Popouri n°28 - décembre 2006

Dernier numéro du popouri… avant 2007, on vous rassure ! Mais c’est pas tout à fait comme si la rentrée avait été de tout repos pour les irréductibles qui animent le journal. Vous avez peut-être eu du mal à le trouver… On doit bien quelques explications à nos fidèles lectrices et lecteurs ! C’est-à-dire qu’on a dû faire face à une baisse très sévère des effectifs qui n’étaient déjà pas bien gros ; à des ressources en chute libre ; à des soucis de discipline aussi, dans les rangs très maigres de notre escadrille. On manque de chefs pour encadrer tout ça (le popouri recrute des chefs bénévoles !).

Bref, on va pas chialer pendant tout un édito alors que 99 % de notre cher lectorat se demande déjà à quoi sert un édito. 2007, c’est un peu l’année du phénix pour le popoulit-büro. Le premier décembre a été l’occasion de l’une de nos plus mémorables fêtes de soutien au Stade de Gerland, avec les Petits Chanteurs à la Croix de Bois en tête d’affiche. Que celles et ceux qui n’y sont pas allé-e-s soient maudit-e-s sur sept générations. Au passage on doit remercier tous les groupes qui auront assuré la première partie de ces gnomes malfaisants. L’équipe de l’Insoleuse (cf. le n°27) qui a accueilli ce show. Une bise à toutes les copines et à tous les copains qui ont fait la bouffe, collé les affiches (gloups) et rêvé d’autogestion uniquement pour avoir des places gratos ou 6 minutes seul-e-s en backstage avec le popoulit-büro. C’est lamentable mais ça nous a bien aidé. Et surtout on doit une dédicace aux camarades de Rebellyon (cf. 4° de couverture), et à leur connaissance très pertinente de l’histoire de l’Union Soviétique, sans qui la traversée de l’Atlantique à la nage qui a assuré notre renommée n’aurait jamais été possible. Bosser avec vous, ça a été notre fête.

2007 c’est un peu la résurrection, pour les vieux apparatchiks. Mais ça sent le sapin pour tou-te-s les inconscient-e-s qui ont choisi de rejoindre le collectif pour réparer toutes les conneries qu’on a faites jusque-là. Qui aurait cru que ce torchon susciterait tant de pitié ? Honnêtement, avant de les remercier chaudement, on serait tenté de leur souhaiter bon courage et des nerfs d’acier pour supporter l’inutilité et le mauvais goût du bulletin. Amie lectrice, ami lecteur : attends-toi donc à ce que le popouri vacille cette année, au fil du putsch qui s’annonce. La formule actuelle est fatalement amenée à évoluer grâce à l’esprit de sacrifice d’une nouvelle équipe qu’on accueille à bras ouverts. En plus y sont pas chers du tout.

Au sommaire de ce dernier numéro de 2006 et de la vieille garde : on commence par une remise aux poings sur l’inauguration de la nouvelle ligne de tram à St-é, suivi d’un délire psychédélique sur les périgrinations d’un agité du bocage dans notre ville. Un dossier BTP comprenant la chronique d’un intérimaire et un appel aux femmes travaillant dans ce secteur. Et enfin le communiqué d’un nouveau groupe de femmes réunies autour de l’érotisme et de la sexualité. Sans oublier l’agenda le plus superflu de Lyon sur la fin...

Et sur ce, camarades, les « idées réveillon » du popoulit-büro : étranglez le grand-père pétainiste avec les guirlandes de Noël (faut bien que jeunesse se passe…), libérez les dindes (autrement qu’en les régurgitant après un repas trop arrosé), installez un piège à loup dans la cheminée et partagez vous la hotte de l’autre connard entre potes… Et commencez 2007 en écrasant votre carte électorale dans une boule de neige et jetez-la loin !

Le Popoulit-büro

Petit guide lyonnais

Politique des transports à Sainté : beaucoup de bruit (et de sous) pour rien ?

Le 6 octobre dernier était inaugurée la deuxième ligne de tram stéphanoise. Retour sur le déroulement de cet événement et plus généralement sur la question des transports dans l’agglomération.
Le flop de l’ inauguration du tram
A l’issue de deux ans de chantier dans le centre-ville, ca y est, le grand jour était arrivé. Les élus, Michel Thiollière (maire UDF de la ville pour mémoire) en première ligne, avaient déjà chaussé leur plus beaux souliers pour monter à bord du tram sur son tracé flambant neuf. (...)

Petit guide lyonnais

Apéro-Rencontre des femmes des métiers du bâtiment

Aujourd’hui, les femmes représentent 1,2% des ouvrier-e-s du bâtiment et sont légèrement plus nombreuses dans certaines activités (2,8% en aménagement, 1,6% en électricité, et 1,4% en peinture). Mais presque toujours on est la seule, on est LA FILLE du chantier ou de l’atelier.
De part notre « exception » et notre place minoritaire, la majorité d’entre nous ont du faire leurs preuves et en montrer beaucoup plus qu’un collègue masculin lors de leurs débuts dans une entreprise. Et même une fois embauchée, « (...)

Petit guide lyonnais

LE DEVOIR : MA PELLE

A des fins pédagogiques, le popoulit-büro vous propose ce témoignage de son envoyé spécial dans la dimension parallèle du Bâtiment/Travaux Publics. De quoi donner du grain à moudre aux intellectruelles qui trouvent ce secteur professionnel ludique, aiment les ouvriers et les ouvrières, mais uniquement dans les bouquins, et abattent le capitalisme avec leur bouche…
On sait jamais comment ça commence : un lundi matin tu te retrouves parachuté à une adresse que tu ne connais pas, dans le trou du cul de (...)

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info