Un médic blessé à la tête par une grenade de désencerclement à Lyon

1770 visites
Loi travail 1 complément

Un manifestant-soigneur a été blessé le 26 mai à Lyon par une grenade de désencerclement, lui causant 2 jours d’ITT malgré son casque. On n’est pas passés loin de l’accident grave. Une illustration de la dangerosité de ces armes utilisées de manière offensive et systématique par la police. Récit, photos et vidéos.

Lors de la manifestation du 26 Mai contre la loi travail, à Lyon, la première altercation avec les forces de l’ordre a eu lieu place Gabriel-Péri. Comme à leur habitude ces derniers temps, les policiers ont très rapidement fait usage de gaz lacrymogène, de grenades de désencerclement, ainsi que de leurs LBD, occasionnant de nombreux blessés dont un qui nécessitera un transfert immédiat à l’hôpital par les pompiers.
Suite à cet accrochage, le cortège repart lentement, mais l’ambiance sur la place reste tendue.

Si bien que peu après, avant 15h, alors que les policiers ne sont plus l’objet d’aucune menace si ce n’est peut-être verbale, ils envoient de nouveau plusieurs grenades de désencerclement, dont une en plein cortège, blessant ainsi à la tête un jeune m&dic de 24 ans.

Ce dernier s’effondre alors sous l’effet de la surprise mêlée à la douleur, et il est rapidement secouru par d’autres manifestants qui le mettent à l’écart du cortège et lui expliquent qu’il a besoin de soins.

Ces images sont celles de la caméra qu’il portait sur son casque au moment des faits. On voit qu’à cet instant, il n’y a aucune violence venant du cortège : la plupart des manifestants sont en effet dos à la police, et marchent en direction du pont. On peut également constater la distance de plusieurs mètres qui séparent la grenade qui explose proche du sol du visage du médic qui à cet instant se tient debout. Enfin, le plot de la grenade aurait très bien pu toucher les yeux.

Il est intéressant de noter que plusieurs policiers (visibles à la fin de la vidéo) passent à côté d’une personne blessée à la tête sans qu’aucun ne s’arrête pour vérifier s’il va bien.

JPEG - 164.3 ko

Le médic décide ensuite de remonter le cortège en quête de ses collègues, occasionnant à son passage la surprise voire la stupeur des autres manifestants à la vue de sa blessure. Il sera finalement soigné par un autre jeune medic, qui faisait sa première manifestation dans cette fonction.

La blessure s’avère heureusement bénigne, mais avec quand même à la clef 2 jours d’ITT et une cicatrice potentielle. Un dépôt de plainte est en cours et un signalement à l’IGPN a également été effectué.

Voici les images du casque en lui-même, qui montrent que l’impact sur celui-ci aurait eu lieu par en dessous, frappant le front dans le même temps.

JPEG - 241.2 ko

A la lumière de ces images, on comprend donc 2 choses :
- le mésusage de la grenade de désencerclement est ici flagrant : les policiers la jettent en plein cortège, sans être en situation de danger immédiat
- cette arme est d’une grande dangerosité : ce n’est effectivement pas la première fois que l’une d’elles blesse une personne à la tête.

Il est important de rappeler que le même jour dans la manifestation parisienne, un jeune journaliste de 28 ans a subi une blessure similaire provoquant un traumatisme crânien particulièrement grave à la suite duquel il est toujours hospitalisé dans un état critique.

Pour rappeler le cadre légal de l’utilisation de ces grenades : dans un article publié le 30 mai, Mediapart publie de nouvelles images des faits survenus à Paris et revient sur l’usage de la GMD (Grenade à Main de désencerclement).

Ils font notamment mention d’une circulaire de la police judiciaire et de la gendarmerie du 2 septembre 2014 :
« La GMD est susceptible d’être utilisée lorsque les forces de l’ordre se trouvent en situation d’encerclement prises à partie par des groupes violents ou armés »

Paris-luttes.info revient sur la construction de ces grenades qui a fait de nombreux blessé·es.

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 2 juin 2016 à 15:11, par

    Contexte et lancé du policier : https://youtu.be/dwlBx3hJVeE?t=230

    Comme toutes personnes qui participent aux manifs je trouve l’utilisation de ces grenades disproportionnée et dangeureuse, donc injustifiée. Mais à mon avis ne comptez pas sur la circulaire (le lien est foiré d’ailleurs) ou l’IGPN. C’est bête l’oubli du « ou » dans le citation de la circulaire, la phrase n’est plus claire. C’est bien « en situation d’encerclement *ou de* prise à partie par des groupes violents ou armés ». Les flics se sont pris des projectiles, ils me semblent couvert, même si c’est degueulasse et que ça mets en danger des manifestants non violent.

    On pourrait dire qu’ils n’ont pas respecté cette très floue précaution d’emploi :
    « En cas d’usage de cette arme, l’utilisateur doit, dans la mesure du possible, prendre en compte dans son analyse les particularités environnementales afin de prévenir tous dommages collatéraux, tels que les risques pour les personnes se trouvant à proximité. »

    Ils continuront à faire de la merde pour une bouteille ou un petard jusqu’a ce qu’il y ait un mort, puisque un mec dans le coma n’a pas l’air de les émouvoir plus que ça.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Loi travail » :

>Conseils en manif : 2018

Prenons nos précautions quand on sort pour une manif, une action, ou autre. Face à la police, face à la justice... réduisons les risques ! Mise à jour du tract (dispo en pdf à la fin de l’article) de Témoins - la Caisse de solidarité.

>Loi Travail, un an après : analyse et perspectives

Après le mouvement contre la première loi Travail (2016), nous avons travaillé à quelques pistes d’analyse. Il nous semble que ces analyses, comme quelques propositions, peuvent retrouver une actualité dans le moment politique que nous vivons. Nous les proposons ici telles quelles, laissant ouvertes...

>Etudiant.e.s, trouvez-vous une occupation !

Fort de nous avoir imposé ses ordonnances, Macron croit pouvoir instaurer tranquillement la sélection en licence et en master, la baisse des APL, les fusions d’universités… Pourtant dans le morne quotidien des facultés, la résistance prend...

> Tous les articles "Loi travail"

Derniers articles de la thématique « Répression - prisons » :

>Le massacre du 17 octobre 1961 à Paris : "ici on noie les Algériens !"

Ce jour-là, des dizaines d’Algériens ont été noyés dans la Seine ou massacrés par la police française à Paris. C’est un devoir de justice de ne pas l’oublier. Le 17 octobre 1961 alors que la guerre d’Algérie touche à sa fin, le FLN appelle à une manifestation pacifique dans les rues de Paris pour dénoncer...

>Parution du n°1 de "Yoyo", un journal de lutte contre les barreaux

Yoyo, c’est un petit journal produit sur Paris-banlieue, qui s’énerve contre toutes les taules.Pour transmettre notre conviction que l’enfermement n’est pas là pour maintenir « notre sécurité » mais celle d’un système qui fonctionne sur l’écrasage de gueules. Et réaffirmer notre désir de voir tout ça...

> Tous les articles "Répression - prisons"
}