Mélanges d’histoires libertaires (n° 2)

1021 visites

« Sache que ta meilleur amie, prolétairE c’est l’alchimie ... »

En mai 2004, le CDL sortait un nouveau numéro de ses « mélanges d’histoires libertaires » : une mixture d’événements et d’expériences sans véritable chronologie, distribués comme par hasard... Il y a « le procès des 66 anarchistes de Lyon vu par la presse locale » (en 1883), et des choses sur « l’engagement » ou « les stratégies des anarchistes aujourd’hui ». On trouve des trucs sur Brassens et sur Radio Canut, des histoires retraçant des « aventures-squat » à Lyon (de la Duende au Gourbi) ou à Dijon (« l’organisation des concerts dans l’espace autogéré des Tanneries »). A aucun moment la dimension libertaire de tel ou tel fragment ne se trouve expliquée ou prédéfinie ; en fait on dirait bien que c’est l’éclatement ou la dispersion même de ces histoires qui atteste d’une dynamique commune, relayée d’expériences en expériences. Ces aventures multiples répondent à la diversité du réel, un réel à éprouver et à investir chaque fois de manière autonome et sous une perspective d’émancipation...

Alors c’est sûr, vu comme ça, ça fait un peu théorique. Mais ce « mélange d’histoires libertaires » s’attaque d’abord à toute une série de questions très concrètes : pourquoi le popouri a dû suspendre sa parution entre 1893 et 2003 ; pourquoi les anarchistes sont schizophrènes (et ont raison de l’être) ; comment finit la « chanson à tendance géométrique » de Georges Brassens ; pourquoi ouvrir un squat reste bien plus rigolo et constructif que se faire jeter en prison (même si l’un n’empêche pas l’autre) ; en quoi la musique est plus belle quand elle est autogérée ; sous quelles conditions Radio Canut ne sera jamais vaincue... Et puis dans la première histoire (« la première Internationale et le mouvement anarchiste à Lyon ») on apprend que, dès le départ, le « mouvement libertaire » est apparu en état de « reconstruction ». Il n’y a donc pas d’âge d’or mais d’emblée des expériences à (re) bricoler et à faire tenir localement... alors on trouve des plans assez terrifiants, genre « mettre en place une organisation de masse avec ses cellules, ses délégués, ses impôts révolutionnaires et ses tribunaux populaires ».

L’organisation anarchiste, là, ressemble en gros à un État en petit, et l’essentiel de l’activité consiste à s’exclure les unEs les autres par procès politiques interposés. Mais dès 1872 apparaissent également « une multiplicité de petits groupes » entrant en rapport sur la base d’une « autonomie complète ». En 1873 un de ces groupes affinitaires énonce sa règle d’action en affirmant : « Lyon est déclarée commune libre et autonome, la dissolution de la police est instituée ». Et comme pour répondre, à la suite, il y aurait tout ce mélange d’histoires, toutes ces manières d’envahir et de transformer la ville, en passant par les toits ou par les ondes... Ca laisse songeur/euses.

Akua Sarime

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles du groupe « CDL » :

>Projection de La Bande à Bonnot

Le Centre de Documentation Libertaire de Lyon vous invite à un cycle de projections de films sur l’histoire des mouvements anarchistes. Nous continuons ce cycle avec le film La Bande à Bonnot (Ph. Fourastié - 1968 - 1 h 50) Rendez-vous à la librairie La Gryffe, 5 rue Sébastien Gryphe, le vendredi 7 ...

>Projection de Piazza Fontana

Le Centre de Documentation Libertaire de Lyon vous invite à un cycle de projections de films sur l’histoire des mouvements anarchistes. Nous continuons ce cycle avec le film Piazza Fontana (2012 - 2 h 09 min.) Le 12 décembre 1969, une bombe éclate dans la Banque Nationale Agricole sur la piazza...

› Tous les articles "CDL"

Derniers articles de la thématique « Mémoire » :

> 22 mai 1994 : dis tonton, tu vas pas nous lâcher en plein génocide ?!

En 1994, l’État français supervisait et participait au génocide d’un million de Tutsis. En une centaine de jours, l’État français et les autorités extrémistes rwandaises de l’époque accomplirent l’extermination d’une partie de la population rwandaise désignée comme ennemi intérieur. Le 22 mai 1994, le...

>Le 21 mai 1871 débutait la Semaine sanglante

Retour de l’ordre bourgeois dans le sang, la Semaine sanglante reste l’un des évènements les plus sombres du mouvement révolutionnaire français. Pas moins de 30.000 communard.es seront tué.es dans les combats et 46.835 seront fait prisonnier.es. En une semaine Adolphe Thiers et ces sabre-peuple...

› Tous les articles "Mémoire"