Les vrais casseurs s’attaquent à nos retraites

822 visites

« Ce n’est ni en ressuscitant un État providence moribond ni en acceptant la société capitaliste et patriarcale que nous trouverons une solution à la problématique du vieillissement de la population. »
Retour sur la future réforme des retraites par l’Union Pour le Communisme.

L’âge de départ à la retraite est maintenu à 62 ans selon Macron et ses sbires. Voilà un bel exemple de novlangue digne du « la guerre c’est la paix » de Big brother. Dans les faits, plusieurs pistes sont explorées pour démolir nos droits à la retraite par une réforme qui sera discutée au parlement en 2020 pour une application dès 2025. Delevoye a émis le 17 juillet dernier des préconisations dans ce sens après une séance de négociation avec les « partenaires sociaux ». L’une d’elle consiste à instaurer un système de bonus-malus autour d’un « âge d’équilibre » qui se situerait à 64 ans. Autrement dit, si vous partez à la retraite avant 64 ans, votre pension de retraite sera réduite, amputée d’un malus. L’autre grand volet de la réforme est l’harmonisation des différents régimes de retraite avec la création d’un système de retraite par achat de points inspiré des retraites complémentaires privés.

Macron et sa clique répètent inlassablement que cette nouvelle entreprise de démolition poursuit un objectif de justice sociale en réduisant les inégalités entre les différents régimes de retraite. Il est clair que les fonctionnaires et salarié·e·s des entreprises publiques bénéficient de droits en matière de retraite plus favorables que le régime général (qui concerne près de 70 % des travailleurs et travailleuses du pays) et que les régimes particuliers des artisans ou des agriculteurs. Le problème est que chaque nouvelle réforme s’aligne toujours vers le bas, vers les régimes les plus défavorables, alors qu’une véritable réforme progressiste consisterait à aligner le régime général sur celui des fonctionnaires Pour faire passer la pilule, le gouvernement veut en parallèle encadrer les « retraites chapeau », ces sommes astronomiques versées aux patrons partant à la retraite par leur entreprise en vertu de l’adage « on n’est jamais aussi bien servi que par soi-même ». Cet encadrement sera toutefois modeste puisqu’il reviendra à conditionner le montant de la retraite chapeau à la performance économique de l’entreprise...

La suite à lire sur : http://upc.ouvaton.org/upc/blog/2019/07/22/les-vrais-casseurs-sattaquent-a-nos-retraites

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Salariat - précariat » :

› Tous les articles "Salariat - précariat"

Derniers articles de la thématique « Droits sociaux - santé - services publics » :

› Tous les articles "Droits sociaux - santé - services publics"