« Le métier de contrôleur·e est par définition un métier de police », entretien avec Jérôme Vial

1645 visites

Bavure, acte isolé, excès de zèle... Les altercations violentes des passager·es avec des contrôleur·es TCL sont médiatisées comme des exceptions à la règle, bien éloignées des pratiques de contrôles quotidiens. Pourtant, comme l’explique un sociologue lyonnais, le contrôle comme action coercitive produit nécessairement une forme de violence.

Chercheur en sociologie politique et doctorant à l’université Lumière Lyon 2, Jérôme Vial travaille sur la sécurité dans les transports en commun. Le collectif Grabuge l’a rencontré au cours d’un entretien.

Une fonction de police confiée à une entreprise privée

« Le métier de contrôleur·e est par définition un métier de police. Les contrôleur·es sont assujetti·es au code de la sécurité intérieure, et sont historiquement les héritier·es de la police ferroviaire. C’est une mission de police que l’État a confié aux sociétés de transports, publiques ou privées, dès le XIXe siècle. Mais cette mission de police est tellement lointaine historiquement, qu’on a tendance à l’oublier.

Ces sociétés ont poussé la chose très loin, en s’imaginant faire passer le rôle des contrôleur·es pour une simple mission commerciale. La situation de contrôle est idéalisée par les entreprises comme un acte de fidélisation de la clientèle, comme si la verbalisation permettait aux contrevenants d’acheter un abonnement. C’est cette vision du métier que le Sytral et Keolis tentent d’inculquer aux contrôleur·es [1], comme le font d’autres sociétés de transport, comme la SNCF [2].

L’enjeu principal de la communication autour du contrôle depuis une dizaine d’années est de faire accepter que la raison d’être du contrôle c’est le manque à gagner de l’entreprise, ce qui entraînerait moins d’infrastructures, ce qui est très discutable. Ça, c’est l’enjeu pour les services de communication-marketing. Quant aux contrôleur·es, ils et elles restent encore très balancé·es entre les conceptions commerciales et policières du métier. »

Contrôleur·e et policier·e, même combat

« Les contrôleur·es sont principalement issu·es des franges ascendantes des classes populaires, très présentes dans les banlieues pavillonnaires. C’est encore un parallèle avec la police, puisque le corps des gardien·nes de la paix est majoritairement constitué d’une population d’origine populaire. Par rapport au reste de la population, les expériences précédentes de travail militaire, policier ou d’un autre métier lié à la sécurité sont surreprésentées.

Des opérations avec la police nationale, il y en a beaucoup, plusieurs par jour. Les contrôleur·es sont très habitué·es à bosser avec la police lors de contrôles, que ces actions communes soient programmées ou pas. Il leur arrive aussi d’aller en pause et de manger avec des policier·es. Certain·es sont ami·es depuis plus de 10 ans, se connaissent en dehors du travail, fréquentent les mêmes dojos, les mêmes salles de sport… »

Une incitation à contrôler qui fait système

« L’incitation à contrôler plus est implicite, dans le temps long, depuis les années 2000 et à travers tous les dispositifs de rationalisation du travail. À cette époque, on s’est mis à comptabiliser l’activité de contrôle car les moyens technologiques le permettaient. Les contrôleur·es ont progressivement appris à considérer que pour répondre aux attentes de la direction de Keolis et donc du Sytral, il ne fallait pas être en deçà d’un nombre de contrôles quotidien, fonction de leur affectation. C’est de fait une incitation à contrôler davantage. Et désormais la logique est acceptée par les contrôleur·es eux-mêmes.

Depuis 2016 et la loi Savary [3], les contrôleur·es ont plus de marge de manœuvre dans leurs rapports avec les contrevenant·es. Ils et elles peuvent désormais retenir physiquement des contrevenant·es, amplifiant les possibilités de violence. Des petites tentatives d’humiliation fréquentes ou des violences verbales, comme des remarques déplacées, sont des violences permises par la situation de contrôle. Mais globalement, la situation de contrôle est violente car la situation de non consentement ou de verbalisation est elle-même productrice de violence, impliquant potentiellement autant de force que nécessaire. »

Article réalisé dans le cadre du dossier de Grabuge sur les transports en commun à Lyon.

Notes

[1Le Sytral est l’autorité organisatrice de transport de la métropole de Lyon et du département du Rhône. Keolis Lyon est l’entreprise délégataire chargée de l’exploitation du réseau.

[2Par leur tenue et leur rapport avec les usager·es, les contrôleur·es de la SNCF se rapprochent en apparence plus du commercial que du policier.

[3La loi Savary permet, entre autre mesures sécuritaires : - le déploiement des contrôleur·es en civil dans les transports en commun ; une augmentation considérable des amendes touchant à la fraude et tout ce qui l’entoure (communication sur la présence de contrôleur·es, mutuelles de fraudeur·es…) ; la possibilité pour les controleur·es de maintenir physiquement tout·e contrevenant·e n’ayant pas ses papiers jusqu’à l’arrivée de la police.

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles du groupe « Grabuge » :

› Tous les articles "Grabuge"

Derniers articles de la thématique « Répression - prisons » :

› Tous les articles "Répression - prisons"

Derniers articles de la thématique « Transport » :

› Tous les articles "Transport"