Un G20 à Lyon en 2011 ?

4261 visites
5 compléments

Après Pittsburgh, le G20 se réunira deux fois en 2010 (Canada et Corée du Sud) et une fois en France en 2011. Deux villes sont candidates à l’hébergement de cette réunion des saigneurs : Lyon et La Baule (Loire-Atlantique). Lyon n’a plus accueilli de rencontre internationale de ce type depuis le G7 de 1996...

L’organisation d’un contre-sommet est un exercice ardu. Nous l’avons bien vu à Strasbourg pendant le sommet de l’OTAN, ou encore à Calais lors du No Border. Les militants de la région Rhône-Alpes s’étaient quant à eux illustrés en 2003 par l’organisation du VAAAG (Village Autogéré, Anticapitaliste et Anti-Guerre) lors du G8 d’Evian. Expérience retracée à travers quelques brochures et un film : VAAAG, à l’épreuve du réel (lien pour le télécharger en bas de l’article). Si nous prenons cet exemple ici, alors que d’autres villages ont eu lieu depuis c’est que de nombreux lyonnais y avaient participé activement et que c’est un exemple bien documenté.

De nombreuses critiques sur l’organisation du village autogéré de Strasbourg avaient été émises après le sommet de l’OTAN et devraient nous pousser à reposer complètement l’organisation d’un tel village (impliquer réellement les individus présents, éviter le consumérisme militant, avoir des espaces de débat ouverts, etc). L’installation possible d’un G20 en pleine ville pose également le problème de la nécessité/possibilité d’un tel lieu dans un espace urbain différent de celui de Strasbourg ou d’Evian.

- Un texte présentant l’organisation du VAAAG : Un autre contre-sommet sera-t-il possible ?

La question de la violence et de la répression, aspect gagnant en importance dans la réalité des contre-sommets de cette année, a déjà fait l’objet de plusieurs articles sur Rebellyon :
- Après avoir tout brûlé...
- Strasbourg, 4 avril 2009 : un champ de bataille comme alternative à l’OTAN ?
- Sur la « violence » et la « non-violence »
- Déjà après Evian : Après un petit tour de Grand 8 ...

JPEG - 98.3 ko

Une question de fond reste ouverte depuis plusieurs années : quelle pertinence à se mobiliser nombreux sur les échéances absurdes de ces « dirigeants du monde » ? Et surtout quelle forme pour la mobilisation des contre-sommets ? L’absence de réflexion de fond sur le sujet a conduit à la reproduction du même schéma village-manifestation-répression de contre-sommet en contre-sommet.

Il reste plus d’un an avant un possible G20 à Lyon, le temps de produire articles, réflexions, réunions pour s’organiser et en discuter. Si vous avez beaucoup de chose à dire (et ça va être le cas) ne répondez pas uniquement sous cet article : proposez-en un nouveau avec vos pistes de réflexion.

A lire ailleurs :
- Un bilan du village autogéré et du sommet contre l’OTAN à Strasbourg sur le site de l’OCL.
- Quelques ressentis du VAAAG sur Increvables Anarchistes et une analyse plus critique
- Il y a 8 ans, c’était Gênes 2001 avec un documentaire OP Gênes 01 et le documentaire Libera Genova, voir aussi Don’t Clean Up the Blood (non-téléchargeable).

- Des films plus conséquents sur Gênes, le VAAAG et Gleneagle sont téléchargeables ici (sur VideobaseProject)

- Brochures : voir les douze brochures de la rubrique « Contre-sommets » du site Infokiosques.net et particulièrement Quelques critiques de la pratique des contre-sommets et OTAN en emportent les black blocs.

P.-S.

Notons également la tenue en France d’un autre sommet international en 2011 : le G8, sans que les lieux envisagés pour l’accueillir n’aient été communiqués pour l’instant.

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 27 octobre 2009 à 10:24, par le lutin malin

    Petit rappel nécéssaire sur ce qu’est l’Atelier de Création Libertaire :

    En 1979 trois militants lyonnais se lancent dans l’aventure éditoriale. Ils ne viennent pas de nulle part : investis depuis 1973 dans la revue IRL (Informations et Réflexions Libertaires), qui plaide pour un mouvement libertaire au-delà des chapelles, on les retrouve autour la librairie libertaire associative autogérée La Gryffe, ouverte un an auparavant, aussi bien que dans divers groupes et coordinations militants à l’époque.

    La Croix-Roussse n’est pas morte, les canuts sont toujours là ! Dans la lignée d’IRL, l’Atelier de Création Libertaire, constitué juridiquement en association, se veut « non dogmatique et ouvert aux divers courants contemporains (écologie, féminisme, pratiques alternatives et utopies du quotidiens) ayant enrichi et actualisé l’imaginaire antiautoritaire ». De fait, ils publient Murray Bookchin (Qu’est ce que l’écologie sociale ?, Une société à refaire, Quelle écologie radicale ?) aussi bien que l’historienne féministe et anarchiste Claire Auzias (La compagnie des Roms), le psychanalyste reichien Jacques Lesage De La Haye, l’anarcho-syndicaliste Rudolf Rocker, William Godwin ; les titres traitent certes de l’actualités des théories et des réalisations anarchistes mais aussi de la corrida, du surréalisme, de l’anarchiste chinois Pa Kin, du quartier autogéré Christiania à Copenhague, etc.

    Les tirages oscillent entre 500 et 2000 exemplaires. Six livres publiés par an en moyenne, quelque fois des pointes à plus de 10 ; actuellement une quinzaine de manuscrits sont à l’étude. Sont prévus bientôt un livre de Gaetano Manfredonia sur la présence persistante de l’anarchisme au travers de deux siècles d’histoire politique, sociale et culturelle ; un livre de Rodolphe Christin racontant une libération de l’imaginaire par la décroissance ou la sauvagerie (La désobeissance de la broussaille) ; un texte de Jean-Manuel Traimond, La religion colle, proposant des pistes pour s’en décoller. S’il y a eu des tentatives d’élaborer des collections, elles sont essentiellement restées à l’état d’iniatives. L’ACL publie des romans, des essais, des livres de photos, des témoignages, des rééditions, des auteurs classiques et d’autres inconnus, des entretiens, des anthologies, des études historiques, des actes de colloques. L’organisation de ces colloques fait aussi partie de la vie de l’ACL : ils sont le meilleur moyen de rendre une culture vivante, pour éviter la poussière sur la bibliothèque, et témoigner d’une vivacité critique et émancipatrice. Ils ont pour thème Lyon et l’esprit proudhonien, Réflexion sur l’inégalité sexuelle ou Les incendiaires de l’imaginaire.

    Tout est géré collectivement par les membres du collectif lyonnais lors de réunions hebdomadaires, et aussi par un second cercle plus large, de Montpellier à Lausanne en passant par Paris. Toutes les tâches sont gérées en interne, de la traduction à la maquette, suivant les compétences de chacun et en poussant à la rotation, sans salariés. La diffusion avait été confiée à une structure à part ; celle-ci ayant échoué, la diffusion est redevenue directe. L’ACL gère ses contacts, son réseau. Une newsletter mensuelle, un site internet fourni...

    Tout n’est pas rose, sinon l’Atelier de création libertaire n’existerait pas ; mais tout n’est pas perdu, l’Atelier de création libertaire le démontre.

  • Le 27 octobre 2009 à 10:19

    La référence d’un bouquin n’est pas nécéssairement une « pub ».

    Et même si c’est le cas je trouve au contraire plutôt bien d’encourager une édition libertaire et autogéré, sans bénéfices pour des crapules d’actionnaires ou de patrons. Les ACL découlent de l’aventure d’IRL à lyon dans les années 70 et 80 et sont toujours autogérés.

    Alors non, si tu trouve que c’est de la pub, je trouve bien qu’elle soit sur rebellyon.info. C’est pas Gallimard ou Hachette, c’est des camaros qui éditent des bouquins en autogestion !Si on ne peut même pas promouvoir ça ...

    Ce commentaire n’apporte rien à l’information et ne tente pas d’apporter des éléments de réponses aux questions posées.

    Ben il donne une piste de réflexion détaillé et très bien documenté. Et pour ceux qui ne veulent/peuvent pas l’acheter, il y a des bibliothèques à lyon pour ça, y compris dans des locaux libertaires (bibliothèque de la plume noire ou centre de documentation libertaire à la gryffe...)

  • Le 24 octobre 2009 à 14:46

    Quelques textes sur les black blocs :

    - Black Bloc, sur Wikipédia.
    - Black Bloc(s), au singulier ou au pluriel... Mais de quoi s’agit-il donc ?, sur Infokiosques.net.
    - Des black blocs pas vraiment sans Gênes, sur Infokiosques.net.
    - Black Blocs : bas les masques, sur Mouvements.info.
    - Quelques textes des/sur les BLACK BLOCS, sur Bibliolib.net.
    - Black blocs, la liberté et l’égalité se manifestent, sur Rebellyon.info.

  • Le 24 octobre 2009 à 10:57

    Pourquoi les modérateur-ices du site permettent-illes les commentaires publicitaires ? Ce commentaire n’apporte rien à l’information et ne tente pas d’apporter des éléments de réponses aux questions posées.

  • Le 21 octobre 2009 à 19:09, par Jean-Marc

    Et le livre de Francis Dupuis-Déri, Les Black Blocs - La liberté et l’égalité se manifestent, publié par l’Atelier de création libertaire (qui fête ses trente ans cette année), est bien entendu toujours d’actualité.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info