Site collaboratif d’infos alternatives

EVS, AVS, AVSi... dans la jungle des contrats précaires

18 compléments

Pour faire face aux tâches administratives, à l’accueil d’enfants handicapés, mais aussi à la gestion des BCD, à l’accompagnement des sorties scolaires... l’administration n’hésite pas, depuis longtemps, à recourir à des contrats aidés précaires.
Voici ici quelques aberrations.

On nous nomme AVS (pour Auxiliaire de Vie Scolaire) ou EVS (pour Emplois Vie Scolaire). Les premiers dépendent directement de l’Inspection académique, les seconds relèvent d’un contrat de droit privé.
Notre tâche est de remplir les "trous" de l’éducation nationale.
Nous pallions au manque de personnel qualifié pour accueillir les enfants handicapés à l’école. Nous servons de secrétaires aux directeurs d’écoles pour éviter de leur décharger plus de temps pour les tâches administratives. Ainsi ils conservent du temps pour une classe, et c’est trois quarts de poste ou un demi poste d’enseignant économisé. On s’occupe des BCD des écoles en lieu et place de documentalistes. Nous sommes souvent le surveillant en plus qui court réceptionner les élèves quand un collègue est absent...
Nos contrats sont précaires. On coûte moins cher.

Il existe environ 1500 EVS dans le Rhône.
Il s’agit de contrat de droit privé aidé de type CAE ( Contrat d’Accompagnement dans l’Emploi) ou CAV (Contrat d’AVenir).
Ces contrats ont été inventés pour faire baisser le taux de chômage d’abord chez les jeunes puis les personnes qui sont aux minimas sociaux.
Ce sont des CDD de 6 mois minimum et de un an maximum, renouvelables une seule fois.
Il existe deux types de contrat : le premier pour 20h, l’autre pour 26h. La rémunération est égale au SMIC, soit 603 euros net par mois pour 20h. Autant dire que vivre avec 603 euros par mois c’est difficile, impossible pour une personne seule ou qui a des enfants.
Nombre d’entre nous cumulons donc d’autres emplois pour joindre les deux bouts. Il n’est pas rare qu’un EVS, en plus de ses heures hebdomadaires payées par l’État, surveille des cantines et des études en fin de journée, celles-ci payé par les mairies. Certain.es travaillent donc de 8h30 à 18h sans discontinuité, soit plus de 9 h par jour d’école, pour arriver à cumuler environ 1000 euros par mois.
Ceux d’entre nous qui sont affectés aux taches administrative font un travail de secrétariat indispensable, sans être reconnus, pour un salaire dérisoire.
Les autres, qui travaillent avec des enfants handicapés (physique et/ou psychique), ne reçoivent aucune formation spécifique, ceci au détriment de l’enfant.
Il n’existe pas de prime de déplacement, pas de réduction TCL, ni de ticket restaurant, ni de prime REP (Réseaux Education Prioritaire) pour celles et ceux d’entres nous qui travaillent dans les quartiers. Pas non plus de primes de licenciement. Pas de formation ni de validation des acquis possible. En cas d’absence justifiée par certificat médical c’est trois jours de salaires entièrement retenus (carence), puis 50% de notre salaire par jour d’absence. Il vaut mieux ne pas tomber malade !

En plus des conditions de travail déplorable qu’induit ce type de contrat, il se trouve que régulièrement nos droits sont bafoués.

Un exemple un peu technique, mais qui touche des centaines d’EVS dans le Rhône : le temps de travail effectué par semaine.
Prenons l’exemple d’un EVS en CAE(1) qui a signé un contrat de 20 heures hebdomadaires. Il relève du contrat de droit privé, donc pas plus de 5 semaines de congé payé. Arguant de ce fait, nos employeurs (des principaux de collèges publics) nous ont demandé de récupérer les heures non faites pendant le temps des vacances scolaire. Avec ce qu’ils appellent la "modulation" et l’annualisation des heures, ils faisaient le calcul suivant :

- 52 semaines moins les 5 semaines de congés est égal à 47 semaines.
- Puis ils ont multipliés 47 par 20 pour arriver à 940 heures annuelles.
- Puis ils ont divisé 940 heures par 36 semaines (qui correspondent aux semaines scolaires) pour arriver à 26 heures par semaine.
Donc depuis deux ans on a demandé à des EVS de "récupérer" des heures de travails et donc de travailler 26 heures par semaine payées seulement... 20 heures !
Sauf que c’est illégal !
Il est spécifié dans les contrat CAE que le maximum horaire par semaine est seulement de 20 heures et que s’il y a "modulation" des heures de travail effectuées en une semaine, cette modulation doit être régie par un accord de branche. Or, il n’y a aucun accord de branche pour nos statuts avec l’Éducation nationale (2). Donc nous ne devons que 20 heures par semaine et pas une de plus ; vacances scolaires ou non. Nous ne sommes pas responsables du chômage "technique" qu’impliquent les vacances scolaires.
On en arrive à des cas insensés où, dans une même école, des EVS qui ont fait valoir leurs droits travaillent 20 heures payées 20 heures et d’autres 22 heures, 24 heures, voire 26 heures payées 20 heures ! C’est tout simplement scandaleux.
C’est état de fait tient pûrement à la précarité. Cette précarité rend difficile toute "projection" de plus de 6 mois. Nous sommes "atomisé.es" dans des écoles et il est très difficile d’avoir des infos sur nos droits. Il est encore plus difficile de nous organiser pour créer un rapport de force en notre faveur.
Pourtant la colère monte, et on assiste peut-être à un timide réveil de la part des précaires de l’éducation nationale. On parle doucement de faire quelques rassemblements pour faire pression sur les différentes institutions qui nous exploitent afin de conserver notre travail et en améliorer significativement les conditions et les salaires.
D’autant que si nos conditions sont déplorables on risque tout simplement de ne plus travailler du tout. En effet, pour l’instant personne n’est en mesure de savoir si nos contrats seront renouvelés au moins une fois. Après le 30 juin 2008 c’est le trou noir.
On sait au niveau du projet de lois de finances prévu pour l’année prochaine qu’une enveloppe correspondant à 30 000 emplois à temps partiel est prévue pour l’ensemble du territoire. Ce chiffre est à comparer aux 50 000 postes existants. Même si ce budget est voté (ce qui est loin d’être sûr vu les coupes sombres prévues dans la fonction publique), près de 20 000 d’entre nous resteront sur le carreau.

Il est temps que les précaires, soutenu.es par les statutaires, se réveillent.

Nous n’avons rien à perdre !

P.-S.

(1) En ce qui concerne les CAV, il y a une modulation des horaires prévue dans les contrats, mais elle ne peut excéder un tiers des heures en plus ou en moins. Donc même en vacance votre employeur doit déduire 13 heures par semaine de vacance. En gros, vous êtes payé 13 heures par semaine, même si vous n’êtes pas à l’école. Ces 13heures par semaine de congé doivent être déduites du volume horaire annuel.
(2) et il n’y en aura aucun car avoir un accord de branche veut dire reconnaître notre statut. Le flou actuel est bien plus profitable à l’administration.

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 1er novembre 2010 à 18:14, par @pitchoune

    Nous n’avons pas les éléments pour te répondre directement, par contre tu devrais adresser ta question à un syndicat qui aura je pense la réponse (et qui sert à ça)

    par exemple la CNT Education : educ69@cnt-f.org
    ou Sud education, etc

  • Le 1er novembre 2010 à 17:18, par pitchounne

    bonjour

    je suis EVS dans une école maternelle des environs de Lyon depuis le 11 octobre pour un contrat de 20h ,a cette date sois le 01/11 je n’ai pas eu de salaire normal ou pas ???merci de votre réponse je ne sais pas si je dois faire mon actualisation aux assedics,je vous remercie

  • Le 13 octobre 2010 à 09:58, par caroline

    bonjour, je voudrais savoir quel minimum revenu pr etre embauché en tant qu’avs ou evs, merci beaucoup

  • Le 16 juin 2009 à 16:17

    Je viens d’apprendre que les EVS / AVS de Rhône-Alpes embauché.es dans le cadre d’un contrat aidé (ce qui est la plupart des cas je crois) peuvent bénéficier de la carte "coup de pousse" de la Région Rhône-Alpes et ainsi avoir 75% de réduction sur tout les TER de la région. Il suffit de retirer un dossier dans n’importe quelle agence SNCF et de le renvoyer.

    Faites valoir vos droits !

  • Le 28 mai 2009 à 20:37, par khadija

    salut

    je suis Khadija , EVS, dans le vaucluse,et nous sommes un groupe à résister et à rejoindre d’autres personnes , dans d’autres départements pour s’unir échanger.
    A bientôt

  • Le 8 mai 2009 à 13:12

    Bonjours Gabrielle,

    Il est difficile pour nous de pouvoir t’aider directement (surtout que nous ne vivons pas dans la même région). Nous ne pouvons que t’encourager à prendre contacte avec un syndicat de ton coin. Il ne faut pas rester isolée.

    Bon courage dans tes démarches.

  • Le 7 mai 2009 à 16:15, par Gabrielle

    Je suis Evs dans une école Maternelle à Brest (contrat d’avenir) je suis âgée de 58 as et je me pose la question si ce contrat sera reconduit, comment trouver du travail ? j’attends une réponse de votre part Gabrielle

  • Le 2 avril 2009 à 21:18, par zebulon

    je ne suis qu’une maman qui est bien heureuse que vous existiez. Ma fille est handicapee et a eu la meme avs pendant 2 ans. aujourd’hui on lui change de personne avs bien que c’a soit tres nefaste pour elle,que l’institutrice a demander lors de la reunion d’equipe educative le renouvelement du contrat de cette personne car elle a fait des miracles avec ma fille,enfin des parents d’eleve de la classe demandent a faire une petition pour me soutenir dans ma demarche. Quand j’ai expose le probleme a la directrice, elle m’a retorquer qu’il n’y avait aucun moyen de renouveler le contrat,ce que je doute

  • Le 30 juin 2008 à 11:58, par Melas Anna

    je tiens à mon travail, je l’aime plus que tout et je crois qu’on nous fou dans la farine ! il y en a marre d’evs on m’a fait signé un contrat en tant qu’avs et maintenant on me prolonge mon contrat avs de 6 mois à dater du 1erjuillet mais ça sert à quoi ? dans 6 mois je ne serai plus dans cette ecole ? ! c’est quoi tout ça !s’ils veulent du chômage il va y en avoir ! j’ai 48 ans et je veux travailler et j’ai l’experience. peut on saisir les prud’hommes ? merci de me renseigner QUELLE ARNAQUE CES CONTRATS PRECAIRES

    evs avs dans la jungle des contrats précaires

  • Le 19 juin 2008 à 19:39

    On en sait un peu plus pour l’avenir des EVS.

    en gros les EVS qui travaillent avec des enfants handicapés pourrait voir leur poste basculé en AVS (800 euros pour 24h par semaine). Il faut s’inscrire sur le site de l’académie puis demander à l’enseignant avec qui vous travaillez et à votre directeur, directrice d’écrire chacun une lettre à destination de l’Inspecteur d’Académie dont l’école dépend et aussi directement à l’Académie. Ce recourt n’implique pas obligatoirement d’être repris. Et si vous retrouvez un job il n’est pas assuré d’être dans le même établissement. Les AVS si ils bénificient d’un statut précaire (contrat d’un ans renouvelable 6 fois, droit a une "formation") ne cotisent pas aux assedic.

    Pour les EVS qui travaillent dans l’administratif, leur poste doit purement et simplement disparaitre...

  • Le 15 mai 2008 à 00:21, par martine bertrand

    je suis EVS en contrat avenir en lozere depuis septembre 06 ; j’ai 55 ans .... j’ai lu sur les textes officiels que les contrats avenir peuvent etre prolonges apres 50 ans. sais tu ce qu’il en est ? ici nous ressignons des avenants jusqu’en decembre 2008. je m’imagine mal reprendre la galère des cv, de la recherche d’emploi et tutti quanti... l’an dernier on s’etait mobilisé ici en lozere ça avait un peu bougé.. contrat d’avenir ! rien que le nom est une moquerie... l’avenir de qui ? Amitiés a tous

  • Le 4 mai 2008 à 11:52, par any380

    bonjour,

    Je suis EVS en cas depuis le 30/06/2006. Mon contrat prendra fin le 30/06/2008. Mon contrat spécifiait un nombre d’heures à effectuer de 1222 heures annuelles. J’ai donc suivi à la lettre mon contrat en faisant 35 heures de travail hedo or je m’aperçois qu’ayant récupérée toutes les vacances scolaires, les cinq semaines de congés payées auquelles j’ai droit pour 2007/2008 me resterons dûes à l’issue de mon contrat.
    Je demande à toutes les personnes EVS en CAV qui ont récupérer les vacances scolaires de faire attention à cela.
    Annie

  • Le 4 mai 2008 à 08:53, par nikos72

    Bonjour à tous les E.V.S.

    Je m’appelle Nicolas et je suis référent 72 pour l’union Nationale des Collectfs EVS.

    Je viens de créer ce blog... http://evs-72-en-action.kazeo.com/

    je ne suis qu’au début, au fur et à mesure, j’y mettrais des infos, des idées,nos actions dans la sarthe...

    Evs de la Sarthe et même d’autre région venez partager vos infos ,discuter, proposer

    Tous en action....

  • Le 29 avril 2008 à 16:03, par Une EVS dans l’attente

    Un rassemblement est prévu le 14 Mai à 14 h devant la préfecture du Rhône pour défendre le droit des EVS et pour faire bouger les choses !
    Si vous êtes concernés ou si vous vous sentez concernés, n’hésitez pas à venir et à vous faire entendre ! Enseignants, parents... sont les bienvenus !

  • Le 28 avril 2008 à 22:28

    bonjour,
    je suis actuellement en CAE dans un collège stéphanois et je fais 23.30 heures par semaine payées 20 bien évidemment !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!c’est avec plaisir que je me joindrai à vous le 20 mai...Il est temps que les choses bougent....

  • Le 25 avril 2008 à 10:28

    Bon pour le moral :
    "EVS et temps de travail
    Dans de nombreux départements, tenant compte des arguments avancés par le SNUDI-FO, concernant le temps de travail des CAE et des CAV, les lycée employeurs ont adressé aux directeurs d’école des documents leur demandant de ne pas dépasser le temps de travail légal des CAE et CAV figurant sur les contrats de travail. A savoir 20h00 hebdomadaire pour les CAE et 26h00 pour les CAV. Donc sans ratrappage des vacances scolaires, ces congès étant des congès de fait.

    Merci aux CAE et CAV de nous informer de la situation sur leur école : si leur durée de trvail hebdomaide a été modifiée, si te tel document sont parvenus aux directeurs d’école.

    Malgré ces progrès dans certains départements deux problèmes restent non réglés :
    - qu’en est-il du ratrappage des heures en trop déjà faites
    - qu’en est-il du paiment des heures complémentaires faites par les CAE arrivés en fin de contrat.

    Avec le SNUDI-FO79 et l’UD-FO de la Vienne, le SNUDI-FO86 prépare actuellement les recours au prud’hommes pour ceux qui veulent demander leur indemnisation (entre 3500 et 5000€ pour un CAv de 24 mois). Si vous souhaiter entreprendre ce type de démarche contactez nous afin de fixer avec vous un rendez-vous avec un conseiller prud’homme."
    Catherine

  • Le 20 avril 2008 à 19:23

    Bonjour,
    Nous lançons un appel à témoignages des CAE et CAV dans l’Education Nationale, Académie de la Loire concernant :
    La modulation du temps de travail pour compenser les périodes de fermeture des établissements scolaires.
    Les refus de formation.
    Les refus de défrayer les frais de déplacements professionnels.
    Les retards de salaire.
    L’absence de mention des congés payés sur les bulletins de salaire.
    L’absence de tutorat, de suivi.
    L’absence de visite médicale, etc.
    Vu l’ampleur des dénis de droits, puisque ce sont des contrats de droit privé, certains envisagent de saisir les Prud’hommes pour jurisprudence. Les anciens contrats ont cinq ans pour le faire.
    Pour coordonner nos actions, rendez-vous le Mardi 20 mai à 18 heures à l’Amicale Laïque de Beaubrun, Espace Pibarot - 11 rue de l’Apprentissage - Saint-Etienne (Dans le quartier du Clapier, juste à côté du CFA Bâtiment)
    Contacts : 06 21 79 36 29/06 87 14 95 18
    Merci de diffuser cet appel.
    Catherine

  • Le 16 avril 2008 à 11:42, par virgi1307 evs

    il faut préciser tout de même que dans certaines communes les EVS n’ont pas le droit de faire l’étude du soir.