Site collaboratif d’infos alternatives

Grève à la Croix-Rouge Française le 25 novembre

Grève

"Partout où vous avez besoin de nous" ... Les salariés eux cherchent encore
Toutes et tous en grève Vendredi 25 Novembre, Rassemblement 10h30 devant l’Hopital des Massues

Les salariés des Massues depuis plusieurs années subissent une forte dégradation de leurs conditions de travail. Nous perdons d’années en années les acquis légitimes que nous avions obtenus.
Concrètement :
- Aucune augmentation de salaire depuis 6ans. Le point ayant été généreusement augmenté de 0.01, ce qui pour nous a été vécu plus comme une insulte que comme une véritable augmentation.
- La perte de notre jour de solidarité, qui nous était restitué par accord, accord que la CRF a supprimé.
- La perte du paiement des 3 jours de carences en cas d’arrêt maladie, lors du deuxième arrêt
- Le non remplacement des personnels en congés
- Le changement de mutuelle ayant vu nos cotisations obligatoires augmentées et nos remboursement de santé eux diminués
- L’augmentation de notre charge de travail sans en avoir les moyens. « Faire toujours plus avec toujours moins » qui entraîne, entre autre, une dégradation de la qualité des soins

Deux preuves suffisent pour signifier ce mal être :
- L’augmentation des arrêts maladie, des accidents de travail. Les rendez-vous multiples à la médecine du travail pour épuisement professionnel.
- Un turn-over incessant des personnels dans les services

Aujourd’hui cela n’est plus tolérable. Quelles que soient les raisons invoquées par la Direction, la crise, la baisse des dotations, les politiques de Santé, …. Il appartient à cette dernière de prendre ses responsabilités, d’entendre et de mettre en œuvre tout ce qui est nécessaire pour que cesse cette casse du collectif de travail.

Salariés exploités = Patients en danger  

Rappelons qu’en 2015 La Croix-Rouge était prise dans la tourmente pour plusieurs infractions au Code du travail.
L’Inspection du Travail a rappelé à l’ordre l’association pour une organisation du travail « illégale » et « pathogène ». Elle a recensé notamment plus de 3300 dépassements de la durée quotidienne du travail, ce qui engendrerait une « dette » de 11 millions d’Euros.
Et oui, cette « association magnifique, qui est mobilisée pour améliorer la qualité de nos missions », (cf Mme Roquette article le monde.fr du 2 juin 2015), ne respecte pas le droit du travail !

De plus, par son management sourd et brutal, elle ressemble de plus en plus à ces entreprises dirigées par des patrons voyous au service de la rentabilité.

Il est temps que cela cesse, faisons entendre nos revendications :

- Une augmentation significative des salaires, 10% minimum sur le salaire net.
* Pas de salaire à moins de 1500euros !
* Avec la prise en compte de la spécificité de chaque métier et la reconnaissance des diplômes et/ou formation obtenues.
- La transparence sur le volume réel des heures supplémentaires effectué, et par conséquent le paiement et/ou leurs récupérations majorés.
- L’amélioration des conditions de travail par l’embauche immédiate de l’ensemble des salariés présents en CDD ou en Intérim et le remplacement des personnels absents
- La récupération de notre jour de solidarité


Comment faire la gréve en toute quiétude


Droit de grève dans les ESPIC :

Nous sommes, aux Massues, un Établissement de Santé Privé d’Intérêt Collectif (ESPIC), notre droit de grève est encadré. Il est le même que celui de la Fonction Publique Hospitalière :

1- Le préavis de 5 jours :

Il ne concerne donc QUE les Organisations Syndicales !

2- L’assignation :

Nous sommes du personnel « assignable ».

Pour info, nous ne parlons pas de réquisition, c’est un abus de langage. La réquisition est prononcée par le préfet dans des cas très « spécifiques » (ex : la guerre !).

Le cadre de l’assignation :
Un directeur d’établissement (et lui seul ! le supérieur hiérarchique ne possède pas ce droit) peut assigner un salarié. Lʼassignation a pour but dʼassurer la continuité des soins en cas de grève. Elle implique la notion dʼun service minimum.
Service minimum :
- le fonctionnement des services qui ne peuvent être interrompus
- la sécurité physique des personnes
- la continuité des soins et des prestations hôtelières aux hospitalisés
- la conservation des installations et du matériel

Lʼassignation est une décision privative de exercice du droit de grève. L’Administration doit notifier individuellement au salarié son assignation au moins la veille du déclenchement de la grève..

Attention, il n’est pas question bien sur pour la direction de « profiter » de l’assignation pour entraver le droit de gréve. Ainsi, l’arrêt N°24016 du Conseil d’État du 16 juin 1982 a indiqué que : « le directeur d’un centre hospitalier doit limiter l’activité minimale aux seuls services dont le fonctionnement ne saurait être interrompu sans risques sérieux,... »

Et enfin, rappelons que nous pouvons être en grève la journée complète ou le nombre d’heure souhaitée. La retenue sur notre salaire doit donc être proportionnelle à notre durée de grève.

Le droit :

Chaque salariés doit informer sa hiérarchie au plus tard le jour même ! Dans la mesure où un préavis a été déposé 5 jours francs auparavant, car « … il ne peut être imposé à un salarié de prévenir son employeur de son intention de participer à une grève … » - Cour de Cassation Soc., 29 mai 1979, Bull. V, n° 464

P.-S.

Permanence de la section CNT DES MASSUES : Tous les mardis, de 13h30 à 15h au Local Syndical
Contact :
cnt@cmcr-massues.com
04 78 27 05 80

Documents associés à l'article :

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Salariat - précariat » :

Grève sauvage à la gare de Perrache jeudi 16 mars

Un peu plus de 70 employés de l’accueil de la gare de Lyon Perrache se sont mis en grève ce jeudi 16 mars après l’annonce du licenciement d’une de leurs collègues. Ils ont notamment envahi une réunion de la direction pour signifier leur refus face au licenciement de cette employée appréciée de ses...

> Tous les articles "Salariat - précariat"

Derniers articles de la thématique « Droits sociaux - santé - services publics » :

Hôpital du Vinatier : dépôt d’un préavis de grève

La Cgt du vinatier a déposé un préavis de grève local pour le 03 avril 2017 de 13h00 à 17h00. Ce préavis rentre dans le cadre de l’action de la pédopsychiatrie, regroupée en collectif de résistance, et du mouvement initié depuis le mois de novembre sur l’hôpital contre le plan d’économie de 3,5...

Communiqué de la CGT ville de Lyon : Ehpad Marius Bertrand, la lutte continue

Nous attaquons ce jour la 4ème semaine de lutte aux côté des agents de l’Ehpad Marius Bertrand. Une 4ème semaine pour dénoncer les conditions de travail des agents au service des personnes âgées. Il faut avoir à l’esprit que de mauvaises conditions de travail, en sous-effectif, pour les agents d’un Ehpad...

> Tous les articles "Droits sociaux - santé - services publics"