« On ne me laissait que deux options : voyou ou secrétaire »

500 visites

Le journal Article11 a rencontré Omar Benlaala, auteur de « La Barbe », dans son quartier à Paris. Il revient dans ce livre sur son parcours de jeune séduit par le fondamentalisme, sans angélisme mais en proposant une lecture sociale de ces quelques années. Un témoignage précieux à rebours de la propagande médiatique et réactionnaire.

« Les voies du Seigneur sont impénétrables ; celles qui mènent à la mosquée, beaucoup moins », écrit Omar Benlaala dans La Barbe. Il est bien placé pour en parler. Au mitan des années 1990, alors que son horizon post-adolescent n’avait rien de lumineux, il a poussé la porte de la mosquée de Couronnes, en plein cœur de Paris. Il y a trouvé, dit-il, une forme de soulagement social – matière à relancer une vie embourbée. Il s’est alors immergé à corps perdu dans un islam fondamentaliste et prosélyte (mais apolitique et non-violent). Une parenthèse de quelques années, lors de laquelle il est devenu « l’un des premiers barbus de Paris », avant de se ranger des voitures et de se consacrer à une approche plus distanciée de la foi.

Dans la vie comme dans La Barbe, Omar Benlaala parle de cet épisode avec humour et recul. Pas d’angélisme, mais une lecture sociale de son parcours : si la mosquée a tant signifié pour lui, c’est parce qu’elle fut le seul endroit à l’accueillir lorsqu’il était paumé.

JPEG - 101.2 ko

« Beaucoup lisent mon livre uniquement à l’aune de l’islam. La Barbe est pourtant d’abord le récit du passage à l’âge adulte d’un adolescent paumé. Mon histoire s’inscrit dans une recherche identitaire malaisée, dont la mosquée n’est qu’un aspect. Lorsque j’opte pour la barbe et la djellaba, c’est une réaction classique d’ado qui veut attirer l’attention et choquer ses parents. Il s’agit d’exister autrement dans un contexte social compliqué. Un peu comme un punk arborant la crête. Le message est limpide : Regardez-moi !

(…)

Ce que je ressens à l’époque ressemble sans doute à ce que vivent les jeunes se lançant dans l’engagement militant. Je vais à la rencontre des gens, j’essaye de les convaincre, et j’ai l’impression d’avoir mille choses à découvrir. Je commence même à faire des prêches à la mosquée. Résultat : en m’obligeant à structurer ma parole, l’islam structure progressivement ma pensée.

La mosquée se substitue ainsi à l’école, qui avait vite montré ses limites pour ceux de mon âge et de mon quartier. Et pour cause : j’ai vu tous les gamins de ma génération issus de l’immigration être envoyés en lycée professionnel. Ce fut aussi mon cas. J’étais pourtant le premier de ma classe en français, mais j’étais nul en maths. Si bien qu’on ne m’a pas laissé réaliser mon rêve : entrer au lycée et découvrir la philo. On m’a au contraire envoyé en CAP secrétariat après la troisième. Je l’ai vécu comme une humiliation. J’essayais de me construire, de me projeter, mais on ne me laissait que deux options : voyou ou secrétaire. Ça m’a fait mal. Et personne ne m’a assuré que je valais mieux que ça. Pas même mes parents, qui n’avaient pas les mots pour m’aider – ils sont quasiment analphabètes. Je n’avais aucune alternative, situation classique chez ceux qui traînent dans la rue. J’en ai depuis croisés beaucoup, de ces gamins vifs, intelligents, avec de la répartie… et complètement abandonnés.

La suite à lire sur : http://www.article11.info/?On-ne-me-laissait-que-deux-options

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Quartiers populaires / Discrimination de classe » :

>[Brochures] Pour Zyed, Bouna, Rémi et les autres : ni oubli ni pardon !

Le site infokiosques.net est une bibliothèque de brochures en ligne. Ils ont sorti récemment deux nouvelles brochures autours des événements de Clichy-sous-Bois en 2005. Pour l’occasion, vous trouverez ici des textes plus où moins récents regroupés dans leur bulletin d’information n°45 de novembre...

› Tous les articles "Quartiers populaires / Discrimination de classe"