Grève de la faim au CRA St-Exupéry

1435 visites

Il est très souvent difficile d’avoir des infos sur la (sur)vie des individu-es dans des lieux clos comme les prisons, les centres de rétention administratifs ou autres institutions de ce genre qui invisibilisent certaines classes sociales qui mettent en péril le « bonheur universel ». Mais récemment (pour l’échelle temporelle du popouri) la Cimade, par le biais du Collectif 69 de soutien aux sans papiers, a fait sortir d’entre ces quatre murs (pas toujours imperméables !) la grève de la faim qui s’y est déroulée du lundi 28 août au jeudi 1er septembre. Une soixantaine de personnes auraient impulsé le mouvement le lundi. Le mercredi, une vingtaine d’individu-es étaient toujours en grève, mais le jeudi ils et elles n’étaient plus que quatre.
Selon le communiqué du Collectif 69 de soutien aux sans papiers, les grévistes voulaient « dénoncer les refus massifs de leurs demandes de régularisation et les rejets quasi-systématiques de leurs recours auprès des préfectures, de l’OFPRA, des tribunaux. Ils refusent l’engrenage infernal dans lequel ils sont entraînés, alors qu’ils ne cherchent qu’à refaire leur vie grâce à leur travail et à accéder à plus de sécurité en France (sic) »

Quoi qu’il en soit, les matons des CRA ont brisé la grève de la faim à force de violentes intimidations par le biais de convocations individuelles, menaces, chantages, reconduites rapides en commençant par les meneurs : un des grévistes a été violemment frappé par les flics après avoir été jeté à terre. Plusieurs grévistes ont été expulsé-es dans les jours suivant la grève de la faim.

JPEG - 10.1 ko

Ce genre de situation explosive se répète fréquemment dans tous les CRA en France depuis que le gouvernement s’est mis comme priorité la « lutte contre l’immigration illégale », se félicitant dans la foulée d’avoir augmenté les reconduites à la frontières de 50 %. Désormais les sans papiers savent que, quasiment systématiquement, CRA rime avec expulsion alors qu’avant la plupart pouvaient en ressortir au terme de leur rétention faute de temps pour « traiter leur dossier ». C’est ainsi que se répètent sans arrêt des tentatives de suicide avant embarquement, des bagarres entre personnes retenues ou avec les flics, des grèves de la faim...
Et cette situation n’est pas sur le point de s’arranger bien au contraire. Le CRA St Exupéry est en pleine phase d’agrandissement [1].

Sa capacité d’accueil a été porté à 78 places dans un premier temps, et d’ici peu une deuxième phase devrait porter le nombre a 128. Les travaux étaient prévus pour cet été mais visiblement ils n’ont pas été réalisés. Reste juste à trouver les moyens d’action pour retarder cette échéance... gnark gnark gnark !

NI PRISON NITENTION
LIBERTÉ DE CIRCULATION

La sorcière de la rue moufetar

Notes

[1Au passage, il y a toujours une campagne contre Bouygues qui construit des prisons, des CRA,... À Lyon, la filiale de Bouygues Construction, c’est GFC Construction - 23 rue Maryse Bastié CP 3, 69676 Bron Cedex. Tel : 04 72 81 18 18 & mail : contact@gfc-construction.fr.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Migrations / Sans-papiers » :

› Tous les articles "Migrations / Sans-papiers"