Parution du numéro 2 de L’éclat, journal de la Coordination des Libertaires de l’Ain

470 visites
1 complément

Edito du numéro deux de L’éclat, téléchargeable sur le site du CLA.

Les temps sont difficiles

Le capitalisme est en crise, même les analystes patentés s’accordent à le reconnaître. Les commentateurs de tout poil le répètent jusqu’à la nausée : c’est la crise ! Mais que faut-il entendre par là ? Le terme crise peut-il avoir le même sens pour les exploiteurs et pour les exploité-e-s ?

De toute évidence, notre période se caractérise par une aggravation des inégalités : alors que les profits explosent, les conditions de vie des salarié-e-s, des sans travail et des exclu-e-s deviennent de plus en plus difficiles.

Le capitalisme ne peut se reproduire qu’en accumulant du profit et, pour cela, il doit faire baisser le coût de la force de travail, de façon directe (en bloquant les salaires) ou indirecte (en s’attaquant au salaire différé : retraites, allocations chômage, etc). Le capitalisme ne connaît qu’un seul principe, celui du profit, et les lois sont à son service. La droite décomplexée assume sans scrupules son rôle de servante des intérêts du capital. Quant à la gauche, elle souhaiterait que les choses se passent d’une façon plus humaine : au service du capital, certes, mais avec un vernis humaniste et moralisateur qui permettrait d’avaler la pilule sans trop grimacer. Si le syndicalisme reste l’outil le plus efficace des travailleurs, il faut bien constater que les bureaucrates ont tout fait pour l’émousser : lors des mouvements sociaux de 2009 et 2010, les directions se sont efforcées d’empêcher, par tous les moyens, l’avènement d’une explosion sociale salutaire.

Vers la révolution

La désillusion a du bon : dans un monde invivable, où les illusionnistes ne font plus recette , il nous faut inventer autre chose. C’est dans ce monde, dans cette époque, que le projet communiste libertaire prend tout son sens. Gia

P.-S.

Le journal L’éclat n°2 est téléchargeable sur le site du CLA.

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 16 septembre 2011 à 23:20, par Anne Wolff

    Il y a deux données manquantes dans l’analyse de la manière dont le capitalisme fait baisser les coûts du travail dans ses prix de revient, une est le remplacement du travail humain par celui des machines informatisées, qui ne revendiquent pas, ni ne se mettent en grève ou congé de maladie : robotisation de la production. Et deux le modèle de production « à flux tendus » avec des travailleurs intérimaires et donc plus d’indemnité de licenciement : flexibilité. Ajoutons les délocalisations dans des pays où la « sécurité sociale » n’existe pas et les années 90, période de grande restructuration, regroupements qui permettent de produire avec moins de personnel de gestion qui ont donné lieu à des licenciements massifs. Je crois que c’est Viviane Forrester dans « L’horreur économique » qui donnent les chiffres des réduction de personnel que cela à provoqué, c’est vertigineux. Je ne suis pas certaine que les syndicats soient encore fort efficaces pour les travailleurs, et manque un outils qui permettrait à ceux qui n’ont pas de travail de s’organiser. J’ai découvert récemment la coordination des intermittents et des précaires qui me semble être une initiative vraiment intéressante en ce sens.
    Mais tout va bien, les plus gros capitalistes à vocation monopolistique, comme Monsanto se portent bien et je ne crois pas que les Rostschild et autres Rockefeller soient sur le point de se retrouver dans la dèche. Je pense que cette soi-disant crise du capitalisme est un mythe pour faire passer l’amère pilule de l’austérité.
    Un économiste fort éclairant pour ces thèmes : Ricardo Petrella.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info