L’étincelle mexicaine

1249 visites
Oaxaca

La prise en main des affaires socio-économiques par les peuples eux-mêmes, et dans un esprit communautaire, est encore un sujet brûlant d’actualité au Mexique.

« Que les systèmes économico-politiques qui se sont succédé sur le territoire de l’actuel mexique aient tenté de liquider les structures socio-économiques antérieure à a conquête espagnole, voilà qui est à peu prés généralement admis. Pourtant le dynamisme interne de la tradition communautaire villageoise a permis à l’esprit communautaire de survivre à travers les siècles. » Nous pouvons lire ces lignes dans l’encyclopédie Universalis de 1968 à la définition de « Villageoise ». Ces thèmes de prise en main des affaires socio-économiques par les peuples eux-mêmes et d’esprit communautaire sont encore brûlants d’actualité au Mexique.

En effet, alors que la législation dite libérale lutte contre le régime communautaire traditionnel, les communautés indigènes s’organisent avec d’autres groupes dans l’espoir de mettre en place une transformation profonde du système politique des états. Cette volonté de se rassembler avec tous les insurgés contre le système politique local et fédéral trouve naissance dans le désir séculaire et intense des indiens de transformer radicalement les systèmes institutionnels et permettre une gestion des structures socio-économiques par les peuples eux-mêmes.

Deux initiatives actuelles en font une belle démonstration, l’Autre Campagne qui part des zapatistes dans l’état du Chiapas et l’Assemblée populaire des peuples de l’Oaxaca (Appo). Ces deux mouvements apparaissent dans deux états voisins, les plus pauvres de la fédération mexicaine et qui cumulent les plus forts taux de population indigène. L’Autre Campagne est lancée en juin 2005, au travers de la sixième déclaration de la forêt Lacandone.

Cette déclaration a été discutée dans les communautés zapatistes de base avant d’être adoptée. On peut y lire « peut-être qu’unis à d’autres secteurs sociaux qui ont les mêmes manques que nous il deviendra possible d’obtenir ce dont nous avons besoin et que nous méritons d’avoir. Un nouveau pas dans la lutte indigène n’est possible que si les indigènes s’unissent aux ouvriers, aux paysans, aux étudiants, aux professeurs, aux employés, c’est à dire aux travailleurs des villes et des campagnes. » Il s’agit de globaliser toutes les luttes des mexicains et du monde entier contre le capitalisme et ses conséquences dramatiques, de coordonner tous les exploités, tous les insurgés, tous les exclus de la société capitaliste de l’ensemble du Mexique, voire de la planète.

La première étape, la tournée de l’Autre Campagne dans tous les endroits du Mexique où elle y est invitée, consiste à rapprocher des personnes et des organisations qui résistent contre la globalisation libérale afin de créer un « programme national de lutte » vers la justice, la démocratie et la liberté pour le peuple mexicain.

Le mouvement zapatiste essaye ainsi de concevoir une autre façon de faire de la politique, qui s’attache à servir les autres sans intérêt matériel, avec honnêteté et dont le seul salaire soit la satisfaction du devoir accompli. Le fonctionnement de toutes les structures zapatistes fait preuve d’avancées autogestionnaires importantes.

Lentement mais sûrement l’Autre Campagne avance faisant des petits dans les états voisins du Chiapas, à Oaxaca, au Guerrero.

L’Oaxaca est une société pluriethnique et multiraciale où vivent 16 peuples indigènes, paradoxalement, la construction et l’exercice de l’autonomie et de l’autogouvernement de ces peuples sont sujets à une agression constante. Le gouverneur de l’état Ulises Ruiz Ortiz réprime les mouvements sociaux même pacifiques en toute impunité. C’est ce qu’il fit le 14 juin dernier pour mettre fin à une grève des enseignants. Il ne s’attendait pas à donner une occasion unique à la population oaxacaine de se rassembler autour d’une revendication forte, la destitution du gouverneur.

En effet, quelques jours plus tard prés de 360 organisations civiles, indigènes, politiques, syndicales, groupe de lutte formels et informels mettent en place l’Appo, considérant alors que le gouvernement institutionnel de l’Oaxaca n’existe plus. Il s’agit d’une assemblée ouverte à laquelle tous les habitants peuvent participer. Le peuple peut révoquer à tout instant celui ou celle qu’il a élu et qui n’accomplit pas sa tâche pour le bien commun. Ces principes d’assemblée souveraine et de révocabilité sont appliqués dans le fonctionnement zapatiste.

Dès sa première réunion, l’Appo décide que ses actions seront menées à partir de décisions collectives et horizontales. Elle s’engage à préserver l’autonomie des multiples organisations qui la compose.

Voilà neuf mois que le mouvement continue à Oaxaca et qu’il reste pacifique. Il est l’expression d’une volonté populaire face à un pouvoir totalitaire. La répression continue, elle aussi, d’être à l’ordre du jour. Ulises Ruiz ne fait que réprimer avec l’appui du gouvernement fédéral qui envoie ses troupes militaires fédérales et des médias qui cachent un véritable terrorisme d’état.

Pourtant de nouvelles communes autonomes fleurissent dans tout l’état. Des peuples qui n’avaient jamais trouvé les moyens de s’unir créent ensemble leurs assemblées populaires qui se coordonnent aux autres assemblées d’autres villes.

Jusqu’à présent l’assemblée populaire repose sur les pratiques ancestrales des communautés
indiennes : les « autorités » désignées obéissent aux décisions prises par l’assemblée communautaire, ce que les zapatistes traduisent par « mandar obedeciendo » (commander en obéissant). Il s’agit de substituer à un régime autoritaire un gouvernement véritablement démocratique, selon le modèle des communautés indiennes, où les « autorités » sont désignées pour accomplir ou veiller à l’accomplissement des initiatives prises par l’assemblée du village.

L’Appo a déjà définie ses statuts, principes, son programme et ses objectifs. Un conseil des peuples de l’Oaxaca a été mandaté pour analyser les contextes international, national et régional ainsi que la crise des institutions pour entreprendre une réforme de l’état pour Oaxaca. Plusieurs forums ont été récemment organisés, pour permettre à la démocratie directe de révéler sa richesse, sur divers thèmes :
- Nouvelle démocratie et gouvernabilité
- Economie sociale et solidaire
- Vers une nouvelle éducation
- Vers de nouveaux services de santé
- Harmonie, justice et équité sociale
- Patrimoine historique, culturel et naturel de l’Oaxaca
- Moyens de communication au service des peuples...

Pour la société civile, la réforme de l’état de Oaxaca émanera de méthodes de consultation réellement démocratiques telles que sondages d’opinion, ateliers de réflexion régionaux, forums au niveau de l’Oaxaca, consultations publiques...

« Toutes les réformes réalisées au Mexique ont résulté d’une pression sociale et de mobilisations populaires, jamais de commissions officielles » (présentation publique, le 18 décembre, des réflexions d’une « initiative citoyenne de dialogue pour la paix, la démocratie et la justice » lancée début octobre)
Le ministère de l’intérieur a autorisé des groupes de réflexion à la condition express qu’on y aborde exclusivement la réforme de l’état et non la libération des prisonniers politiques, ni la destitution d’Ulises Ruiz Ortiz (URO) qui « est en cours ».

De son côté, l’Appo ne renoncera à exiger ni le départ d’URO, ni qu’il soit châtié pour les crimes commis contre le peuple de Oaxaca, ni la libération immédiate et inconditionnelle de tous les prisonniers politiques et la présentation des disparus.

« En admettant que les réformes institutionnelles sont de quelque utilité pour faciliter de véritables changements, comment éviter qu’elles absorbent toutes nos énergies et concentrent tous nos espoirs au lieu de les placer dans la construction d’une complète autonomie ? » (Rubén Valencia Nùnez, conseiller de l’Appo pour la région de l’isthme de Tehuantepec et adhérant à l’Autre Campagne).

C’est ce qu’ont compris les zapatistes et aujourd’hui les membres de l’Appo en n’espérant plus rien du gouvernement en place et en orientant leurs efforts dans la construction d’une transformation radicale par et pour le peuple.

« L’Appo, échaudée par la répression et les gesticulations de la gauche parlementaire, se tourne vers les zapatistes et l’Autre Campagne, qui avaient dénoncé le leurre électoral. Malgré un état de siège de fait, un forum des peuples indigènes a réaffirmé que les communautés ne reconnaissent plus l’autorité du gouverneur et construisent un autogouvernement à partir des assemblées de villages » (Nicolas Arraitz, CQFD, hors série, la libre commune d’Oaxaca).

L’esprit communautaire gagne du terrain et en tentant de reprendre en main la gestion socio-économique de leur pays, les communautés indiennes réaffirment leur dignité et font connaître leurs modes de fonctionnement révolutionnaire.

Nous ne pouvons que regretter que les médias ne les éclairent pas davantage ! Ceux qui les détiennent auraient-ils peur que l’étincelle mette feu au Mexique ou plus loin...???

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Oaxaca » :

>[VIDEO] Lutte de classe à Oaxaca 2016

Vidéo en provenance de camarades du Mexique. Cette vidéo a été élaborée par des militants mexicains au moment où les faits se produisaient, juste après le massacre de Nochixtlan, dans l’état d’Oaxaca, le 19 juin 2016, quand la police a ouvert le feu contre des manifestants qui bloquaient une route d’accès...

>Oaxaca véritable coup de force contre la CNTE

Les maîtres de la Section 22 de la CNTE, fers de lance du syndicalisme résistant au Mexique, sont l’objet de la haine du Gouverneur Gabino Cue. Contre les manifestations, blocages très fréquents et pour cause « d’ordre » celui-ci a décidé d’en finir avec ces oppositions. D’abord avec la fermeture et...

› Tous les articles "Oaxaca"

Derniers articles de la thématique « Résistances et solidarités internationales » :

› Tous les articles "Résistances et solidarités internationales"