Compte-rendu du procès de l’Oblik, squat d’activité à Villeurbanne

1000 visites

Ce lundi 4 avril 2016 au Tribunal de Grande Instance de Villeurbanne a eu lieu le procès de l’Oblik, squat ouvert fin décembre 2015 dans une usine désaffectée où des personnes habitent et organisent différentes activités, le tout en partenariat avec des associations et collectifs disposant de peu de moyens financiers et ayant des difficultés à trouver des locaux.

L’usine étant inoccupée depuis 2012 et le bail avec l’entreprise qui l’utilisait étant rompu depuis 2015, aucun projet n’a vu le jour depuis pour cet hectare de béton. La mairie de Villeurbanne, propriétaire des lieux, affirme vouloir détruire le bâtiment et vendre le terrain par la suite.

Poursuivis pour occupation illégale, le procès regroupait au barreau les habitant.e.s du lieu ainsi que de leur avocate d’une part, et la conseillère juridique de la mairie de Villeurbanne d’autre part. On notait aussi la présence d’une trentaine de personnes venues soutenir l’Oblik en leur nom ou au nom de leur association, ainsi que la présidente de la Ligue des droits de l’homme à Villeurbanne. Le réquisitoire a eu pour argument principal le soi-disant non-respect des normes de sécurité. Cependant, nous remarquerons que les lieux disposent de nombreux extincteurs, de grandes portes de sécurité permettant l’évacuation de plusieurs centaines de personnes en cas de besoin, des conduits d’évacuation de fumée fonctionnels etc. Les habitant.e.s n’ont pas touché au transformateur électrique et l’ont même barricadé pour empêcher l’accès. Autre argument pour décrédibiliser les occupants : le spectacle de feu qui a eu lieu quelques semaines auparavant aurait été dangereux alors qu’il a eu lieu dehors, avec une zone de sécurité, et comme on l’a dit, en présence des nombreuses lances-incendie disponibles sur le site. En ce qui concerne l’amiante, le bâtiment a déjà été désamianté et il ne reste que deux zones à plusieurs mètres de hauteur, dans les taules du toit où on peut encore en trouver. Ainsi, difficile de distinguer mensonge et argument vaseux de la part de la mairie.

Il est étonnant de constater que quatre plaintes de la part des voisins ont été signalées le week-end précédent le procès, après trois mois d’occupation - rappelons-le -, pour une nuit où il n’y a même pas eu d’événement mais seulement un « calage » du côté du tramway et non des habitations, fait avec deux caissons à l’extérieur pour profiter des températures douces du printemps. Serait-ce dû à un possible lobbying de la mairie auprès des riverains pour expulser les habitant.e.s de l’Oblik ? Nous ne pouvons que faire des suppositions, mais ce qui est certain c’est que, habituellement, les habitant.e.s vont voir les riverains par eux-mêmes, préférant une démarche de concertation plutôt que le règlement des conflits par voie judiciaire.

Notons qu’avant d’avoir eu des poursuites judiciaires, les habitant.e.s du lieu ont exprimé la volonté de rencontrer les pouvoirs publics en demandant un rendez-vous auprès de l’adjointe de l’économie sociale et solidaire de la mairie de Villeurbanne. Cette dernière a annulé le jour même pour « raisons personnelles », affirmant qu’ils allaient les recontacter. N’ayant aucun signe de leur part, les habitant.e.s ont essayé à nouveau, plusieurs fois, d’obtenir un rendez-vous, sans y parvenir. On peut l’interpréter comme un refus de dialogue, probablement sous la pression de la hiérarchie supérieure qui refuse de rencontrer les squatters pour négocier. L’avocate des occupant.e.s a appuyé le refus de confrontation et la volonté de rentrer en contact avec la mairie, disant clairement que ce lieu d’habitation est peuplé de personnes en situation très précaire, ayant fait des demandes de logement social mais au vu des délais elles n’ont même pas l’espoir d’en obtenir un avant minimum un an. Qui plus est, des familles avec des enfants y logent depuis peu, ce qui rend d’autant plus difficile l’expulsion.

Le rendu du procès a été annoncé pour le 25 avril. Les personnes venues en soutien au procès de l’Oblik sont alors sorties, ce qui a laissé planer un silence morbide et un vide impressionnant dans la salle. Plus ou moins ce à quoi aspirent les pouvoirs publics, qu’il s’agisse de l’usine en question, de la rue, ainsi que de nos vies et esprits.

Une personne venue en soutien au procès de l’Oblik

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Vie des quartiers - urbanisme - initiatives » :

>Nid de Coucous ! un documentaire sur les Squats à Lyon

A Lyon comme ailleurs, pour les jeunes squatteurs et pour les familles sans papiers, il faut lutter pour habiter et habiter pour lutter. « Nid de Coucous », documentaire de 2012, raconte l’histoire de ces indésirables et de ces sans voix, qui à l’échelle d’un immeuble ou à l’échelle d’un pays, occupent...

› Tous les articles "Vie des quartiers - urbanisme - initiatives"

Derniers articles de la thématique « Logement - Squat » :

>Le Squat « L’amphi Z » est expulsé : près de 150 personnes à la rue !

Ce matin à 11h30 les flics ont débarqué au moment où le moins de gens étaient encore présents. Avec « seulement » 15 fourgons, ils ont forcé la porte et ont profité de l’effet de surprise pour évacuer facilement les quelques habitants encore présents... C’est donc désormais près de 150 personnes qui sont à...

› Tous les articles "Logement - Squat"