Rafle d’étudiants sans papiers à Lyon

960 visites

C’est à une véritable chasse
aux étudiants sans papiers
que nous assistons à Lyon. En
une semaine, 3 étudiants ont
été arrêtés à leur domicile.
L’une d’entre eux a été expulsée,
mais deux autres ont été
libérés : organisons-nous, les
luttes paient !

Souad faisait des études en
Master 2 à l’Université Lyon 2. La
préfecture a refusé de lui délivrer
un titre de séjour étudiant au
motif d’un mauvais visa et a profité
des informations contenues
dans le dossier administratif pour
envoyer la police l’arrêter à son
domicile. Devant la forte mobilisation
qui montait, elle a été
expulsée en urgence vers Alger
alors que sa famille réside dans la
région oranaise. Elle a dû se rendre
à Oran par ses propres
moyens alors qu’elle avait déjà
subi un profond traumatisme
suite à son expulsion.

Mamadou, étudiant en troisième
année de doctorat à l’université
Lyon 3, était en attente du renouvellement
de son passeport, ce
qui l’empêchait de recevoir un
nouveau titre de séjour. Il a été
interpellé chez lui et placé en centre
de rétention. Suite à l’intervention
du consulat du Sénégal
qui a reconnu les délais importants
avant le renouvellement de
passeport pour ses ressortissants,
la préfecture a fait marche arrière
et a abrogé l’arrêté de reconduite
à la frontière. Dénouement heureux
mais qui n’a pas évité à cet
étudiant de passer 48h en rétention
à cause d’une préfecture tellement
pressée d’expulser un
maximum d’étrangers !

Poncia, est étudiant boursier en
Master 1 à l’université Lyon 1.
Fuyant la guerre au Congo-
Brazzaville, il a rejoint son père
en France en 2001. Il a également
été arrêté à son domicile et
placé en centre de rétention dans
le but de l’expulser vers son pays
d’origine, où il n’a plus aucune
attache familiale. Le 20 février,
Poncia a refusé de monter dans
l’avion qui devait le conduire au
Congo. Il a résisté et s’est débattu
contre la police de l’air et des
frontières. Il a essuyé des coups
qui ont occasionné une fracture à
son bras gauche. Arrivé à la fin du
délai légal de 15 jours de rétention,
Poncia devait passer de nouveau
devant le juge des libertés,
qui décide du maintien ou pas en
centre de rétention. Pressée de
renvoyer Poncia, la préfecture a
tenté une nouvelle expulsion à
son encontre quelques heures
seulement avant l’audience.
Poncia s’y est encore opposé et,
après 24 heures de garde à vue,
a été déféré devant la procureur
de la république. Cette dernière a
admis la situation ubuesque dans
laquelle se trouvait Poncia et l’a
libéré. Il passera le vendredi 6
avril devant le juge des libertés
pour casser l’arrêté de reconduite
à la frontière.

Nous nous indignons de l’intensification
des procédures d’expulsion
envers les étudiants étrangers
et des moyens inhumains
qui sont mis en oeuvre. Nous
méprisons cette préfecture tellement
pressée de faire du chiffre
et qui interpelle et expulse aveuglément.
Nous exigeons l’arrêt
des expulsions, le retour en
France des étudiants expulsés et
la régularisation de tous les sans
papiers. Nous réclamons le droit à
tout étudiant qui a entamé des
études en France de pouvoir les
poursuivre dans les meilleures
conditions. Nous appelons les
étudiants et travailleurs(euses)
de l’université à se mobiliser et à
rejoindre les réunions publiques
qui auront lieu le jeudi 15 mars à
Lyon 1 - La Doua et Lyon 2 - Bron.

P.-S.

Soirée de soutien au Réseau
Universités Sans Frontières
69 le samedi 24 mars à la
Plume Noire (19 rue Pierre
Blanc 1er). Au programme :
projection d’un documentaire
suivi d’un débat (19h), repas
de soutien (20h30), concert
(22h).

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info