Agression policière pendant un contrôle d’identité à Vienne (Isère)

1277 visites

Début juillet, des flics ont emmené un homme au commissariat et l’ont tabassé, alors que celui-ci réclamait que son fils ne soit pas étranglé par la police sous ses yeux.

Retour sur les faits :
Dans l’après-midi, dans les rues de Vienne, un policier de la BAC se fait reconnaître par un jeune ado, qui prévient les autres personnes autour de lui. Cela énerve le flic, qui se jette sur l’ado de 14 ans, le menotte, lui met un t-shirt sur la tête et le tabasse. D’autres jeunes sont témoins de la scène et viennent lui porter secours, ce qui fait fuir le policier, laissant l’ado menotté.
Quelques heures plus tard, de nombreux flics sillonnent la ville à la recherche du jeune et s’en prennent à différentes personnes. Les keufs veulent avoir l’identité du jeune, et contrôlent violemment les personnes qu’ils interrogent et les emmènent ensuite au commissariat.
C’est à ce moment-là que Mohammed Elabdani, qui rentre du travail, voit son fils à terre, mains menottées dans le dos, appelant au secours, car il se fait matraquer, de plus, un policier l’étrangle.
Son père accourt vers la scène et demande à ce que les flics se calment.
Pour toute réponse, Mohammed reçoit lui aussi des coups de matraque, se retrouve menotté, étranglé et se prend un coup de taser. Tout ça devant plusieurs témoins. Les flics veulent l’emmener au poste mais Mohammed est mal en point. Les pompiers qui viennent l’ausculter ordonnent aux policiers de l’emmener à l’hôpital, ce qu’ils finissent par faire malgré leur mauvaise volonté, arguant qu’il n’avait rien, qu’il faisait semblant. A l’hôpital, les médecins constateront bien des fractures des deux côtes et lui donneront 21 jours d’ITT.

Au commissariat, les flics le laissent partir, mais Mohammed refuse. Il demande à ce que lui soit remis les papiers de l’hôpital constatant ses blessures et que son fils sorte avec lui de garde à vue. Les flics refusent et se mettent à 5 sur lui pour le mettre hors du comico. Il ira de lui-même à l’hôpital récupérer ses papiers pour avoir les preuves de la violence subie. Son fils sera libéré le lendemain.

Mohammed Elabdani a perdu son deuxième fils, Bilal(ayr), l’été dernier dans des circonstances suspectes, au quartier arrivant des Baumettes, à Marseille. La prison dira qu’il s’est suicidé. Son ex-femme et lui-même refusent cette thèse, ont porté plainte et demande à ce que la lumière soit faite sur cette affaire. Un juge d’instruction enquête depuis février dernier.

Pour en savoir + :
  • un article publié sur le Journal de l’Envolée :
  • 2 émissions de radio faite par La petite cuillere, une émission contre toutes les prisons sur Radio Canut :
    la première avec un interview du père et la deuxième avec la mère et le grand-père de Bilal.
  • la pétition que la famille avait lancé l’été dernier
  • le facebook du comité vérité et justice pour Bilal : veriteetjusticepourbilal

Ce traitement inhumain contre une famille en deuil est inacceptable.
La violence policière est une violence d’état.
Que cesse les violences policières systématiques !
Stop aux contrôles ! Stop à l’impunité policière.
Cela fait un an que Bilal (ayr) est mort.
Que la vérité et la justice soit faite sur le décès de Bilal Elabdani(ayr).
Que les prisons cessent d’être un lieu où l’on peut mourir sans enquête sérieuse, sans impunité pour l’administration pénitentiaire.

Voici une interview de Mohammed Elabdani qui revient sur les faits des violences policières qu’il a subi, faite par l’Envolée mi Juillet.

Interview de Mohammed Elabdani
Voici une interview de Mohammed Elabdani qui revient sur les faits des violences policières qu’il a subi, faite par l’Envolée mi Juillet.

Documents associés à l'article :

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Répression - prisons » :

>Le massacre du 17 octobre 1961 à Paris : "ici on noie les Algériens !"

Ce jour-là, des dizaines d’Algériens ont été noyés dans la Seine ou massacrés par la police française à Paris. C’est un devoir de justice de ne pas l’oublier. Le 17 octobre 1961 alors que la guerre d’Algérie touche à sa fin, le FLN appelle à une manifestation pacifique dans les rues de Paris pour dénoncer...

>Parution du n°1 de "Yoyo", un journal de lutte contre les barreaux

Yoyo, c’est un petit journal produit sur Paris-banlieue, qui s’énerve contre toutes les taules.Pour transmettre notre conviction que l’enfermement n’est pas là pour maintenir « notre sécurité » mais celle d’un système qui fonctionne sur l’écrasage de gueules. Et réaffirmer notre désir de voir tout ça...

> Tous les articles "Répression - prisons"
}