7 Mars : début d’une lutte prolongée ?

2253 visites

Plus qu’un simple mouvement revendicatif, qui n’est qu’illusion face à un État casqué et botté, c’est une grève politique à caractère insurrectionnel qu’il faut construire ; une grève qui devra bloquer les centres névralgiques de la production, et porter un projet alternatif de société, face au pouvoir d’État et au capital.

- Devant l’ampleur des attaques gouvernementales, les organisations de jeunesse et de salariés ont été amenées à se mobiliser sous la pression de leurs propres bases militantes.

Après le CNE (contrat nouvelle embauche), le CPE (contrat première embauche) représente en effet une étape cruciale vers la remise en cause de toutes les garanties collectives acquises par la classe ouvrière, vers la destruction du CDI et la casse totale du code du travail.

FO et la FSU ont été obligés de se prononcer pour la grève interprofessionnelle le 7 mars, non par volonté de lutte, mais pour ne pas se mettre en porte à faux face au risque d’un cocktail explosif. La CGT risque de suivre bientôt, tiraillée entre sa base qui veut combattre, et son sommet plus occupé à discuter dans les salons des ministères, pour négocier le prix de ses services rendus à la bourgeoisie.

Mais une chose est sûre : aucune de ces organisations bureaucratiques n’ira par elle-même au-delà d’une journée d’action, et leur seule hantise est un mouvement d’ampleur auto-organisé de toute la population, des salariés du public et du privé comme de la jeunesse, qui pourrait remettre en cause dans les faits la marche paisible de la société et le pouvoir de l’actuel gouvernement.

- Jusqu’à satisfaction des revendications, nous ne devons laisser pourtant aucun répit au gouvernement. Le 7 Mars peut être l’occasion de déborder le cadre routinier des journées d’actions, car pour la première fois nous avons la possibilité, en militant sans relâche, de mettre dans la rue la jeunesse scolarisée, les sans-emplois et les travailleurs de tous les secteurs autour de revendications unifiantes.

Alors il faudra être nombreux et nombreuses dans la rue. Il faudra convaincre autour de nous de rejoindre le mouvement gréviste, du personnel du supermarché du coin à l’usine un peu plus périphérique. À vos photocopieuses. Il faudra aussi lutter pour que du local au national, la lutte soit dirigée par des assemblées générales souveraines, mandatant des comités de lutte élus et révocables.

Ce mouvement d’ampleur ne trouvera en retour son sens que dans l’extension des revendications aux préoccupations des prolétaires, les plus exploités. En finir avec la précarité de cette vie et avec ce monde de pénurie et de misère, c’est imposer, outre le retrait du CPE, l’augmentation générale des salaires et des minimas sociaux, un revenu et un logement pour tous et toutes, la fin de la chasse aux sans-papiers, l’abrogation des lois racistes, c’est briser le délire sécuritaire et la marche à la dictature.

Imposer aussi l’interdiction du travail de nuit des mineurs, les libertés illimitées d’expression et de grève dans les entreprises et dans les établissements scolaires, dans les quartiers.

Plus qu’un simple mouvement revendicatif, qui n’est qu’illusion face à un État casqué et botté, c’est une grève politique à caractère insurrectionnel qu’il faut construire ; une grève qui devra bloquer les centres névralgiques de la production, et porter un projet alternatif de société, face au pouvoir d’État et au capital.

Alors, quand de Villepin déclare : « Si vous voulez obtenir le retrait du CPE, il faudra renverser mon gouvernement », il devrait faire gaffe : nous risquons de le prendre au mot. Car après un hiver véner, pour le printemps, on a toujours le couteau entre les dents.

Le 7 mars, tous et toutes en grève générale !

Manifestation à 14h à partir de la Manufacture des Tabacs
(Métro Sans-souci - ligne D)

Le 8 mars, on continue, on se coordonne !

Comité de subversion accélérée

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Globalisation - capitalisme » :

>Tout le monde déteste Amazon !

Les enjeux sont trop importants. Amazon ne recule devant rien pour s’imposer, à nous de faire de même pour résister aux Grands Projets Inutiles et Imposés qui servent les intérêts des puissants et détruisent nos environnements. Un projet est actuellement en cours dans la métropole lyonnaise. Même si ce...

>Quand Bizi, ANV & Co se rendent complices de l’Etat

Le temps est venu pour nous de dénoncer l’imposture de ces organisations qui depuis trop d’années tentent de nous déposséder de nos combats et négocient sans cesse notre reddition face aux violences du système capitaliste. Retour sur le G7 et la plateforme...

› Tous les articles "Globalisation - capitalisme"