Site collaboratif d’infos alternatives

Flexisécurité à la française : l’improbable régulation du rapport social capitaliste

3 compléments

Une attaque généralisée ?

Les différents types d’actions contre l’accord national interprofessionnel (ANI) pour l’emploi du 11 janvier 2013 montrent bien comment les choses sont appréhendées par les différentes forces de gauche. Par les termes utilisés, elles appellent à la mobilisation de toutes les catégories de travailleurs comme si le projet de loi les visait toutes de la même façon dans une attaque unitaire (patronat-État-syndicats de collaboration de classes) qui mériterait une réponse unitaire de l’ensemble des salariés. C’est typiquement la position traditionnelle cégétiste derrière laquelle s’alignent désormais les derniers gauchistes [1] avec ce zeste de singularité radicale que constituerait l’appel abstrait à la prise en main de nos propres affaires quand, concrètement, les positions avancées s’alignent sur celles des organisations ouvrières traditionnelles.

Cette position unanimiste fait comme si des fonctionnaires aux chômeurs, en passant par les populations marginalisées, désaffiliées ou décrochées ou encore celles ayant des difficultés à s’inscrire dans le salariat, tout le monde avait le même statut, les mêmes garanties, etc., et donc les mêmes intérêts. C’est pourtant loin d’être le cas aujourd’hui car le code du travail et la loi qui sont défendus par certains syndicats comme la CGT et FO sont le produit du rapport de classes qui existait pendant la période de plein emploi des Trente Glorieuses. Le compromis social qui en est issu, le « mode de régulation fordiste » (échange d’une hausse de productivité du travail contre une hausse des salaires et un niveau élevé de protection sociale sur la base du salariat pour tous), concernait l’ensemble des travailleurs, mais sur le modèle du salarié type bénéficiant d’un contrat de travail à temps plein et garanti (en France, le CDI). Durant cette période, on pouvait considérer que, malgré les différences, par exemple entre ouvriers professionnels d’un côté (OHQ et OP) et ouvriers spécialisés (OS) des chaînes de montage de l’autre, entre salariés du public et travailleurs du privé, les conditions communes primaient sur les différences et inégalités [2].

Si l’organisation du travail et de la production ont changé et que ce qui recouvrait toutes les différences de situation auparavant ne les recouvre plus aujourd’hui, eh bien tant pis ! Syndicats néo-staliniens et groupes gauchistes n’en démordent pas : force doit rester à la loi [3].

Une stratégie du sablier…

Or, cette réforme, sans entrer ici dans les détails, est justement une réforme qui n’a pas pour but de traiter tous les salariés de la même façon puisqu’elle veut instiller :
– plus de sécurité là où il y a le plus de précarité ; par exemple, par la taxation des CDD et la création de CDI dans l’intérim, l’obligation faite aux patrons de financer une mutuelle complémentaire santé là où elle n’existe pas, ce qui est le cas pour plusieurs millions de salariés, par exemple dans les très petites entreprises (TPE), des droits rechargeables aux allocations chômage qui visent à empêcher « la préférence » pour le chômage en permettant le cumul des allocations et du travail à temps partiel, ainsi qu’un compte personnel de formation continue dont seulement 10 % des chômeurs bénéficient actuellement [4] ; – plus de flexibilité là où les situations sont les mieux « garanties » (« accords sur le maintien dans l’emploi » dans les grandes entreprises qui faciliteraient la mobilité interne à l’intérieur des groupes, une éventuelle baisse des salaires et une hausse des horaires de travail si besoin [5] est, et, si les signataires représentent au moins 50 % des salariés, une application non systématique des critères conventionnels d’ordre de licenciement qui respectaient généralement ancienneté dans le travail, âge, charge de famille et qui devront prendre en compte bien plus qu’auparavant les fameuses « compétences » chères à toutes les DRH [6]).

Mais même pour les salariés des grandes entreprises, des « compensations » sont envisagées comme la participation de représentants des salariés au sein des conseils d’administration — un début de cogestion à l’allemande ? — ou l’encadrement par l’État d’éventuels futurs plans sociaux. Si on fait le bilan du projet, on ne peut pas dire que c’est une reprise pure et simple de celui de Sarkozy sur la compétitivité et l’em­ploi. Il y a bien une « avancée » avec des mesures que la CFDT demandait depuis longtemps, mais, en même temps, un recul avec une offensive maximaliste du MEDEF qui se doute que le projet initial sera amendé en sa défaveur au Parlement.

En fait, le projet actuel n’a pas encore un but général. Il n’est qu’une tentative pour les pouvoirs en place de jeter une première pierre dans l’édification d’un nouveau compromis social entre le capital et le travail succédant au mode de régulation précédent, mais dans un rapport de force modifié par la perte de centralité de la force de travail dans le procès de valorisation. Un compromis vers lequel les pays scandinaves, les Pays-Bas et l’Allemagne avancent à plus vive allure (flexisécurité) que la France, l’Italie, l’Espagne ou le Royaume-Uni, parce que la conflictualité ouvrière et l’antagonisme de classes y ont été englobés dans un rapport social déjà plus capitalisé et depuis plus longtemps.

Il ne faut certes pas se leurrer sur cette « démocratie sociale » à la française, mais elle fait consensus sur le fond [7] et aucun des syndicats « représentatifs » n’a fait mine de boycotter les rencontres préparatoires.

Dans ces conditions, ceux qui ne signent pas ne sont pas « mieux » que ceux qui signent. Ils défendent un autre compromis reposant sur d’autres principes (les conventions de branche ou interprofessionnelles plutôt que les accords d’entreprise, la loi plutôt que les contrats, etc.)... ou, plus prosaïquement encore, ils défendent en priorité un certain type de travailleurs ou leurs adhérents. La CGT et FO privilégient leur clientèle traditionnelle, celle qui est la mieux garantie et, d’ailleurs, la plus syndiquée. Comme d’habitude, les directions syndicales jouent double jeu. Pendant qu’elles paradent face aux médias avec de grandes déclarations outragées, en coulisse, sur le terrain, il se passe d’autres choses [8]. Ces grands principes sont d’ailleurs vite abandonnés quand se fait jour une opportunité d’aménagement plus corporatiste, propre à l’entreprise. C’est bien ce qui s’est passé chez Continental Clairvoix où l’ensemble des syndicats a accepté dès 2007, donc bien avant le projet de loi actuel, des accords d’entreprise sur la compétitivité et l’emploi parce qu’il s’agissait là, pour les travailleurs, de sauver des emplois concrets : les leurs. À ce moment précis, ils n’en avaient rien à faire de la loi pour tous et du fait que, d’une certaine façon, ils trahissaient « la classe ouvrière » toute entière en acceptant l’accord. Ce n’est qu’après le « mensonge » patronal et la fermeture de l’usine qu’ils sont devenus plus combatifs. Et pas pour défendre des grands principes, mais pour faire « cracher » le plus possible le « patron » en leur faveur.

La situation est donc très différente de celle des années 1960-1970 où le contexte était encore celui d’une centralité du travail et d’une prédominance de la production matérielle sur des marchés généralement en expansion, y compris dans des frontières demeurant nationales. Le donnant-donnant du fordisme (hausse de la productivité contre hausse des salaires) pouvait donc fonctionner dans une sorte de « gagnant gagnant », pour parler néo-moderne, et ce n’est pas un hasard si, pendant cette période, les thèses keynésiennes sur la croissance par la hausse constante de la demande étaient dominantes. Le salaire pouvait être considéré davantage comme un revenu que comme un coût parce qu’une stratégie macro-économique de croissance l’emportait sur les pratiques entrepreneuriales particulières de profit et de puissance.

… correspondant à une marge étroite

Aujourd’hui, la centralité du travail dans le procès de valorisation est remise en cause par la substitution capital/travail qui réduit la part de travail vivant dans le procès de production et la production matérielle ne se fait plus sur des marchés en expansion, mais sur des marchés saturés ou rendus extrêmement concurrentiels par la mondialisation.

Par ailleurs, bien que la production matérielle, dans des secteurs comme l’énergie, la sidérurgie, la chimie de base et même l’industrie des puces électroniques soit plus que jamais nécessaire et se réalise au sein de sites d’importance, parfois gigantesques [9], la production se fait de plus en plus immatérielle [10] et virtuelle au sein d’unités de production de biens et de services plus petites et plus dispersées. Ces nouvelles conditions débouchent sur des situations et des statuts très contrastés dans lesquels même la fonction publique n’est pas épargnée, avec la multiplication des CDD dans la recherche médicale par exemple. Des contrats commerciaux qui échappent au droit du travail classique se multiplient, le développement du travail intermittent et du travail indépendant ou free lance se fait aux marges du salariat. De même, la généralisation des conventions de stage à la place de contrats de travail pour les étudiants très qualifiés en recherche d’emploi est une pratique de plus en plus courante dans le secteur high-tech et il échappe à un point tel au code du travail que Fioraso, la ministre de l’Enseignement supérieur, est en train de préparer un projet visant à contourner ce code pour accorder des droits non prévus pour cette catégorie de personnel (les « invisibles » comme ils s’appellent eux-mêmes lors de leurs actions), tels un droit à des congés payés et un droit à la protection sociale. Le MEDEF s’y oppose évidemment en criant à la dénaturation de la spécificité des conventions de stage au profit de contrats de travail déguisés. Cet exemple montre bien la réversibilité des arguments de la part des protagonistes habilités à négocier. Syndicat patronal comme syndicats de salariés peuvent utiliser le même type d’arguments (le respect du code du travail ici, mais ses insuffisances ailleurs) pour avancer chacun leurs pions.

Le but premier pour les forces qui agissent au niveau du capitalisme du sommet est aujourd’hui la capitalisation financière plutôt que l’accu­mulation des forces productives, dans le cadre d’une « reproduction rétrécie » plus qu’élargie du capital. Conséquence : le donnant-donnant apparaît beaucoup plus difficile à réaliser. Comme disent les syndicats, « il y a moins de grain à moudre » et la part des salaires dans la valeur ajoutée baisse. Mais cette baisse ne s’explique pas seulement par un rapport de force défavorable — si c’était le cas, ce ne serait pas inéluctable —, mais par une inessentialisation de la force de travail dans le procès de valorisation. Ce dernier se fait plus diffus et parcours toute la chaîne de valeur de l’amont jusqu’à l’aval et la production telle qu’elle était traditionnellement conçue stricto sensu n’est plus qu’une de ses composantes parmi d’autres. Le chaînon ouvrier n’en constitue donc plus qu’une composante parmi d’autres... et pas la plus importante.

De ce froid constat resurgit naturellement l’idée néo-classique selon laquelle les salaires ne sont que des coûts dont certains seraient même supérieurs à la productivité générée, ce à quoi il faut remédier même si leur part représente une proportion toujours plus faible du coût total. Ils servent de variable d’ajustement parce qu’ils sont aujourd’hui les seuls coûts à ne pas être fixés à un niveau mondial avec, bien sûr, les coûts structurels liés aux diverses impositions prélevées par les États souverains.

Il y a nécessité pour le capital et ses différentes fractions de trouver un nouveau compromis sur des bases peu évidentes, mais qui donne au moins l’impression qu’il n’y a pas de perdant, seulement des concessions réciproques. D’où l’importance de la participation des représentants du capital variable (les syndicats de salariés) aux actuelles négociations et ce, sous les auspices d’une « démocratie sociale » qui sera ensuite confortée par des discussions au Parlement sur lesquelles les partenaires sociaux pourront peser et, particulièrement, les syndicats de salariés auprès des députés de gauche de la majorité. Mais la marge est extrêmement étroite si on se réfère à notre exemple de la note 8, quand un accord comme celui conclu chez Continental ne représente même plus une garantie, quand les promesses de Mittal ne sont que des paroles et quand le patron américain de Titan refuse toute solution pour les salariés accusés de ne pas vouloir travailler plus de trois heures par jour, alors qu’il n’y a pas matière à le faire, vu la situation de l’entreprise.

Tous ensemble ?  

Dans ce contexte profondément modifié, la CFDT assume sa différence de syndicat « responsable » en tenant compte des transformations de la « composition de classe ». Si cette centrale syndicale prend une telle position, ce n’est pas seulement parce qu’elle est plus clairvoyante sur le rôle actuel et futur du syndicalisme dans la société capitalisée, mais c’est aussi parce qu’elle est beaucoup moins implantée dans les bastions traditionnels de l’industrie et de la fonction publique, et plutôt mieux implantée dans les nouveaux secteurs du tertiaire et dans les PME dans lesquels les problèmes sont sensiblement différents. Elle est aussi la seule à reconnaître — et depuis longtemps [11] — une crise du travail [12]. Une crise qui ne pose pas seulement la question de la sécurité de l’emploi en général, mais plutôt la question précise de l’augmentation du nombre de travailleurs précaires et aussi celle des en-dehors du salariat organisé (travailleurs clandestins de l’économie informelle) ainsi que celle des décrochés ou autres « désaffiliés » (cf. R. Castel) des quartiers défavorisés. Des questions que posaient aussi à sa manière Agir contre le chômage (AC) et divers groupes de chômeurs à la fin des années 1990, et que continuent à poser quelques comités de travailleurs précaires ici et là. Des questions qui ne sont pas toutes liées à la situation de travail, mais au fait que les droits sociaux sont encore soumis aux conditions définies strictement à l’intérieur d’un cadre, celui de la norme salariale fordiste, déterminant en grande partie les conditions pratiques de toute la vie quotidienne des individus. Or, ce cadre est devenu en grande partie théorique puisqu’il ne correspond plus exactement à la réalité du terrain. Après que la société bourgeoise s’est dissoute dans la société salariale (cf. M. Aglietta et A. Brender), la société salariale tend à se dissoudre dans la société capitalisée (cf. la revue Temps critiques). Mais, malheureusement, le refus ou la révolte contre ce devenir ne porte que rarement à agir pour le rendre incertain en se proposant d’aller au-delà, mais à se contenter le plus souvent de revendications nostalgiques sur un retour à... la norme salariale fordiste, et les discours « indignés » sur les bienfaits du programme du Conseil national de la Résistance (CNR) sonnent pour beaucoup comme un eldorado du salariat [13], en oubliant qu’elle reposait bien souvent, et particulièrement pour les jeunes, les femmes et les travailleurs immigrés, sur une exploitation éhontée dans des conditions de travail souvent terribles.

Il faut arrêter de rejouer indéfiniment le mythe de l’unité ouvrière quand l’atomisation objective (destruction des grandes « forteresses ouvrières », déclin des formes d’emploi à vie) et l’atomisation subjective (impossibilité aujourd’hui d’affirmer une identité de classe, une identité ouvrière) rendent les luttes plus éclatées et sans perspective définie. Même les appels abstraits à l’unité « à la base » ne servent à rien d’autre qu’à donner un dernier souffle à des syndicats qui n’appellent toujours qu’à une unité au sommet. C’est assez logique qu’ils procèdent encore ainsi dans un pays marqué par des divisions idéologiques du passé qui n’auront bientôt plus cours, mais pourquoi leur emboîter le pas soit en entrant directement dans leur stratégie, soit en ne s’en démarquant que de façon complètement artificielle par des mini-appels qui ne s’en distinguent que par la forme ?
Pour nous, il s’agit plutôt de saisir les éléments qui pourraient constituer déjà des ferments de luttes à venir, de voir comment ils peuvent faire « communauté », non seulement au sens de communauté de lutte pour les individus les plus directement concernés, mais au sens d’un en-commun plus large qui ne soit pas un cartel de catégories « toutes unies [14] » par une opération du Saint-Esprit, se substituant à feu le déterminisme historique.

Notes

[1Ils soutiennent la revendication ouvriériste classique du CDI pour tous et se distinguent de ceux qui reportent leurs espoirs sur la révolte des précaires et un « précariat » conçu comme nouveau sujet ou composante majeure d’une nouvelle classe ouvrière.

[2Nous simplifions mais, bien sûr, la classe ouvrière n’a jamais présenté une figure unifiée. Dès l’accroissement de la division industrielle du travail au XXe siècle, les syndicats réformistes ou reconnus ont plutôt encadré les travailleurs qualifiés parce que les plus concentrés dans les grandes entreprises, et de plus vieille tradition ouvrière et urbaine, alors que les autres ainsi que les chômeurs restaient inorganisés ou avaient recours à des organisations un peu spécifiques comme les IWW aux États-Unis. On retrouve cette séparation dans les luttes des années 1968-1973 où, en France et en Italie, ce sont les OS qui ont porté les luttes les plus dures, la plupart du temps en dehors des syndicats ou alors à leur base sans toutefois arriver à dégager un minimum d’unité nécessaire à l’élargissement du mouvement de critique du travail.

[3Si on s’en tenait à un tel raisonnement, la Couverture médicale universelle (CMU) n’aurait jamais été mise en place puisque la Sécurité sociale ne doit concerner que les salariés ou les parents rattachés, pas les pauvres et les « fainéants ». C’est aussi sur cette base d’un tout ou rien qui n’a rien de révolutionnaire que les syndicats se sont longtemps opposés à toute organisation séparée des chômeurs, comme si être chômeur quand il y en a moins de 500 000 (les années 1960 jusqu’à 1968) correspondait à la même situation qu’être chômeur quand il y en a quatre millions et un quart de longue durée ! L’évolution des notions statistiques est d’ailleurs parlante. Ainsi, la notion de population active définie par l’INSEE dans les années 1950 comprenait les chômeurs comme des actifs car le chômage n’était considéré que comme une parenthèse entre deux période de travail, alors qu’aujourd’hui, pour certains, c’est le travail qui devient une parenthèse entre deux périodes de chômage ou de stages et l’INSEE a dû créer la catégorie de « population active occupée » afin de distinguer ce qui est devenu deux situations.

[4Certes, on pourra remarquer qu’un gouvernement qui se présente comme social-démocrate va de fait mettre en concurrence organismes publics et organismes privés de formation afin de respecter l’harmonisation européenne sur ce point.

[5Il ne faut pas se laisser abuser par les mots. Quand, par exemple, le nouvel accord Renault de sécurisation de l’emploi prévoit une augmentation de l’horaire de travail, c’est en réalité une augmentation sur un temps qui est, en moyenne dans le groupe, inférieur à ce que dit la loi en France. En l’espèce, il s’agit du passage de 34 heures par semaine à 35 heures. Bien sûr, on peut dire que c’est un alignement par le bas, mais c’est bien moins inquiétant que le fait de savoir que les salariés vont être amenés à produire 300 000 voitures supplémentaires… alors qu’il y aura 7 500 suppressions de postes. Cela conduit forcément à entériner les augmentations de productivité par la substitution capital/travail et ça ne provoquera pas d’embauche supplémentaire, sur cette base du moins.

[6Ce respect est dans les faits assez théorique car qui peut croire que les patrons en difficulté ne cherchent pas à garder les personnes les plus rentables et à se débarrasser des employés les plus rétifs aux restructurations ? Les exemples ne manquent pourtant pas, comme dans les professions de la presse. Comme souvent, une nouvelle loi ne fait que confirmer une tendance en cours encore marginale, mais en progression.

[7Une preuve institutionnelle de ce consensus nous est apportée par l’adhésion de la CGT à la Confédération syndicale internationale (CSI), le 1er novembre 2012. La CSI regroupe à peu près tous les syndicats sociaux-démocrates et chrétiens plus la CGT et bientôt FO. Ses statuts sont plus contraignants que ceux de l’ancienne CISL anticommuniste : les organisations syndicales « ont la responsabilité de prendre en compte, dans la formulation de leur politique, les décisions du congrès et des organes directeurs de la confédération ». On ne peut mieux dire que ce sont l’ensemble des grands syndicats qui demandent et espèrent participer au « capitalisme du sommet ».

[8Ainsi, le syndicat FO de PSA Sevelnord à Hordain (59) a signé l’accord de compétitivité de juillet 2012 et il vient de signer l’accord de relocalisation de Renault de mars 2013 qui prévoit justement augmentation du temps de travail et gel des salaires ainsi que l’acceptation de suppressions d’emplois, donc tout ce que la direction confédérale vient de refuser. Il ne s’agit pas pour nous de vociférer contre les syndicats parce qu’ils ne sont pas assez révolutionnaires, mais de rappeler qu’ils ne sont que les défenseurs de la force de travail telle qu’elle est, mais pas forcément de toute la force de travail. Ils défendent en priorité l’image qu’ils ont du travailleur modèle. Cela n’empêche pas la CGT d’ouvrir son champ d’action quand il est porteur de mobilisation et surtout d’adhésions, mais il ne faut pas que ceux qui ne répondent pas au « modèle » poussent le bouchon trop loin. Par exemple, si sa position par rapport aux chômeurs a évolué positivement depuis l’action d’Hoareau et de ses comités de chômeurs CGT à Marseille, ce n’est pas un hasard non plus si le siège de la CGT à Paris a été occupé par les travailleurs africains sans papiers en grève en 2008 pour montrer leur désapprobation vis-à-vis de la ligne officielle de l’organisation syndicale. Ces pratiques ne sont pas propres aux « grands » syndicats et se retrouvent aussi bien à SUD Groupe des Dix qu’à la CNT-Vignoles. Nous en avons maints exemples, que ce soit dans l’enseignement, dans la presse, à la Poste ou à la SNCF. Mais cela ne nous empêche pas de lutter avec des syndiqués s’ils sont des individus critiques et non pas simplement des syndiqués de base en désaccord avec l’appareil syndical.

[9Sans la production matérielle d’énergie, sous le contrôle de la puissance étatique, la production immatérielle n’existerait même pas. Ainsi, les réseaux de communication, tout immatériels qu’ils soient, sont de très gros consommateurs de production d’électricité.

[10« Immatérielle » n’est pas à prendre ici au sens théorique que veulent lui donner des auteurs comme Gorz, Negri ou Rifkin, mais au sens statistique donnée par l’INSEE et les grands systèmes de comptabilité nationale. À savoir : la production de biens est considérée comme matérielle ; la production de services comme immatérielle, même si elle dépend de la première.

[11Cf. sa grande enquête interne des années 1990 rassemblée dans le livre Le travail en question : enquête sur les mutations du travail, Syros 2001. De son côté, le journal Libération n’y va pas par quatre chemins et déclare sentencieusement : « Il faut travailler à sauver le travail. » (6 mars 2013)

[12Une idée qui passe difficilement et encore marginalement dans la tête d’un syndicat « révolutionnaire » comme la cnt-Vignoles.

[13C’est bien connu que chez les militants, et en général à l’extrême gauche, les choses étaient toujours mieux avant et que l’idée révolutionnaire se fortifie de l’idée que ça va être pire et donc que nécessairement... etc., etc.

[14Même si le monde paysan n’est pas un exemple exportable, on ne connaît que trop les dégâts produits par la domination sans partage du syndicat majoritaire (la FNSEA), soi-disant syndicat de tous, mais en fait syndicat des grands céréaliers et éleveurs captant les subventions de la pac et organisant l’agriculture industrielle. Il y a pourtant toujours eu des petits paysans pour servir de masse de manœuvre à ces gens-là !

Documents associés à l'article :

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 31 mars 2013 à 16:12

    Il y a un mélange de thématiques dans la réponse qui est faite aux critiques, qui est préjudiciable à l’analyse. Critiquer les limites du syndicalisme, sa défense des hiérarchies salariales est tout à fait justifié. Mais encore ne faut-il pas tout mélanger.

    Quand SUD et CNT s’opposent à la loi Aubry sur les 35h en stigmatisant le gel des salaires et l’annualisation du temps de travail, ils ont raison et c’est à partir de cette loi que les premières dérogations au code du travail se sont généralisées. Quand les mêmes défendent la durée légale du travail à 35h contre Sarkozy qui veut l’augmenter tout en gardant la modération salariale et en aggravant les susdites dérogations, ils ont encore raison. Il n’y a qu’une logique purement formelle, abstraite, qui peut voir les choses autrement, car dans les deux cas il s’agit de freiner la même offensive qui vise à l’intensification du travail, et donc de l’exploitation.

    Alors oui, on peut, on doit reprocher aux syndicats traditionnels de, pour ainsi dire, ne pas défendre ce précariat. Encore faut-il ne pas être de mauvaise foi : il existe des tentatives, des expériences, certes limitées, que ce soit dans l’interim, ou parmi les sans-papiers.
    Mais vous essayez de nous faire croire (de vous faire croire à vous-mêmes) que ce texte apporte des " avancées " aux plus précaires, tente un compromis qui, en légalisant le précariat qui existe de fait, l’encadre. Et, de ce point de vue, avancez les arguments de la CFDT, en nous disant qu’il faudrait " vraiment " lire le texte, sortir du catastrophisme.

    Je suis désolé, mais tout cela est inexact. Si il y a un recul pour les salariés en CDI, il n’y a strictement aucune avancée pour les précaires. La taxation des CDD inférieur à 1 mois ? Mais elle est ridicule comparativement à ce qu’empocheront les employeurs avec les nouvelles exonérations sur les moins de 26 ans. Le CDI intermittent, qui a vocation à se généraliser, est PIRE qu’un CDD. Enfin, en plongeant ceux/celles qui sont en haut de la hiérarchie salariale vers le bas, ceux qui sont en bas seront encore plus écrasés, mis en concurrence sur leur propre terrain, etc - donc intensification de l’exploitation.

    Alors, il y a l’assurance complémentaire. Je ne reviens pas sur ce point : il a suffisamment été expliqué que les cotisations des salariés, aujourd’hui en moyenne à 40%, seront ici augmentées obligatoirement à 50% : il s’agira donc de conditions d’assurance d’autant plus dégradées vis à vis des salariés disposant de bonnes conditions de négociations que l’assurance sera au choix exclusif de l’employeur.

    Bref, oui, nous révolutionnaires sommes des catastrophistes, car nous constatons que la catastrophe capitaliste est sous nos yeux, qu’elle est invivable, qu’elle va en s’aggravant de manière inévitable. On peut avoir une autre appréciation, et finalement exprimer dans le langage de la " critique critique " - et sous le prétexte que les réactions prolétariennes aujourd’hui sont encadrés par des canailles, trop limitées, etc. - la pure capitulation.

  • Le 30 mars 2013 à 17:44, par Les auteurs du texte

    Bonjour, nous voudrions répondre à quelques mails et interrogations parus sur Rebellyon en rapport à notre texte ci-dessus.
    Il y a une différence entre prendre acte de l’évolution de rapports sociaux à travers les transformations des statuts de travail et dire qu’en conséquence il ne faut rien faire.
    Notre texte vise premièrement à une analyse sérieuse de ces nouveaux rapports pour ne pas se satisfaire d’une lecture de type purement gauchiste et propagandiste du genre "ils veulent la guerre, ils l’auront" qui prend en fait ses désirs pour la réalité ; deuxièmement, il recherche ce qui pourrait ouvrir des perspectives de lutte qui ne soient pas tirées bureaucratiquement et artificiellement de l’idée que tous les salariés ont les mêmes intérêts comme si la perspective immédiate était celle de l’abolition du salariat, alors qu’il ne s’agit pour l’instant du moins que d’une crise du rapport salarial qui entraîne de profondes différenciations sociales et des réponses essentiellement défensives de la part des salariés. Ces différenciations, il ne s’agit pas de les nier abstraitement en faisant comme si on pouvait (et voulait !) transformer tous les salariés précaires en fonctionnaires ; enfin troisièmement, nous ne disons pas qu’il n’y a rien à faire puisque justement nous soulignons, dans le titre même du texte, "l’improbable régulation", que les dés ne sont pas encore jetés et que les pouvoirs en place sont encore loin d’avoir trouver un nouveau compromis social qui viendrait succéder à celui de l’époque fordiste. Notre perspective est donc ouverte...mais pour ne pas se tromper dans les objectifs, encore faut-il lire sérieusement le texte de l’ANI, c-à-d sans l’idée préconçue que de toute façon tout sera toujours pire, une idée qui de par son "catastrophisme" asséné peut paraître radicale, mais qui s’avère particulièrement contre-productive sur le terrain des luttes à mener, parce qu’elle conduit souvent à se satisfaire du statu quo comme si cela était déjà une grande victoire. A propos du "catastrophisme" et de ses effets pervers on peut rappeler l’exemple de la loi sur les 35 heures, à l’origine stigmatisée par les syndicats SUD et CNT parce qu’elle devait s’accompagner d’une flexibilité accrue de la force de travail, puis défendue ultérieurement par ces mêmes syndicats lorsque Sarkozy a parlé de la remettre en cause. Soit une conception linéaire et fausse de la dynamique du capital qui ne permet pas de comprendre comment ont pu se développer historiquement des phases aussi différentes que celles du capitalisme sauvage de la fin du XIXème siècle, de l’État-providence et du mode de régulation fordiste des Trente glorieuses ou celle qui a vu s’accélérer la tendance à la dérégulation depuis les années 1980, une tendance à nouveau un peu contredite depuis la crise financière de 2008. Bref, avec cette vision "boule de neige" du capital, il ne serait pas étonnant qu’il y ait demain, si l’ANI passe, des gens pour le défendre contre "pire" encore après-demain alors qu’ils l’attaquent précisément aujourd’hui !
    "La défense des acquis" (bien sûr non négligeable) devient alors le paravent qui masque une hiérarchisation salariale imposée par le patronat, mais avec l’accord de la plupart des grandes organisations syndicales. Pour ne prendre que l’exemple de la Fonction publique, les grands syndicats sont toujours les plus chauds partisans des concours et des concours hiérarchisés non seulement en cadres (A, B et C), mais aussi en grades à l’intérieur de chaque cadre (FO et le SNES-FSU ont ainsi soutenu contre la réforme Allègre de 2000, le maintien des avantages horaires et financiers des agrégés du secondaire). Sur ces bases, ils s’opposent donc à toute revendication ou lutte d’intégration des contractuels ou vacataires précaires qui ne passeraient pas par les concours mais reposerait sur l’expérience professionnelle et sociale. Tout au plus certains syndicats demandent-ils que ces personnels précaires puissent bénéficier d’une passerelle réputée plus facile qui est celle des concours internes. Dans cette perspective, la proposition concrète des syndicats dans les négociations est celle qui demande la suppression des contractuels et des vacataires au profit d’une future augmentation des postes au concours...au détriment de la situation immédiate du personnel précaire qui travaillent déjà sur le terrain. (Cf. la position de la FSU Lyon 3 favorable à l’application de la Loi Sauvadet sur la titularisation des personnels contractuels qui, sous conditions, auront le droit de passer des concours "réservés"). On comprend bien alors pourquoi, depuis qu’existent des situations de précarité dans l’Éducation nationale par exemple (fin des années 1960), les auxiliaires précaires se sont organisés de façon autonome au sein de coordinations. En effet, ils ont souvent trouvé devant eux et même face à eux, non pas l’Administration, mais le SNES-FSU et des collègues titulaires majoritairement pro-concours.

  • Le 27 mars 2013 à 18:48, par Max

    Cette analyse est pour le moins curieuse.

    On nous dit que l’ANI correspond à la légalisation de rapports sociaux déjà existants ; que, par conséquent, et pour ne pas tourner autour du pot, on devrait laisser faire.

    Alors plusieurs questions :
    - Est-ce qu’au motif que ces rapports sociaux existent, on doit les laisser se généraliser ?

    - Est-ce qu’au motif que lutter contre l’ANI correspond aussi aux intérêts des salariés en contrat " stable ", on oublie les précaires et les plus exploités sous prétexte qu’on tente d’empêcher la restructuration capitaliste de se poursuivre ?

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Salariat - précariat » :

Manif du 19 octobre : on tient le cap

A Lyon, lors des manifestations contre la loi travail XXL des 12 et 21 septembre, plus de 10 000 personnes étaient dans la rue. Le 10 octobre c’étaient plus de 12 000 manifestant.es. Malgré un appel tardif et timide pour la journée du 19 octobre, la mobilisation contre la casse des services publics...

Manifestation le 19 octobre, la lutte contre les ordonnances continue !

A Lyon plus de 10 000 personnes dans la rue le 12 et 21 septembre, plus de 12000 le 10 octobre. La mobilisation contre la casse des services publics et du code du travail continue. Rendez-vous pour une grande manifestation le 19 octobre à 10h30 à Jean-Macé Suivi d’une AG de lutte à 16h, salle des...

> Tous les articles "Salariat - précariat"

Derniers articles de la thématique « Globalisation - capitalisme » :

Christophe collomb découvre l’amérique : au premier jour d’un ethnocide

Le 12 octobre 1492 Christophe Colomb découvre pour le compte de la couronne d’Espagne ce que l’on connaîtra bientôt comme le nouveau monde. Lui pensera jusqu’à sa mort avoir découvert la route des indes par l’ouest. A partir de ce jour, l’Occident qui découvrait tout juste l’existence de ce continent va...

Bien la bonne année ! Ce 10 octobre à Lyon, nous sommes en 2060 !

Et oui, selon le calendrier lyonnais, c’est le nouvel an à partir de ce 10 octobre à 7h49. Alors, embrassons-nous pour le jour de l’an... En effet, on dit que c’est à ce moment-là en moins 43 qu’il y a eu au lever du jour la fondation de Lyon par Plantacul, même si des bourgades gauloises existaient...

> Tous les articles "Globalisation - capitalisme"