Site collaboratif d’infos alternatives

Un faux journal "Le Nouvelliste", coup d’éclat de la Résistance à Lyon

Le 31 décembre 1943, un faux numéro du Nouvelliste est tiré à 30.000 exemplaires et distribué dans les kiosques et chez les marchands de journaux de Lyon par des Groupes Francs de la Résistance lyonnaise, entre 5 et 7 heures du matin.

« Le soir du 11 novembre 1943, de retour du défilé patriotique des Maquis de l’Ain à Oyonnax [1], Charles Mohler se retrouve (en raison du couvrefeu) avec son adjoint, Lucien Bonnet, au domicile de Henri Jaboulay, chef régional Maquis. Alors qu’ils écoutent tous trois la radio de Londres, ils apprennent qu’une fausse édition du journal bruxellois Soir a été diffusée en Belgique par des résistants belges. Après discussion, ils projettent ensemble de réaliser quelque chose d’analogue à Lyon, en vue de faire connaître au plus large public les actions de la Résistance. Charles Mohler suggère de s’en prendre au Nouvelliste, journal ouvertement collaborationniste » [2]

JPEG - 14.7 ko

Des hommes conduisant des camionnettes, disant agir au nom de la censure et du contrôle de la presse, ont remplacé au petit matin du 31 décembre 1943 les paquets du Nouvelliste du jour par des paquets d’un Nouvelliste clandestin attaquant violemment les Allemands nazis et les collaborationnistes français. À la faveur de la nuit, trente mille de ces journaux ont été vendus dans différents quartiers. Ce journal clandestin publiait la note suivante :

« Ce numéro exceptionnel du Nouvelliste a été entièrement réalisé par les Mouvements Unis de la Résistance (MUR) et mis en vente par eux malgré Gestapo et police vichyssoise, à titre de sanction contre la direction collaborationniste de ce journal. »

On pouvait lire entre autres articles, les titres suivants :


- Éditorial : « Appel à la bourgeoisie »
- « Raids massifs sur l’Allemagne »
- « Les vrais terroristes, c’est la Milice »
- « Oyonnax a fêté avec enthousiasme l’anniversaire de la victoire ! »
- « Le maréchal de France, chef de l’État, rétablit la République »
- « En deux mois, 140.000 têtes de bétail ont été livrées aux Allemands par la région de Paris »
- « Comment fut préparé le débarquement des Alliés en Afrique »
- « Maquis contre boches »...

Les diffuseurs avaient conseillé aux principaux gros débitants de retirer l’édition du Nouvelliste dès livraison pour la remplacer par la nouvelle par "décision de la censure". La supercherie fonctionne, la police ne commençant à s’agiter que vers 11 heures du matin, quand bon nombre de Lyonnais ont déjà acheté leur "journal" ! Étant donné le contenu subversif pour l’état en place, la police française et celle allemande sont sur les dents...

On apprit plus tard qu’avaient participé à la rédaction de ce numéro apocryphe du Nouvelliste : Marcel Grancher [3] et Pierre Scize. Auraient peut-être participé aussi à l’élaboration de ce numéro sans signatures du 31 décembre 1943 : Eugène Pons [4], Yves Farge, Jacques Bergier, et probablement bien d’autres...

JPEG - 47.6 ko
cliquer

Jean-René Lefèvre, dit Belle Gambette, du maquis de l’Ain apporte son
témoignage :

« Le 31 Décembre 1943 - Depuis le sabordage du "Progrès" de Lyon, un seul quotidien lyonnais subsiste "Le Nouvelliste". En raison de son caractère agressivement collaborateur, la résistance l’a désigné pour être le jouet et la victime d’une fantastique opération de propagande à la gloire de la résistance française et de ses maquis. Un faux Nouvelliste sera vendu à la place du vrai dans les rues de Lyon, les articles qu’on y lira seront à la gloire de la résistance française, des maquis et des armées alliées.

C’est Pierre Scize, journaliste de Paris Soir [5], qui écrira les articles, c’est Amy Bellot qui fera la mise en page et, c’est ainsi que le 31 décembre 1943, sous la responsabilité de Philippe Boegner [6], de Maurice Aimé, sous la direction de Henri Jaboulay, chef de l’Armée Secrète de la première région (Rhône Alpes), entre 6 et 7 heures du matin que quatre camionettes de Paris Soir ont retiré des kiosques et des maisons de presse la véritable édition du Nouvelliste sous prétexte de ré-édition pour censure d’article. Le succès fut total, à 11 heures la milice intervient, mais les kiosques ont été dévalisés ! »

Ce coup d’éclat à la barbe des occupants et des collabos aura un retentissement énorme au profit de la résistance dans toute la région lyonnaise et même bien au-delà.

Notes

[1Il faut déjà être fous pour organiser avec les maquisards un défilé du 11 novembre en pleine Occupation du pays. Ce défilé sera filmé par le fils d’Henri Jaboulay et envoyé à Londres.

[2Témoignage sans signature des archives Juvanon, cité par Les Groupes Francs : Libération-Sud, Vème bureau de l’Armée secrète

[3Marcel Grancher : écrivain lyonnais connu pour avoir stigmatisé la bétise militaire dans son livre 5ème de campagne, résistant, fondateur des éditions Lugdunum

[4Eugène Pons né en 1886, imprimeur lyonnais résistant qui imprimait dans le quartier des Terreaux (aujourd’hui, rue René Leynaud) depuis 1940 des journaux clandestins, et notamment Le Témoignage Chrétien et Libertés de François de Menthon. Il l’a payé de sa vie le 23 ou 24 février 1945 au camp de Neuengamme en déportation

[5La rédaction de Paris Soir s’est repliée en zone libre à Lyon

[6Philippe Boegner : journaliste, secrétaire général de Paris Soir à Lyon, et fils du pasteur Boegner

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Guerres - Armements » :

Le 6 avril 1994, le génocide au Rwanda commence...

Le 6 avril, d’une façon très professionnelle, un avion est abattu dans le ciel de Kigali : les présidents du Rwanda et du Burundi meurent dans l’attentat. Dans l’heure qui suit, la garde présidentielle - noyau dur de l’armée rwandaise - prend la capitale en main. La troupe, accompagnée des escadrons de...

> Tous les articles "Guerres - Armements"

Derniers articles de la thématique « Résistances et solidarités internationales » :

"Ne crois pas avoir de droits", interview du collectif de traductrices

Le mois dernier paraissait en France "Ne crois pas avoir de droits". C’est le récit d’une expérience politique menée par un groupe de femmes de Milan entre les années 60 et 80. Publié en 1987 en Italie, il vient d’être traduit en français. À l’occasion de sa présentation à Grenoble, nous avons lu le...

La Chapelle : du squat au rachat collectif ?

Le plus vieux squat politique de France, La Chapelle, véritable lieu d’expérimentation sociale, politique et artistique, qui existe depuis 1993, à Toulouse, lance un appel aux dons pour pérenniser son existence !

> Tous les articles "Résistances et solidarités internationales"