L’épidémie SVS : Retour d’expériences et critiques de l’association « Stop aux Violences Sexuelles »

711 visites

Suite à notre participation à une formation proposée par l’association « Stop aux Violences Sexuelles », formation dont nous sommes très critique, nous avons rédigé un texte pour témoigner et expliciter nos désaccords avec SVS.

L’épidémie S.V.S

Nous souhaitions écrire ce texte pour faire un retour d’expériences sur ce qui nous a dérangé lors d’une formation et pour partager et questionner nos désaccords.

Par envie de se former et de se questionner au sujet des violences sexuelles, nous cherchions des associations abordant cette thématique. Nous sommes tombées sur le site de l’association Stop aux Violences Sexuelles (SVS) qui propose, une dizaine de fois par an, une formation intitulée « Les bases de la connaissance en matière de violences sexuelles ».
Bingo ! La prochaine session se déroule dans trois semaines à Marseille : un formulaire-type à remplir sur le net et trois banalités plus tard, nous voilà inscrites pour deux jours de formation gratuite.
En arrivant, nous nous retrouvons dans un amphithéâtre avec une centaine de participants : un cadre peu propice à l’échange.

Il ne nous aura pas fallu beaucoup de temps pour nous rendre compte que le discours porté par l’association nous dérangeait sur certains points. Ce sont les discussions qui ont suivi cette première journée qui nous permettent de pouvoir clairement exprimer nos nombreux désaccords avec SVS.

L’éradication : une stratégie portée haut et fort

La stratégie présentée toute la journée par l’association qui a attendu 17h pour expliciter qui elle était et quelles étaient ses perspectives, est basée sur une présentation des violences sexuelles comme étant une « maladie contagieuse » [1] contre laquelle il est nécessaire d’appliquer une « stratégie d’éradication d’épidémie ». [2]
Certes imagée durant la présentation, cette analogie est portée sans nuance par l’association : Elle a pour objectif « non pas de lutter contre les violences sexuelles mais de les éradiquer ». [3]

En clair, pour ces personnes, la seule cause des violences sexuelles est la violence sexuelle en elle-même. Comme on peut le lire dans un article présent sur leur site, « l’agresseur, lui-même, souvent une ancienne victime qui a érotisé d’anciens abus sexuels, devra payer sa dette et être marqué du sceau de l’infamie ». [4] Cette unique vision de l’agresseur comme (ancienne) victime « mal guérie » inhibe complètement les autres causes – on y reviendra plus tard. Elle met dans une position de culpabilité les victimes puisque, comme ils le disent si bien, « une victime est un malade avec un potentiel infectant » [5] : selon SVS, qui dit agresseur dit ancienne victime, donc qui dit agressée dit potentiel futur agresseur ?
Même si nous comprenons l’intention, et que dans de nombreux cas un travail de soin peut être pertinent, il ne nous semble pas correct d’affirmer que la menace de devenir agresseur repose sur toutes les « victimes ».

La suite à lire sur : https://mars-infos.org/l-epidemie-svs-4599

Notes

[1La stratégie, 2013-2019, consulté sur https://www.stopauxviolencessexuelles.com/strategie/

[2Idem

[3Les objectifs, 2013-2019, consulté sur https://www.stopauxviolencessexuelles.com/objectifs/

[5La stratégie, 2013-2019, consulté sur https://www.stopauxviolencessexuelles.com/strategie/

Documents associés à l'article :

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Rapports sociaux de genre » :

>Manif féministe non-mixte sauvage du 14 mars

Le vendredi 13 mars, la préfecture a interdit la manifestation de nuit en non-mixité qui avait été déposée le 14 mars en raison des mesures luttant contre la propagation du virus Covid-19, qui empêchaient tout rassemblement de plus de 100 personnes. Les organisateur•ices de la manifestation ont respecté...

› Tous les articles "Rapports sociaux de genre"