Site collaboratif d’infos alternatives

Samedi 8/10 : Notre dame des landes-Vaulx-en-Velin, Zones à défendre.

1 complément

Vaulx-en-Velin connaît l’une des plus importantes opérations de rénovation urbaine du pays, mené par l’État, le Grand Lyon et la Mairie PS. Elle comprend notamment la destruction d’immeubles de logements au Mont-Gerbier et au Mont Ceindre ainsi que l’expulsion de commerces et d’un local associatif sur la Place Guy Moquet. Les objectifs affichés par les autorités sont d’apporter plus de mixité sociale sur le quartier du Mas du Taureaux, comprendre en réalité faire venir la classe « moyenne » et chasser une partie des habitants, tout en contribuant à favoriser le vivre-ensemble, comprendre en réalité pacifier des espaces publics jugés trop remuants. En réponse, les revendications des habitant-es de Vaulx mobilisé-es depuis plusieurs mois sont claires. Comme nous l’a confié l’un-e d’eux : « nous n’allons pas regretter les immeubles insalubres insuffisamment entretenus par l’office HLM, mais nous voulons être relogés sans hausse du prix des loyers et être relogé sur Vaulx pour les familles qui souhaitent rester ici ». Si la date de ce rassemblement est le 8 octobre, c’est en référence à la journée de soutien à la lutte contre l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes près de Nantes.

Béton partout, justice nulle part.

Rassemblement samedi 8 octobre à 10H place Guy Moquet à Vaulx-en-Velin.

Vaulx-en-Velin connaît l’une des plus importantes opérations de rénovation urbaine du pays, mené par l’État, le Grand Lyon et la Mairie PS. Elle comprend notamment la destruction d’immeubles de logements au Mont-Gerbier et au Mont Ceindre ainsi que l’expulsion de commerces et d’un local associatif sur la Place Guy Moquet. Les objectifs affichés par les autorités sont d’apporter plus de mixité sociale sur le quartier du Mas du Taureaux, comprendre en réalité faire venir la classe « moyenne » et chasser une partie des habitants, tout en contribuant à favoriser le vivre-ensemble, comprendre en réalité pacifier des espaces publics jugés trop remuants. En réponse, les revendications des habitant-es de Vaulx mobilisé-es depuis plusieurs mois sont claires. Comme nous l’a confié l’un-e d’eux : «  nous n’allons pas regretter les immeubles insalubres insuffisamment entretenus par l’office HLM, mais nous voulons être relogés sans hausse du prix des loyers et être relogé sur Vaulx pour les familles qui souhaitent rester ici ». Si la date de ce rassemblement est le 8 octobre, c’est en référence à la journée de soutien à la lutte contre l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes près de Nantes. Il s’agit là-bas aussi d’un grand projet venu d’en haut destiné à remplir les poches des multinationales, en l’occurrence l’entreprise française Vinci, qui est contesté depuis des années par les paysans expropriés, les riverains et des militant-es venu-es de toute l’Europe.

La même logique capitaliste est à l’initiative de nombreux grands projets urbains, de la Part-Dieu au Val-de-Suse, du plateau de Mornant à Rillieux-La-Pape, de Vaulx-en-Velin à Notre-Dame-Des-Landes. Les grands travaux immobiliers ou d’infrastructures sont une aubaine pour les capitalistes : des débouchés gigantesques pour les capitaux amassés dans les banques, de nouveaux terrains de jeux pour les spéculateurs fonciers, du fric sur le dos des locataires ou via les crédits immobiliers, des occasions supplémentaires d’exploiter les ouvriers du bâtiment etc. Surtout, l’objectif à terme est de remodeler le territoire pour qu’il réponde aux besoins du système capitaliste au niveau mondial. Le capitalisme se restructure en effet incessamment depuis les années 70 pour tenter sans succès de parvenir à enrayer ses crises successives. Le Grand Lyon est une belle illustration de ce remodelage : trois milliards d’euros d’investissements prévus à la Part-Dieu pour faire venir de nouvelles tours à bureau et leurs hommes d’affaires, renouvellement urbain dans les quartiers populaires de la Guillotière ou de La Duchère pour faire venir la petite-bourgeoisie chassée du centre-ville, construction d’autoroutes en périphéries pour que les prolétaires poussés vers les campagnes ou les petites villes désindustrialisées puissent travailler dans la bonne humeur et les bouchons. Il faut dire que les « Métropoles » comme Lyon se font une guerre sans merci entre elles à base de « marketing territorial », de « smart City » et de « rayonnement international » pour attirer le plus possible de capitaux. Mais l’urbanisme n’est que l’une des nombreuses armes offensives utilisées par les classes possédantes pour mettre en œuvre cette restructuration, au côté des attaques contre les droits des travailleurs et des travailleuses (loi travail etc.), de la financiarisation de l’économie, de la hausse de la précarité, des politiques d’austérité, de la répression ou de la propagande des médias bourgeois. Ce remodelage des territoires sur le modèle capitaliste peut s’appuyer sur un visage pseudo-progressiste, à base de développement durable, de clientélisme savamment dosé pour diviser les résistances éventuelles, de démocratie participative, d’animations culturelles élitistes ou d’incitations fiscales. Mais il peut tout aussi bien recourir dans le même temps aux techniques contre-insurrectionnelles les plus agressives pour soumettre les classes considérées comme « dangereuses » : hausse des loyers, expulsions, aménagements sécuritaires, surveillance généralisée, quadrillages policiers etc. Il est aussi très souvent le révélateur, et un facteur aggravant, du fonctionnement raciste (discriminations pour accéder aux logements ou à l’emploi, répartition du travail dans les entreprises comme à l’échelle de la planète etc.) et sexiste (la rue et les espaces publics sont plus que jamais conçus pour les seuls garçons par exemple) de la société capitaliste actuelle.

Le rassemblement de samedi s’inscrit dans des luttes immédiates qui sont à soutenir activement pour freiner cette logique capitaliste. Au niveau de la rénovation urbaine, ces luttes peuvent utiliser différents moyens : imposer la construction de logements sociaux dans les quartiers riches, lutter contre les expulsions, squatter et auto-réquisitionner des logements vides, faire la grève des loyers etc. Mais les luttes immédiates ne doivent pas servir uniquement à alimenter notre « indignation », à devenir des solutions pour gérer la pénurie ou à se terminer en échappatoires alternatifs coupés des réalités quotidiennes. Elles doivent principalement être le premier pas vers la remise en cause du capitalisme par notre classe sur une base et un ton offensif, ton qui a commencé à être donné lors des récentes mobilisations contre la loi travail et son monde.

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 13 octobre 2016 à 20:58, par Christine SOLON

    Bonjour,
    Ceci est plutôt un commentaire.
    En effet, la métropole nous sert les mêmes arguments dans le 8ème pour autoriser au prochain PLU la destruction de... maisons individuelles !
    D’ailleurs, les promoteurs en savent déjà probablement plus que nous sur la hauteur des constructions puisque nous recevons des courriers alors que le prochain PLU n’est pas encore officiel (enquête publique en 2017).
    Le "vivre ensemble" dans cette métropole n’est, dans les faits, aucunement encouragé car dans tous les cas, les logements sociaux ou ceux de la classe moyenne (qui reste d’ailleurs à définir) se construisent bien peu au nord du Rhône et de la Saône.
    Ce qui intéresse nos édiles est le développement économique et commercial uniquement. La qualité de vie des habitants, quand on voit ce qui se construit pour "la classe moyenne" et les logements sociaux (dans notre quartier il en est un qui s’est construit cette année sur un parking !), n’est visiblement pas leur préoccupation.
    Bien cordialement.
    Christine SOLON

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Ecologie - nucléaire - alternatives » :

4 janvier 1966 : Explosion de la raffinerie de Feyzin

Tout près de Lyon, à Feyzin, avec un champignon enflammé de 600 mètres de haut, au petit matin du 4 janvier 1966, c’est l’une des premières grandes catastrophes industrielles, qui fit 18 morts, dont 11 pompiers, ainsi que 88 blessés et des dégâts matériels jusqu’à Vienne, à 25 Km de Lyon, endommageant...

> Tous les articles "Ecologie - nucléaire - alternatives"

Derniers articles de la thématique « Vie des quartiers - urbanisme - initiatives » :

Exposition d’affiches citoyennes et militantes

Dans le cadre du cycle « Que devient la colère des peuples », la MJC organise une exposition d’affiches militantes issues des archives de l’Atelier des Clôts et du CEDRATS du 20 janvier au 17 mars. Vernissage le vendredi 20 janvier à 19h en présence des...

[Paris] Détourner le mobilier urbain

Comment utiliser le mobilier urbain pour le dénoncer ? Résumé d’une action sur les infrastructures apparues après l’évacuation du campement de Stalingrad.

> Tous les articles "Vie des quartiers - urbanisme - initiatives"