La campagne contre les centres de rétention ? ça continue !...

1164 visites

À l’aéroport St Exupéry, il y a un centre de rétention administrative (CRA), rouage indispensable de la machine à expulser où les indésiré-es sont stocké-es pour désormais 32 jours. En passant de 12 à 32 jours, l’augmentation de la durée en centre de rétention implique tout un programme d’agrandissement et de construction de locaux. Au niveau national, il y a actuellement 715 places en centre de rétention administrative (CRA) - il y en aura 230 de plus en 2004 et 600 en 2006 (si l’on n’y fait rien...)

À l’échelle de la région lyonnaise, le CRA de l’aéroport St-Exupéry verra ses capacités « d’accueil » plus que doublées d’ici juin 2004 (de 52 actuellement à 124).

L’augmentation des places en centre de rétention et en zone d’attente est la condition nécessaire à l’application de la loi Sarkozy sur l’immigration (automne 2003) L’augmentation du temps d’enfermement ne doit pas être considérée comme une mesure anecdotique mais bien comme une tendance lourde permettant de multiplier les expulsions.

Cette politique migratoire encore plus répressive réduit les sans-papiers à davantage de précarité, les condamne à la clandestinité, les soumet aux contrôles (harcèlements policiers, rafles...) et à l’exploitation économique (travail au noir, difficultés d’accès à des logements décents,...)

La mise en œuvre de ces lois sur l’immigration s’accompagne de son cortège de violences et de brutalités policières. Depuis le 31 décembre 2002, au moins 5 sans-papiers ont été tués par les forces de l’ordre au cours de leur reconduite à la frontière ; la surpopulation des CRA suscite entre leurs murs une hausse des tensions et une multiplication des incidents. Ainsi, début janvier, 2 Algériens qui protestaient contre le manque de soins pour un de leur co-retenu ont été passés à tabac par des gardiens du CRA de Lyon-St-Exupéry. Récemment, 13 algériens ont entamés une grève de la faim au CRA de Lyon-St Exupéry pour protester contre les conditions de rétention qui s’avèrent d’autant plus précaires depuis l’extension du CRA qui, pour le moment à presque doublé ses capacités « d’accueil » en se contentant de mettre des lits à étages. La tension est donc à sont paroxysme, les agents de la police aux frontières n’y entreraient plus sans les CRS... (le Monde)

- Pour tout contact à Lyon : poudredescampette atno-log.orgÀ

P.-S.

Qu’est-ce qu’un centre de rétention ?
Un centre de rétention est une prison dans laquelle les sans-papiers sont enfermé-e-s sur décision administrative jusqu’à 32 jours, le temps de préparer leur expulsion. Quand il n’y a pas de place dans les centres les sans-papiers sont relâché-es... Empêcher l’augmentation en cours du nombre de places disponibles est donc un enjeu majeur de la lutte pour la liberté de circulation et d’installation.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Migrations - sans-papiers » :

>Collectif hebergement en danger : réunion publique le lundi 24 février

Le collectif Hébergement en danger appelle à la constitution d’un mouvement d’ensemble pour réclamer un toit pour toutes et tous. Depuis début décembre le collectif a été rejoint par d’autres collectifs, militant-e-s, bénévoles .... La prochaine réunion aura lieu le lundi 24 février à 19h salle A à la...

>Soirée de soutien au Local Mazagran le vendredi 21 février

Venez soutenir le local Mazagran vendredi 21 février lors de sa soirée de soutien à l’atelier des canulars (91 rue Montesquieu). Échangez avec les habitant.es et le collectif de soutien et passez un bon moment dans une ambiance festive à partir de 19h30 ...

› Tous les articles "Migrations - sans-papiers"