Expulsion de Sherazade et de ses deux enfants empêchée par la mobilisation

1088 visites

Les militants du Réseau Éducation Sans Frontières de Lyon et de Marseille ont réussi à empêcher (provisoirement ?) l’expulsion d’une mère de famille de Rillieux réfugiée en France avec ses deux enfants. L’expulsion se faisait dans des conditions roccambolesques voire illégales, après 26 jours d’emprisonnement.

Encore une famille brisée et des enfants traumatisés, enfermés dans une prison pour innocents, menacés d’être expulsés d’un pays où ils construisaient tranquillement leur existence !

Shérazade n’a pas eu d’autre choix que de venir se réfugier en France il y a six ans pour fuir un ex-mari et une belle famille qui la persécutaient. Accueillie à Rillieux La Pape (69) par sa tante, elle s’est remariée en 2003 et est mère de deux enfants nés en France, Céléna 3 ans 1/2 (scolarisée depuis la rentrée 2006) et Jhilès 2 ans 1/2 (inscrit en maternelle pour la rentrée 2007).

Une Ordonnace de Quitter le Territoire Français avait été notifiée le 15 mai 2007 à Shérazade. Suite au recours déposé par l’avocate, cette OQTF devait être jugée au tribunal administratif de Lyon le 6 septembre 2007.

Alors que Shérazade avait reçu le 20 juillet cette convocation, elle a été arrêtée lundi 23 juillet à 7 h15 du matin, à son domicile, avec ses deux enfants, et conduite au centre de rétention administrative de Lyon. Son époux absent a échappé à l’arrestation. Cela fait donc aujourd’hui 26 jours de privation de liberté pour ces deux enfants et leur maman, qui n’ont commis d’autre crime que de se voir refuser le droit au séjour au nom d’une logique politique qui veut empêcher l’immigration et en premier lieu l’immigration familiale.

Shérazade et ses deux enfants, Celéna et Jhilel ont été extraits du centre de rétention administrative de Lyon/Saint-Exypéry ce vendredi 17 août à 11h du matin pour être conduits sur Marseille dans un fourgon de police. Ils devaient être expulsés à 17h par le « El Djazair » destination Annaba. C’était sans compter sur la mobilisation d’une quarantaine de militants à l’appel du RESF 13 et RESF 69 qui se sont retrouvés dès 12h porte Chanterac à l’embarquement des véhicules pour distribuer des tracts à l’attention des passagers.

À 15h, avant qu’on ne l’empêche de répondre à son portable, Shérazade a pu faire savoir que le fourgon de police avait pénétré dans l’enceinte du port. Après concertation, une dizaine de militants ont franchi les grilles et 11 d’entre eux ont réussi à atteindre le bateau à quai et à y pénétrer. Ils ont reçu un accueil plutôt chaleureux et nullement hostile de la part de l’équipage et ont demandé à rencontrer le commandant, afin de lui expliquer la situation et lui faire savoir qu’ils ne bougeraient pas tant qu’ils n’avaient pas pu voir Shérazade et ses enfants.

En fait celle-ci n’est jamais montée à bord : elle se trouvait à ce moment-là dans les locaux de la PAF du port, très affaiblie par ses 25 jours de rétention et l’éprouvant voyage pendant lequel elle n’a pas pu boire une goutte d’eau, le convoi ne s’étant arrêté que pour acheter quelques pains au chocolat pour les enfants.

Deux des militantes ont pu rejoindre Shérazade dans les locaux de la police pour attendre l’arrivée du médecin venu l’examiner. Celui-ci a conclu que son état de santé était compatible avec un retour sur Lyon le soir même ! La Préfecture du Rhône avait pourtant fait savoir qu’elle serait placée en rétention à Marseille. Mais il semblerait que le CRA de Marseille affiche complet !

À l’heure où est écrit ce communiqué, Shérazade est injoignable sur son portable.

La police a affirmé qu’elle devait être reconduite au CRA de Lyon/Saint-Exupéry. Les enfants fortement perturbés par la rétention et le voyage se sont montrés très paniqués quand leur maman les a laissés pour se faire examiner par le médecin. Les deux militantes ont eu du mal à calmer les pleurs et les cris de Célena.

Il faut également signaler que les policiers ont tenté de donner un sédatif à Shérazade lors du trajet en fourgon, lorsqu’elle leur a fait savoir qu’elle se sentait mal. Elle n’a pas avalé le cachet et a pu le remettre discrètement à une des deux militantes.

Non contents de se transformer en escorteurs, voilà maintenant que la police française se transforme en prescripteur médical !

Shérazade et son mari doivent être régularisés, ces pratiques ignobles et indignes du pays des droits de l’homme doivent cesser !

Liberté et droit au séjour pour Shérazade, son mari et ses enfants !

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info