Pourquoi nous n’irons pas manifester dimanche

4252 visites
2 compléments

Non, nous n’irons pas manifester dimanche. Ni à Lyon ni ailleurs.

Nous n’irons pas parce que nous sommes sidéré-e-s et inquiet-e-s face à l’emballement socialo-politico-médiatique par lequel une seule voie semble se dégager "je suis Charlie", "nous sommes Charlie".

Le DIA et le LIDL du quartier, les agences de voyages, agences d’intérim, les médiathèques, les panneaux JC Decaux ... : c’est l’unanimité absolue !

Cette manifestation prévue dimanche, cette "marche républicaine" appelée par le gouvernement réunira la gauche syndicale et politique, une partie de l’extrême gauche et l’UMP. On entend déjà parler d’une "polémique" autour de la non-invitation du FN. Nous ne nous faisons pas beaucoup d’illusions, nous nous doutons que le courant Phillipot, se joindra à la manif et nous doutons que quiconque tente de les en empêcher. Hollande et Valls jouent la carte de l’union nationale, du grand rassemblement.

Or, nous constatons depuis plusieurs années déjà des amalgames, des discours islamophobes qui se développent et, depuis avant-hier, une succession d’attaques concrètes contre les musulmans et leurs lieux de culte.

Nous ne pouvons pas nous solidariser avec ce discours d’unité républicaine, de défense des "valeurs françaises" car ce discours vise justement à empêcher toute critique. Pour une fois, tout le monde est d’accord : la presse, les flics, les politiques, les "citoyens" ! Il faut choisir son camp : il y a les bons et les mauvais, il y a les civilisés et les barbares... Tout s’explique par la folie de deux personnes, par l’acte condamnable de deux terroristes ce qui rend habilement invisible les causes et les responsables de la situation sociale et politique actuelle.

Ce discours d’unité républicaine, nous ne pouvons pas l’entendre à la vue des lois liberticides et stigmatisantes votées notamment sur les questions d’immigration. Ce discours nous ne pouvons pas l’entendre sans nous souvenir de Notre-Dame-Des-Landes, de Sivens, de Rémi Fraisse, de Zyed et Bouna et des autres pour lesquel(le)s il n’a jamais été question d’un "grand rassemblement"...

Jamais au grand jamais un match de foot ne sera jamais décalé comme cela sera le cas ce soir (voir ici) ou encore des coeur dessiné dans le ciel de Lyon et encore moins les TCL n’ont jamais été rendu gratuit pour aucune manifestations syndicale (voir ici) ni jamais pour allé pleuré nos frère et sœur tué par la Police.

Ce discours et cette manière de faire nous la trouvons hypocrite et nauséabonde.

Nous rejoignons Yannis Youlountas :

NON !
NON, C’EST NON !
Même à la mémoire de mon ami Tignous,
Je ne manifeste pas avec ces gens-là,
(...)
Je ne manifeste qu’avec les amoureux de la liberté et de l’égalité,
Pas avec leurs ennemis,
Pas avec les assassins de Rémi Fraisse,
Pas avec les rafleurs de Roms,
Pas avec les bourreaux des Grecs et des Espagnols en lutte.

Celles et ceux qui n’iront pas manifester dimanche

PS : un excellent texte de Claude Guillon "Vous faites erreur, je ne suis pas Charlie" est à lire ici :

Je ne suis pas Charlie, parce que je sais que l’immense majorité de ces Charlie n’ont jamais été ni Mohamed ni Zouad, autrement dit aucun de ces centaines de jeunes assassinés dans les banlieues par « nos » policiers (de toutes confessions, les flics !) payés avec « nos » impôts. Si je recours aux outils du sociologue, je comprends pourquoi il est plus immédiatement facile pour des petits bourgeois blancs de s’identifier avec un dessinateur connu, intellectuel et blanc, qu’avec un enfant d’immigrés ouvriers du Maghreb. Comprendre n’est ni excuser ni adhérer.


Lire aussi Charlie Hebdo : compilation des articles publiés sur Rebellyon.info en janvier 2015 (Article centralisant les contributions à Rebellyon.info depuis le massacre de Charlie Hebdo)

P.-S.

Texte Repris de La Rotative

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 12 janvier 2015 à 17:41, par

    Rebellyon n’écrit aucun articles en sont nom à part lié au site ou pour la fête annuel.

    C’est un collectif de modération pas d’écriture.

    Presque tous le temps ; dans le cas des articles ou c’est écrit "nous" et qui ne sont pas signé, ces articles engage uniquement les auteurEs des textes et ceux qui potentiellement seront d’accord avec leur texte.

    Ce n’est pas écrit : "nous les libertaires de lyon".

  • Le 12 janvier 2015 à 16:12, par Gonzo

    NOUS ?! Qui est caché derrière ce "nous" ? Les Libertaires ? (dont je pense faire partie... même si je ne m’étiquette pas comme certaines poires "libertaire").... aurais-je loupé une réunionite aigue, où tout les libertaires auraient décidé de faire un communiqué ? Donc, toi ce "nous"... dis ce que tu penses mais évite de te cacher derrière ce "nous" !

    ps : Si ce "nous" désigne Rebellyon, alors je suis d’accord.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Discriminations » :

>« Minguette blues » : aux origines de l’antiracisme moral

Le texte qui suit a été écrit en octobre 1984 et publié dans le premier numéro de la revue Os Cangaceiros paru en janvier 1985. Il parle des événements qui, à partir des émeutes de 1981 jusqu’à la "Marche contre le racisme et pour l’égalité des droits" fin 1983, marquent le début des années 80. On y voit...

> Tous les articles "Discriminations"