Les politiciens ne sont pas la solution, ils font partie du problème !

1352 visites

La Coordination des Groupes Anarchistes Lyon vous propose une série de 4 textes sur sa vision de l’anti-électoralisme.
Voici l’introduction de 4 pages que vous pouvez retrouver à la librairie.
Un débat-discussion devrait rapidement être programmé à la Plume Noire.

Les politiciens ne sont pas la solution, ils font partie du problème !

Depuis que le système électoral est en place, celui-ci apparaît pour une grande partie de la population comme le seul et unique moyen de participer à la vie politique et de désigner ses dirigeants.
Ce système de représentation nous est inculqué depuis des générations comme unique modèle pour parvenir à une prétendue démocratie ; il peut être laissé de côté par les déçu-e-s de la politique, mais il est rarement remis en cause.

Les politicien-ne-s de moins en moins crédibles

La démocratie représentative est en crise ; les taux importants d’abstention sont une tendance lourde depuis la fin des années 1980. Le « peuple », tout du moins celui qui a le droit de voter aux élections (les étranger-e-s et les personnes privées de leurs droits civiques en sont exclu-e-s), se sent de moins en moins représenté par la classe politique. Plus globalement, on peut affirmer que de plus en plus de personnes comprennent que le vote aux élections n’est pas un moyen de changer réellement les choses, voire que les élections les privent de l’exercice de leur souveraineté en donnant des chèques en blanc à des politiciens.

Il apparaît clairement que ce système de représentation a été mis en place pour qu’une minorité conserve le pouvoir et qu’il sert à museler les soulèvements populaires par le jeu des échéances électorales. Car pour ceux qui détiennent le pouvoir, le seul espace légitime laissé au reste de la population pour exprimer ses choix est confiné aux urnes : cela leur permet de limiter le plus possible l’impact des luttes sociales, en ne prenant pas en compte leurs revendications.
Au-delà du refus de donner carte blanche aux politicien-ne-s, notre refus de participer aux élections, ou d’y voir un moyen de changement social émancipateur profond, s’explique donc aussi par l’analyse que nous portons sur l’État.
Celui-ci n’est pas une structure neutre, il vise d’abord à se perpétuer, et est toujours au service de la classe dominante ou d’une nouvelle classe dominante.

Loin des urnes, renforcer les luttes

C’est pourquoi ce n’est pas par une prise de pouvoir politique que l’on peut parvenir à un changement social émancipateur. Il est d’ailleurs vain d’espérer, au sein d’une société capitaliste, une organisation politique égalitaire puisqu’il y subsiste l’inégalité économique.

De même, une révolution économique qui maintiendrait un système politique inégalitaire engendrerait la reconstitution d’une nouvelle (ou ancienne) classe dirigeante : c’est l’exemple des révolutions d’inspiration marxiste de tout le 20e siècle. Le propos de Michel Bakounine, qui affirmait il y a plus d’un siècle et demi que « la liberté sans le socialisme, c’est le privilège et l’injustice, et le socialisme sans la liberté, c’est l’esclavage et la brutalité », conserve ainsi toute sa pertinence aujourd’hui.

Les institutions font système avec le capitalisme, et le capitalisme se nourrit des inégalités sociales, comme de la soumission des travailleurs et travailleuses. Rompre avec l’injustice sociale, c’est donc aussi rompre avec l’État, et donc avec le système électoral. La minorité dominante l’a compris et, en quête de cette légitimité dont elle a besoin pour gouverner, elle recoure à des stratégies pour nous effrayer et nous culpabiliser de ne plus voter : le fameux vote du moins pire ou le vote barrage à l’extrême-droite ne sont que des outils supplémentaires brandis par les politiciens pour se déresponsabiliser et éloigner la population des alternatives possibles.

PNG - 1.5 Mo

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles du groupe « CGA - Coordination de Groupes Anarchistes » :

› Tous les articles "CGA - Coordination de Groupes Anarchistes"