Retour sur la manifestation fasciste du 22 octobre à Lyon

3143 visites

Le vendredi 23 Octobre 2010 quelques 150 nervis d’extrême droite ont « manifesté », dans le deuxième arrondissement de Lyon, pour soi-disant protester contre les dits « casseurs » s’étant faits remarquer lors du mouvement social contre la réforme des retraites.

Tout à commercé vers 15h00 dans un bar situé rue Verdun Gensoul. Après avoir regroupé ses petits excités, le groupe s’est dirigé sur le quai Rambaud où il a été contrôlé deux fois, très amicalement selon des habitants du quartier témoins de la scène, par leurs amis de la police nationale. Après s’être dispersé à deux reprises, le petit groupe se reforme finalement à 16h00 place Carnot avec la ferme intention d’aller en découdre avec des manifestants de la place Bellecour. S’engageant rue Victor Hugo, le groupe est stoppé net à la hauteur de la place Ampère, par la police, qui voulait éviter l’affrontement au centre ville de Lyon. Sûrement la peur de donner une mauvaise image de notre ville devant les médias.

JPEG - 16.8 ko

Face à eux, la population fait face. Un groupe hétérogène, multi-générationnel et motivé, déterminé à ne pas laisser la rue à ces nervis, scande des slogans antifascistes et occupe la rue. Les militants d’extrême droite, après avoir vociféré quelques slogans exprimant leur soutien à la police et sorti une banderole, sont finalement stoppés puis arrêtés. Plus d’une centaine d’entre eux sera emmenée au poste de police pour des vérifications d’identité. Seulement cinq d’entre eux seront mis en garde à vue, poursuivis pour « délit de regroupement ». La police, en effectuant des perquisitions chez certains, découvre du matériel militant nazi, des armes et de la drogue. Lors des contrôles d’identités, les policiers ont retrouvé sur la place Carnot, et dans la rue Victor Hugo, des couteaux, des poings américains, des matraques télescopiques, des gazeuses, des chaines de vélo et des objets incendiaires. Étonnant pour une manifestation qui se voulait contre la violence urbaine. Leur volonté claire de vouloir faire des victimes est évidente. Défendre les commerçants et leurs vitrines ainsi que le discours anticasseur n’étaient que des prétextes. Une fois de plus, la police volontairement laxiste envers tout discours raciste, de Sarkozy, aura laissé l’extrême droite s’organiser en milice fasciste dans nos rues. Préférant pourchasser les militants antifascistes.

PNG - 130.8 ko

Comment se fait-il que l’on puisse laisser des manifestations de nazis se dérouler dans nos rues ? Depuis combien de temps n’avions nous pas vu ce genre de défilé où les bras se tendent en saluts hitlériens ?

Il n’est plus possible à présent de fermer les yeux, même volontairement, sur la montée du fascisme en France et dans toute l’Europe. Favorisée par un climat nauséabond de chasse aux sans-papiers, de lois d’exception contre les Roms, de tolérance et de banalisation des discours racistes, l’extrême droite passe de la parole à l’action. Toujours menée par une haine coléreuse et violente, leurs actes s’expriment le plus souvent par des passages à tabac de gens d’origine étrangère ainsi que de militants syndicalistes et antifascistes. Mais plus seulement, à présent ils tentent d’avoir une implantation populaire par des actions bien médiatisées.

Avec l’écroulement du Front National, qui fédérait et tenait en laisse tous les types d’idéologies nationalistes (fascisme, national-socialisme, nationalisme, identitarisme, … ) tant qu’il leur prouvait qu’il avait des résultats, de nombreuses organisations se sont développées. Ainsi, dans cette manifestation on pouvait retrouver des membres des FNJ (jeunes du FN), du Bloc Identitaire (à travers leur antenne locale de jeunesse qu’est Rebeyne), mais aussi des membres du Blood and Honour, groupe ouvertement nazi, fana d’Hitler et des camps de concentration. Bien évidement complété par les supporters de l’OL en manque de sensations fortes, issus des Bad Gones, de Lyon 1950 et des « indéps », dont le penchant vers l’extrême droite n’est une surprise pour personne.

A travers le laxisme conscient et assumé de la police et des politiques, l’extrême droite a pointé le bout de son nez pour affirmer son soutien au patronat et au gouvernement, en montrant son opposition au mouvement populaire contre la réforme des retraites. Une fois de plus la riposte instantanée et populaire a repoussé l’extrême droite dans ses retranchements.

LA RUE LEUR A ÉTÉ ENLEVÉE, LA RUE NOUS APPARTIENT !

PAS DE QUARTIERS POUR LES FASCISTES,
PAS DE FASCISTES DANS NOS QUARTIERS !

Les Voraces, action antifasciste sur Lyon et ses environs

JPEG - 195.2 ko

Proposer un complément d'info

Les compléments d'infos ont été désactivés temporairement.

Le collectif d'annimation tourne en effectif minimum jusqu'au moins septembre et se concentrera autant que possible sur vos propositions d'articles.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Extrême-droites / Réactionnaires » :

>De Erdogan à Macron : L’Internationale Terroriste.

Ce texte revient sur l’Affaire du 8/12, ce coup de filet Qui Tombe à Pic témoigne des dérives fascistes qui nous concernent touxtes. Elle montre encore une fois qu’il est possible pour la police, grâce à l’outil antiterroriste, d’emprisonner des militant.es (et assimilé.es) pour de « vagues soupçons »...

› Tous les articles "Extrême-droites / Réactionnaires"