Site collaboratif d’infos alternatives

A Lyon, les identitaires de rebeyne appellent à la violence sans l’air d’y toucher

7 compléments

Alors que le déchet cinématographique produit par quelques conservateurs américains a déclenché un mouvement de violence chez les intégristes musulmans du monde entier, leurs rares équivalents français affirmaient cette semaine vouloir manifester à leur tour, montrant ainsi que leur obscurantisme n’a pas de frontière.
L’histoire pourrait s’arrêter là dans l’absurde religieux et réactionnaire si les fachos français ne cherchaient pas à profiter de l’occasion pour faire parler d’eux et, à l’occasion, jouer des poings dans les rues. À Lyon ce sont les identitaires de Rebeyne qui, sans l’air d’y toucher, ont donné rendez-vous à leurs troupes dans la rue samedi 22 septembre.

Mise à jour 21h : tous les antifascistes arrêtéEs sont ressortis libres.

Mise à jour 15h :
- Plusieurs antifascistes ont été arrêtés alors qu’ils tentaient de déployer une banderole pointant l’hypocrisie d’une extrême droite qui saccage des kebabs et prétendant lutter contre des "racailles".
- Deux nervis d’extrême-droite ont également été arrêtés, a priori pour des faits de violence.
- Les opposant au film ne sont visiblement pas sorti manifester.


À peine l’emballement médiatique autour de cette histoire avait-il commencé, avec la manifestation à Paris d’une poignée de personnes, que Rebeyne pondait un communiqué où l’appel à la violence était déjà explicite.

En septembre 2012, les jeunes Lyonnais sauront aussi défendre leur ville si nécessaire. Dans le cas où des manifestations d’islamo-racailles auraient bien lieu ce samedi, nous n’hésiterons pas à descendre à nouveau dans la rue.

extrait du communiqué de Rebeyne du 19/09/12

Ils font au passage le lien avec la manifestation des nationalistes et hooligans dans les rues de Lyon lors de la réforme des retraites (quel rapport entre les grévistes et les islamistes ? même combat selon les identitaires de Rebeyne).

En octobre 2010, alors que les casseurs avaient saccagé pendant plusieurs journées le centre de notre ville, plusieurs centaines de jeunes Lyonnais avaient su démontrer qu’ils étaient capables de se mobiliser pour mettre fin à des émeutes.

extrait du communiqué de Rebeyne du 19/09/12

Mais les identitaires aimeraient bien se débarrasser de leur image de nervis d’extrême droite, quitte à jouer un double jeu évident : appeler à une manifestation sans y appeler, comme le montre très bien leur annonce du jour :

JPEG - 102.1 ko
Ou comment les identitaires appelent à une manifestation en faisant croire qu’ils n’y sont pour rien...
(Capture d’ecran twitter 21/09/12)

C’est d’ailleurs un jeu dans lequel ces derniers sont devenus maitres : Lors de la manifestation de l’extrême droite à Lyon pendant le mouvement des retraites, les identitaires n’ont eu aucun scrupule à récupérer voir revendiquer (voir le communiqué ci-dessus) une manifestation originellement initié par des hooligans, mais qui n’aura eu le temps de dégénérer en raison d’un blocage rapide par la police.

À l’inverse les débordements de violences racistes, nombreux, autour de leur propre manifestation à St Jean en 2010 auront rapidement été rejeté sur le dos des "hooligans" pour mieux en dédouaner leur propre troupe, rappelez-vous Rassemblement des fascistes islamophobes : le point sur les violences racistes et politiques dans tout Lyon

JPEG - 65.1 ko
Rebeyne c’est bien propre sur le papier, mais dans la rue c’est ça (Lyon le 14/05/2011)

Pour autant le violent racisme de ces "patriotes" que Rebeyne semble inciter à aller dans la rue demain ne fait aucun doute, un coup d’œil sur la page facebook du groupe identitaire suffit largement : on y parle de "casser du bougnoul" et de "rafales de 12-7"....

JPEG - 83.7 ko
le casser du bougnoul" explicite sur le facebook de Rebeyne
JPEG - 28.2 ko
JPEG - 55.8 ko
JPEG - 212.4 ko

Intégristes religieux et fanatiques nationalistes, même combat.
L’obscurantisme et le racisme ne passeront pas !

JPEG - 113.2 ko

En mai 2011 c’est plus d’un millier de personnes qui avaient manifesté à Lyon contre le rassemblement islamophobe des identitaires, petit rappel : A Lyon dans la rue - et sous la pluie - contre les racistes et leurs cochonneries

Lire aussi :
- Les fachos dans les rues de Lyon le 8 décembre prochain
- [Reportage] L’extrême droite à Lyon, témoignages de vic­ti­mes
- Les identitaires ont pignon sur rue dans le vieux Lyon
- Fafland ? Panorama de l’implantation de l’extrême-droite chez les supporters de l’OL
- Retour sur 2 ans de lutte à Lyon contre l’extrême-droite et ses agressions

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 22 septembre 2012 à 21:03, par NoNation

    Ce fut une journée un peu particulière. Personnellement je ne m’attendais pas à ce qu’on nous passe les menottes ni même que l’on nous emmène au commissariat pour peu de choses au final.
    Effectivement je crois que nous sommes tous sortis (12 ou 13 personnes) mais je ne suis pas sur de la suite des événements même s’il n’y a pas lieu de s’inquiéter plus que ça.
    Quelque part ce fut une belle journée : malgré notre arrestation, nous sommes restés solidaire et tout le monde a su garder son sang froid et même les portes du commissariat n’ont pas suent arrêter nos chants révolutionnaires (ou pas).

  • Le 22 septembre 2012 à 20:17, par charlie hebdo

    Soyons clairs : il est sain, il est heureux que le blasphème ait droit de cité. Mais je n’aime pas quand ‘Charlie’ surfe. Qu’il dégomme de l’Immaculée Conception, du buisson ardent ou de la Visite de l’ange Gabriel tant qu’il veut, j’en redemande.

    Mais qu’il le fasse de façon permanente, toutes les semaines si possible, et non à la façon dont ‘l’Obs’ ou ‘L’Express’ nous la jouent avec le salaire des cadres ou le palmarès des hôpitaux : la provocation blasphématoire ne vaut que si elle constitue une constante éditoriale, elle devient suspecte si elle se transforme en ‘marronnier’. A fortiori lorsque l’occasion de vendre du papier est suscitée par un acte de fanatisme haineux.

    Alors ne demandons pas à ‘Charlie-Hebdo’ d’être ‘responsable’, c’est contre sa nature et c’est tant mieux. Souhaitons-lui, simplement, un surcroît d’intelligence. Sinon, il finira par n’être lu que par des cons.

    Charlie, fais gaffe, c’est dur d’être lu par des cons : http://blogs.rue89.com/riwal-ferry/2012/09/22/charlie-fais-gaffe-cest-dur-detre-lu-par-des-cons-228477

  • Le 22 septembre 2012 à 19:26, par Orul

    18h40 Je suis sorti du commissariat avec une affaire classé sans suite. Je ne sais pas si mes camarades sont tous sortis. Pour ma part , énormément de vices de procédures , qui n’ont pu être accepté par le responsables régional de la PJ , présent sur les lieux. Il n’y a que peu d’inquiétude à avoir pour nos camarades , nous n’avons même pas était mis en garde à vue. (Le préfet à du gérer la résonance qu’aurait pu avoir cette histoire médiatiquement.)

  • Le 22 septembre 2012 à 16:17, par harryK

    Des infos ?? ca se passe comment ?

  • Le 22 septembre 2012 à 15:45, par Et dans le monde musulman

    Un edito pas mal à lire sur L’Orient-le-Jour :

    Le délire des images

    Fauteurs de crises, les médias ? Par les temps qui courent, on est fort tenté de se le demander avec anxiété. Car il y va désormais de questions bien plus graves et plus lourdes de conséquences que l’affaire du buste dénudé de la très gracieuse duchesse de Cambridge, indélicatement révélé à ses lecteurs par le magazine Closer.

    Le film L’Innocence des musulmans est un navet aussi stupide que malveillant, bâclé avec un infime budget et chargé d’infâmes intentions. Normalement, le nauséabond légume était promis à la trappe et n’aurait jamais passé le cap des salles confidentielles. Il aura suffi toutefois que ses méprisables producteurs et réalisateurs en placent des extraits sur ce journal planétaire qu’est Internet pour qu’il se transforme en un évènement de retentissement mondial.

    Lire la suite sur L’Orient-le-Jour

    Et des nouvelles un peu ouf de la Libye :

    BENGHAZI, Libye (Sipa) — Des centaines de protestataires s’en sont pris vendredi aux milices islamistes de Benghazi, dans l’est de la Libye, chassant de leurs quartier général les salafistes de la brigade Ansar al-Charia, soupçonnée d’être derrière l’attaque meurtrière du consulat américain la semaine dernière.

    Deux personnes ont été tuées et une trentaine blessées lors d’affrontements près des locaux de la brigade Rafallah Sehati, une autre milice visée par les protestataires, selon une source hospitalière.

    Plus tôt dans la journée, quelque 30.000 personnes avaient défilé à Benghazi pour dénoncer les dérives de ces milices lourdement armées et incontrôlées, qui profitent de la confusion laissée par la chute du régime de Moammar Kadhafi l’an dernier.

    Lire la suite sur le nouvel Obs

  • Le 22 septembre 2012 à 09:56, par 12-7

    Pour ceux qui n’auraient pas saisi la portée du commentaire de "dino desmo" :

    La cartouche de 12,7 × 99 mm OTAN (également appelée : .50 BMG ; Browning Machine Gun) est une munition de mitrailleuse lourde et de fusil de précision utilisée par les forces de l’OTAN.

    source : wikipedia

  • Le 22 septembre 2012 à 09:52, par Qui c’est les identitaires ?

    "Rebeyne" / "bloc identitaire"

    Rebeyne à Lyon, Nissa rebela à Nice ou Projet apache à Paris, il s’agit en réalité des anciens groupes des Jeunesses Identitaires : même dirigeants, mêmes militants, mêmes types de propagande, présentés aujourd’hui comme des groupes complètement autonomes et plus axés sur des thématiques régionalistes.

    Cette nouvelle dénomination tente de différencier dans l’opinion publique les "Jeunesses Identitaires" du "Bloc Identitaire". Les premiers ayant vu leur président, Phillipe Vardon, condamné par la cour d’appel d’Aix-en Provence pour reconstitution de ligue dissoute en septembre 2008. Le Bloc Identitaire, aux prétentions électoralistes, ne désire évidemment pas qu’on se rappelle le passé des membres des deux structures au sein d’Unité Radicale, dissoute par décision de justice suite à la ridicule tentative d’assassinat de Jacques Chirac par l’un de ses membre, Maxime Brunerie.

    Les Jeunesses Identitaires ne se sont pas pour autant transformés en groupes indépendants, la structure nationale a disparu devant une autre appelée "Une autre Jeunesse" dont la principale apparition s’est résumée en une manifestation de 250 personnes à Paris en octobre dernier. Côté décisionnel, les ordres et la hiérarchie interne à ces groupes restent sensiblement les mêmes.

    Ces changements de dénomination, de structures, et parfois même de choix stratégiques mettent toujours en avant la même propagande, centrée essentiellement sur le tryptique immigration, islam et sécurité, si cher à l’actuel gouvernement. Autant dire que la politique actuelle leur offre une vulgarisation de leurs idées à peu de frais... Prenons un moment pour revenir sur les grandes lignes de leur idéologie.

    Identitaires ? Du réchauffé idéologique sous une couche de publicité.

    Passons sur le discours policé sur l’identité européenne, nationale et régionale qui masque mal un racisme viscéral, l’absurdité de parler d’"identité charnelle" comme ils le font nous parait assez claire sur le fond. Cherchons plutôt du côté des principes théoriques (l’ethno-différencialisme, explication sur wikipedia relativement biaisée, on reviendra plus tard sur cette notion partagée en partie par d’autres groupes considérés comme "de gauche") et de leurs sources (la Nouvelle Droite, la Nouvelle Revue d’Histoire, etc.).

    Ces théories ne sont pas arrivées par hasard au sein de l’extrême-droite. Conscients que se trimballer les vieux refrains éculés d’une extrême-droite
    plus traditionnelle n’est pas vraiment vendeur, les identitaires piochent du côté de la Nouvelle Droite, émanation du GRECE (pour Groupement de recherche et d’études pour la civilisation européenne. Dépasser le nationalisme par l’identité européenne, tout en s’opposant à l’Union Européenne. Depuis la fin des années 60 l’extrême-droite s’essaie, sans grand succès, à l’internationalisme régionalisé en ressortant le vieux fantasme d’un peuple européen cohérent. C’est aussi le GRECE qui a élaboré au début des années 70 la théorie de la "métapolitique" qui pousse les identitaires et d’autres à multiplier les associations pour "faire de la politique hors de la politique" : l’idée de base de cette théorie était de contrecarrer le fait que leurs idées n’ont pas d’échos positifs dans la population quand elles apparaissent clairement. On retrouve ainsi parmi les inspirateur des identitaires des anciens du GRECE comme Guillaume Faye.

    La perception sociologique, anthropologique, des identitaires est donc des plus nauséabondes. Leur perception historique vaut également le détour. Développant une fascination pour le "roman national", notamment à travers la vision biaisée que peuvent donner de l’histoire des revues aussi peu sérieuses que la NRH (Nouvelle Revue d’Histoire), les identitaires s’inscrivent dans la droite ligne de l’extrême-droite française, celle qui n’a jamais réussi à prendre pied chez les historiens et les archéologues en raison de sa vision archaïque de l’histoire nationale. Mais les identitaires ont également mis en avant une volonté de s’approprier des symboles historiques plus marqués à gauche, plus populaires, comme les canuts à Lyon ou les apaches à Paris. La situation donne des résultats surprenant puisque par exemple le 8 décembre, les identitaires se réclamant des révoltés du XIXe siècle lyonnais en fêtent les bourreaux [1]. Dur de trouver une cohérence historique là-dedans...

    extrait de Retour sur 2 ans de lutte à Lyon contre l’extrême-droite et ses agressions

    [1Comme à Paris pour le Sacré Coeur, la décision de construire la basilique de Fourvière fut prise quelques semaines après l’insurrection lyonnaise de la Commune de Lyon, en 1870. Sur la Commune de Lyon, voir cet article.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info