Ils ont voté, nous continuons !

964 visites

Après les élections présidentielles, ils ont voté, nous continuons !

Face aux agressions à venir, organisons nous !

Depuis le 6 mai nous connaissons le visage de notre nouvel ennemi. Il ne nous est pas inconnu, nous l’avons pratiqué comme ministre ces cinq dernières années. La politique qu’il va mettre en œuvre sera dans tous ses aspects un programme de régression sociale, de restriction des libertés et de brutalité de l’appareil d’état contre la population. Face à ceux qui se sont enchaînés les mains dans l’appel au vote, nous rejetons la légitimité de ce pouvoir et appelons à la résistance.

Face aux agressions à venir, organisons-nous !

Ainsi donc, voilà Sarkozy. D’emblée, le ton est donné : alors que le futur président s’en va se dorer la pilule sur un yacht appartenant au financeur attitré du Front National, Bolloré, des violences urbaines émaillent le retour à l’ouate post-électorale. Jamais un tel déploiement policier n’avait été observé pour le soir d’une élection… c’est dire la confiance qu’ont les dirigeants en la légitimité qu’ils tirent de leur système pourri.

Bien sûr, ces actes peuvent sembler stériles, désespérés. Ils ne sont cependant que la réponse de révolte face à la violence du pouvoir, brutalité passée mais aussi à venir. D’ailleurs, la résistance, certes sporadique, commence à éclore : l’université de Tolbiac bloquée en protestation aux futurs actes du Sarkozy, sabotages à Aulnay…

Nous, anarchistes, avons toujours dénoncé le mécanisme électoral comme étant la mise en place de ses propres ennemis par la population politiquement abêtie. Et nous continuons : la crétinerie politique de ces semaines électorales et de son résultat ne fait que nous confirmer dans notre analyse.

La royale et l’impériale nous ont soi disant écoutés, entendus, analysés. Ils nous ont gavés avec leurs discours réactionnaires. Et maintenant voudraient, tout naturellement, que nous fermions notre gueule jusqu’à la prochaine échéance électorale. Nous ne nous laisserons pas faire.

La résistance doit s’organiser. Point de salut dans les urnes, qui excluent la population de la scène politique. Nous devons refaire irruption sur la scène politique, en permanence, à chaque coup porté par la bourgeoisie.

La résistance va être rude : la police est devenue, ces dernières année, une bande armée indépendante de tout contrôle. Elle ne se trompe pas sur ses ennemis : mercredi, le commissariat de Clignancourt s’est offert un tabassage d’anarchistes suite à une manifestation anti-fasciste interdite. Coups et blessures, insultes, humiliations, le bilan de la soirée témoigne de la vraie nature de la police. Si on écoute les infos de ce samedi matin, on est visiblement mieux traité dans un camp taliban que dans un commissariat parisien.

Sarkozy l’a confirmé au cours de sa campagne : « Je serai un président comme Louis de Funès dans le Grand restaurant : servile avec les puissants, ignoble avec les faibles. J’adore. » Rigolard le crétin. Nous, les faibles, ça ne nous fait pas rire. D’ailleurs nous comptons bien lui faire passer son petit sourire sarcastique au nouveau maître de la nation.

Les grands chantiers seront lancés : interdiction du droit de grève via le service minimum ; liquidation des étrangers et racisme d’état ; application du PRESS, véritable privatisation de l’université, d’ici l’été ; augmentation du temps de travail et primes au mérite généralisées ; augmentation de l’arsenal carcéral et judiciaire, particulièrement contre les mineurs ; liquidation des retraites ; surexploitation de la jeunesse et des travailleurs cinquantenaires ; organisation de la médecine socialement discriminatoire.

Ce retour au 19e siècle, agrémenté des bonnes idées de 41-45, nous devons être partout pour l’empêcher. Et nous le pouvons. Les générations précédentes ont su de haute lutte conquérir de meilleures conditions d’existence ; nous devons continuer le combat, pour défendre nos droits actuels, en conquérir de nouveaux et renverser ce régime pourri.

Ne sombrons pas dans l’illusion malsaine d’une défaite électorale. Les élections, quelqu’en aurait été le résultat, n’auraient pas pu constituer une quelconque victoire. Seule notre mobilisation, dans la rue, dans l’organisation permanente contre l’exploitation, nous rendra victorieux.

Nous appelons donc à ce que partout se constituent des formes contre-institutionnelles de résistance et de conquête. Dans les écoles, les usines, les bureaux, les facs et les quartiers, nous appelons à l’organisation de la population et à la lutte sans relâche contre le gouvernement et le patronat.

Le pouvoir tremble quand nous sommes dans la rue.

Faisons-le s’effondrer de peur.

Ensemble, organisons la résistance !

Fédération anarchiste

le 11 mai 2007,

Face aux agressions à venir, organisons nous !

www.federation-anarchiste.org

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info