Accueil > Infos > Expression - contre-culture > Les 14 et 15 mai, le premier salon des éditions libertaires de (...)

Les 14 et 15 mai, le premier salon des éditions libertaires de Lyon

Publié le 15 mai 2011

Maj le 18 mai 2011

Une soixantaine d’éditeurs, revues, librairies et collectifs participeront le samedi 14 et le dimanche 15 mai 2011, au salon des éditions libertaires organisé par le CDL (Centre de Documentation Libertaire), les Amis de la Gryffe et la librairie libertaire la Gryffe.

Le salon se déroulera à la Maison des Associations, 28 rue Denfert-Rocherau, 69004 Lyon.

Horaires : samedi de 11 à 19 heures, dimanche de 10 à 17 heures.

Le pro­gramme défi­ni­tif est enfin en ligne !

Un salon pour quoi ?

L’effer­ves­cence éditoriale, en par­ti­cu­lier liber­taire, de ces dix der­niè­res années exprime et nour­rit les luttes et les ana­ly­ses de celles et ceux qui com­bat­tent au quo­ti­dien l’ordre capi­ta­liste et patriar­cal.

Face à la vio­lence du contexte social et poli­ti­que actuel, il est urgent de rap­pe­ler com­bien sont impor­tants le déve­lop­pe­ment et la dif­fu­sion d’une pensée et de pra­ti­ques cri­ti­ques, réfrac­tai­res et liber­tai­res.

Ce salon sera donc l’occa­sion pour les éditeurs-trices, auteur-e-s, lec­teurs-trices, mili­tant-e-s, pas­sant-e-s de se ren­contrer et de débat­tre pen­dant deux jours sur les réflexions et les pra­ti­ques pour abat­tre ce monde en vue de cons­truire une société liber­taire.

Débats, ren­contres, pré­sen­ta­tion d’ouvra­ges, pro­jec­tions de films, expo­si­tions sont au rendez-vous pour nour­rir la mémoire, la réflexion et l’action.

Nous vous y atten­dons nom­breu­ses et nom­breux.

Le salon et ses alentours

Le salon accueillera le diman­che 15 mai la der­nière jour­née du col­lo­que : « Philosophie de l’anar­chie - Théories liber­tai­res, pra­ti­ques quo­ti­dien­nes et onto­lo­gie » sur le thème « Genre et anar­chisme ». Plus d’infor­ma­tions sur : http://trian­gle.ens-lyon.fr.

Le salon se tien­dra en paral­lèle avec le Salon de la micro-édition au GRRound Zero de Lyon. Plus d’infor­ma­tion sur : http://grand-salon.fr/

Éditeurs, diffuseurs, revues, librairies et collectifs présents

Éditeurs et dif­fu­seurs

À plus d’un titre, A.A.E.L, Alternative Libertaire, Atelier de Création Libertaire, Acratie, Agone, éditions Antisociales, Altiplano, les Bons Caractères ;

Cent Pages, Chant d’Orties, éditions du Coquelicot, Court-Circuit, CP Productions, Dittmar, Doriane Films ;

l’Échappée, Entremonde, Le Flibustier, Gatuzaina, les Fondeurs de Briques ;

l’Insomniaque, K.Films, éditions Libertaires, Libertalia, Lux, Monde Libertaire/ LIP pro­duc­tions ;

Le Mot et le Reste, Nautilus, éditions de la Nuit, Nuits Rouges, l’Or des Fous, Le Passager Clandestin, Promedios ;

Reflex/ No Pasaran, Repas, Rue des Cascades, Rytrut, Senonevero, Sens et Tonka, Sextant ;

Tahin Party, Tanibis, Terrenoire, Tirésias, Vertige Graphic, la Ville Brûle, ZEP...

Revues

Courant Alternatif, Echanges et Mouvements, Ni Patrie ni Frontière, Offensive, Réfractions, Silence, Temps Critiques, les Temps Maudits, Timult, revue Z.

Librairies

Librairie la Gryffe, les Chats Noirs (bou­qui­niste-Cuisery),

Centres de docu­men­ta­tion

CIRA (Centre International de Recherche sur l’Anarchisme) de Marseille et Lausanne, CEDRATS (Lyon).

Programme des débats, rencontres, films, expositions...

Samedi 14 mai

13h-14h 45

  • Octobre-novembre 2010 : la fin des « mouvements sociaux » et l’idéologie du blocage ? Avec J.Wajnsztejn (Temps Critiques).

- un mou­ve­ment replié sur la défense des acquis sociaux car le pro­blème des retrai­tes n’est pas relié à la crise du tra­vail.
- une frag­men­ta­tion accrue du sala­riat qui rend caduc le « sens du tous ensem­ble » de 1995.
- une fixa­tion sur la forme de la lutte en l’absence de dévoi­le­ment de ses conte­nus poten­tiel­le­ment sub­ver­sifs (la cri­ti­que du tra­vail et de l’Etat). Les « inter­pros » comme ten­ta­tive arti­fi­cielle de recréer une unité de classe à la base ; les blo­ca­ges comme recette mira­cle.

  • Espagne : les chemins de la mémoire antifasciste. Lecture et discussion avec F. Graton (éd No Pasaran).

Le livre de Florian Graton « Espagne : les che­mins de la mémoire anti­fas­ciste » est un voyage dans la Mémoire de la guerre civile qui déchira l’Espagne entre 1936 et 1939, l’abou­tis­se­ment de ce conflit fut une ter­ri­ble dic­ta­ture qui plon­gea ce pays dans l’obs­cu­ran­tisme durant près de qua­rante années.

Entre 2003 et 2006, il a par­couru un iti­né­raire dicté par cette part de l’Histoire qui y a laissé ici de nom­breu­ses traces et ves­ti­ges. Sur son chemin, à bicy­clette et en train il a roulé pour ne pas oublier que tout ne doit pas s’oublier. Les lieux ont servi de toile de fond sur les­quel­les sont appa­rues les pans de mémoi­res endor­mies. L’écriture et la mémoire sont liées, la lit­té­ra­ture retrouve le fil du temps, elle empê­che que le passé s’estompe.

Florian Graton, né en 1967, vit et tra­vaille à la Roche-sur-Yon à la Scène Nationale du Grand R où il anime des ate­liers d’écriture auprès de publics divers. Auteur de chan­sons, de pièces de théâ­tre, de nou­vel­les pri­mées lors de fes­ti­val. Il a publié son pre­mier roman en 2001 dans la col­lec­tion le Poulpe sous le titre les dix scouts de l’abbé Todd.

Florian Graton pro­pose des ren­contres avec le public, il ne s’agit pas de confé­rence mais de ren­contres alliant lec­ture et dis­cus­sion.

15h-16 h 45

  • « Thoreau, de la désobéissance à la résistance » avec M. Granger (éd le Mot et le Reste).

M. Granger, évoquera l’évolution de la pensée poli­ti­que de H. D. Thoreau, la résis­tance au gou­ver­ne­ment civil et la sim­pli­cité volon­taire).

Michel Granger, pro­fes­seur de lit­té­ra­ture amé­ri­caine à l’Université de Lyon II, est l’auteur aux éditions Le Mot et Le Reste de tous les appa­reils cri­ti­ques des réé­di­tions et des nou­vel­les tra­duc­tions des textes d’Henry D. Thoreau.

  • « La Geste des irréguliers » marche 2010 des sans-papiers. Et après ?. Débat avec. Métie Navajo (éd. Rue des Cascades).

Métie Navajo a accom­pa­gné la marche du « Ministère de la Régularisation de tous les Sans-Papiers » de Paris à Nice en mai 2010 (qui a fait étape à Lyon).

Le livre est issu de cette marche qui enten­dait infor­mer le pays et réveiller la soli­da­rité avec le mou­ve­ment pour la régu­la­ri­sa­tion de tous les sans-papiers.

Mais le mou­ve­ment ne s’est évidemment pas arrêté là et Métie y par­ti­cipe encore (une pièce de théâ­tre est née de cette marche et la Compagnie irré­gu­lière, qui l’inter­prète, a été formée par des sans-papiers et des « sou­tiens » comme Métie).

Elle revient d’ailleurs tout juste du Mali etdu Sénégal, où elle a accom­pa­gné, à leur invi­ta­tion, une délé­ga­tion d’anciens sans-papiers qui déve­lop­pent des pro­jets soli­dai­res là-bas et conti­nuent la lutte ici.

  • « Le Crime de Zacarias Barrientos » film et débat sur la guerre sale au Mexique (Promedios).

Film de Ludovic Bonleux (52 minu­tes).

Novembre 2003, près d’Atoyac (Guerrero) , on retrouve le corps criblé de balles d’un homme qui était mis à l’écart de son vil­lage depuis 30 ans. L’arres­ta­tion de cinq boucs émissaires n’empê­che pas les inter­ro­ga­tions. Qui était Zacarias ? Pourquoi tant de gens vou­laient sa mort ? Témoin et acteur de la « guerre sale » contre la gué­rilla des années 70, quel est le secret qu’il emporte dans la tombe ?

17h-18h 45

  • Gutenberg contre Bill Gates. Débat animé par l’AAEL
  • Villes en transition : De la dépendance au pétrole à la résilience locale. Débat animé par Silence.

Dimanche 15 mai

  • 9 h-12 h : « Genre et anarchisme », dans le cadre du colloque.

11h-12h 45

  • « Pouvons-nous concilier critique matérialiste des religions (dont l’islam) et actions communes contre l’exploitation ? ». Débat avec Y. Coleman (Sans Patrie ni Frontières).

Les mili­tants marxis­tes et anar­chis­tes balan­cent entre habi­tuel­le­ment deux atti­tu­des, à notre avis, toutes deux erro­nées. Soit ils font sem­blant de croire que la reli­gion serait une façon pour les oppri­més d’expri­mer leur mal-être, leurs souf­fran­ces, voire leur révolte face à l’exploi­ta­tion capi­ta­liste. Soit ils consi­dè­rent les croyan­tes et les croyants comme des indi­vi­dus igno­rants, bornés ou fana­ti­ques, qu’il suf­fi­rait d’éduquer. Les athées peu­vent-ils éviter ces deux écueils ?

  • Guerre à l’Etat... (jusqu’à ce qu’il nous foute la paix). Luttes autonomes en Euskadi 1980-1990. Débat avec le traducteur du livre (éd. Libertalia).

Années 1980 : l’Espagne vit la seconde étape de ce que l’on a nommé « la tran­si­tion démo­cra­ti­que » et son inté­gra­tion à l’Europe au milieu d’une intense agi­ta­tion sociale, par­ti­cu­liè­re­ment dans les ter­ri­toi­res bas­ques. Outre les mou­ve­ments natio­na­lis­tes on y vit fleu­rir tout un mou­ve­ment antiau­to­ri­taire, pre­nant comme esthé­ti­que de la vague punk qui balayait alors tout le pays. Ce mou­ve­ment eut de mul­ti­ples aspects : squats, radios pira­tes, fan­zi­nes, musi­que, sabo­tage. Il se retrouva mêlé aux luttes ouvriè­res, étudiantes, fémi­nis­tes, anti­mi­li­ta­ris­tes, écologistes, du loge­ment (etc) et fut en butte tant à la répres­sion de l’État espa­gnol ou fran­çais qu’à l’ostra­cisme ou aux calom­nies du mou­ve­ment de libé­ra­tion natio­nal basque clas­si­que.

13 h-14 h 45

  • La guerre d’Espagne et l’exil au travers du « Labyrinthe magique » de Max Aub. Rencontre avec Claude de Frayssinet, traducteur (éd. les Fondeurs de Briques).

Les 4 tomes du « Labyrinthe magi­que » racontent l’Espagne des années trente, la guerre d’Espagne, l’exil en France et l’inter­ne­ment dès 1940, jusqu’au départ de Max Aub pour le Mexique en 1942.

Max Aub (1903-1972) est une figure mar­quante des let­tres espa­gno­les même s’il a vécu la plu­part du temps hors de son pays. Né à Paris, sa famille alle­mande dut s’exiler en Espagne en 1914. il s« y lia aux artis­tes espa­gnols dans les années vingt (Lorca, Picasso, Dali…). Nommé atta­ché cultu­rel à Paris par la République, il est l’ins­ti­ga­teur du tableau » Guernica« , et, cosi­gne le scé­na­rio de »L’espoir- Sierra de Teruel", réa­lisé par Malraux au moment de la guerre d’Espagne. Réfugié comme beau­coup de Républicains en France, il est déporté par le gou­ver­ne­ment de Vichy dans le Sud de la France puis en Algérie. Il par­vien­dra à rejoin­dre les exilés espa­gnols au Mexique en 1942. Il y fonde une revue, pour­suit son œuvre lit­té­raire tout en ensei­gnant le cinéma et le théâ­tre et y tra­vaille avec Luis Buñuel (voir leurs entre­tiens tra­duits chez Belfond en 1991). Au regard de l’ampli­tude de sa pro­duc­tion, il reste peu tra­duit en fran­çais. Il y est célè­bre grâce à ses Crimes exem­plai­res, micro-récits qui démon­trent, comme Cioran l’a avoué un jour, qu’il ne passe pas un jour sans que l’on ait envie de tru­ci­der son pro­chain…. Il incarne mieux que qui­conque la figure de l’intel­lec­tuel engagé du XXe siècle, bal­lotté entre les lan­gues et les pays, met­tant ses expé­rien­ces et son sens de l’humour noir au ser­vice de son œuvre. La place qu’il accorde à l’étranger est donc consub­stan­tiel-le à sa nature d’exilé et le pré­dis­pose à mettre en scène des per­son­na­ges déca­lés.

  • « RFID, la police totale » : contre la tyrannie technologique et l’avènement de la société de contrainte. Film et débat avec PMO (éd. L’Echappée).

Projection du film « RFID, la police totale « (30 mn) et débat avec PMO.RFID : contre la tyran­nie tech­no­lo­gi­que et l¹avè­ne­ment de la société de contrainte.

Peu de gens encore, hors des labo­ra­toi­res, des ser­vi­ces vété­ri­nai­res et de logis­ti­que,connais­sent les RFID (Radio Frequency Identification), aussi nom­mées « étiquettes électroniques », « intel­li­gen­tes », « smart tags », « trans­pon­deurs », « puces à radio­fré­quen­ces », « puces sans contact ».

Ces mou­chards nés durant la seconde guerre mon­diale sup­plan­tent désor­mais les codes-barres dans les objets de consom­ma­tion et sont implan­tés dans les ani­maux, les titres de trans­port et d¹iden­tité, les livres des biblio­thè­ques, les arbres des villes, toutes choses de proche en proche, et même de plus en plus d¹êtres humains.

Sans les nano­tech­no­lo­gies, qui per­met­tent de réduire leur taille et leur prix, les puces RFID n’infes­te­raient pas nos vies et IBM ne pour­rait pas pro­po­ser aux déci­deurs son pro­gramme de puçage géné­ra­lisé de tout et de tous (des espa­ces « natu­rels » aux décors urbains ; des mar­chan­di­ses aux infra­struc­tu­res d¹énergie, de trans­ports et aux ser­vi­ces, de santé, d’éducation ; des ani­maux aux humains) bap­tisé « pla­nète intel­li­gente ». Voici venu le temps du mar­quage électronique, uni­ver­sel et obli­ga­toire. Bientôt il sera cri­mi­nel d’extraire de son corps sa puce d’iden­tité.

15h-16h45

-* Y a-t-il un sujet révo­lu­tion­naire ? Une révo­lu­tion est-elle envi­sa­gea­ble, et com­ment ? Débat animé par Réfractions.

A la suite du numéro 25 de Réfractions por­tant sur la ques­tion du sujet révo­lu­tion­naire, mais aussi à la lumière des évènements actuels en Tunisie, Egypte et ailleurs, tous les par­ti­ci­pants du salon des éditions liber­tai­res et du col­lo­que « phi­lo­so­phie de l’anar­chie » sont invi­tés à venir dis­cu­ter l’actua­lité de la ques­tion.

Contacts et infor­ma­tions

Tél : 04 78 61 02 25 (librai­rie la Gryffe : du lundi au samedi de 14 à 19 heures).

Courrier : Salon des éditions liber­tai­res c/o librai­rie la Gryffe, 5 rue S. Gryphe, 69007 Lyon.

Courriel : salon­zed­lib(at)lagryffe.net

Documents à télécharger

PDF - 278.1 ko
affiche salon Chat

Affiche 1

PDF - 581.6 ko
programme salon des éditions...

Programme

Affiche radeau de l’anar­chie

P.-S.

Dimanche 8 mai 2011 : Les éditions CNT-RP seront représentées sur le stand « les chats noirs » de Cuisery.

M.-C. Calmus, tiendra un stand au salon.

Proposer un complément d'infos

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 1er mai 2011 à 17:00, par zongo

    Salut, pour les éditions cNt RP ce n’est pas faute de les avoir contacté et d’avoir relancé. C’est bien embêtant car en plus le salon a fait le plein. Z pour la salon

  • Le 25 avril 2011 à 10:59

    Y a pas les éditions CNT-RP ?

  • Le 5 avril 2011 à 12:55, par ZogZog

    Excellente initiative ! En espérant que le succès soit au rendez-vous...


Infos locales


23 avril

  • Résistances et solidarités internationales

    Soirée de soutien pour les droits de l’homme en Colombie

    Rencontre et débat avec l’avocat colom­bien Alvaro Duran et témoi­gnage d’un membre de Amnesty International à l’Atelier des canu­lars le jeudi 24 avril à partir de 19h30.

  • Fêtes - Festivals - Vie du mouvement

    Cantine pour cantiner

    Vendredi 25 avril 2014 à 20h, on se retrouve autour d’une bonne bouffe à prix libre. La thune col­lec­tée avec ce repas ser­vira à envoyer des man­dats aux détenu-e-s avec les­quel-le-s nous sommes en contact.

  • Fêtes - Festivals - Vie du mouvement

    Soirée « Jeux » à la Plume Noire

    La Plume Noire vous pro­pose une soirée jeux le ven­dredi 25 avril à partir de 20h.


20 avril

  • Ecologie - nucléaire - Alternatives

    Le retour de la Vélorution à Lyon

    Le prin­cipe ?! Distribution de den­rées issues du gas­pillage ali­men­tai­res à vélo en sillon­nant les arron­dis­se­ments Lyonnais ! Alors sortez vos 2 roues et venez déam­bu­ler en musi­que dégui­sés en fruits et légu­mes à nos côtés. Rendez-vous le 26 avril à 15h place de la comé­die.

  • Infos

    Infokioske, salon de thé et atelier sécurité informatique au squat le Mât Noir

    Mercredi 23 avril viens nous voir dès 14h à notre squat Le Mât Noir à Lyon-Vaise : pro­jec­tion de court-métra­ges, info­kioske, gateaux vegan et un ate­lier infor­ma­ti­que pour sécu­ri­ser ton PC !


19 avril

  • Education - partage des savoirs

    Inauguration du CRAASH le 26 avril

    L’asso­cia­tion CRAASH (Collectif de Réflexion et d’Action Autour des Sciences Humaines) orga­nise le 26 avril 2014, de 15h à 1h, son inau­gu­ra­tion au bar/res­tau­rant De L’Autre Côté du Pont (25 cours Gambetta 3e arrt), en par­te­na­riat avec Pushka.


17 avril

  • Résistances et solidarités internationales

    Débat « L’Ukraine, entre capitalisme à la russe et impérialismes occidentaux »

    Depuis quel­ques mois, l’Ukraine est deve­nue un champ de batailles où s’affron­tent les vieilles puis­san­ces impé­ria­lis­tes d’Europe occi­den­tale et des États-Unis, et le capi­ta­lisme russe dési­reux de se cons­truire une puis­sance régio­nale. L’étincelle et Union pour le Communisme pro­pose une réu­nion publi­que / débat le jeudi 24 avril à 18H à l’Université Lyon 2 (Quais).

  • Résistances et solidarités internationales

    Conférence-débat : officiers français et génocide des Tutsi

    Les expli­ca­tions, déné­ga­tions et jus­ti­fi­ca­tions des offi­ciers fran­çais pré­sents au Rwanda en 94, dans le texte. Une démar­che ori­gi­nale pour com­pren­dre le rôle des offi­ciers fran­çais dans le géno­cide tutsi à partir de leur pro­pres décla­ra­tions. Conférence - débat le 26 avril à la librai­rie Terre des Livres.


16 avril


13 avril

  • Vie des quartiers - urbanisme - initiatives

    Goûter solidaire contre la fin de la trêve hivernale

    Depuis le 31 mars, fin de la trêve hiver­nale, plu­sieurs famil­les dont les enfants sont sco­la­ri­sés à l’école Gilbert Dru se retrou­vent à la rue ou dans des situa­tions d’héber­ge­ment très pré­cai­res. C’est pour­quoi des parents et des ensei­gnants de plu­sieurs écoles et col­lè­ges de l’agglo­mé­ra­tion lyon­naise s’orga­ni­sent et vous invite le jeudi 17 avril.


12 avril

  • Résistances et solidarités internationales

    Rencontre autour de la naissance d'une école autogérée

    Rencontre débat avec des cama­ra­des venu-e-s de Barcelone pré­sen­ter leur projet d’école auto­gé­rée, coo­pé­ra­tive et com­mu­nau­taire, le mer­credi 16 avril.


11 avril

  • Salariat - précariat

    Blocage du site ERDF de Vénissieux

    Depuis jeudi 10 avril, une tren­taine de sala­riés du groupe ERDF de Vaise et Vénissieux, blo­quent l’entrée du site de Vénissieux deman­dant entre autre le retrait des cour­riers d’aver­tis­se­ment et de blâmes adres­sés à cer­tains d’entre eux. Il se sont relayés toute la nuit du 10 au 11 avril dans l’attente d’une négo­cia­tion juste.

  • Résistances et solidarités internationales

    « Les négociations Israélo-Palestiniennes » : Premier bilan et perspectives

    Conférence d’Élias Sanbar, ambas­sa­deur de la Palestine auprès de l’UNESCO, mer­credi 16 avril à 18h, salle Victor Hugo, Lyon 3e.


> Voir toutes les archives