Populisme et racisme : Le Monde joue les incendiaires au service de la gauche réac’

6899 visites

Suite à un sondage du journal Le Monde, les médias français ont multiplié les titres alarmants sur une montée « des crispations » en France. L’extrême droite se lèche les babines. Petit démontage.

Le résultat inquiétant d’un sondage publié sur trois pleines pages dans Le Monde du 25 janvier a été repris dans toute la presse, en chœur et sans se poser de questions. Dans une enquête sur "Les crispations alarmantes de la société française", 70 % des Français jugeraient qu’il y a "trop d’étrangers dans leur pays", et qu’à 62 % ils ne sentiraient « plus chez eux comme avant ». Autre information alarmante : 87 % estimeraient que la France a besoin "d’un vrai chef pour remettre de l’ordre", ou à 86 % que "l’autorité est une valeur trop souvent critiquée aujourd’hui". Le quotidien en conclut que "les ingrédients d’un populisme massif sont donc réunis".

Diantre, le moment serait grave et le fascisme à nos portes !

GIF - 543.2 ko

Sans sous-estimer la question du racisme ou du populisme en France, on peut tout de même se poser quelques questions sur ce sondage. En premier lieu, les affirmations proposées aux sondés sur leur rapport à l’immigration ou à l’autorité ne leur laissent que deux choix, alors qu’il s’agit de sujets particulièrement fins ou complexes. Pire, les questions sont formulées de manière anxiogène pour celles relatives à l’immigration, et favorables au "populisme" pour celles concernant l’autorité. Elles influencent ainsi elles-mêmes les réponses.

PNG - 1.8 Mo
Image
Peuples de toutes contrées, refusez les genres !
PNG - 1.8 Mo

La façon même dont le sondage d’Ipsos est réalisé est également problématique : « par Internet ». Déjà que la fiabilité des sondages est souvent proche de zéro, celle de ceux réalisés en ligne atteint le néant.

Alain Garrigou, qui tient le blog "Régime d’opinion" consacré aux sondages critique sévèrement le sondage par Internet dans cette affaire :

Sur un panel de plusieurs centaines de milliers d’internautes contactés par courrier électronique, les volontaires répondent aux enquêtes mises en ligne. On a donc affaire à des échantillons spontanés. (…) Ce recours au volontariat a un défaut que connaissent bien les sondeurs : des personnes politisées, souvent à l’extrême droite, s’expriment plus volontiers.

Par ailleurs, Le Monde oublie complètement de comparer ses chiffres à ceux d’une autre enquête, qu’il avait publié le 2 juillet 1998. Déjà à l’époque, le journal faisait flipper tout le monde en affirmant que « 70 % des Français étaient "tentés" par le racisme. Le chiffre fit l’effet d’une bombe. On le reprit en boucle tel quel, sur les ondes, dans les éditoriaux [1]. » Autant dire que le chiffre ne semble pas avoir trop évolué, donc, en 14 ans. Bon, mais alors, qu’est-ce qui pousse Le Monde à publier des trucs pareils ? Est-ce qu’on veut lutter contre les idées de l’extrême droite quand on pose des questions sur le "racisme anti-blanc", une notion inventée par les Identitaires ?

Complicité

Le sondage a été réalisé avec la complicité de la Fondation Jean Jaurès, un think tank "socialiste", et le Cevipof, le centre de recherches politiques de Sciences Po, qui aime bien répéter que la France est à droite, comme la plupart des chercheurs qui le composent d’ailleurs. Et il a bien fallu qu’ils se mettent à trois, avec Ipsos, pour fournir une analyse de haut vol. Celle-ci serait comique [2] si elle ne reprenait pas textuellement la sociologie de cuisine de l’extrême droite : les Français seraient répartis entre "bobos" (la catégorie qui tue où tu mets tout le monde dedans), "libertaires" (estimée à 12%, la Fédération Anarchiste et Alternative Libertaire vont faire des millions de cartes d’adhésion prochainement), "ambivalents", "crispés" ou encore "populistes" (les fâcheux, mais dont la rédemption est proche grâce à la Gauche pop’ qui va leur permettre d’être à la fois raciste ET de gauche).

Parce que tiens, c’est justement de la Fondation Jean Jaurès qu’est issue « la Gauche populaire ». Cette nouvelle tendance du Parti Socialiste, emmenée par l’ex-strauss-khanien Laurent Baumel, appelle à abandonner des politiques jugées trop favorables aux immigrés afin de reconquérir l’électorat ouvrier du Front National. L’un des médiatiques fondateurs de la Gauche Populaire, Laurent Bouvet, est l’auteur de concepts de poids comme celui que lui jalousent les Identitaires d’"insécurité culturelle". Responsable de la Fondation Jean Jaurès et membre du Cévipof, Laurent Bouvet a d’ailleurs accepté l’invitation du site Novopress pour discuter fin 2011 [3] !

Quand la pseudo-enquête du Monde et de ses acolytes permet ensuite à Marine Le Pen de claironner (dans le même journal !) que "Les Français pensent comme nous", on se demande à quoi jouent les incendiaires du Monde… Mais surtout quelle est l’étrange stratégie que mène cette gauche réactionnaire qui consiste à surestimer et, au final, à légitimer les sentiments racistes, islamophobes et populistes.

Ari

La suite à lire sur : http://www.lemonde.fr/politique/article/2013/01/24/les-crispations-alarmantes-de-la-societe-francaise_1821655_823448.html

P.-S.

Photo d’alvise forcellini en Creative Commons BY - NC.

Notes

[1La Face cachée du Monde, de Pierre Péan et Philippe Cohen, p. 458.

[2Analyse lisible à partir de la page 78 dans le rapport de l’Ipsos.

[3Dans un prochain épisode, on vous racontera comment toute cette histoire sent encore plus le souffre quand elle mêle des auteurs de Causeurs (un blog d’extrême-droite) et un petit site branchouille où se font interviewer très régulièrement tous les responsables de la Gauche populaire, et qui leur sert quasiment de tribune permanente (faut dire que le rédac chef adjoint, Benjamin Sire, est aussi l’un des responsables de la Gauche pop).
Un site où, pour combattre l’extrême droite, on vous explique (avec des gros mots pour faire cool) qu’il faut justement restaurer, contre les « bobos » et les « libertaires », un certain nombre de choses : les frontières contre l’immigration, l’autorité et l’honneur de la patrie (les fondateurs du site diraient bien la Nation mais c’est tout de suite moins confusant). Et en finir avec l’idéologie « diversitaire », le multiculturalisme et « les élites mondialistes »… Tout un programme.
Un site où on kiffe, entre deux articles LOL et trois analyses « gauche-pop néo-réac », publier des interviews d’Alain de Benoist (fondateur d’un cercle d’extrême droite, le Grece), d’un transfuge du PS au FN ou d’Étienne Chouard, des éloges de Maurras, des liens vers le pamphlet antisémite de Céline Bagatelles pour un Massacre ou du Drumont… On y reviendra.

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Extrêmes droites » :

> Tous les articles "Extrêmes droites"

Derniers articles de la thématique « Discriminations » :

>Exposition afroféministe : « Je ne suis pas un déguisement »

Art et Afroféminisme - Découvrez une exposition engagée au Bar « Le Bieristan » à Villeurbanne en septembre 2018. Parce que certains d’entre-nous doivent encore prononcer cette phrase étrange « Je ne suis pas un déguisement » que l’artiste Annia Drawing s’est lancée dans la revendication d’un imaginaire...

> Tous les articles "Discriminations"
}