Site collaboratif d’infos alternatives

Le MEDEF ordonne, Sarko obéit et les salariés trinquent !

JPEG - 47 ko


Ils tournent autour du pot. Toutes les solutions proposées pour « sortir » de la crise sociale actuelle évitent soigneusement la question qui fâche le patronat : une hausse du salaire généralisée.
Il est d’ailleurs symptomatique qu’on ne parle actuellement que « de pouvoir d’achat » et non de salaire.

Car lorsqu’on parle de hausse de salaire, on parle redistribution des richesses du patronat vers les salariés. Et ça, le MEDEF ne veut pas en entendre parler.
Le patronat crie au loup car selon eux « les travailleurs français coûtent trop chers, les charges patronales trop lourdes d’où les délocalisations, le chômage ».

Le gouvernement, aux ordres du patronat, s’est empressé de réaliser leur programme : subventions massives aux grandes entreprises, exonérations des cotisations sociales suppression de la taxe professionnelle.
Et c’est nous qu’on traite d’assistés ! Ça sent l’arnaque ! Primo, que sont les dites « charges patronales », sinon une partie de notre salaire qui sert à financer notre santé, notre retraite, et notre chômage ? Ils nous piquent déjà une bonne partie des richesses que nous produisons, il ne manquerait plus qu’ils ne participent pas à la solidarité.

Deuxio, si les patrons sont si mécontents qu’ils le sont, pourquoi ne rentrent–ils pas dans le salariat ? Parce qu’on s’éclate à aller tous les jours au boulot pour des clopinettes, lorsqu’on a seulement la chance d’en avoir un. Il n’y a qu’à voir, d’ailleurs, les grandes parties de rigolades à 7 h dans le métro. Ça fait trente ans que la logique de la « relance par la baisse des coûts des entreprises » ne marche pas. Un chômage qui persiste, des salaires qui stagnent, des services publics qui se dégradent ou disparaissent… mais, oh surprise…des bénéfices qui augmentent.
La « hausse des salaires », sans compensation pour les entreprises, reste une solution.

C’est elle qui réduira les inégalités, qui financera notre sécu et nos caisses de retraites et qui, il faut le dire, rendra nos fins de mois moins anxieuses. Le gouvernement proposera tout sauf une hausse des salaires…
Car ça remet en cause de manière fondamentale la monopolisation du capital par le patronat.

S’ils ne le proposent pas, imposons le par la grève générale !

En grève le 19 mars !

Ce journal est disponible en bas de page au téléchargement en format pdf.

P.-S.

Pour en savoir plus sur la campagne de la CNT  :

Confédération Nationale du Travail :
44, rue Burdeau 69001 Lyon
Tél : 04 78 27 05 80
ud69(arobase)cnt-f.org
Blog de campagne
Notre journal mensuel "Jusqu’à quand ?

Liste de diffusion de la CNT : inscription sur cette page (rubrique "Lettre d’info") pour être tenu informé de l’actualité de la CNT.

Documents associés à l'article :

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Salariat - précariat » :

Grève sauvage à la gare de Perrache jeudi 16 mars

Un peu plus de 70 employés de l’accueil de la gare de Lyon Perrache se sont mis en grève ce jeudi 16 mars après l’annonce du licenciement d’une de leurs collègues. Ils ont notamment envahi une réunion de la direction pour signifier leur refus face au licenciement de cette employée appréciée de ses...

> Tous les articles "Salariat - précariat"