Mexique : État de siège à Tixtla de Guerrero.

320 visites
1 complément

Comme il fallait s’y attendre, l’intention du gouvernement mexicain est de garantir de manière “pacifique” la journée électorale de dimanche prochain. Une des mesures que le gouvernement fédéral a entreprises est celle d’encercler la ville.

Comme il fallait s’y attendre, l’intention du gouvernement mexicain est de garantir de manière “pacifique” la journée électorale de dimanche prochain. Une des mesures que le gouvernement fédéral a entreprises est celle d’encercler la ville.

Il y a quelques jours, des équipements militaires impressionnants ont été transportés vers Guerrero : des chars blindés, des tanks, etc. Depuis lundi soir, des barrages routiers imposants ont été installés par l’armée, la gendarmerie, la Police fédérale et les Marines et ce, dans les trois voies d’accès à la ville.

Comme nous l’avons déjà dit publiquement ; ceux et celles qui luttons depuis 8 mois pour exiger la présentation en vie des #43 collègues, nous nous opposons à la tenue des élections à Guerrero. Les raisons ont été exposées à plusieurs reprises, mais elles pointent toutes vers un fait évident : parmi ceux qui se proposent comme candidats pour obtenir un poste public, ils ont des liens avec les groupes de la délinquance organisée.

Nous ignorons si avec ces mesures, ils veulent nous laisser hors de combat dans cette période électorale, c’est-à-dire nous laisser sans capacité de mobilisation ou bien, il y a d’autres intentions avec notre école. Étant donné l’historique d’agressions et de menaces de fermer l’école nous craignons le pire.

Lundi soir, huit collègues de l’école ont été arrêtés et libérés quelques heures après, grâce à une réponse organisée de la part des parents, d’élèves, des organisations et organismes de droits de la personne.
Mardi, une fois de plus, une attaque violente s’est produite contre le mouvement par les forces de l’ordre.

Ceci n’arrive pas seulement à Guerrero, le harcèlement et la présence militaire est devenue constante à Oaxaca, Michoacan et Atenco.
Le pays est sous haute tension.

Les élections ne définiront pas le futur du pays, elles ne produiront pas le changement. Qu’il y ait des élections ou pas, notre lutte continuera. Nous vous demandons à tous d’être attentifs à ce qui arrivera dans dans les prochaines heures et jours, mais surtout à ce qui arrivera après la scandaleuse journée électorale.

L’état Mexicain cherche à se légitimer, à légitimer plus d’assassinats, plus d’injustice, plus de pauvreté et corruption. PAS NOUS !

Car VIVANTS ILS LES ONT EMPORTÉS, VIVANTS NOUS LES VOULONS !!!

Omar, étudiant de l’École Normale d’Ayotzinapa

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 6 juin 2015 à 16:56, par

    CLARATION DE LA PRESIDENCE MUNICIPALE DE TLAHUITOLTEPC

    Santa Maria Tlahuitoltepec Mixe est une communauté indigène qui conçoit le monde comme l’espace où se déploie le collectif, de sorte qu’exprimer son être au monde soit un lien respectueux qui se présente dans le quotidien de ses habitants, à travers la langue, des pratiques sociales comme le tequio ou le service communautaire, la cosmovision, la musique et l’habillement. En ce sens, la Blouse de Tlahuitoltepec xaamnïxuy, constitue un élément qui convertit la manufacture artisanale en une activité socio-économique -parce que sa production est pour la subsistance- mais surtout la matérialise bio-culturellement parce que Tlahuitoltepec est une entité vivante, parce aue ce n’est pas du passé, ce n’est pas un musée, ce n’est pas du folklore mais c’est porteur d’une culture qui fait référence à la bio-diversité de la région. Ainsi Tlahuitoltepec est une communauté fière de partager son inspiration dans l’art, la musique et la danse -comme les tournées de la Bande Municipale, de la Bande du CECAM, aux USA en 1987, en Suisse en 2007, de la Bande RM en Russie en 2012 et du groupe de danse Xëmtupë au Brésil en 2014- et dans la construction de la reconnaissance des droits des peuples indigènes.

    Isabel Marant est une marque et le nom d’une modiste française dont la ligne « Étoile » printemps-été 2015 inclut une collection dont les patrons graphiques ont été pris incontestablement à la Blouse de Tlahuitoltepec et qui ne donne pas les crédits correspondants, privatisant de fait une propriété collective, ce qui constitue un plagiat de dessin.

    L’appropriation de l’expression de l’identité d’un peuple indigène, certainement n’est pas l’unique cas, de la part d’Isabel Marant elle attente directement la communauté par ce que son acte « dénude » l’identité de Tlahuitoltepec. Sans aucun doute, cette atteinte est plus grave de ce qu’a pu imaginer la modiste, vu que, comme le signale la Constitution des États Unis du Mexique dans son
    article 2, la Nation a une composante pluriculturelle fondée sur les peuples indigènes, c’est-à-dire que perdre un aspect essentiel de la culture blesse et réduit la diversité culturelle du pays, contrevenant à ce qui a été établi dans la Grande Charte et les autres instruments internationaux auxquels le Mexique a souscrit, comme l’article 1.2 de la Convention 169 sur les Peuples Indigènes et Tribaux de l’OIT et l’article 33 de la déclaration de l’ONU sur les droits des peuples indigènes.

    Pour cette raison l’autorité communautaire de Santa Maria Tlahuitoltepec, assumant la responsabilité qui lui a été octroyée par l’Assemblée, élève la voix contre Isabel Marant, contre toute institution ou entreprise publique ou privée, nationale ou internationale, qui dans un but lucratif s’approprie les éléments culturels de Tlahuitoltepec, ainsi comme de toutes les manifestations qui identifient et caractérisent les peuples indigènes.

    Vu ce qui précède :

    Tlahuitoltepec est une communauté qui questionne la temporalité, qui se meut dans un autre temps et espace, qui altère la gravité pour ouvrir au « ayuujk jää » et à la possibilité de traduire son environnement en lignes et couleurs. La Blouse de Tlahuitoltepec étend des figures imaginaires qui se réfèrent à l’équilibre de la langue ayuujk. C’est une carte, une forme de relation au monde. Elle recrée le quotidien. Elle préside au collectif. Elle introduit la communauté. Elle sauvegarde le patrimoine matériel et immatériel de la communauté et elle témoigne de la continuité de ses pratiques culturelles essentielles. La Blouse de Tlahuitoltepec est identité.

    Tlahuitoltepec ne considère pas que la couturière Isabel Marant aurait une affinitié avec la Blouse, mais considère au contraire qu’il y a là appropriation d’un patrimoine culturel à des fins commerciales. Une appropriation qui porte atteinte à l’idée du collectif, une appropriation qui n’a rien d’une source créative appellée inspiration ou influence parce qu’elle ignore que les dimensions sociales et culturelles de la Blouse de Tlahuitoltepec prévalent sur celles économiques, occasionant des préjudices contre les communautés indigènes en général, contre le dessin, contre l’originalité de l’industrie de la mode.

    Nous lançons un appel à Isabel Marant, à l’État mexicain, aux Autorités locales, aux secteurs publics et privés, aux peuples indigènes, à la société civile ;

    Premier

    Reconnaître que la « Blouse de Tlahuitoltepec » et les « Éléments et patrons graphiques » qui la composent représentent l’identité de la communauté.

    La « Blouse de Tlahuitoltepec » ainsi que ses « Éléments et patrons graphiques » ne se limitent pas à des dessins, à de la confection, à de l’usage ou de l’application, mais bien plutôt illustre le mouvement de la tradition vivante. D’accord avec l’interprétation indigène de la propriété, c’est un patrimoine collectif qui recrée et représente la culture, et qui pour cela ne permet pas la possibilité d’un auteur.

    Second

    Tlahutoltepec à la construction de la reconnaissance des droits de peuples indigènes au niveau national et international.

    Tlahuitoltepec a promu la reconnaissance des peuples indigènes bien au-delà des scénarios « folkloriques » d’assimilation de la part de l’État, étant donné que dans d’autres espaces publics on les discrimine et les exclue.

    Troisième

    Contrairement à ce que supposent certains médias ISABEL MARANT n’avait pas nécessairement à se transférer dans la Sierra Mixe pour « s’inspirer ».

    ISABEL MARANT COMMET UN PLAGIAT parce que la collection « Étoile » du printemps-été 2015 a un patron graphique qui a franchi les frontières, ce n’est en rien une création originale comme le prétend la modiste. Pour cette raison nous exigeons qu’elle cesse la production sous sa signature et répare les dommages occasionnés.

    Quatrième

    Comme pueblo de Tlahuitoltepec

    Nous invitons les communautés indigènes à se manifester contre l’appropriation bio-culturelle, contre les intérêts particuliers, de manière à ce que s’arrête la production et la vente sous quelque signature exclusive que ce soit, que s’arrête le plagiat et le saccage dont les peuples indigènes sont l’objet.

    Nous appellons les organisations civiles, communautaires et académiques du pays à se joindre à cette juste réclamation pour le respect et la protection des droits collectifs des peuples indigènes ainsi que de leur patrimoine bio-culturel.

    Nous demandons aux institutions nationales et internationales correspondantes d’assumer leur responsabilité de garantir les pratiques essentielles des peuples indigènes qui soutiennent la pluriculturalité du Mexique, reconnus par les internationaux et nationaux.

    Nous lançons un appel à l’État mexicain pour qu’il institue les instruments et mécanismees effectifs qui protègent la propriété collective, intellectuelle et bio-culturelle des peuples indigènes, autrement dit convertir les lois abstraites en véritables outils de légalité.

    Oaxaca de Juarez, 3 juin 2015.

    Avec attention,

    Santa Maria Tlahuitoltepec Mixe, Oaxaca.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Résistances et solidarités internationales » :

>Naissance de Ricardo Flores Magon le 16 septembre 1874

Olt nous présente en BD la vie de l’anarchiste mexicain Ricardo Flores Magon, né le 16 septembre 1874 à San Antonio Eloxochitlán (Oaxaca) et assassiné le 21 novembre 1922 au pénitencier de Leavenworth (Kansas, États-Unis). Précurseur de la Révolution mexicaine, son mot d’ordre était « Tierra y Libertad ...

› Tous les articles "Résistances et solidarités internationales"