Accueil > Infos > Vie des quartiers - urbanisme - initiatives > Décines ton avenir : OL Land et les enfants du Montout

Décines ton avenir : OL Land et les enfants du Montout

Publié le 11 juin 2012

Maj le 8 juin 2012

La lutte pour la sauvegarde des terres destinées à OL Lande nous amène à visiter le camp autogéré de Décines : une ZAD [1] en plein essor.

Décines-Charpieu, sec­teur du Grand Montout, agglo­mé­ra­tion Est lyon­naise

Les enfants de la butte, comme ils/elles aiment à s’appe­ler, sont appa­rus un 15 mars 2012. Venu-e-s de Lyon et d’ailleurs, une ving­taine de femmes et d’hommes ont pris place sur une butte boisée entou­rée de terres agri­co­les où leur cam­pe­ment s’élève en espace de vie col­lec­tif. Ce lieu ren­voie faci­le­ment à l’image d’un petit vil­lage d’Armorique que beau­coup doi­vent connaî­tre. Mais ici, l’enva­his­seur n’est pas romain. La lutte se mène contre les acteurs du projet OL Land qui ont pris la déci­sion de recou­vrir de béton un des der­niers espa­ces natu­rels et ruraux de Décines, sans concer­ta­tions. Ces irré­duc­ti­bles résis­tants pren­nent aujourd’hui la res­pon­sa­bi­lité de notre avenir à toutes et tous en se mobi­li­sant pour une ges­tion cohé­rente de nos terres.

Le projet OL land

Également entendu sous le nom de Stade des Lumières, OL land est un projet de com­plexe de sport et de loisir de grande enver­gure. Sa réa­li­sa­tion est prévue pour 2014 sur la com­mune de Décines-Charpieu et en acca­pare 50 hec­ta­res de la réserve fon­cière. Il rem­pla­cera des zones de bois, de prés et de terres agri­co­les par des infra­struc­tu­res – en plus du stade – telles que des routes, des grands par­kings, le centre d’entraî­ne­ment de l’équipe pro­fes­sion­nelle, les bureaux du siège de l’OL Groupe, une bou­ti­que OL Store, 2 hôtels, un centre de loi­sirs... Les terres, publi­ques et pri­vées, ont été rache­tées/préemp­tées, de 1€ à 14€ le m2 depuis 2008, reven­dues à 40€ le m2 à l’OL et main­te­nant cons­truc­ti­bles, ont atteint une valeur de 300€ le m2.

Ce vaste pro­gramme pro­vient de M. Aulas et M. Collomb qui s’enten­dent sur la cons­truc­tion d’un stade privé de l’OL et sou­te­nus par la mairie de Décines, le Sytral et l’Etat. Le finan­ce­ment [2] des tra­vaux pro­vient en partie de OL Groupe pour le stade et les com­mer­ces et en partie des contri­bua­bles (sous cou­vert d’uti­lité publi­que) pour les trans­ports, l’éclairage et l’entre­tien des infra­struc­tu­res. Cette der­nière part s’élèverait à 200 mil­lions d’euros [3]. Elle serait inves­tie dans un détour­ne­ment du tram T3 qui mène­rait au stade les soirs de match ainsi que dans plu­sieurs accès rou­tiers.
De nom­breux habi­tants de Décines-Charpieu s’indi­gnent de ce projet mené sans leur consen­te­ment. De nom­breu­ses nui­san­ces sont à crain­dre : pol­lu­tions accrues, ser­vice de trans­port en commun du sec­teur dégradé, risque de l’engor­ge­ment de l’enclave que forme Décines, ajouté à la perte du patri­moine natu­rel et agraire du site. Alors que les auto­ri­tés ont refusé un réfé­ren­dum demandé par la popu­la­tion, les espoirs de cette der­nière se tour­nent à pré­sent vers les réseaux asso­cia­tifs et les ini­tia­ti­ves spon­ta­nées telles le ras­sem­ble­ment sur la butte du Montout. Réflexions, actions et déter­mi­na­tions sont de mise.

LES ACTEURS DU PROJET OL LAND
Etat / Conseil géné­ral du Rhône / Grand Lyon / Sytral / Mairie de Décines

- Jean-Michel Aulas : pré­si­dent du club de foot­ball de l’Olympique lyon­nais (OL). Egalement PDG d’une société d’édition de logi­ciel infor­ma­ti­que.
- Gérard Collomb : Maire de Lyon, pré­si­dent du Grand Lyon et ami de M. Aulas.
- Bernard Rivalta : pré­si­dent du Syndicat Mixte des Transports pour le Rhône et l’Agglomération Lyonnaise (Sytral).
- Jérôme Sturla : Maire de Décines-Charpieu
- Jean-François Carenco : préfet du Rhône et de la région Rhône-Alpes.
- Xavier Huillard : PDG de VINCI

Les Enfants du Montout Décines la Résistance

Ces hommes et ces femmes, de tous âges et tous hori­zons, nous accueillent dans un espace de vie auto­géré où la créa­tion est omni­pré­sente et la bien­veillance tan­gi­ble. En haut de la butte, arri­vés à l’entrée de la clai­rière où s’active le cam­pe­ment, nous assis­tons à la gloire de l’auto­ges­tion. Tipis, your­tes, barnum, serre, tentes, cui­si­nes, toi­let­tes sèches élevées en auto­cons­truc­tion lais­sent appa­raî­tre une orga­ni­sa­tion rigou­reuse. Quelques ins­tants de contem­pla­tion suf­fi­sent à ce que quelqu’un.e vienne à notre ren­contre et nous invite à visi­ter et dis­cu­ter autour d’une eau chaude. Connaissant les lieux, il est très facile ensuite de par­ti­ci­per à la vie col­lec­tive en s’impli­quant dans dif­fé­ren­tes acti­vi­tés et pro­fi­ter des joies d’un autre degré de liberté.
On com­prend rapi­de­ment que là-haut on vit, on crée et on pré­pare l’avenir..

Les incondi­tion­nels
Au lever, on peut assis­ter à un petit déjeu­ner échelonné après lequel chacun.e.s prend soin de laver ses cou­verts. Une équipe part faire la “récup’” au marché et une autre se rend à la tonne à eau pour rem­plir et remon­ter des bidons qui ser­vi­ront à boire, faire à manger, laver. Un récu­pé­ra­teur d’eau de pluie assure les réser­ves pour arro­ser le jardin. Certain.e.s s’attè­lent à la pré­pa­ra­tion du repas pour une ving­taine de per­son­nes avec un grand réchaud, une bou­teille de gaz et des cas­se­ro­les. D’autres encore net­toient, met­tent de l’ordre, vident les toi­let­tes sèches ou cou­pent du bois. Aux alen­tours de 13h, on entend un grand “A TABLE” reten­tir et l’on se réunit pour manger.

Agriculture et cons­truc­tion
Les dis­cus­sions du midi se dis­per­sent au tin­te­ment de la vais­selle et chacun.e.s retourne à ses acti­vi­tés. Dans les bois, le mar­teau fait la concur­rence aux pics-verts et la scie aux mésan­ges, des palet­tes et des plan­ches de récu­pé­ra­tion s’assem­blent autour d’un tronc, une fenê­tre se des­sine et un toit recou­vre le tout : un nouvel abri au sec vient d’appa­raî­tre. Les déta­che­ments “récup” revien­nent et appro­vi­sion­nent le stock de nour­ri­ture et de maté­riaux. Dans la clai­rière, d’autres palet­tes s’emboi­tent et voici une nou­velle cabane à outils fonc­tion­nelle. Des plans de courge, de mais et de hari­cots qui ont été bichon­nés sous la serre sont amenés au pota­ger pour y être plan­tés parmi les sala­des et les toma­tes. L’asso­cia­tion judi­cieuse des plan­tes culti­vées s’ins­pire de la per­ma­culture et laisse pré­sa­ger des récol­tes saines et géné­reu­ses.

Temps de parole et de réflexion
La fin d’après-midi arri­vant, cer­tain.e.s ran­gent leurs outils pour se réunir tandis que d’autres conti­nue­ront jusqu’à la tombée de la nuit. Le dîner se pré­pare, les dis­cus­sions et débats repren­nent, on fait le bilan de la jour­née au rythme de la musi­que ou du cré­pi­te­ment du feu. On résout les pro­blè­mes, on ima­gine des actions, on pré­pare la conver­gence des luttes, jusqu’à ce que tipis, your­tes et tentes soient rega­gnés et que seules chouet­tes et ros­si­gnols se fas­sent enten­dre.

Cette ini­tia­tive est loin d’être isolée. De nom­breu­ses autres luttes réson­nent par­tout en France et en Europe contre l’engou­dron­ne­ment de masse : la ZAD de Notre Dame des Landes (projet d’aéro­port), les com­bats anti gaz de schiste, la lutte contre le TGV Lyon-Turin pour n’en citer que quel­ques uns. Le peuple a besoin de ses terres et se lève pour les pro­té­ger.

Si tu veux quel­que chose, ne l’ordonne pas en bas, ne l’attend pas d’en haut, fais-le toi même

Pour la conver­gence des luttes, les résis­tant.e.s de Décines lan­cent un appel 24 Mai 2012 :

"Réservez une place dans votre agenda, pour le wee­kend du 30 juin et du 1er juillet 2012
Fédérons nos luttes et nos col­lec­ti­vi­tés humai­nes pour­sui­vant un but commun.
Grand ras­sem­ble­ment festif pour la conver­gence des luttes et pour l’éducation popu­laire sur Décines ► Organisé par les Fauch-eurs-euses, la Confédération pay­sanne et les habi­tant-e-s du vil­lage ◄
Pour l’arrêt immé­diat du projet de cons­truc­tion du stade de foot­ball des Lumières.”

Pour Elles et Eux, pour Nous, Robin T.

P.-S.

CONTACT : sacresfilsdebutte gmail.com

Pour plus d’infos :
http://www.carton-rouge-decines.fr/
http://www.energiecitoyenne.com
http://lesgonespourgerland.unblog.fr/
Association Décines Moi

titre documents joints

Notes

[1ZAD veut dire à l’origine « zone d’améngament différée » (qui donne entre autre le droit de préemption à certains) mais a pris le sens de « zone à défendre » depuis la ZAD de Nantes, contre l’aéroport de Notre Dame des Landes.

[2Entre 450 et 750 millions d’euros selon les sources.

[3Chiffre en évolution lui aussi.

Proposer un complément d'infos

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 21 juin 2012 à 12:02, par Fred

    Juste pour info il y a une vidéo intéressante faite par carton rouge sur le sujet ici :

    http://latelevisionpaysanne.fr/video.php?lirevideo=217#217

    ça pourrait être bien si elle était sur le site, qu’en pensez-vous ?

    Merci d’avance,

    Fred

  • Le 18 juin 2012 à 13:55, par baloo

    non,ca veux dire zone a defendre....tout simplement.

  • Le 12 juin 2012 à 19:10, par bob

    ZAD ça signifie aussi « zone d’autonomie définitive »

  • Le 12 juin 2012 à 14:34, par Combi

    A écouter deux numéros de la mégacombi de Radio Canut :
    - A ce stade, Lyon ne répond plus : une enquète radiophonique sur les dessous du projet de OL LAND
    - d’une zad à l’autre : quelques sons glanés sur la ZAD de Notre Dame des Landes et celle de Décines.

  • Le 12 juin 2012 à 10:44, par une fille de butte

    à lire aussi une enquête sur bastamag.net :

    >>>> « Quand le foot business aggrave la spéculation et exproprie des paysans »

    http://www.bastamag.net/article2430.html


Infos locales


23 avril

  • Résistances et solidarités internationales

    Soirée de soutien pour les droits de l’homme en Colombie

    Rencontre et débat avec l’avocat colom­bien Alvaro Duran et témoi­gnage d’un membre de Amnesty International à l’Atelier des canu­lars le jeudi 24 avril à partir de 19h30.

  • Fêtes - Festivals - Vie du mouvement

    Cantine pour cantiner

    Vendredi 25 avril 2014 à 20h, on se retrouve autour d’une bonne bouffe à prix libre. La thune col­lec­tée avec ce repas ser­vira à envoyer des man­dats aux détenu-e-s avec les­quel-le-s nous sommes en contact.

  • Fêtes - Festivals - Vie du mouvement

    Soirée « Jeux » à la Plume Noire

    La Plume Noire vous pro­pose une soirée jeux le ven­dredi 25 avril à partir de 20h.


20 avril

  • Ecologie - nucléaire - Alternatives

    Le retour de la Vélorution à Lyon

    Le prin­cipe ?! Distribution de den­rées issues du gas­pillage ali­men­tai­res à vélo en sillon­nant les arron­dis­se­ments Lyonnais ! Alors sortez vos 2 roues et venez déam­bu­ler en musi­que dégui­sés en fruits et légu­mes à nos côtés. Rendez-vous le 26 avril à 15h place de la comé­die.

  • Infos

    Infokioske, salon de thé et atelier sécurité informatique au squat le Mât Noir

    Mercredi 23 avril viens nous voir dès 14h à notre squat Le Mât Noir à Lyon-Vaise : pro­jec­tion de court-métra­ges, info­kioske, gateaux vegan et un ate­lier infor­ma­ti­que pour sécu­ri­ser ton PC !


19 avril

  • Education - partage des savoirs

    Inauguration du CRAASH le 26 avril

    L’asso­cia­tion CRAASH (Collectif de Réflexion et d’Action Autour des Sciences Humaines) orga­nise le 26 avril 2014, de 15h à 1h, son inau­gu­ra­tion au bar/res­tau­rant De L’Autre Côté du Pont (25 cours Gambetta 3e arrt), en par­te­na­riat avec Pushka.


17 avril

  • Résistances et solidarités internationales

    Débat « L’Ukraine, entre capitalisme à la russe et impérialismes occidentaux »

    Depuis quel­ques mois, l’Ukraine est deve­nue un champ de batailles où s’affron­tent les vieilles puis­san­ces impé­ria­lis­tes d’Europe occi­den­tale et des États-Unis, et le capi­ta­lisme russe dési­reux de se cons­truire une puis­sance régio­nale. L’étincelle et Union pour le Communisme pro­pose une réu­nion publi­que / débat le jeudi 24 avril à 18H à l’Université Lyon 2 (Quais).

  • Résistances et solidarités internationales

    Conférence-débat : officiers français et génocide des Tutsi

    Les expli­ca­tions, déné­ga­tions et jus­ti­fi­ca­tions des offi­ciers fran­çais pré­sents au Rwanda en 94, dans le texte. Une démar­che ori­gi­nale pour com­pren­dre le rôle des offi­ciers fran­çais dans le géno­cide tutsi à partir de leur pro­pres décla­ra­tions. Conférence - débat le 26 avril à la librai­rie Terre des Livres.


16 avril


13 avril

  • Vie des quartiers - urbanisme - initiatives

    Goûter solidaire contre la fin de la trêve hivernale

    Depuis le 31 mars, fin de la trêve hiver­nale, plu­sieurs famil­les dont les enfants sont sco­la­ri­sés à l’école Gilbert Dru se retrou­vent à la rue ou dans des situa­tions d’héber­ge­ment très pré­cai­res. C’est pour­quoi des parents et des ensei­gnants de plu­sieurs écoles et col­lè­ges de l’agglo­mé­ra­tion lyon­naise s’orga­ni­sent et vous invite le jeudi 17 avril.


12 avril

  • Résistances et solidarités internationales

    Rencontre autour de la naissance d'une école autogérée

    Rencontre débat avec des cama­ra­des venu-e-s de Barcelone pré­sen­ter leur projet d’école auto­gé­rée, coo­pé­ra­tive et com­mu­nau­taire, le mer­credi 16 avril.


11 avril

  • Salariat - précariat

    Blocage du site ERDF de Vénissieux

    Depuis jeudi 10 avril, une tren­taine de sala­riés du groupe ERDF de Vaise et Vénissieux, blo­quent l’entrée du site de Vénissieux deman­dant entre autre le retrait des cour­riers d’aver­tis­se­ment et de blâmes adres­sés à cer­tains d’entre eux. Il se sont relayés toute la nuit du 10 au 11 avril dans l’attente d’une négo­cia­tion juste.

  • Résistances et solidarités internationales

    « Les négociations Israélo-Palestiniennes » : Premier bilan et perspectives

    Conférence d’Élias Sanbar, ambas­sa­deur de la Palestine auprès de l’UNESCO, mer­credi 16 avril à 18h, salle Victor Hugo, Lyon 3e.


> Voir toutes les archives