Le cauchemar d’Orwell

1903 visites

Comment on va tous devenir comme dans le roman 1984 de Georges Orwell . Un article pour vous donner des cauchemars la nuit.

George Orwell, écrivain anglais mort en 1950, a écrit un célèbre roman, 1984, qui décrit un monde terrifiant où tout le monde est surveillé par un grand frère bienveillant qui interdit toute subversion, et qui pour cela limite au maximum la possibilité d’exprimer des points de vues illégaux en créant un langage minimal : la novlangue.
Ce roman ayant été écrit en 1949, je me demande bien ce que cet écrivain écrirait aujourd hui.

1984, c’était il y a 21 ans. Le monde actuel peut faire beaucoup mieux comme dictature totalitariste que ce que décrit Orwell. Celui-ci ne pouvait pas prévoir les progrès de l’informatique en 1949.

Depuis quelques années, un projet revient sur toutes les lèvres des obsédés de l’ordre et du contrôle sécuritaire : la carte d’identité biométrique.

Sans entrer dans les détails techniques, les puces modernes sont quasiment des micro-ordinateurs, avec une capacité de stockage très supérieure à celle de leurs ancêtres des années 1970.
Les applications pratiques et surtout commerciales sont extrêmements nombreuses, et déjà exploitées aujourd’hui.
Voir la carte EMV [1], qui se répand surtout en Europe. Mais aussi la carte Vitale, le porte monnaie électronique, les cartes téléphoniques, et j’en oublie.
Il manquait aux néo-libéraux un autre marché à investir, celui de la carte d’identité.

A juste titre, cela provoque l’angoisse de nombreuses associations.
L’idée est de stocker dans une carte à puce des données permettant d’identifier un individu, non plus par son nom,son adresse ou sa date de naissance, mais par des spécificités physiques : empreintes digitales, forme du visage, etc...

Cela vous rappelle les idées eugénistes des nazis ?
Ce n’est pas un hasard. Le régime hitlérien était aussi obsédé par un contrôle absolu des individus.
Basé sur des caractéristiques physiques. Avec cette carte, vous ne serez plus un citoyen, mais un individu aryen, arabe, juif ou africain.

Vous pensez que cela se joue au niveau politique, et qu’un sursaut citoyen permettra de jeter à la poubelle ce projet funeste ?

Je vais vous déprimer un peu, mais je pense que c’est surtout une décision des industriels fabricants de cartes à puce.

je pense que la décision est déjà prise depuis longtemps, et que comme d’habitude, un pseudo-débat va permettre de calmer le jeu en attendant que la chose soit définitive.

Comme preuve, il y a le fait qu’un sommet européen avait déjà été organisé pour une histoire de passeport biométrique en 2003 , avec (déjà !) Sarkosy comme animateur des débats. La carte d’identité biométrique en est le prolongement logique. Cela se fera un jour ou l’autre, comme un jour ou l’autre les supermarchés arriveront à supprimer les caissières, après nous avoir persuadé que l’attente aux caisses est trop longue. Si après encore un ou deux attentats terroristes, on nous dit que les cartes biométriques auraient pu éviter cela, les députés finiront par autoriser le déploiement de cette technologie orwellienne.

Sans entrer dans les détails, une normalisation de la technologie des cartes à puce est en cours, permettant d’intégrer des usages bancaires (retraits, paiement) et autres (droits d’accès, cartes d’identités) Vous imaginez le marché potentiel... En Chine par exemple, pour les 20 années à venir, un petit milliard de cartes à puce ?
Obligatoires, évidemment, puisqu’il s’agit de « papiers » d’identité. Cela ne pourra pas être un choix. Ces cartes seront délivrées par l’État. Payantes évidemment...

La question est de savoir : qui va avoir le marché ?
Celà, c’est pour l’avenir, les excités de la bourse espère que cela sera concurrentiel.
Mais au fait, une précision : si les applications pratiques de l’utilisation des puces seront sans doute exploitées par de nombreuses sociétés, il est certain que la fabrication du matériel sera le monopole d’une poignée de grosses multinationales, peut-être une seule.

Le film « 1000 milliards de dollars », cela vous rappelle quelque chose ?
Et bien il faudra ajouter quelques zéros pour estimer le chiffre d’affaire qu’un tel monopole pourra générer.

Je ne peux pas affirmer que cela est décidé ou possible maintenant, mais je peux affirmer que c’est le but. Une technologie unifiée, diversifiée ensuite dans différents secteurs commerciaux ou publics.

En fait, la technologie est prête depuis longtemps, et il ne reste plus qu’à faire tomber les dernières résistances.

Avec l’ambiance ultra-sécuritaire actuelle, même si je ne suis pas chanceux aux jeux de hasard, je parierai quand même gros sur le fait que cela se fasse dans moins d’un an ou deux.

Quelles applications intéressantes ? Soyons paranoiaque et imaginons les possibilités techniques.
Notre carte biométrique (obligatoire) contient des informations qui permettent de nous identifier.
Une caméra nous filme, repère notre profil biométrique.
Et compare cela avec le contenu biométrique de la carte.
Dans ce cas, vous n’avez plus qu’à espérer de ne pas être inscrit dans un fichier de police mondialisé.
Sinon il se pourrait qu’on vienne vous poser des questions à l’embarquement de l’aéroport...

En effet, trop d’enjeux financiers sont engagés : pour de grandes entreprises spécialisées dans ce domaine (cartes à puce), c’est un marché déjà prévu longtemps en avance, avec des applications déjà existantes ou en test, ou en étude.

C’est cela l’argument que j’avance : cela m’étonnerait que ces entreprises aient investi tout cet argent au hasard.

Il ne reste plus qu’à faire accepter cela au niveau légal (vote de l’Assemblée) C’est une question de temps. Pas de logique ni d’idéologie. C’est une question de fric.

Si vous avez un doute - c’est normal - il suffit d’utiliser un moteur de recherche avec les mots clés « Biométrie France Assemblée », et vous verrez que cela n’est pas une histoire récente, mais une volonté très ferme d’imposer cela comme un nouveau modèle. C’est un marché porteur, c’est un véritable Eldorado pour les marchands de carte à puce.

Cela sera un double jackpot pour Sarkosy & Co : de grosses entreprises écouleront des millions de cartes , et la soif de contrôle sécuritaire sera assouvie.

Big Brother sera bientôt dans notre portefeuille.

Jean-Yves DENIS.

Notes

[1« Le standard EMV de paiement par carte intelligente a été créé en 1996 par Europay, MasterCard et Visa (EMV) Il garantit l’interopérabilité et la sécurisation des paiements dans le monde entier. Profitant à la fois aux émetteurs, aux acquéreurs et aux détenteurs des cartes, le standard EMV est un moteur essentiel de la lutte contre la fraude et fournit également aux institutions financières des opportunités de différentiation des nouveaux services proposés aux détenteurs de cartes. »

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info