Accueil > Infos > Facho > Le séminaire très discret de la droite et de l’extrême droite contre le mariage (...)

Le séminaire très discret de la droite et de l’extrême droite contre le mariage pour tous

Publié le 10 janvier 2013

Maj le 11 janvier 2013

Des royalistes, des conservateurs, un socialiste, et une chroniqueuse mondaine. Drôle d’assemblée à Paray-le-Monial pour préparer les actions contre le mariage pour tous. Frigide Barjot y aurait partagé le pain et le vin avec l’ancien ministre UMP Laurent Wauquiez, côtoyant joyeusement quelques personnalités des mouvances de droite extrême, dont Bruno Gollnisch, et tout le ban et l’arrière-ban des cathos intégristes… Jusqu’ici tenue secrète, cette réunion vient d’être révélée par un document interne qui leur a échappé. Petite analyse de cette union de circonstance… ou pas.

Mise à jour 11/01 15h : Bernard Poignant, maire PS de Quimper, dément sur son blog et dans une lettre à J.-F. Debiol avoir par­ti­cipé à la ren­contre de Paray-le-monial. Les réac­tions d’autres par­ti­ci­pants (ou non-par­ti­ci­pants) sont à lire dans l’arti­cle de l’huma­nité.

Mise à jour 10/01 23h45 : l’authen­ti­cité du docu­ment se voit confir­mée par le témoi­gnage de Christian Vanneste qui décrit dans une chro­ni­que sur son blog sa par­ti­ci­pa­tion à la ren­contre de Paray-le-monial. (info via @maieulr).


« RENCONTRE des « TÊTES DE RESEAUX » repré­sen­tant L’ENGAGEMENT CHRETIEN en POLITIQUE et L’ENGAGEMENT SOCIETAL CHRETIEN », c’est ainsi que Jean-François Debiol (ex-UMP de Rilleux) a inti­tulé la réu­nion qu’il orga­ni­sait du 2 au 4 novem­bre 2012 à Paray-le-Monial. Pendant ces 4 jours, les dif­fé­ren­tes com­po­san­tes de l’oppo­si­tion au mariage pour tous se sont relayées à la tri­bune, pour pré­sen­ter leurs mou­ve­ments, leurs modes d’action, et bien sûr envi­sa­ger les stra­té­gies com­mu­nes pos­si­bles entre eux. La plu­part des orga­ni­sa­teurs des mani­fes­ta­tions de décem­bre der­nier étaient pré­sents, et on peut logi­que­ment en déduire que les gran­des lignes de cette mobi­li­sa­tion se sont alors déci­dées. L’exis­tence de cette réu­nion n’avait pas voca­tion à être rendue publi­que, aucune annonce ne fut faite et les par­ti­ci­pants furent stric­te­ment triés sur le volet.

Or le pro­gramme de cette réu­nion a été récem­ment dif­fusé sur inter­net, accom­pa­gné d’une liste des par­ti­ci­pants confir­més. On y apprend que des ténors de l’UMP auraient cotoyé, en connais­sance de cause [1], les chefs de l’extrême-droite et des mou­ve­ments catho­li­ques inté­gris­tes, du Front National à Civitas.

PNG - 77 ko

Que s’est-il discuté à cette réunion ?

Dès le pre­mier jour de cette ren­contre, le ton est donné sous l’inti­tulé « D’où venons-nous ? De qui, de quoi sommes-nous les héri­tiers ? ». Les inter­ven­tions sur les « raci­nes chré­tien­nes de l’Europe » ou sur la « voca­tion chré­tienne de la France », thé­ma­ti­ques chères aux tenants du choc des civi­li­sa­tions comme aux catho­li­ques inté­gris­tes, se sont donc enchaî­nées. Tout ce beau monde s’est ensuite retrouvé pour une messe, mais le pro­gramme ne dit pas si elle était dite en latin...

Le len­de­main, 3 novem­bre, c’est au tour des mou­ve­ments d’extrême-droite de se pré­sen­ter. On notera la pré­sen­ta­tion de Civitas, assu­rée par Jean-Claude Philipot, membre du conseil d’admi­nis­tra­tion et numéro 2 de l’orga­ni­sa­tion, et la com­mu­ni­ca­tion sur « l’enga­ge­ment roya­liste ». Le pro­gramme du troi­sième jour est éclairant sur les stra­té­gies poli­ti­ques des par­ti­ci­pants. Après une pré­sen­ta­tion du projet de loi suit une dis­cus­sion inti­tu­lée « Comment pou­vons-nous les com­bat­tre (débat / brain stor­ming) ? ». On connaît de fait le résul­tat de cette dis­cus­sion. Suit un échange sur le thème « Et plus tard, aurons-nous envie de faire des choses ensem­ble (débat) ? », avant une messe anti­ci­pée. Le pro­gramme de cette jour­née laisse enten­dre en pre­mier lieu que les dif­fé­rents acteurs de cette ren­contre se sont bels et bien retrou­vés pour orga­ni­ser la contes­ta­tion qui a suivi. En second lieu, elle nous laisse à voir que des mem­bres de l’UMP ont par­ti­cipé à une ren­contre où il savaient qu’allaient être évoquées, débat­tues, les moda­li­tés d’une alliance pra­ti­que, pou­vant aller au-delà de la ques­tion du mariage pour tous, entre leurs mou­ve­ments et les com­po­san­tes de la droite extrême. On est bien loin des dis­cours tenus dans la presse par les repré­sen­tants de l’UMP.

Des personnalités de l’UMP qui auraient été présentes...

Certains noms sau­tent aux yeux lors­que l’on par­court la liste des par­ti­ci­pants ayant confirmé leur pré­sence. En pre­mier lieu, celui de Laurent Wauquiez, actuel député-maire UMP du Puy-en-Velay, ancien porte-parole du gou­ver­ne­ment de Nicolas Sarkozy. Son oppo­si­tion au mariage pour les cou­ples homo­sexuels est bien connue [2], et il avait déjà montré une cer­taine proxi­mité avec le Front National, ou tout du moins son pro­gramme idéo­lo­gi­que, puisqu’il évoquait un « devoir de com­pré­hen­sion » vis-à-vis de l’électorat fron­tiste" lors de la pré­si­den­tielle [3].

La très-catho­li­que Christine Boutin, quant à elle, appa­raît sur la liste des absents ou repré­sen­tés. Il n’est pas besoin de pré­sen­ter les ten­dan­ces homo­pho­bes de cette der­nière, ni de rap­pe­ler ses bien connues pos­tu­res, bible tendue, dans l’enceinte de l’Assemblée lors du débat sur le PACS. Mais, à l’instar du pré­cé­dent, elle s’était tou­jours défen­due, même dans cette mobi­li­sa­tion, de toute proxi­mité avec les catho­li­ques inté­gris­tes ou l’extrême-droite.

Outre ces deux per­son­na­li­tés de pre­mier plan, auraient également été pré­sents Elisabeth Monfort, Députée Européenne UMP-Alliance pour un Nouveau Féminisme Européen (sic), Jean-Marc Nesme, acc­cueillant en sa qua­lité de député-maire UMP de Paray-le-Monial, Philippe Degestas, sous-prefet (!) de la région Centre, Bernard Poignant, maire PS de Quimper et proche de Hollande [4], ancienne figure natio­nale de son parti, ou encore Patrick Laudet, ins­pec­teur d’Académie. Autant de par­ti­ci­pants qui n’ont guère d’inté­rêt à ce que leur pré­sence au coté du FN ou de Civitas soit dévoi­lée au public. On mettra de côté Christian Vanneste, ex-député de Tourcoing, ex-UMP et membre du Rassemblement Pour la France, ses fras­ques homo­pho­bes et ses nom­breux déra­pa­ges étant bien connus.

Lyon n’était pas en reste pour appor­ter son obole à ce triste céna­cle et la pré­sence de Denis Broliquier, maire DLC du 2e arron­dis­se­ment de Lyon, ainsi qu’Albéric de Lavernée, conseiller géné­ral UMP, étaient de cette partie de cam­pa­gne à relents homo­pho­bes.
Même Frigide Barjot avait confirmé. L’idole du mou­ve­ment contre le mariage pour tous nie toute pré­somp­tion d’homo­pho­bie. En privé pour mener sa cam­pa­gne, il semble qu’elle s’aco­quine avec des per­son­na­li­tés qui n’ont plus rien à prou­ver dans ce domaine-là.

... aux côtés du gratin de l’extrême-droite

Au côté de ces ténors de l’UMP (et du PS) on trouve des repré­sen­tants d’à peu près toutes les ten­dan­ces réac­tion­nai­res. Petit tour des amis de Wauquiez et Boutin :

Bruno Gollnisch (Front natio­nal, ex-n°2 du parti, membre du bureau poli­ti­que et député euro­péen)
Cette figure du Front natio­nal n’est plus à pré­sen­ter, ses sor­ties racis­tes lui avaient valu une sus­pen­sion de son poste de pro­fes­seur à Lyon III et plu­sieurs pas­sa­ges devant les tri­bu­naux. Sur la ques­tion de l’homo­sexua­lité on pourra se conten­ter de la cita­tion sui­vante :

« Plus de dis­tinc­tion entre les peu­ples, entre les nations, entre les cultu­res, entre les civi­li­sa­tions. Plus de dis­tinc­tion entre l’étranger et le natio­nal. Plus de dis­tinc­tion entre les sexes, les com­por­te­ments. Plus de dis­tinc­tion entre la famille stable, ordon­née à l’accueil de la vie, à sa trans­mis­sion, à l’éducation des enfants, et les unions plus ou moins contin­gen­tes, à deux, à trois, à plu­sieurs, par devant, par der­rière, etc. » Bruno Gollnisch, allo­cu­tion au Conseil Régional Rhône-Alpes du 8 octo­bre 2012.

Jacques Bompard (Maire d’Orange et député du Vaucluse)
Autre figure de l’extrême-droite fran­çaise, Bompard, fon­da­teur du Front natio­nal puis membre du Mouvement pour la France de Philippe de Villiers, s’est asso­cié au Bloc iden­ti­taire et a lancé la Ligue du Sud, pen­dant fran­çais de la très natio­na­liste « ligue du nord » ita­lienne, étiquette sous laquelle il vient de rem­por­ter les légis­la­ti­ves. Slogan de la Ligue du sud : « Identité, effi­ca­cité, sécu­rité ».

Bernard Anthony (AGRIF/Reconquête) : député euro­péen Front natio­nal de 1984 à 1999, a démis­sionné du bureau poli­ti­que de ce parti en 2003.
Une petite cita­tion du per­son­nage, extrait de son blog perso :

« Nous défi­le­rons sans haine ni mépris pour les per­son­nes d’affec­ti­vité homo­sexuelle non osten­ta­toire et conqué­rante mais sans com­plai­sance pour les exhi­bi­tion­nis­tes des « gay-pride » en mal de lai­deurs obs­cè­nes sophis­ti­quées car, avec toute la culture juive et chré­tienne, nous savons que Sodome et Gomorrhe ne sont pas des modè­les de société dura­bles. »

Son mou­ve­ment, l’AGRIF, s’est fait connai­tre par ses procès en série contre ce qu’il consi­dère comme de la « chris­tia­no­pho­bie ». Dernier procès en date, une atta­que contre le rap­peur Saïdou du groupe Z.E.P (Zone d’Expression Populaire) et le socio­lo­gue et mili­tant Saïd Bouamama [5].

Jean-Claude Philipot (Civitas - membre du conseil d’admi­nis­tra­tion et n°2 de l’orga­ni­sa­tion)
Le per­son­nage est un habi­tué des médias depuis que son mou­ve­ment a com­mencé à faire parler de lui en s’atta­quant à des pièces de théâ­tre jugées blas­phé­ma­toi­res. C’est la mani­fes­ta­tion de ce mou­ve­ment contre le mariage pour tous qui, à Paris, a ras­sem­blé la plu­part des mili­tants de l’extrême-droite radi­cale, qui s’y sont illus­trés en agres­sant les mili­tan­tes de FEMEN. Jusque-là les autres mou­ve­ments oppo­sés au mariage cher­chaient à faire croire qu’ils n’avaient aucun lien avec Civitas, c’est pour­tant en com­pa­gnie de Philipot qu’ils auraient par­ti­cipé à cette ren­contre au sommet.

Le dimanche 13 janvier, une manifestation brune, brune, brune contre le mariage pour tous

Les orga­ni­sa­teurs de la Manif pour tous et l’UMP nient dans les médias toute rela­tion avec les oppo­sants les plus inté­gris­tes ou l’extrême droite et par­lent même d’infil­tra­tion. Mais en fait de mani­fes­ta­tion « Bleu blanc rose », « limi­tée au projet Taubira », la mobi­li­sa­tion contre le Mariage pour tous s’ins­crit dans une ten­ta­tive de fédé­rer à nou­veau toute la droite, sur une base clai­re­ment réac­tion­naire : une mani­fes­ta­tion bien brune.

P.-S.

La liste des personnalités qui ont confirmé leur présence, ont été représentées ou juste invitées est ici loin d’être exhaustive. Le document permettra aux personnes qui veulent fouiller un peu plus de compléter.

Lire aussi :
- Un article de l’Huma du vendredi 11 janvier au sujet de cette rencontre : « Les intégristes ratissent large ».
- l’article très complet de REFLEXes : 13 janvier 2013, ambiance Travail, Famille, Patrie. Le mélange des genres est au rendez-vous !
- Civitas de l’intérieur. Quelques documents pour se faire une idée des névroses qui animent les membres de cette association d’extrême-droite.

Notes

[1La liste des participants confirmés a circulé en amont de la réunion.

[2un article récent du Monde en témoigne lien

Proposer un complément d'infos

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Infos locales

  • Résistances et solidarités internationales

    Débat « L’Ukraine, entre capitalisme à la russe et impérialismes occidentaux »

    Depuis quel­ques mois, l’Ukraine est deve­nue un champ de batailles où s’affron­tent les vieilles puis­san­ces impé­ria­lis­tes d’Europe occi­den­tale et des États-Unis, et le capi­ta­lisme russe dési­reux de se cons­truire une puis­sance régio­nale. L’étincelle et Union pour le Communisme pro­pose une réu­nion publi­que / débat le jeudi 24 avril à 18H à l’Université Lyon 2 (Quais).

  • Résistances et solidarités internationales

    Conférence-débat : officiers français et génocide des Tutsi

    Les expli­ca­tions, déné­ga­tions et jus­ti­fi­ca­tions des offi­ciers fran­çais pré­sents au Rwanda en 94, dans le texte. Une démar­che ori­gi­nale pour com­pren­dre le rôle des offi­ciers fran­çais dans le géno­cide tutsi à partir de leur pro­pres décla­ra­tions. Conférence - débat le 26 avril à la librai­rie Terre des Livres.


16 avril


13 avril

  • Vie des quartiers - urbanisme - initiatives

    Goûter solidaire contre la fin de la trêve hivernale

    Depuis le 31 mars, fin de la trêve hiver­nale, plu­sieurs famil­les dont les enfants sont sco­la­ri­sés à l’école Gilbert Dru se retrou­vent à la rue ou dans des situa­tions d’héber­ge­ment très pré­cai­res. C’est pour­quoi des parents et des ensei­gnants de plu­sieurs écoles et col­lè­ges de l’agglo­mé­ra­tion lyon­naise s’orga­ni­sent et vous invite le jeudi 17 avril.


12 avril

  • Résistances et solidarités internationales

    Rencontre autour de la naissance d'une école autogérée

    Rencontre débat avec des cama­ra­des venu-e-s de Barcelone pré­sen­ter leur projet d’école auto­gé­rée, coo­pé­ra­tive et com­mu­nau­taire, le mer­credi 16 avril.

  • Salariat - précariat

    Blocage du site ERDF de Vénissieux

    Depuis jeudi 10 avril, une tren­taine de sala­riés du groupe ERDF de Vaise et Vénissieux, blo­quent l’entrée du site de Vénissieux deman­dant entre autre le retrait des cour­riers d’aver­tis­se­ment et de blâmes adres­sés à cer­tains d’entre eux. Il se sont relayés toute la nuit du 10 au 11 avril dans l’attente d’une négo­cia­tion juste.

  • Résistances et solidarités internationales

    « Les négociations Israélo-Palestiniennes » : Premier bilan et perspectives

    Conférence d’Élias Sanbar, ambas­sa­deur de la Palestine auprès de l’UNESCO, mer­credi 16 avril à 18h, salle Victor Hugo, Lyon 3e.


9 avril

  • Discriminations

    Lecture de soutien à Act Up-Paris

    Pour sou­te­nir l’asso­cia­tion, rendre visi­bles ses actions et ses combat en matière de lutte contre le sida, deux évènements sont orga­ni­sés à Lyon dans la jour­née du samedi 12 avril


7 avril

  • Ecologie - nucléaire - Alternatives

    « No Gazaran » : Film & débat au ciné Caluire

    Projection le ven­dredi 18 avril à 20h30, avec le Collectif Caluire Environnement, du film docu­men­taire « No gaza­ran » suivi d’un débat. Avec la pré­sence de la réa­li­sa­trice Carole Menduni.


6 avril

  • Droits sociaux - santé - services publics

    Rassemblement contre la casse de l'assurance chômage

    Rassemblement contre la casse de l’assu­rance chô­mage à l’occa­sion de la venue de Pierre Gattaz (pré­si­dent du Medef) à Lyon 1, le mardi 8 avril à partir de 17h45. Et assem­blée géné­rale le mer­credi 9 avril à 15h à l’Opéra de Lyon.

  • Informatique

    Infokiosque et atelier informatique au squat Le Kajibi

    Ce mardi 8 avril à partir de 14h, le squat Kajibi pro­pose un info­kios­que et un ate­lier infor­ma­ti­que sur le thème « com­pren­dre et auto­gé­rer/par­ta­ger sa connexion Internet ».


3 avril


1er avril


30 mars


28 mars


> Voir toutes les archives