Première manif à l’EPM de Meyzieu...

3938 visites
3 compléments

L’appel à manifester...

Prochaine réunion du collectif antiEPM : lundi 26 juin à 19h au CUL, 44 rue Burdeau, Lyon 1er.

Ce centre en cours de construction pourra accueillir 60 mineurs (a priori de 13 à 18 ans). C’est ainsi que la société (celle qui réclame des bulletins de vote à l’occase) a choisi de régler la misère imposée.

JPEG - 33.8 ko

Et pis, à lire les panneaux, apparemment ça file autant du boulot au vigile précaire avec son chien qui surveille le chantier qu’aux ouvriers qui actuellement travaillent au gros oeuvre de l’ouvrage, à un bureau d’étude, à un, des patrons.... En effet il s’agit bel et bien d’un ouvrage, la panneau présente ce chantier comme s’il s’agissait d’un centre social avec belle façade, parking (...) ; un ouvrage d’enfermement en vérité, une taule, une zonzon « à taille humaine » comme l’annoncent les élus du coin !!!

JPEG - 33.3 ko

Construire des prisons ça peut rapporter (...) : « L’impact économique de ces implantations permet aux communes d’acquérir de nouvelles ressources financières (taxe d’habitation ou foncière, dotation globale de fonctionnement) et de renforcer l’activité locale avec l’arrivée des personnels éducatifs et pénitentiaires. En complément, la construction d’un EPM va générer des emplois jusqu’à la livraison des établissements à la fin de l’année 2006, par le biais de la sous-traitance aux entreprises locales. L’exploitation de l’établissement va quant à elle générer des emplois pérennes, avec une centaine de postes publics pour l’encadrement, et une dizaine de postes privés dans différents domaines (logistique, restauration, maintenance...) ». [1]

JPEG - 30.5 ko

La police nous accompagne (on pourrait se perdre, Meyzieu est une ville comme tant d’autres : ronds-points, sens interdits...), elle est conciliante finalement, la police.

JPEG - 28.9 ko

Après petite discussion, la police accepte malgré pas mal de réticences d’autoriser trois personnes à montrer la banderolle (« contre les prisons pour mineurs ») au-dessus de la rocade, sorte de périphérique de l’Est Lyonnais. Deux minutes sont accordées...

JPEG - 18.4 ko

Quelques minutes auparavant, la police, flashball à la main, nous avait interdit d’entrer dans la cité qui jouxte la construction.

JPEG - 57.1 ko
la préfecture et ses flics ne veut pas que nous rencontrions les habitant-es...

L’EPM, c’est une exigence de sécurité ! [2]

JPEG - 265 ko

La CNT et d’autres camarades se sont joint-e-s en nombre malgré l’effectif global !

JPEG - 76.8 ko

Retour de la banderolle...

JPEG - 139.6 ko

Les ados du quartier ont été plutôt surpris par la venue de cette quarantaine de personnes, manifestant ainsi...

JPEG - 36.6 ko
les gamins du quartiers mènent la marche

Ils et elles, finalement rejoindront la manifestation à son retour au centre de la ville, re-stimulant ainsi le groupe... De 40, on passe rapidment à 55... Y’a des jours où l’on compte ! Ou ça compte. Gageons qu’on sera 10 fois plus nombreu-x-ses la prochaine fois !

JPEG - 46.5 ko

C’est sous le début d’un orage et des trombes d’eau que la manifestation atteint le centre ville...

JPEG - 48.2 ko

... sur le parvis de la mairie de Meyzieu.

JPEG - 112.1 ko

P.-S.

Et vous, ça vous fait quoi une prison pour enfermer des adolescents dès l’âge de 13 ans ?

FORUM ci-dessous

Notes

[1Source : dossier de presse du Ministère de la Justice - janvier 2005.

[2L’EPM est un établissement relevant de l’administration pénitentiaire (AP). A ce titre, l’exigence de sécurité est donc primordiale. Elle est garantie à travers une conception architecturale spécifique, qui
permet le regard constant d’un adulte sur les mineurs, et facilite les vues les plus larges possibles à l’intérieur de l’établissement. Dans les EPM, la sécurité dite « active », qui s’appuie sur la présence et l’action d’un encadrement adulte important et permanent, est prépondérante. L’établissement est entouré d’une enceinte de 6 mètres de haut. Le poste d’entrée principale (PEP) - avec un sas et dotée d’un portique et d’un tunnel de détection- permet de surveiller les abords et de
contrôler les accès à l’établissement, ainsi que les mouvements des visiteurs.
Le poste central d’information (PCI) permet de contrôler et surveiller les espaces où se trouvent les détenus. Ces postes de contrôle sont fermés, protégés, tenus par un ou deux surveillants, et équipés de matériel de communication et de transmission.
Hors de l’établissement, l’image carcérale est volontairement atténuée par un traitement architectural adapté garantissant une meilleure intégration à l’environnement.
Les deux zones - hors détention et en détention -seront séparées par un poste de garde d’entrée en détention. Des caméras de surveillance permettront les contrôles des zones sensibles. Les cellules seront conformes aux normes en vigueur, seuls locaux qui seront équipés de barreaudage. Compte tenu des modalités spécifiques de fonctionnement (accompagnement permanent des détenus), les dispositifs dits « passifs » de sécurité seront allégés dans les zones d’activité et de vie Source - (Dossier de presse du Ministère de la Justice - janvier 2005).

  • Le 26 juin 2006 à 15:16, par dede

    C’est une drôle de manière de règler les problèmes que d’enfermer les adolescents en prison. Mais cela est normal ; c’est à cause d’eux si les gens s’entendent si bien, si presonne ne critique personne. C’est à cause d’eux q’u’on peux circuler n’importe où dans ce bon vieux pays, qui fleure bon le paternalisme d’un certain Pétain...

  • Le 23 juin 2006 à 18:53

    C’est clair... Faudrait en avoir.

    Sans doute piocher dans quelques brochures ici et là.

    Je vais regarder ce que j’ai sous le coude.

  • Le 18 juin 2006 à 18:53, par d

    Les textes du ministére sont d’une platitude et d’un désert profond.
    Ne pourrait-on pas avoir des récits humains de ce que c’est la prison (façon « la raison du plus fort ») ?

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Quartiers populaires / Discrimination de classe » :

>Été 1982 dans la région lyonnaise : l’État tente de mater les banlieues

Dans l’agglomération lyonnaise, l’été 1981 est chaud, comme disent les journalistes de l’époque. Ce sont les premières émeutes urbaines à faire la une de la presse nationale. Tout au long de l’année, la répression va s’abattre sur l’agglomération et, à l’été suivant, l’ambiance est une nouvelle fois...

>[Dijon] Solidarité avec les habitant·es des Grésilles

Poubelles incendiées, voitures dégradées, tirs de coups de feu, armes lourdes, les images circulent abondamment et attisent tous les fantasmes. En plein mouvement contre le racisme et les violences policières, c’est l’actualité idéale pour brouiller les cartes, redorer le blason de la police et raviver...

› Tous les articles "Quartiers populaires / Discrimination de classe"