Face à la crise : s’organiser, comment ? Pourquoi ? Débat samedi 7 février à la Plume

917 visites

Parceque la violence du système capitaliste est aujourd’hui plus criante que jamais, et que les travailleurs payent les pots cassés de la crise économique, les militants de la CGA vous invitent à un débat de fond sur le sujet, Samedi 7 février, 16h à la plume noire, 19 rue pierre Blanc, Lyon 1er.

Face à la crise : s’organiser, comment ? Pourquoi ?

Débat avec les militants de la Coordination des Groupes Anarchistes (CGA)

Samedi 7 février - 16h

La Plume Noire, 19 rue Pierre BLANC, 69001 Lyon

Vers la grève générale.

Pourquoi ? Parce que le seul moyen d’améliorer la qualité de vie de l’ensemble de l’humanité, c’est l’abolition du capitalisme créateur des pires inégalités, des conditions de travail humiliantes et dégradantes, des déportations, des esclavages, des massacres, des misères et des guerres. Parce que le capitalisme, c’est la loi du plus riche, la corruption, la magouille, l’amnistie, les marchés truqués, c’est l’injustice de l’inégalité d’accès à la justice par l’argent, c’est l’illusion électorale, c’est la désinformation par le contrôle économique des médias, c’est l’intoxication par la propagande perpétuelle de la publicité consumériste, c’est le racket du logement, l’escroquerie à l’énergie, le vol sur l’eau et sur le pain, le frelatage des produits , la dissémination de toxiques dans tout notre environnement, pour l’amour du profit. Parce que la grève générale est le moyen d’exprimer et concrétiser notre volonté d’en finir avec ce système économique criminel. Parce que la grève générale nous permettra de reprendre le contrôle de l’économie, c’est-à-dire de nos conditions matérielles de vie, de nos logements, de nos écoles, nos hôpitaux, notre agriculture.Parce que la grève générale, doit être le moment démocratique où le peuple s’arrête de produire pour se demander pourquoi produire, quoi produire et comment, pour quelle société, quelle répartition, quelle solidarité. Quand des millions de travailleurs se mobilisent, le pouvoir vacille.

Oui, mais comment ? Ca ne se décrète pas, la grève générale, ça se construit. C’est l’aboutissement d’un rapport de force favorable aux travailleurs. Cela passe par la démystification des « élites », la connaissance des mécanismes et des dépendances économiques, une contre information constante contre le matraquage libéral tentant de justifier l’inégalité sociale. Par la solidarité de classe contre les manœuvres visant à dresser les travailleurs les uns contre les autres, public contre privé, employés contre ouvriers, actifs contre chômeurs, intellectuels contre manuels, métiers contre métiers, nationaux contre immigrés, légaux contre clandestins, à nous diviser par la gestion catégorielle, le corporatisme. Cela passe par la défiance envers les directions des confédérations syndicales engluées dans la cogestion de l’exploitation et qui accompagnent la régression de nos acquis sociaux. Cela passe par l’apprentissage des luttes collectives, de la solidarité de classe, l’affirmation de la souveraineté des assemblées générales contre les manipulations patronales et syndicales, par la reprise du contrôle à la base, la convergence et la coordination des luttes. Par l’internationalisme et la conscience de la communauté d’intérêts des travailleurs du monde entier. Par la confiance en notre capacité à gérer nous-mêmes nos objectifs et conditions de travail dans l’intérêt de tous et non du profit de quelques actionnaires.

Quand ? Aujourd’hui que le capitalisme est en pleine crise de coliques financières, que les économistes doutent de leur catéchisme, que les politiciens se contentent de renflouer les caisses des banquiers, que les médias n’en peuvent plus de tenter de nous rassurer en édulcorant la réalité et en nous distrayant de faits divers. Aujourd’hui que le mensonge économique, trafics de chiffres, manipulations des cours, faillites, escroqueries, est avéré et flagrant. Aujourd’hui que se révèle au grand jour la complicité séculaire entre l’Etat et le Capital. C’est aujourd’hui que les conditions sont le plus favorables. Aujourd’hui que les exploiteurs de nos vies, aux abois, cherchent des moyens renouvelés de perpétuer leur vol, de nouvelles recettes pour nous essorer, de nouvelles promesses pour nous résigner.

Il est temps de nous regrouper, nous organiser, et jeter à bas ces pyramides sociales.
Construisons une société d’égalité, de solidarité et d’entraide, pour la dignité et le respect de chacun.

JPEG - 159.6 ko

P.-S.

JPEG - 24.7 ko

Coordination des Groupes Anarchistes - Lyon
- www.c-g-a.org
- www.laplumenoire.org
- groupe-lyon[at]c-g-a.org

c/o Librairie La plume noire, 19 rue Pierre Blanc, 69001 Lyon. Tel 04 72 00 94 10
Permanences du Mercredi au Vendredi de 17h à 19h, le Samedi de 15h à 19h

Le café libertaire est ouvert, à la même adresse, tous les Vendredis soirs de 21h à 01h, entrée par l’allée.

Emission de Radio “idée noire” tous les mercredis de 20h à 21h sur le 102.2 de Radio Canut.

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles du groupe « CGA - Coordination de Groupes Anarchistes » :

› Tous les articles "CGA - Coordination de Groupes Anarchistes"

Derniers articles de la thématique « Capitalisme / Consumérisme » :

>1er janvier 1994 dans l’État du Chiapas au Mexique

Déjà vingt cinq ans ! Le 1er janvier 1994 marque l’apparition sur la scène politique mexicaine et sur la scène médiatique internationale du mouvement révolutionnaire « zapatiste » des indigènes du Chiapas au cri de ¡Ya Basta !.

› Tous les articles "Capitalisme / Consumérisme"