Site collaboratif d’infos alternatives

Attaques contre la communauté Rom de Vaulx-en-Velin depuis plusieurs nuits

Plusieurs jours déjà et toujours pas d’amélioration pour la communauté rom de Vaux-en-Velin.

Après l’incendie de leur ancien squat rue Catupolan, ils avaient été placés dans un gymnase rue Salengro.

Jusqu’à ce que la mairie ne les sorte sans ordre d’expulsion. En effet, après un simple contrôle d’identité, les policiers leur ont dit qu’il fallait partir. Les roms ont écouté, ont récupéré leurs affaires et sont repartis à la recherche d’un nouvel endroit à occuper.

Arrivés près de la Rize, au 54 rue Grand Clément, ils se sont installés dans un ancien garage abandonné. Le bâtiment doit être démoli et appartient au Grand Lyon. Un premier soir agité, car incertain. Des dizaines de policiers étaient présents.

« Doivent-ils partir ? » C’est ce que Marie H. ne cessait de demander aux policiers. Elle suit la communauté depuis plusieurs mois.

Après 48h de stress, les familles s’installent finalement pour de bon et commencent à construire des cabanes dans le hangar désaffecté. La maison qui se trouve sur le même terrain est ouverte par les hommes afin d’y installer une femme, qui a accouché il y a seulement quelques semaines, avec son bébé.

Et alors que la situation semblait se calmer pour la petite communauté de 69 personnes, les problèmes reviennent sous la forme de ce que l’on déplore depuis bientôt cinq ans dans la politique de Nicolas Sarkozy : la stigmatisation de cette communauté, pourtant européenne.

Dans la nuit du dimanche au lundi 12 mars, ils ont d’abord reçu des jets de pierres, subi des insultes de « jeunes n’habitant pas sur place », « d’origine maghrébine » d’après les roms. Le cauchemar continue quand le groupe d’agresseurs entre dans le camp pour aller briser toutes les vitres de la voiture d’un des roms garée juste là.

Puis il y a eu des menaces : « on reviendra vous brûler demain ».

D’après des témoins interrogés sur place, ils étaient dix, habillés en noir, à lancer des parpaings à travers les fenêtres de la maison.

Lamia, rom de la communauté nous raconte. « Une pierre a brisé la vitre et j’ai caché mon bébé et mes enfants sous une couverture. J’en ai reçu une au milieu du dos en les protégeant ». Les roms sont en fait accusés de vols de bijoux et d’argent. Léti, 15 ans, nous dit avec énergie « Nous on vole pas ! Il y a des roumains qui volent, mais pas nous ! »

Le lendemain, aux environs de 23h, pierres et cocktails molotov s’échouent dans le jardin arrière. Les caillasseurs, bien décidés à mettre feu au camp, se rabattront finalement sur une voiture présente dans la rue. Elle n’a pas été choisie au hasard, elle appartient à Slavko, un habitant du camp qui finira par essayer d’aller récupérer ses affaires dans les cendres du véhicule après l’intervention des pompiers.

Les insultes et les menaces fusent, envers les roms ! Des riverains viennent hurler que c’est « un quartier pavillonnaire et calme ». « Ils ne nous ramènent que des problèmes » glisse un voisin.

D’après la communauté rom deux jeunes gens ont été interpellés par les policiers puis relâchés.

Déjà trois nuits que les familles sont chaque soir sur le qui-vive, envoyant femmes et enfants se cacher à l’intérieur au moindre bruit suspect, notant les plaques d’immatriculation des voitures qu’ils sont sûrs de reconnaître en espérant aider la police.

Chaque soir, c’est le même manège, les mêmes voitures qui tournent, klaxonnent, ralentissent. Et toutes les deux heures, la voiture de police qui passe avenue Grand Clément pour vérifier que tout va bien.

Hier matin, une quinzaine de gardiens de la paix, dont certains de la police des frontières, sont venus comptabiliser et contrôler les identités des roms dans le cadre d’une recherche d’OQTF (Obligation de Quitter le Territoire Français).

Un hélicoptère a survolé trois fois le camp en prenant des clichés du bidonville. Les roms déplorent l’intervention de la police qui a brisé plusieurs cadenas qu’ils avaient installés sur leurs affaires.

Article Sophie Griffon
Photos EtienneBouy RomainCostaseca
Collectif Virgule

La suite à lire sur : http://collectifvirgule.fr/Accueil/?page_id=684

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.Info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info