Popouri n°06 - novembre 2003

Le numéro spécial demi-anniversaire...

... du popouri vous réserve une
alléchante programmation... Sans plus attendre, petit scarabée, laisse-toi guider par l’esprit popouri (!).
Après une rentrée axée sur le thème de la répression, nous entamons le mois de novembre sur un nouvel horizon : Lyon prendra une allure festive avec la Street Party du 28 novembre (p.3-4). Ensuite vous pourrez découvrir un petit aperçu de la vie lyonnaise fort dynamique (p.5). Mais ne vous y trompez pas, le comité de rédaction du popouri, connu pour sa psychorigidité, abordera une nouvelle fois l’orientation répressive (soutien à Stéphane pour l’appel de son procès - p.5 aussi) et assassine des
forces de l’état français (le 17 octobre 61, p.8-9). Ah, j’oubliais, juste avant, un article (p.6-7) sur les attaques anti-
sociales du gouvernement qui veut en finir avec la “ feignantise ” (le popouri revendique le parasitage social...).
En abandonnant la partie insurectionnelle pour s’attarder sur la partie
culturelle vous découvrirez une chtite chronique du film Attention Danger Travail (p.10). Pour finir, l’interview de Yannick du label punk et zine Dynamite Records aux pages 11, 12 et 13.
Bonne lecture, tou-te-s à vos loupes..

Le collectif du popouri tient à remercier les personnes qui nous ont fait parvenir des articles et qui nous ont aidé à la fabrication de ce bidule. N’hésitez pas à nous envoyer vos articles d’autant plus qu’ils auront une résonnance internationale.
Et n’hésitez pas à laisser une pièce si vous voyez un pot de soutien !
La rumeur de la place Carnot

Depuis le début de l’été, des familles, des couples, des célibataires " vivent " sur la place Carnot. Ils viennent du Kosovo, de la Tchétchénie, de la Bosnie, d’Angola où ils et elles sont menacé-e-s. Ces personnes ont toutes été admises sur le territoire par la préfecture du Rhône en tant que " demandeuses d’asile ". N’ayant pas le droit de travailler d’après leur statut, en principe, notre PDDH (Pays Des Droits de l’Homme) prévoit de les héberger et de les nourir.
Cependant, il semble qu’encore une fois ce ne soit pas le cas. En effet, par deux fois les habitant-e-s du 2e ont rencontré la municipalité pour remédier à cette situation. La mairie centrale a répondu : “ la ville n’a pas la capacité d’accueillir ces réfugiés ". Ah bon ! Pourquoi une ville qui prétend être un pôle économique et d’une densité de plus d’un million d’habitant-e-s ne pourrait-elle pas prendre en charge 30
personnes ? Il semble que cela ressort plus de la volonté que de la capacité. Finalement la municipalité a promis de mettre à disposition des lieux chauffés mais l’attente dure et pendant ce temps les personnes demandeuses d’asile
dorment toujours dehors...
A l’heure du bouclage de ce numéro un appel a été lancé afin de proposer et de discuter des différentes formes
d’actions possibles pour les soutenir. Pour tout contact : Clément PLUCHERY, clement.pluchery@laposte.net ou au
06 08 58 52 33

Petit guide lyonnais Mémoire

Autour du 17 octobre 1961...

Hier après-midi, ne sachant que faire, je feuillette le popouri à la recherche de faits d’actualité m’étant, pour une raison qui m’est encore obscure, cachés par notre presse nationale bien-pensante. Je tombe sur l’agenda qui indique qu’une conférence se déroule à 18 h à l’IEP. L’objet en est vague puisqu’il ne comprend que les noms des deux intervenants, le thème de la conférence n’est pas indiqué.
Je décide tout de même d’y aller : c’est gratuit, à quelques pas de mon appartement et aussi, depuis que j’ai (...)

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info