Popouri n°12 - octobre 2004

Edito :

Une bonne nouvelle pour commencer : le popouri a survécu à la canicule. Une mauvaise nouvelle ensuite : c’est pas dit qu’il passe l’hiver étant donné la banqueroute qui le menace cet automne... Evidemment au popoulit-buro on préfèrerait continuer sur notre lancée. Alors c’est pour ça qu’on propose aux lectrices et aux lecteurs enthousiastes de venir soutenir leur petit bulletin des culture insurrectionnelles, au cours d’une fête de soutien, au squatt de Vaise, le 22 octobre (voir l’agenda pour plus de détails sur l’ambiance et tout, p.13-16). Indépendamment des contributions financières, dons, legs, oboles, etc., cette fête fournira une occasion pour discuter, apporter des idées, critiques et autres envies à propos du popouri.
Bien sûr on pourrait objecter que « plus de nouvelles » c’est synonyme de « bonnes nouvelles »… Et de fait l’actualité pour ce mois d’octobre n’est pas forcément réjouissante. Ca commence avec une évocation du travail policier (ses violences, ses innovations sympathiques, p3) ; on passe ensuite par les cases prison (p4 et 5) et centre de rétention (p6), avant d’évoquer un autre enfermement, dans la clandestinité cette fois ci, et ses conséquences en matière d’exploitation économique (p7). A la suite de cet éclairage concernant les entraves à la liberté de circulation, les pop potins s’ouvrent avec une évocation des dernières nouveautés proposées par les TCL, et qui vont évidemment dans le sens d’un contrôle accru des déplacements urbains (p8)…
En octobre à Lyon on se retrouve bien enfermé dans nos propres vie sous contrôle. Heureusement, pour rompre cette logique d’enfermement il nous reste à investir quelques failles : des espaces de vie à aménager soi même (P9), des intervalles à prendre dans la circulation automobile (p9 aussi), des discontinuités historiques (p10-11) ou des failles informatiques (p12)… Tout un programme.

Bon voilà. Bonne lecture, en espérant qu’on se croise à nouveau de mots à yeux, le mois prochain.

Le popoulit Buro

Petit guide lyonnais Migrations / Sans-papiers

La campagne contre les centres de rétention ? ça continue !...

À l’aéroport St Exupéry, il y a un centre de rétention administrative (CRA), rouage indispensable de la machine à expulser où les indésiré-es sont stocké-es pour désormais 32 jours. En passant de 12 à 32 jours, l’augmentation de la durée en centre de rétention implique tout un programme d’agrandissement et de construction de locaux. Au niveau national, il y a actuellement 715 places en centre de rétention administrative (CRA) - il y en aura 230 de plus en 2004 et 600 en 2006 (si l’on n’y fait rien...)
À (...)

Petit guide lyonnais Migrations / Sans-papiers

L’OMI n’est pas notre ami

Les centres de rétention administrative (CRA) constituent un rouage essentiel du dispositif d’expulsion des personnes étrangères en situation irrégulière. Pour autant, les politiques migratoires instaurées au niveau de l’espace Schengen ne se résument pas seulement à la mise en place d’une machine à expulser : elles ont pour première conséquence de condamner les populations migrantes à la clandestinité, c’est à dire de les soumettre à un contrôle policier et à une exploitation économique spécifique. En (...)

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info