Saint-Quentin-Fallavier : du terrorisme imaginaire

676 visites

Yassin Salhi restera comme l’exemple accompli de ce qu’il faut désormais nommer terrorisme imaginaire. Soit un individu qui n’appartient à aucune organisation terroriste, qui agit sans instruction d’un groupe terroriste, qui n’exprime aucune revendication et dément au contraire toute intention terroriste, qui assassine son patron et saccage son lieu de travail, et qui présente manifestement des troubles de la personnalité – mais qui est d’origine arabe, de confession musulmane, temporairement fiché par les services de renseignement comme salafiste, et qui donne à son acte quelques traits apparentés à l’imagerie djihadiste. A quelles conditions un acte criminel isolé peut-il être décrit comme terroriste ?

L’existence d’une revendication explicite paraît un facteur essentiel. Anders Behring Breivik (77 morts), quoique diagnostiqué comme schizophrène, est bien décrit comme terroriste, en raison de revendications détaillées où il se présente comme militant ultranationaliste chrétien. De même, Mohammed Merah (7 morts), djihadiste solitaire, mais entraîné dans un camp d’Al-Qaïda, affirme pendant les négociations avec les forces de l’ordre avoir agi en qualité de « combattant d’Al-Qaïda, pour défendre les enfants palestiniens ». L’exemple du groupe de Tarnac, accusé de terrorisme en l’absence de preuves flagrantes comme de toute forme de revendication, vérifie encore cette règle, dans la mesure où le livre anonyme L’Insurrection qui vient figure dans l’acte d’accusation comme principal élément à charge. En revanche, Andreas Lubitz, copilote du vol 9525 de Germanwings, responsable de la mort de 150 personnes, dont on ignore les convictions religieuses, est considéré comme un dépressif suicidaire dont les motivations relèvent du contexte professionnel.

Si le cas Tarnac illustre l’inconsistance d’une accusation qui n’est plus fondée que sur une appréciation spéculative d’un texte à caractère idéologique, et démontre le caractère arbitraire de la qualification (car Tarnac ne terrorise à l’évidence qu’Alain Bauer), le cas Salhi franchit une étape supplémentaire en passant au stade d’un pur terrorisme de la réception, exclusivement défini par ses effets, comme le décrit le procureur de la République François Molins. A la question de savoir si le crime de Saint-Quentin-Fallavier relève de motifs personnels et professionnels ou d’un mobile terroriste, l’ancien directeur de cabinet de Michèle Alliot-Marie répond : « L’un n’exclut pas l’autre, et le choix de tuer quelqu’un à qui il en voulait n’est pas exclusif du mobile terroriste. La décapitation, la mise en scène macabre, la volonté de provoquer une explosion sur un site sensible, tout cela provoque bien sûr un effet de sidération, qui a l’évidence trouble gravement l’ordre public par l’intimidation et la terreur. »

...

La suite à lire sur : http://imagesociale.fr/1735

P.-S.

par André Gunthert, enseignant-chercheur en histoire visuelle, maître de conférences à l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS) et directeur de la revue Etudes photographiques. sur le blog/carnet de recherche L’image sociale.

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Médias » :

>Université Lyon 2 : Le Progrès sert la soupe aux réactionnaires

Fidèle à sa ligne éditoriale, le Progrès a gratifié son lectorat d’une Une et d’une double-page une nouvelle fois bien réactionnaire. La cible de la semaine ? L’Université Lyon 2, clouée au pilori au travers d’un récit délirant dénonçant les « dérives » d’enseignements entièrement acquis au féminisme et à...

>À quoi sert un média autonome aujourd’hui ?

Samedi 7 septembre, une après-midi de discussions était organisée à la Parole Errante à Montreuil, sous le titre L’Autonomie n’est jamais finie. Différents groupes et médias autonomes de la région parisienne (Cerveaux non disponibles, des contributeurs à Paris-Luttes.info, ACTA, Plateforme d’enquêtes...

>Contre l’expertise et la compensation, pour des luttes et des forêts vivantes

Le 21 mai 2019, la Cour administrative d’appel de Lyon appelée à se prononcer sur le Center Parcs de Roybon a ordonné la constitution d’un collège d’experts composé d’un hydro-géologue, d’un géomètre et d’un botaniste ou à défaut d’un naturaliste, et chargé de se rendre sur place pour évaluer la quantité de...

› Tous les articles "Médias"