Chili 2019 : ultra-libéral, ultra-militaire

845 visites

Le Chili, avant-garde de l’ultra-libéralisme dans les années 1970, après le coup d’État militaire de Pinochet qui a permis la mise en pratique des théories économiques néo-libérales, a en quelques jours réinstauré la terreur policière et militaire dans de nombreuses villes du pays. Depuis environ une semaine, après l’annonce de la volonté d’augmenter à nouveau les tarifs du métro et la réaction des étudiants bloquant différentes stations et appelant à la fraude, les chiliens manifestent chaque jour, la plupart du temps pacifiquement. En marge, il y a eu également des saccages et incendies de supermachés, banques, et stations de métro.

Pour mieux comprendre cette colère, rappelons qu’en moyenne il faut compter à Santiago 1400 pesos pour un aller-retour par jour, soit 1,70 euros environ. Le salaire minimum était de 300 000 pesos par mois - avant l’augmentation de 20% concédée cette semaine - soit 370 euros par mois environ : pour un aller-retour par jour pendant un mois, ce serait comme payer autour de 160 euros de transport pour un salarié au Smic en France (13,8% du salaire). L’annonce d’une nouvelle augmentation a stimulée toutes les colères et condensé la rage contre toutes les inégalités dans l’accès à l’éducation, à la santé, à la mobilité, etc., dans un pays où la majorité des gens est endettée à vie par des crédits à la consommation auprès de grandes chaînes de magasins comme Falabella.

Réaction du président Piñera dans cette démocratie libérale modèle : état d’urgence, couvre-feu, militaires dans la rue en renfort des policiers (première fois depuis la fin de la dictature de Pinochet en 1990). Ont été reportées les actions suivantes :

  • matraquages, gaz lacrimo, canons à eau (actions « normales » lors de manifestations)
  • charges arbitraires
  • des milliers d’arrestations, y compris de mineurs
  • policiers infiltrés parmi les manifestants pacifiques et jouant les casseurs et agresseurs de la police
  • mise à feu d’incendie par la policie pour faire croire à des saccages
  • mise en joue de la foule par les militaires
  • tirs à balles de caoutchouc (petit calibre)
  • tirs à balles réelles
  • tabassages arbitraires de jour hors de toute manifestation : voiture de police qui se gare pour attraper un homme, le tabasser quelques minutes, puis le rejeter dans la rue.
  • tabassages arbitraires de nuit après le couvre-feu, également après un enlèvement provisoire dans une voiture ou une camionnette
  • entrée de nuit dans les maisons des habitants des quartiers populaires pour exercer la terreur
  • attaques d’écoles par la police
  • attouchements, humiliations, viols
  • disparitions depuis plusieurs jours, y compris de mineurs
  • soupçons de se débarrasser de cadavres de victimes dans les incendies donnés pour saccages.

Quand le libéralisme va mal - ce qui semble être vraiment le cas actuellement si l’on en croit certains penseurs (voir le documentaire d’ARTE, « Travail, salaire, profit », épisode sur le marché), et les mouvements sociaux d’un nouveau type au Liban, en Équateur, en France – il révèle toute sa violence, qui en plus d’être économique et sociale, devient alors radicalement policière et militaire. - Le Chili comme modèle du début et de la fin du néo-libéralisme ?

En attendant les enquêtes indépendantes de l’ONU et de groupes universitaires chiliens, voici quelques sources utiles :
- Pour le partage d’articles de presse et de vidéos témoignant des violences policières, voir le groupe de philosophes latinos sur Facebook « Deleuze y Guattari latinoamérica (reel&g) »
- El Mostrador Chile
- Guardian News et BBC News sur Youtube
- Arrêts sur Images

JPEG - 706.2 ko

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Résistances et solidarités internationales » :

>Après George Floyd, l’idée d’abolir la police gagne du terrain

Depuis le meurtre de George Floyd, la police étatsunienne est sur la sellette. Sous la pression de la rue, municipalités et États fédérés multiplient les mesures de réforme. Insuffisant pour une importante partie des manifestants : ne croyant pas à la possibilité d’une « bonne police », ils demandent...

>Kanakÿ : une lettre oubliée de Pierre Messmer

Alors Premier ministre, il écrit le 19 juillet 1972 à son secrétaire d’État aux DOM-TOM, car il veut, en 1972, et oui en 1972, coloniser la Nouvelle-Calédonie. Pour lui, les Kanaks, qui peuplent cet archipel depuis près de 5 000 ans, c’est moins que rien, ils n’existent pas. Ou plutôt ils ne sont là que...

› Tous les articles "Résistances et solidarités internationales"

Derniers articles de la thématique « Capitalisme / Consumérisme » :

>Maurice Kriegel-Valrimont, jusqu’au bout l’esprit de rébellion

Le mercredi 2 août 2006, le grand résistant français Maurice Kriegel Valrimont s’est éteint à Paris à l’âge de 92 ans. Toute sa vie, il a voulu changer le monde, avec succès assez souvent. À Lyon, Maurice prend le nom de Valrimont, et réussi, avec d’autres, à organiser l’unité des mouvements de résistance...

>Tout le monde déteste le tourisme

Évoquant l’ouverture, la découverte, l’aventure, la joie, le principe du voyage a très bonne image dans les sociétés occidentales. Mais on oublie généralement que le tourisme reste un privilège participant à maintenir des formes de domination : « pour l’heure, moins d’un humain sur quinze est en position...

› Tous les articles "Capitalisme / Consumérisme"