Une invitée étrange au Conseil Lyonnais pour le Respect des Droits

2817 visites

La séance de ce mardi 15 janvier au Conseil Lyonnais pour le respect des Droits aura pour thème « situation de l’adulte non parent qui participe à l’éducation de l’enfant ». Dans un contexte tendu sur la question de l’égalité pour touTEs, la seule intervenante sera une opposante au projet de loi, anti-féministe et anti-avortement !
A quand une invitation des identitaires ou de Gabriac pour une séance sur le fascisme ?!!

Un soutien inadmissible du Conseil pour le Respect des Droits aux opposantEs à l’égalité des droits pour touTEs et aux anti-choix.

Dans un contexte de haine décomplexée et de régression des droits, la décision surprenante du Conseil Lyonnais pour le Respect des Droits aurait pu passer inaperçu.
Mais c’est sans compter la veille des féministes !

La prochaine assemblée plénière du Conseil Lyonnais pour le Respect des Droits se tient le 15 janvier prochain à 18h dans les salons de l’Hôtel de Ville de la Mairie Centrale et aura pour thème "situation de l’adulte non parent qui participe à l‘éducation de l’enfant".

Le thème pourrait paraitre anodin mais dans le contexte actuel d’une mobilisation des opposantEs au projet de loi pour l’égalité des droits pour touTEs, il faut regarder de plus près le contenu de cette conférence.
Nos craintes sont rapidement justifiées puisque l’unique intervenante est Aude Mirkovic.

Le Conseil Lyonnais pour le Respect des Droits, c’est quoi ?

Le Conseil Lyonnais pour le Respect des Droits est une commission extra-municipale de la ville de Lyon. Son rôle est de poursuivre une mission de veille et d’alerte sur les discriminations.
Ses membres (éluEs, personnalités et associations de défense des droits humains) se réunissent régulièrement autour de thématiques qui font débat : accès aux soins, droit de vote des étrangers/ères non communautaires, sport, prison, accès à la culture, morts isolés, social, etc.

Qui est Aude Mirkovic ?

Aude Mirkovic est maitre de conférence en droit privé à l’Université d’Evry et directrice du Master II – Biotechnologie.
Aude Mirkovic est surtout une des opposantEs les plus virulentEs au projet de loi pour l’égalité des droits pour touTEs.
Présente lors des réunions publiques organisées à Villeurbanne et à la Mairie du 3e, elle s’est faite remarquer par ses interventions violentes et haineuses.

Le Conseil Lyonnais pour le Respect des Droits n’a peut-être pas connaissance des positions d’Aude Mirkovic...
Pourtant, lors d’une conférence du 15 novembre 2012 à Lyon organisée par « Alternatives Catholiques », nous avions déjà un aperçu de ses positions.

Quelques extraits :
« Le projet de loi se présente sous des aspects très techniques, quand on le lit il n’y a aucune passion. Il n’y a vraiment rien qui accroche le regard, c’est vraiment très technique alors qu’en réalité avec la mission d’époux et de parent de même sexe, ce sont les réalités du mariage et la filiation qui sont bouleversés. Non pas dans le sens d’une évolution mais dans le sens d’une déconstruction. Déconstruction suivie d’une reconstruction sur un fondement nouveau à savoir la volonté d’être époux, la volonté d’être parent, abstraction faite de la référence à la nature et à l’engendrement de l’enfant qui fonde l’altérité sexuel de l’enfant, qui fonde l’altérité sexuel des époux comme des parents. »

« Nul ne conteste que deux hommes ou deux femmes (mais aussi trois, cela on le verra par la suite) peuvent sans doute très bien s’occuper d’un enfant, peuvent l’éduquer. Encore que la psychologie a depuis longtemps alerté sur l’importance de l’altérité sexuelle des parents pour la construction psychique de l’enfant ; mais admettons que deux hommes et deux femmes puissent très bien éduquer un enfant. Cela ne change rien à notre affaire parce que les parents sont certes des éducateurs, sont certes ceux qui aiment l’enfant, ceux qui s’investissent auprès de lui mais pas seulement et pas surtout !
Ce qui définit les parents comme tels, ce qui les constituent comme tels ce n’est ni d’aimer l’enfant, ni de l’avoir désiré, ni de l’éduquer, d’ailleurs il y a des parents qui n’ont pas désiré l’enfant, qui sont de mauvais éducateurs et ils restent les parents.
Ce qui définit les parents comme tels, c’est d’indiquer à l’enfant son origine, de donner à l’enfant son origine, lui dire d’où il vient. Cette origine qui lui permet de se situer dans la chaine des générations et de trouver sa place dans la société.
Or seuls des parents homme et femme peuvent indiquer à l’enfant son origine, qu’elle soit fondée sur la réalité biologique ou qu’elle soit seulement symbolique car en pratique un enfant adopté par un homme et une femme n’est pas issu biologiquement de ses parents mais il peut se représenter comme tel. »

On aurait pu s’arrêter là mais non Aude Mirkovic s’est déjà fait connaître pour d’autres prises de positions tout aussi détestables, des prises de positons pro-vie et antiféministes.

Aude Mirkovic fait partie des 9 femmes à avoir rédigé et signé « l’appel des nouvelles féministes » en 2011. Cet appel rappelle que « l’embryon humain est un être humain au premier stade de sa vie et qu’il est pleinement digne dès sa conception » et le « droit pour chaque enfant d’être accueilli dans un couple stabilisé composé d’un père et d’une mère ».

Aude Mirkovic aime rédiger des appels puisque nous pouvons en trouver un autre « Femmes aujourd’hui : manifeste pour une autre vision de la femme ».
Petit aperçu du contenu de cet appel qui ne nécessite pas de commentaires :
« La femme d’aujourd’hui ne peut se reconnaître dans les mouvements féministes qui, au nom de l’égalité homme-femme, renient la féminité dans sa globalité, en amputant la femme de ses spécificités et de ses forces ».
Il en résulte un appauvrissement de la société dans son ensemble.

1. Ce qu’est la femme
Ses forces : la femme est indispensable à l’accueil de l’être humain et complément du masculin. Cette complémentarité, qui n’est pas une “opposition”, conditionne l’humanité même. Elle est dotée d’attributs spécifiques et ne peut résulter de choix individuels. Son apport nécessaire à la société est d’une richesse unique et irremplaçable, différente de celle de l’homme.
Ses fragilités : elle est victime de l’image négative et dégradée de la femme dans son rapport à la maternité et au travail, qui a pu se développer dans certaines sociétés archaïques et qui fut paradoxalement reprise par le féminisme libertaire. Ce féminisme a ainsi contribué à culpabiliser et complexer les mères, à renforcer la pression des entreprises sur les femmes enceintes, à développer un modèle malthusien encourageant le recours à l’IVG, et entravant l’aspiration maternelle chez les femmes.
Or l’équilibre de notre société réside dans le plein accomplissement des aspirations familiales et “sociétales” de la femme, source de sa véritable liberté.
En effet, la vocation de la femme n’est pas obligatoirement ou uniquement dans le travail, elle est le cœur de la famille et de la société au sens large, c’est à dire que la société a besoin de la femme en tant qu’“être” engagé, que ce soit dans un engagement familial, associatif, politique, caritatif pour un “monde meilleur”… maternité incluse. »

Il est inadmissible que le Conseil Lyonnais pour le Respect des Droits et qui lutte contre les discriminations puisse inviter une anti-avortement, une anti-féministe, une opposante au projet de loi pour l’égalité pour touTEs !

Il est inadmissible que la Ville de Lyon puisse accueillir Aude Mirkovic dans les salons de l’hôtel de Ville. Se serait le signal d’une opposition de la Ville de Lyon au projet de loi pour l’égalité pour touTEs et un signe négatif pour les féministes qui luttent en ce moment contre les restructurations de deux Centres d’IVG à la Croix Rousse et à Lyon Sud.

Il est inadmissible de donner une tribune aux opposantEs au projet de loi sans inviter aucunes structures favorable au projet de loi.

Zora militante féministe

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info