement contre le capitalisme et son Etat policier ?"

    Bon courage à tout ceux et toutes celles qui luttent sur Grenoble, la répression est d’enfer là bas.
    Quant aux autres comiques qui sont même pas capables de casser une vitre, qui voulaient jouer les radicaux durant la manif et qui sont, le reste du temps, sagement assis le cul au chaud dans leur amphis, je leur dirait simplement d’aller ce jetez en l’air, mise à part faire peur aux grands mères durant les manifs (et encore), vous servez à rien.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Capitalisme / Consumérisme » :

› Tous les articles "Capitalisme / Consumérisme"