Site collaboratif d’infos alternatives

Fafland ? Panorama de l’implantation de l’extrême-droite chez les supporters de l’OL

16 compléments

Le club lyonnais est dans la tourmente depuis quelques semaines, et pas seulement sur le plan sportif. En février, il a en effet été placé sous surveillance par la Direction Nationale de Lutte Contre le Hooliganisme, avec quatre autres clubs (Saint-Etienne, Nice, Montpellier et Bordeaux). L’OL est mis en cause pour la recrudescence d’incidents à caractère racistes, antisémites et homophobes venant de ses supporters. Les dirigeants seront convoqués sous peu à une réunion au Ministère de l’Intérieur. En février 2011, souhaitant jouer la carte de la respectabilité, l’Olympique Lyonnais avait pourtant signé avec la LICRA une charte dans laquelle il s’engageait à lutter contre toutes les formes de discrimination.

Mais l’hypocrisie des instances dirigeantes du club olympien et le strabisme des journalistes sur cette question présentent les incidents comme des faits individuels ou d’une minorité incontrôlée. C’est vite oublier que c’est toute une ambiance, un contexte de tribune et un état d’esprit singulier qui favorisent ces « dérapages ». Et si la proximité entre certains supporters, ou groupes de supporters, et les milieux nationalistes a toujours existé, à Lyon comme dans d’autres villes, s’affichant parfois même sans complexe, elle prend une dimension particulière dans un contexte local de radicalisation d’une partie de l’extrême-droite.

Cet article (non exhaustif !) propose de montrer les jeux de vases communiquants existant entre tribunes de Gerland et groupuscules nationalistes locaux. Il n’a pas pour but de mettre à l’index ou d’accompagner la répression que peuvent connaître les ultras ou les hooligans. Nous ne sommes pas de ceux qui veulent que Gerland ressemble au Parc des Princes, c’est à dire un stade "mort" car sans ambiance. Il a surtout pour vocation de mettre face à leurs contradictions les différents acteurs de l’Olympique Lyonnais, des groupes de supporters aux dirigeants du club.

Après une brève présentation de la culture du stade, plus précisément celle des supporters des tribunes populaires, on fera donc un inventaire des groupes de supporters lyonnais les plus importants, du plus ancien groupe au plus récent, en montrant leurs relations ou non avec les milieux nationalistes et leurs idées, ainsi que leur évolution. Afin qu’au-delà des amalgames et des préjugés souvent colportés au sujet des supporters lyonnais, devant une réalité changeante et variée, la critique, plus précise, se fasse plus incisive.

Sommaire :
- Introduction : cultures de tribune : « ultras » et « hooligans »
- Kop Virage Nord et Bad Gones 87
- Lugdunum’s 93 (1993-2007, virage sud)
- Nucleo Ultra (2000-2007, virage sud)
- Cosa Nostra Lyon (2007-2010, virage sud)
- Lyon 1950 (2010, virage sud)
- Supporters indépendants et Hooligans
- Rubrique des méfaits divers

À lire sur le même sujet :
- Rue89 : Retour du racisme dans les tribunes de foot : le cas de Lyon.
- So Foot : Lyon, où sont les fafs ? et Virage sud Lyon, la mauvaise réputation
- OL : derrière les supporters nazis, les identitaires de ’Rebeyne’


Cultures de tribune : « ultras » et « hooligans »

On ne peut faire un article sur le monde des tribunes sans rendre compte, de manière rapide, de quel univers on parle. La caricature simpliste du supporter de foot aviné, beauf, en bref bas du front, ne permet pas de comprendre la sous-culture [1] qui existe dans les tribunes populaires. C’est un monde fait de codes, de valeurs, avec son propre langage et ses propres normes. Il existe deux « mentalités » : l’une italienne (ou latine) et l’autre anglaise.

La mentalité dite « latine » désigne ce que l’on appelle les « ultras ». Elle est née en Italie à la fin des années 60. Les ultras sont des supporters qui choisissent d’encourager leur équipe en se regroupant sous forme d’associations. Ils se trouvent le plus souvent dans les virages des stades (les tribunes situées derrière les buts) traditionnellement désignés comme les tribunes populaires (le prix d’une place y est généralement inférieur aux places des tribunes latérales). Leur soutien est actif, axé autour de l’animation des tribunes, et de la défense symbolique ou non, de celles-ci face aux supporters adverses. Les ultras animent leurs tribunes dans le but d’en faire un spectacle, qu’on appelle un "tifo" [2] : Ils utilisent pour cela des "calicos" [3], drapeaux et tout un tas d’artifices dont des fumigènes (qui sont interdits et qui entraînent régulièrement répression policière et judiciaire).

Les ultras mettent un point d’honneur à prouver leur fidélité, en ne manquant aucun déplacement, en chantant et soutenant leur équipe même quand elle perd (et tant qu’ils jugent qu’elle fait preuve des même valeur qu’eux : de courage et de volonté), les supporters prouvent qu’ils sont des ultras, des fanatiques, des irréductibles... C’est ce qui les différencie des supporters classiques, partant avant la fin du match préférant éviter 30 min de bouchons que de suivre leur équipe jusqu’au bout.

Tous les « supportérismes » n’ont d’ailleurs pas le même impact. Le public assis sagement à Lyon dans les tribunes de Jean-Jaurès et de Jean Bouin (venu consommer un spectacle plus que supporter une équipe, d’une certaine manière) n’a pas le même profil que celui que l’on retrouve dans les virages nord et sud. Il n’a pas le même engagement vis à vis du club et de l’équipe. Pas la même passion, ni la même ferveur. Pour les ultras, supporter une équipe est un engament, comme une forme de militantisme.

JPEG - 118.2 ko
Ultras Inferno - Standard de Liège.

La mentalité "anglaise" repose avant tout sur les chants tout du long de la rencontre, et va de paire avec une volonté de prendre le dessus sur les supporters adverses, y compris physiquement quand le contexte le permet. Ces supporters sont des "fans". Ils sont parfois eux aussi regroupés en associations de supporters. Cette mentalité de "fans" désigne également les supporters dits "indépendants". Ces supporters n’appartiennent à aucun groupe officiel, ils ne sont pas "cartés". On appelle les plus "durs" d’entre eux les hooligans.

Pour les hooligans il y a deux championnats : celui des équipes de football et le leur, par affrontements entre groupes de supporters. Dans une société où la violence est bannie, et celle de l’état et de ses forces de l’ordre la seule qui soit considérée comme légitime, les affrontements entre supporters sont vus comme une dégénérescence du sport moderne. Pour autant, ces affrontements répondent à des règles, et malgré les accidents qui peuvent arriver parfois le but des combattants n’est pas de "tuer" l’adversaire, mais tout simplement de prendre le dessus et de le contraindre à la fuite.

La pacification à l’intérieur des stades et en dehors ainsi que la répression du mouvement ultra les conduisent à organiser et prévoir leurs affrontements. Les rendez-vous se prennent de leader à leader, pour convenir d’un endroit, d’une heure et du nombre de participants de chaque côté. Chose marquante, une règle prévaut pour tous : pas d’armes. Règle semble-t-il peu respectée par les niçois ou montpelliérains par exemple, ce qui leur vaut une haine partagée à peu près par tous les supporters d’hexagone. Les hooligans, les vrais, s’affrontent entre eux, et ne s’en prennent pas au premier porteur d’écharpe adverse venu. La plupart du temps les affrontements se déroulent dans les jours qui précèdent ou suivent le match. Mais une nouvelle mode, venue d’Europe de l’Est, pousse certains hooligans à organiser des "tapes" à 40 contre 40 perdus au font d’un bois, en dehors de toute confrontation footballistique. Chaque groupe se reconnaissant par des tenues de couleurs différentes, comme des équipes de foot... Il s’agit d’une dérive de la culture hooligan s’apparentant plus à des combats de free fight collectif qu’ à autre chose.

Il peut paraître étonnant de parler de "culture" pour parler du mouvement hooligan, mais elle existe. La culture hooligan, et le mode de vie qui s’y associe, est née en parallèle du mouvement skinhead [4] dans l’Angleterre de la fin des années soixante. Le football revêt une importance culturelle et sociale outre-manche sans commune mesure avec la France [5]. Dès lors, dans l’Angleterre de Margaret Thatcher, les frustrations sociales et les rivalités de territoire entre bandes (skinheads, rudeboys, rockers ou bikers) vont vite trouver un exutoire dans les stades et leurs alentours. La culture hooligan, notamment vestimentaire, puise dans la culture skinhead à travers les marques Lonsdale et Fred Perry. Elle a également construit ses propres codes vestimentaires et produit un nouveau surnom pour les hooligans : "casuals". Le look "casual" est plus discret que le look skinhead, et il est né de la volonté, pour les plus irréductibles des stades, de passer inaperçu aux yeux des flics... et de pouvoir se reconnaître entre eux, et avec leurs adversaires, en portant des marques comme Stone Island, Burberry, Adidas ou Lacoste.
Du côté musical, on retrouve souvent l’héritage skinhead à travers différents groupes de Oi ! ou de punk, de reggae, de rocksteady et de ska. Changements culturels aidant, certains y ajoutent du rap ou différentes musiques électroniques.

JPEG - 45.9 ko
Zulus Army - Birmingham Zulu Warriors. La firm black, blanc et bleu (couleur du club).

Depuis quelques années, les stades de football deviennent le lieu de l’expérimentation des systèmes de contrôle et de punition applicable au reste de la société. De l’architecture anti-émeute à la vidéo surveillance totale (comme au Stade de France, où les supporters peuvent être suivis de la station de métro à la place au stade), en passant par la puce RFID dans le billet du match (mis en place pour la coupe du monde 2006). Le côté "modèle réduit" que présente le stade de football intéresse les spécialistes de la sécurité. Les interdictions préventives d’aller et venir, d’assister au match ou de sortir du territoire (sanction pouvant être appliquée par simple volonté du préfet) sont monnaie courante et fédèrent les ultras de toute la France.

JPEG - 56.5 ko
1950 : Naissance de l’Olympique Lyonnais.

Bad Gones 87, Kop Virage Nord

Les Bad Gones traînent depuis leurs débuts une mauvaise réputation dans le monde des tribunes, celle d’un groupe de fachos. Les clubs de supporters ouvertement antiracistes et parfois clairement de gauche ne manquent pas une occasion de les pointer du doigt comme la peste brune des stades au même titre que les membres du KOB parisien, les niçois ou les lillois. Mais d’où leur vient cette si fâcheuse réputation ?

JPEG - 82.5 ko

Créé à Messimy (petit village de l’ouest lyonnais) en 1987 avec comme devise « Combattre et Vaincre » le groupe de supporters affiche clairement la couleur dès ses débuts, avec une première écharpe « faite maison » arborant une croix celtique.

JPEG - 9.2 ko
On notera la deuxième devise inscrite sur l’écharpe : « notre honneur s’appelle fidélité », devise SS.

Le groupe se constitue au départ dans la tribune Jean Bouin (surnommé alors KGB - Kop Jean Bouin) avant de rejoindre le virage nord en 1988. Il est composé en partie de skinheads néo-nazis originaires de certains quartiers populaires de Lyon ou des communes de l’ouest lyonnais. Ils affichent des opinions politiques nationalistes et attirent rapidement les étudiants fascistes de Lyon III regroupés en partie au sein du CLAN (Comité Lyonnais d’Action Nationaliste). Ces derniers seront chassés par la suite par le « noyau dur » du groupe qui leur reprochera leurs ambitions politiciennes (diffusion de tracts dans les tribunes très peu du goût des membres des BG). Ils n’avaient pas non plus envie de servir de gros bras à ces jeunes issus de la bourgeoisie du 6e arrondissement de Lyon et des Monts-d’Or. Jusqu’au milieu des années 90, les Bad Gones feront parler d’eux dans la presse au travers de faits divers racistes, antisémites [6] ou de violences les amalgamant au milieu hooligan.

Depuis la fin des années 90, le groupe travaille à sa dédiabolisation autant par choix stratégique que par obligation. En passant la barre des milles adhérents au début des années 2000 (le groupe n’était composé que de 400 membres environ en 1997) et sous la pression du club, les dirigeants des BG n’ont eu de cesse de tenir leurs troupes, surtout à Gerland, les « dérapages » arrivant plus ou moins régulièrement à l’extérieur.

JPEG - 46.8 ko

En effet, malgré les efforts pour contrôler les fans les plus ouvertement racistes, le groupe reste animé par un esprit de « droite », a minima patriotique et parfois ouvertement nationaliste. Il joue avec l’ambiguïté d’une grande profusion de drapeaux français en tribune. Dans le monde des supporters ce n’est pas anodin, c’est un marqueur politique. Les gones s’en défendent évidemment, et il est vrai que le bleu et le rouge sont les couleurs du club, le blanc c’est esthétique comprenez-vous... Les Bad Gones sont aussi l’un des rares groupes de supporters à chanter La Marseillaise [7]. Principalement en Ligue des Champions, mais cela arrive aussi contre certaines équipes françaises et pas n’importe lesquelles en général, comme contre la Duchère en 32e de finale de Coupe de France en janvier dernier.

Les provocations à caractère raciste ou nationaliste s’étaient estompées depuis la saison 1997/1998 jusqu’en 2004-2005. Elles s’étaient faites plus rares, surtout à domicile. En revanche lors des déplacements, certains gones ont semblé se lâcher plus facilement : bras tendus à Auxerre lors de la saison 2004-2005, re-belotte à Clermont-Ferrand la même saison, provocations lors de la saison 2005-2006 à Grenoble en coupe de France, etc etc…

Un autre exemple, moins grave, mais tout aussi révélateur : la manière dont s’étaient démarqués les BG en 2002 lors de l’entre-deux tours des présidentielles, notamment lors de leur déplacement à Bordeaux avec une banderole « halte au gauchisme » du plus bel effet et une banderole pour le moins ambigü à domicile lors de la réception de Lens en championnat, la veille d’un certain 5 mai :

JPEG - 40.5 ko

L’interprétation du slogan pouvait être celle-ci : Le Pen est seul contre tous, comme l’OL. Le lettrage « gothique » renforçant l’« ambiguïté » du message.

Les Bad Gones sont aujourd’hui le plus gros groupe de supporters de Lyon (plus de 2000 encartés) et ils entretiennent des relations plus que cordiales avec la direction du club. Toute mauvaise publicité mettrait à mal leur légitimité si durement acquise auprès de Jean-Michel Aulas ainsi que les avantages sur les abonnements conclus avec le club, ou le soutien logistique pour certains déplacements.

Et en terme de mauvaise publicité, le faux communiqué de soutien au supporter parisien mort suite à des affrontements entre membres de la tribune Auteuil et de la tribune Boulogne en mars 2010, fit l’effet d’une petite bombe. Signés par les Bad Gones et Lyon 1950, les deux clubs de supporters nièrent tout lien avec les auteurs. Objectivement, les deux groupes auraient eu beaucoup trop à perdre en s’associant à une telle logorrhée raciste, et ils n’ont certainement pas participé à sa rédaction. Pour autant il est révélateur de la mentalité que peuvent prêter certains fans lyonnais (comme les rédacteurs de ce communiqué) aux groupes de supporters de Gerland.

JPEG - 170.7 ko

Enfin, il n’est pas anodin de constater que les Bad Gones sont jumelés avec les Ultras Sur de Madrid, club de supporters réputé pour son idéologie fascisante.

JPEG - 22 ko
JPEG - 44.3 ko
JPEG - 20.3 ko

Et si jamais c’était pas assez explicite ...

JPEG - 48.7 ko

Lugdunum’s 93 (1993-2007, virage sud)

PNG - 7.6 ko

Le groupe a été monté par des anciens Bad Gones plus tournés vers la mentalité "ultras" que la mentalité "fans" dominante au virage nord.
Certains membres du groupe semblent avoir eu quelques connivences nationalistes. L’une des premières écharpes sortie par le groupe ressemble à un étrange clin d’œil à celle du cousin du virage d’en face.

JPEG - 142.7 ko

De manière plus concrète, le 14 novembre 2004, lors d’une manifestation contre l’entrée de la Turquie en Europe, organisée par les identitaires lyonnais, ce sont des membres des Bad Gones et des Lugdunum’s, faisant office de service d’ordre pour l’occasion, qui chargèrent la contre-manifestation antifasciste.

Par ailleurs, Jean-Yves un supporter membre des Lugdu mort dans un accident de voiture lors d’un déplacement à Nantes en avril 2005 était proche du groupuscule Action Nation aujourd’hui disparu. AN étant à l’époque une "sous-boutique" de Grégory Gennaro, militant et responsable du Front National sur Lyon et dans le sud de la France. Il lui avait rendu à l’époque hommage sur le forum de son groupuscule, tandis que lors du match PSG-OL le 17 avril 2005 les joueurs du club déposaient une gerbe de fleurs en son honneur aux pieds de la tribune.

Il est intéressant de noté également que les Lugdu étaient jumelés avec les supporters italiens de Côme, connus pour leur état d’esprit très à droite.

JPEG - 51.7 ko

Nucleo Ultra (2000-2007, virage sud)

PNG - 20.9 ko

Les Nucleo, qui logeaient en virage sud inférieur aux côtés des Lugdu, semblaient être le groupe le plus réellement apolitique du stade. Le groupe est né en 2000, sous l’impulsion d’une ancienne section des Bad Gones, la "Section Clio" [8], se revendiquant ultra, une histoire similaire en somme à la création des Lugdunum’s. A la grande différence des Bad Gones, ils ne cherchaient pas des relations d’entente avec la direction du club, les membres ne bénéficiaient pas de la réduction sur l’abonnement par exemple. Certains de leurs chants étaient contre Jean-Michel Aulas le grand manitou olympien... un autre chant se faisait sur l’air de Bella Ciao, chant révolutionnaire italien ! C’est jusqu’à aujourd’hui le seul groupe de supporters de Lyon à s’être revendiqué contre le football moderne et son business.

À la fin de la saison 2006-2007 les Nucleo et les Lugdu décidèrent de fusionner et de former le groupe Cosa Nostra Lyon.

JPEG - 22.6 ko

Cosa Nostra Lyon (2007-2010, virage sud)

La Cosa Nostra Lyon (CNL) est donc née en juin 2007 du regroupement des deux groupes de supporters Lugdunum’s et Nucleo Ultra. Pas forcément du goût de tous parmi les anciens des groupes disparus, la volonté était d’unifier la tribune derrière une seule "bâche" et d’additionner les énergies. Le groupe vivra 3 ans avant d’être dissout par décret du ministère de l’intérieur le 28 avril 2010.

Il semblerait que l’influence montante de la mouvance identitaire au sein du virage sud ces dernières années, auprès de la CNL ou des indépendants du virage sud, ait contribué à développer des tensions internes comme à favoriser certains incidents ayant servis d’arguments aux autorités pour dissoudre le groupe : dégradation de l’aire de repos de Beaune-Mercueil et attaque d’un car de supporters niçois, plusieurs membres du groupe interdits de stade, participation de plusieurs membres à un déplacement en cars vers Saint-Etienne en novembre 2009, organisé par les indeps, et à l’occasion duquel la police mis la main sur diverses armes et drogues...

Le groupe est très rapidement dans le colimateur du club, qui en fin de saison 2007/2008, avant même la dissolution, lui interdit de mettre la "bâche" officielle en bas de tribune, la faute au nom du groupe reprenant l’un des noms de la mafia sicilienne. La Cosa se contente alors d’exister officiellement uniquement en déplacement. La fin de la Cosa est allée de paire avec le désinvestissement de certains anciens du virage (ex-Nucleo ou Lugdu), échaudés par les tensions [9] et les problèmes qu’accumulaient la CNL.

La dissolution effective d’avril 2010 ne concerna en un sens qu’un noyau dur de 40 irréductibles (payant un peu les pots cassés pour d’autres) pour un groupe ayant accueilli jusqu’à plus de 500 membres au meilleur de sa forme. Commençant à prendre le relais de la Cosa Nostra, le groupe Lyon 1950 apparait dès 2009 tout en ayant une existence chaotique à Gerland avant de devenir le 4e groupe officiel de la Curva Sud (le virage Sud) à la reprise du championnat courant août 2010.

Lyon 1950 (depuis 2010, virage sud)

Le groupe est créé durant la saison 2009/2010 par des « historiques » de la tribune sud jusque-là non impliqués dans les groupes de supporters ayant existé. Les fondateurs avaient au départ pour objectif de monter un groupe de "fans" plus qu’ "ultras", c’est-à-dire moins de tifos et plus de chants. L’arrivée de jeunes en provenance du virage nord avec une mentalité "ultras", changera quelque peu la donne. Ils auraient pour certains rejoint la tribune sud pour y exprimer plus facilement certaines de leurs convictions. La faute à la réputation du virage d’être lié aux hooligans et à certains mouvements nationalistes.

Comme l’analysent eux-même les leaders de Lyon 1950, la tribune sud n’est pas une tribune comme les autres, puisqu’elle accueille les supporters visiteurs. Elle est aussi la tribune de « résidence » des indépendants et des hooligans. Cette proximité favorise une certaine porosité avec les indépendants dont nous parlerons plus loin.

Lyon 1950, ce dernier-né des groupes de supporters de l’OL se retrouve pointé du doigt ces dernières semaines pour des actions racistes ou violentes de la part de certains de ses membres ou sympathisants. En cause notamment les échauffourées lors des matchs aller et retour contre Montpellier.

Sur le forum officiel du club, OLweb, le compte « bureau 1950 » représentant officiellement le groupe de supporters, n’y va pas par quatre chemins dans un message publié le 6 février dernier : l’avenir du groupe est en jeu. Affichant une volonté de transparence et de refus que leur groupe soit utilisé par certains comme vitrine politique, les dirigeants insistent et disent travailler depuis plusieurs mois à « dépolitiser » la tribune. Effectivement, des affiches et des flyers demandant aux membres du groupe et sympathisants de bannir tout affichage idéologique et toute provocation dans la parcage ont été diffusés durant l’automne 2011.

Mais tous les leaders de la tribune ont-ils toujours tiré dans le même sens ? Les leaders du virage et de Lyon 1950 semblent en effet entretenir des relations contradictoires avec certains groupuscules fascistes locaux et notamment avec les identitaires. Par exemple, en décembre 2010, l’un des leaders du groupe invitait les membres de Lyon 1950 à participer à la manifestation Lugdunum Suum organisée par les identitaires. Il précisait également que des drapeaux lyonnais étaient disponibles à la vente pour les membres du groupe, auprès d’un surnommé "Robloch"... "Robloch" n’étant autre que Pierre Robesson, secrétaire dans les statuts associatifs du local "La Traboule" (local des identitaires lyonnais) et organisateur du rassemblement identitaire du 14 mai 2011. Cinq mois plus tard, changement de discours des leaders : interdiction pour les membres du groupe d’afficher une quelconque appartenance à Lyon 1950 pour ceux qui se rendraient au "rassemblement pour la liberté" des identitaires le 14 mai.

JPEG - 191.6 ko
Mai 2011 : Rassemblement anti-puel organisé par Lyon 1950. On y retrouve plusieurs individus connus des milieux fascistes lyonnais, dont un participant avec un t-shirt du groupe néo-nazi belge "Les Vilains" (tout à droite sur la photo).

Il n’est pas rare également de voir un drapeau serbe dans le parcage Lyon 1950, rien de moins qu’un soutien discret aux nationalistes serbes anti-musulmans, comme lors du match contre l’APÖEL Nicosie à Gerland en Ligue des Champions le 15 février dernier.

Le virage sud est devenu depuis 6 ans environs le principal refuge pour les plus nationalistes des supporters de l’OL. Sans cynisme, il semble que la situation dont héritent aujourd’hui les responsables de Lyon 1950 est le fruit de mauvaises graines qui ont été pendant trop longtemps tolérées dans cette tribune. Comme dit l’adage, on ne récolte que ce que l’on sème.

Le groupe est aujourd’hui à la croisée des chemins : faire un véritable "ménage" ou être dissous et disparaitre si les "dérapages" persistent. Il ne sera pas aisé de couper les ponts avec les apprentis nationalistes les plus excités, mais croire que les intégrer au groupe en leur donnant des responsabilités (comme le mégaphone parfois...) les fera évoluer peut sembler un peu naïf. Pour autant, il n’y a que les "autorités" pour croire que la dissolution d’un groupe règle le problème. Pour cela il suffit d’un constat : la Cosa Nostra a été dissoute pour des raisons proches de celles qui menacent aujourd’hui Lyon 1950, preuve qu’aucun travail de fond n’a été mené, ni par le club, ni par les supporters eux-mêmes... La charte signée avec la LICRA n’y changera rien tout comme les éventuelles interdictions de stade qui pourraient être prononcées.

JPEG - 37.2 ko
Une vue imprennable sur Gerland ...

Supporters indépendants et hooligans

C’est parmi les supporters indépendants que l’on retrouve le plus souvent les hooligans. Mais rien n’est figé, et il existe une certaine porosité entre groupes ultras et milieu indépendant/hooligan. Il n’est pas rare de voir des membres de groupes de supporters ultras partir en déplacement avec les indeps. Cette porosité tien au fait que les indépendants partagent la tribune à Gerland avec des groupes constitués et officiels. Ils sont surtout présents au virage sud mais quelques uns résident également au virage nord.

JPEG

Estimés par la police à une cinquantaine, le noyau dur est constitué d’une quarantaine de membres, certains réunis en firm [10]. Ils n’ont pas tous d’orientation politique précise, certains sont de gauches, d’autres plus à droite et d’autres apolitiques. La tolérance des uns envers les autres reposent sur la légitimité acquise dans les affrontements avec les indeps, hools ou ultras adverses. Autour de ce noyau dur gravite différents individus et petits groupes ayant une double appartenance : supporters et militants nationalistes.

L’implication de ces derniers dans la vie du mouvement indépendant lyonnais (et dans les différents groupes de supporters) est relativement marginale, hormis certaines exceptions. Ils sont surtout présents à Gerland ou en déplacement quand l’OL rencontre des équipes dont ils haïssent les supporters, souvent parce qu’ils sont ouvertement antiracistes : Saint-Etienne (Green Angels), Bordeaux (Les principaux groupes ultras se revendiquant de gauche et/ou antiracistes), Marseille (Idem) ou Montpellier (parce qu’antiracistes mais avant tout parce que les ultras viennent pour une bonne partie du quartier populaire de La Paillade).

Les apprentis fascistes qui gravitent dans les tribunes lyonnaises travaillent depuis plusieurs années à amener un maximum de fans vers les groupuscules politiques locaux, en ayant une prédilection pour les hooligans, qui potentiellement font un bon service d’ordre, ou une bonne force de frappe pour une action coup de poing. Dans les années 90, le FNJ et l’UDEL [11] s’y sont essayés. Depuis le début des années 2000, ce sont surtout les identitaires qui mènent ce travail de drague.

JPEG - 16.4 ko
L’une des rares apparition publique en tribune des indépendants, menée par les identitaires. Mars 2008, match Lyon-Bordeaux.

Cette influence des identitaires, et l’implication de certains dans le milieu indépendant [12] provoqua un tournant dans l’histoire du hooliganisme lyonnais lors de la saison 2008/2009 : une résurgence marquante du milieu hooligan par la multiplication des rixes avec les supporters adverses et le développement d’une nouvelle génération squattant le quartier Saint-Jean (Section Saint-Jean, 4F...). Au début de l’été 2009, c’est presque une centaine d’indeps qui se retrouvèrent au Wallace, pub du quartier Saint-Paul, pour fêter le "renouveau hooligan lyonnais".

Les identitaires entrainèrent ainsi en janvier 2010 quelques hools dans l’attaque du rassemblement contre Éric Besson lors d’un débat organisé à la préfecture de Lyon sur l’identité nationale. Plus récemment cette influence s’exprima à nouveau lors de l’attaque du concert de Sniper en décembre 2011.

JPEG - 36.1 ko
Autocollants produits par des membres de la Section Saint-Jean, jeunes néo-nazis tournant au départ autour des identitaires et se rapprochant par la suite de Lyon Dissident.

Avec l’ouverture en avril 2010 du Bunker Korps, c’est la mouvance néo-nazie qui se mit à faire du pied aux hools et ultras lyonnais, avec un relatif succès. Pour la première fois, les éléments les plus fascisants du stade avaient un lieu pour se retrouver, regarder des matchs (spécialement programmés pour les interdits de stade (IDS)) et s’entraîner au free fight.

JPEG - 32.6 ko
Soirée Foot organisée par Lyon Dissident au Bunker Korps

Attirant donc à eux une partie des indeps et hools, les néo-nazis prirent une certaine influence au stade, aidés par quelques individus, souvent jeunes, faisant "courroie de transmission". Cette influence se concrétisa par un événement coorganisé par l’équipe de Lyon Dissident et l’un des leaders des indeps du virage sud.

JPEG - 69.8 ko

La soirée fut organisée pour les hooligans lyonnais par Chicago Bull’s, alias Julian [13], et l’association Rock’N’Gones, paravent de Lyon Dissident. Une compromission étonnante de la part de quelqu’un qui fait le capo [14] occasionnellement pour Lyon 1950.

Dans un contexte de violences portées par différentes bandes ou groupuscules fascisants, certains hools lyonnais se sont affichés publiquement à plusieurs occasions aux côtés de militants nationalistes. Ce fut le cas notamment le 10 avril 2010, lorsqu’ils se regroupèrent au bar le Wallace pour provoquer la manifestation antifasciste ayant lieu ce jour là.

JPEG

L’autre sortie publique remarquée eu lieu en octobre 2010 durant le mouvement social contre le projet de réforme des retraites. Initiative au départ plus chauvine et cocardière que réellement fasciste, ce rassemblement de près de 200 personnes venues pour en découdre en centre-ville avec les "casseurs", fût piloté en sous-main par des membres de Lyon Dissident (dont les anciens membres du bureau de l’association Rock ’n’ Gones, Renaud Mannheim, Pierre Scarano et José Magalhaes [15] ) bien aidés par certains jeunes apprentis hooligans gravitant à la fois autour du Bunker Korps et des identitaires (par exemple le surnommé "Willo", sur lequel nous reviendrons plus loin).

JPEG - 169.4 ko

À la différence de ce qu’on pu écrire la plupart des journalistes au sujet de ce rassemblement, ce ne sont pas les identitaires qui l’ont organisé. Certains étaient certes présent, mais ils n’en étaient pas les meneurs. Pour autant, la mouvance identitaire à travers les sites Novopress Lyon et FDesouche l’a largement récupéré. Récupération qui ne fût pas du goût de tout le monde au stade par ailleurs.

JPEG - 83.4 ko

Le milieu indépendant lyonnais oscille entre populisme, apolitisme et tendances fascisantes, au gré des influences des groupuscules locaux nationalistes ou fascistes. Tout un travail de séduction mené et soutenu par de jeunes "relais" gentiment encouragés par les ainés, et portant les deux casquettes : indep/hools et activistes. Plus que militants, leur engagement est avant tout porté sur la violence. Ils n’ont pas réellement d’idéologie précise, affectionnant avant tout un folklore très radical et la provocation. Souvent jeunes entre 20 et 25 ans, ils gravitent autour de différents courants et groupuscules, vont des uns aux autres en fonction des opportunités. Ils ne s’investissent pas dans le long terme pour la plupart, ne sont pas forcément très gérables, plusieurs sont des têtes brûlées, qui finissent souvent par passer par la case "palais de justice", et parfois la case "prison".

Une bonne partie de ces jeunes se sont retrouvés en septembre 2011 au pied de la Basilique de Fourvière pour une "manifestation" : Le Hard Bass Lyon qui traversa toute la ville, en prenant le métro, pour finir où ils ont l’habitude d’aller, au Ninkasi Gerland. Tout ça sans rencontrer un flic, ni même un contrôle TCL ! Comme quoi la vidéo-surveillance... L’idée lancée par des jeunes des virages nord et sud a rassemblé des supporters issus de tous les groupes (environ 80 participants) : Bad Gones, Lyon 1950 et indeps. Ce happening est dans la ligne d’une mode lancée par le milieu hooligan et nationaliste de pays d’Europe de l’Est comme la Pologne et la Russie. Le principe est simple : faire irruption en groupe dans n’importe quel lieu public, masqué (ou non), en gigotant sur une musique électronique proche du "jump style".

JPEG - 49.3 ko
C’est les Anonymous qui doivent être contents...

Rubrique des méfaits divers

La Mezza Lyon (virage sud) est une firm d’une quinzaine de membres qui existe depuis environ quatre ans et s’est toujours affirmée comme fasciste.

JPEG - 73.8 ko

Elle a fait parlé d’elle très récemment dans la rubrique des faits divers : 6 de ses membres ont été interpellés suite à des dégradations sur des véhicules de membres des Magic Fans (groupe de supporters stéphanois installé au virage nord du stade Geoffroy-Guichard, à St-Etienne) et des tags nazis.

JPEG - 150.8 ko
Août 2010, OL-Servette de Genève à Tignes.

Août 2010, match d’avant-saison de l’OL sans aucun enjeu sportif à Tignes contre le Servette de Genève. L’occasion rêvée pour quelques apprentis nazis de faire parler d’eux. Derrière la croix celtique, on retrouve un jeune de 22 ans : N. André surnommé "Willo" (avec la casquette à l’envers et la bière à la main sur la photo ci-dessus).

En décembre 2010 il fût l’un des combattants (catégorie moins de 70 kg ; 58 kg) du tournois de Mixed Martial Art (MMA - free fight) organisé par la Vlaams Huis lilloise qui a elle aussi intégré 3ème Voie après avoir fait partie de l’alliance les réunissant avec Lyon Dissident et Le Local de Serge Ayoub. Il est à la fois proche des anciens de Lyon Dissident et des identitaires. Il a d’ailleurs donné plusieurs coups de main à Solidarité Kosovo notamment en juillet 2011 pour le chargement d’un convois de matelas.

PNG - 560.5 ko
"Willo" en polo bleu ciel. Photo prise sur le site de Solidarité Kosovo.

Il tente également de lancer la mouvance "nationaliste autonome" sur Lyon, pour l’instant sans grand succès et avec quelques légères déconvenues, dont des autocollants moribonds puisqu’affichant l’adresse d’un site internet mis hors d’état de nuire avant même que le premier sticker n’ait été collé.

C’est à ce titre de "leader" d’une mouvance fantomatique qu’il est convié aux réunions de coordination des groupes nationalistes les plus radicaux, l’Unité Gauloise (regroupant le GUD Lyon, les Jeunesses Nationalistes et 3e Voie Lyon (ex-Lyon Dissident)).

Il a tout à fait le profil du jeune activiste nationaliste décrit plus haut ; hyper-actif, présents partout et gravitant autour de tous les groupuscules possibles.

JPEG - 51 ko
1987, les Bad Gones sont créés et Jean-Michel Aulas est nommé président du club. 1989 : l’OL retrouve la première division.

Au-delà de ces exemples individuels, des compromissions de certains leaders ou des ambiguïtés de certains groupes de supporters avec la droite nationaliste la plus radicale, le problème réside bien dans les valeurs et les repères qu’acquièrent les supporters, parfois très jeunes, dans les virages de Gerland. Un phénomène renforcé par les échanges sur Internet qui favorisent la diffusion des idées xénophobes, voire clairement nazies, parmi les jeunes supporters lyonnais.

JPEG - 75.6 ko
A Genève, 31 Juillet 2011, match Lyon - Porto, saluts nazis de très jeunes supporters lyonnais dans les tribunes

Les tribunes populaires du stade de Gerland, sont, et ont toujours été, un vivier pour les groupuscules fascistes de l’agglomération lyonnaise. L’influence qu’ils y exercent entretient ce vivier. L’un favorise l’autre, et vice versa. Certains leaders "nationalistes" l’ont bien compris, et en font un terrain de recrutement privilégié en même temps qu’un lieu de diffusion de leurs idées. Dans le renouveau de l’extrême-droite radicale voire néo-nazie à Lyon, l’OL porte donc une responsabilité certaine. La solution se trouve peut-être du côté de supporters décidés à changer la donne, en résistant à l’entrisme de l’extrême-droite ou en défendant d’autres valeurs. Avant que cette association, même involontaire, ne jette définitivement un voile puant sur l’ensemble du club lyonnais.

Collectif Article 31

Notes

[1Entendue en tant que culture « alternative » ou « marginale » des cultures dominantes comme le conceptualise Valérie Fournier dans « Les nouvelles tribus urbaines », Georg éditeur, Chène-Bourg, 1999.

[2Tifo vient de l’italien et signifie par extension « soutenir ».

[3Calico : une sorte d’étendard tenu à deux mains.

[4Le terme skinhead ne désigne pas ici la dégénérescence médiatiquement connu du néo-nazi au look paramilitaire. Il désigne un mouvement culturel et social de jeunes pauvres issus des banlieues anglaises (et londoniennes avant tout), portés sur les musiques jamaïcaines, les fringues, l’alcool, le foot et la baston. Autrement, et faute de mieux, voir l’article de wikipédia.

[5Pour preuve, tous les quartiers de Londres ont leur club. Pas moins de cinq équipes professionnelles de la capitale anglaise participent au championnat de Premier League (Tottenham, Arsenal, Chelsea, Fulham et Queens Park Rangers).

[6Pour mémoire, rappelons qu’en 1992 deux gones avaient défrayé la chronique en profanant le cimetière juif de Lyon-Guillotière. Dans la nuit du 12 au 13 septembre 1992, G. Tomitch (19 ans) et N. Mounier (20 ans) n’avaient rien trouvé de mieux que de taguer des croix gammées sur les tombes d’enfants juifs et sur le monument aux morts érigé en l’honneur des soldats juifs tombés lors de la seconde guerre mondiale, tout ceci après avoir assisté à un match de l’OL à Gerland. Les deux profanateurs furent condamnés à 16 mois de prison dont 8 avec sursis, à une peine de mise à l’épreuve de 3 ans par le tribunal correctionnel de Lyon ainsi qu’une interdiction de stade pendant cette période. Ils furent aussi condamnés à verser 10 000 francs de l’époque au MRAP, à la LICRA et à l’Association Culturelle Israélite de la ville de Lyon, tandis que la ville de Lyon reçut 12 000 francs au titre du préjudice matériel subi.

[7oui, oui, d’accord, chanter La Marseillaise ne fait pas de vous un nazis, mais pourquoi ne pas chanter l’internationale aussi ... ? hum.

[8Parce qu’habitués des déplacements en...Clio.

[9Les "bâchages" très identitaires (thématiques du "racisme anti-blanc" et "pro-serbe du Kosovo") de certains indeps faisant grincer quelques dents.

JPEG - 53.2 ko
Virage Sud, Mars 2008, match Lyon-Bordeaux.

[10Mot anglais désignant dans le langage footballistique un groupe de hooligans, souvent un groupe d’amis.

[11Union de Défense des Étudiants Lyonnais, émanation locale du GUD disparue en 2003.

[12Notamment "Robloch", qui "raccrocha" il y a presque deux ans, bien obligé de choisir aussi entre hooliganisme et politique, surtout quand on fait partie d’un mouvement qui entend se soumettre au suffrage universel. Étonnamment, mais certainement pour régler quelques embrouilles avec certains fans du virage nord, il fût du déplacement à Montpellier le 14 janvier dernier avec les indeps...

[13Ou encore "Fred" dans le reportage de l’émission Enquête Exclusive de M6 consacrée aux mouvements indépendants et ultras, diffusée en juillet 2007.

[14Le capo est celui qui lance les chants et "chauffe" la tribune. Rien à voir ici avec le kapo maton des camps de concentrations.

[15alias "Gilette", mis en cause dans l’agression (à 10 contre 2) de deux personnes, l’une d’origine magrébine et l’autre asiatique, le 3 juillet 2005 Quai St-Vincent dans le 1er arrondissement de Lyon suite à un anniversaire dans un pub. Il se fit remarquer plus récemment en juin 2011 dans un procès l’opposant à des militants antifascistes.

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 29 octobre 2013 à 12:51, par Forézien

    Petit apport quand même... L’animosité avec les Green Angels de Sainté n’est pas du à leur côté antiraciste, mais juste parce qu’ils sont stéphanois, faut quand même pas toujours mettre de la politique et du racisme quand il n’y en a pas...

    D’ailleurs la haine avec legroupe des Magic Fans, qui tende beaucoup plus vers l’apolitisme et qui comporte en son sein des gens d’extrême-gauche, mais aussi d’extrême-droite, est encore plus forte.

  • Le 27 février 2013 à 14:22, par Le ivre est une larme (contrepétrie)

    Tout d’abord, Rabi a sans doute raison de dire qu’il est important de laisser la parole à tout le monde, même à ceux qui ne sont pas rallier à notre cause.

    Des fachos il y en a partout que ce soit chez les arabes, les asiats, les français de toutes origines diverses, y a pas de couleurs de peaux pour être pour ou contre la xénophobie, le racisme ou la haine de l’être humain, pour donner ou prendre des coups sur la gueule.(Merci les prétextes)

    De plus, je demanderais bien à ces gars là - ceux de l’arène - s’ ils connaissent
    les réels enjeux du futur stade de Décines et la mise en place d’un dispositifs en matière de surveillance et de sécurité intérieure et extérieure. (c’est sur les plans du stade de l’OL).
    Alors que certains peuvent encore être "incontrôlables" au stade de Gerland,
    dans l’arène des Lumières de Décines la donne va s’inverser.

    Simple fait ou réel fiction ?

    Ceux dont les supporters souhaitent, depuis tant d’années se rapprocher - des hauts gradés de la direction - ce sont ceux-là qui sont entrain de s’allier contre eux !?
    Réel fiction ou simple fait ?
    Politique de l’insécurité oblige, vous faites malheureusement parti du plan vigipirate français. Ya ! fous faites parti de ces "racailles de terroristes" selon l’ordre moral de notre société d’aujourd’hui...

    Dites merci à Jean-Michel A. de ma part, pour vous avoir fait miroiter une possible alliance entre supporters dit : "associaux" et personnes dites : "cultivées" (enfin, ceux de la "haute"cour, tu sais, celle des "grands" de ce monde).

    Cependant, se cultiver c’est aussi sortir de l’ignorance, de l’associalité et donc accroître notre critique, notre champ de vision et notre façon de mettre en acte ce que l’on pense.
    Ainsi comme dans le livre de Ray Bradbury, titré "Fahrenheit 451", l’auteur présente une vision dystopique du monde gouverné par l’hyper-consommation, l’individualisme et l’ignorance. Contrairement à d’autres dystopies comme 1984 de George Orwell, la population est globalement heureuse, abreuvée de divertissements divers (sports, émissions télévisées...) au détriment de la culture. C’est ainsi que naît la haine des livres.
    Ray Bradbury explique à travers la bouche du personnage Beatty qu’une personne particulièrement inculte aura tendance à nourrir de la jalousie et même de la haine envers une personne cultivée. C’est pourquoi lire est devenu un comportement asocial. Les livres dérangent la tranquillité d’esprit collective des masses qui se complaisent dans leur ignorance.

    PostScriptum : Alors, comme le disait les Black Panthers :
    " Armez-vous de livres"...
    Car le savoir est une arme et maintenir dans l’ignorance est (presque) un crime.

  • Le 21 février 2013 à 19:21

    En parlant de lien il semble que certains hools semblent se détacher de l’image qui leur colle à la peau , celle de pro nazi ;
    Autour de la Bibliothèque de lyon 2 rue chevreul on peut voir plusieurs tags "fa et antifa nique ta mere" signé Cosa nostra Lyon...

  • Le 4 juillet 2012 à 18:51, par vs

    Vous parlez d’un drapeau serbe contre Nicosie, avez vous une photo pour en attester. Je crois que vous faites erreurs pour ce match là mais je peux me tromper.

  • Le 2 juin 2012 à 18:01
  • Le 24 mars 2012 à 02:04, par Gurdil

    Antifa convaincu, je suis également abonné chez les Bad Gones avec ma sœur et mon beau-frère, nous ne somme bien sur pas dans le "noyau" mais je peut aller au match avec notamment des badges antifa ou anar sur ma casquette, ou même un t-shirt anarchie, on ne m’a jamais emmerde. Le Kop s’est calmer ces dernières années non ? De plus on voit régulièrement quelques jeunes enfants ainsi que de nombreuses femmes.

  • Le 22 mars 2012 à 14:22, par Article 31

    Tribunal correctionnel de Saint-Etienne hier pour le procès des 6 de la Mezza Lyon : http://www.lyonmag.com/article/37908/six-supporters-de-l-ol-juges-mercredi-a-st-etienne

    40 indépendants ont fait le déplacement en car pour les supporters : http://www.leprogres.fr/loire/2012/03/21/refoules-du-tribunal-de-saint-etienne-des-supporters-de-l-ol-font-escale-a-saint-chamond

  • Le 16 mars 2012 à 18:14, par rabi nachman

    bonjour a tous . Je regrette que vous ayez suprime le comm de chicago-bull . pas que ce qu’il disais atteignais des montagnes , mais pour une fois que l ont avais le droit a quelque chose de + vous me que les eructations tri-syllabique ( ont est lyon ) et des violences en surnombre ...
    j’avais commencer a lui pondre une reponse , vous me verrez decus pour l’occasion ..

  • Le 15 mars 2012 à 19:01

    Pour rappel extrait du décret de dissolution, il n’est mentionner nul part une "provocation à la haine racial"

    "Considérant qu’à l’occasion de la participation de l’Olympique lyonnais aux compétitions des dernières saisons sportives des supporters ont, en tant que membres de Cosa Nostra Lyon, en réunion, répété des actes de violence contre les personnes ou de dégradation de biens lors de rencontres sportives ;
    Considérant que, le 15 septembre 2007, des membres de Cosa Nostra Lyon ont commis en réunion des dégradations volontaires ayant engendré des blessures légères et des vols de matériel sur une aire de repos de Beaune-Mercueil de l’autoroute A 6, à l’encontre d’un autocar qui conduisait 35 supporters niçois du groupe de la Brigade Sud de Nice vers Auxerre, alors que les 97 supporters lyonnais se rendaient eux-mêmes à Metz ;
    Considérant que, le 16 décembre 2008, dans la tribune du stade de Gerland où les membres de Cosa Nostra Lyon se positionnent, une rixe a éclaté lors d’un match opposant l’Olympique lyonnais à l’Olympique de Marseille mettant en scène d’un côté quatre jeunes dont l’un était porteur d’un couteau et de l’autre une cinquantaine de supporters lyonnais ; que cette échauffourée a provoqué un important mouvement de foule ;
    Considérant que l’exploitation des enregistrements de vidéosurveillance a permis d’identifier quatre auteurs de violences, dont trois membres de Cosa Nostra Lyon ;
    Considérant que, le 30 mai 2009, lors d’un déplacement de 44 membres de Cosa Nostra Lyon organisé par celle-ci à l’occasion d’un match joué par l’Olympique lyonnais à Toulouse, des dégradations ont été commises à bord de l’autocar loué par l’association ;
    Considérant que, le 31 octobre 2009, parmi les 72 supporters lyonnais contrôlés par les services de police démunis de billet et regroupés dans deux autocars loués pour se rendre à Saint-Etienne à l’occasion du match opposant l’Olympique lyonnais à l’Association sportive de Saint-Etienne, se trouvaient plusieurs membres de Cosa Nostra Lyon, dont notamment son président et des anciens membres du bureau de l’association ; que les objets découverts dans les autocars démontrent l’intention du groupe de commettre des actes de violence, tels que des protège-dents, des gants, des bombes d’artifice, des engins pyrotechniques, des cutters, des bouteilles d’alcool et des produits stupéfiants ;
    Considérant que la répétition de ces événements a créé de véritables tensions sources de violence ;
    Considérant que de nombreux membres de cette association ont fait l’objet d’interdictions administratives de stade ;"

  • Le 15 mars 2012 à 12:11, par Foule

    Article assez interessent, assez explicite, bon travail !

    J’avais entendu dire toutefois (c’est meme quasiment sur) que la Cosa nostra etait plutot a gauche, notamment son noyau dur. Est ce pour ca qu’elle n’a pas durée ?

    Love Lyon, hate racism !

  • Le 14 mars 2012 à 15:00, par Chicago bulls

    Pourquoi vous ne parlez pas , de la fois oú j ai pris le mega et appelé a voter ségolène royal ?? A la mi-temps d un match(pour embêter certains) .Car personnellement je voulais pas du petit dictateur . Alors oui je connais beaucoup de ces nationalistes et certains sont meme des supers potes et ?? Je parle pas politique toutes les 5 min ils ont leurs idées j ai les miennes ils le savent . Il y a pleins autres sujets et de centres d intérêt .
    Je remarque que vous avez du mal a comprendre qu il y a pas que la politique dans la vie , et plutôt de vous battre que contre l extrême droite au stade vous devriez vous battre contre toutes politiques dans les stades ,droite comme gauche, car effectivement ça n a pas ça place dans ce lieu .
    Alias roulian ou fred comme tu veux.

    Ps : j aimerai bien te ou vous rencontrer car faire des dossiers c est sympa qui plus est en étant anonyme mais le mieux serait de discuter de vive voix.

  • Le 14 mars 2012 à 13:48

    Article très intéressant qui a le mérite d’expliquer un "milieu" peu connu des gens extérieurs. Le tout sans manichéisme. Bravo pour cette enquête de fond !

  • Le 13 mars 2012 à 15:29, par beuh

    @ l’auteur de l’article :
    Il y a erreur sur la photo intitulé "Rassemblement « Anti-Besson » : Les hools devant pour faire le coup de poing, les identitaires derrière pour faire les malins et les flics pour compter les points." où l’on voit un mec en stone island devant des CRS :

    Rien à voir avec l’attaque du rassemblement anti besson, c’etait un jeune lors des émeutes d’octobre qui d’ailleurs s’est fait sauté le vendredi (ou jeudi) et s’est fait embarquer à hotel de ville...

    @ commentaire du 13à 12 :
    Ce SO Foot c’est un peu de la merde, politiquement correct à soutenir la répression lorsque c’est des fafs et à la dénoncer lorsque c’est des "gauches" (cf le papier sur millwall et celui sur auteuil).

    Faut que les gens arretent de voir le monde du football que par la politique...

  • Le 13 mars 2012 à 12:08

    Pour ceux qui sont intéressés par le monde des tribunes en général, et l’aspect politique de la chose en particulier, récemment SO FOOT a sorti un hors-série qui rassemble les articles consacrés aux supporters -ultras mais pas que- par la revue, plus quelques inédits...Y’a des papiers vraiment très intéressants dedans : sur le Virage Auteuil, sur les ultras en Grèce, sur le FC United, le foot en banlieue, la butte Paillade (montpellierains, qui soit dit en passant méritent quand même mieux que le lapidaire "Chose mar­quante, une règle pré­vaut pour tous : pas d’armes. Règle semble-t-il peu res­pec­tée par les niçois ou mont­pel­lié­rains par exem­ple, ce qui leur vaut une haine par­ta­gée à peu près par tous les sup­por­ters d’hexa­gone.")...En tout cas merci pour cet article, qui a le mérite de faire le tour de la question !

  • Le 13 mars 2012 à 00:42, par Tess

    Pour ce qui est du monde des tribunes, on peut lire les articles de Nicolas Hourcade un des rares spécialistes de la question. sinon les romans de John King sont une approche également intéressante notamment Football Factory.
    aussi, illustrer ce propos avec une photo du film Green Street Hooligan est une erreur dans la mesure où ce film commercial véhicule les clichés habituels autour du monde des supporters.

  • Le 12 mars 2012 à 23:39, par derick

    superbe article