[Rotterdam] Vague de répression sans précédent à Tweebosbuurt

957 visites

25 personnes ont été arrêtées, 3 squats ont été expulsés, des personnes ont été frappées par la police (certaines dans l’espace public, d’autres en cellule de garde a vue). Des personnes ont été agressées par des individus inconnus. Une personne va probablement être déportée dans un pays ou sa vie est directement menacée. Ceci est un appel a l’aide !

Jusqu’à cette vague de répression qui sévit depuis le 22 janvier 2020, la situation était très favorable. La justice néerlandaise avait même rendu une décision contre le projet de démolition. Depuis, en l’espace de quelque jours, un squat a été illégalement expulsé, et nous avons découvert que Vestia (le bailleur social en charge du quartier que nous squattons) a ajouté des documents au dossier, quelques jours seulement avant la date du procès concernant 3 squats, de façon a ce que nous ne puissions pas préparer notre défense convenablement. Le procès des 3 squats a eu lieu ce lundi 27 janvier. La conclusion sera rendu le 5 février. Nous avons également appris qu’une personne du quartier a été attaquée dans la rue avec un tuyau de plomberie. La personne a été attaquée parce qu’ielle venait chercher son vélo a proximité du squat illégalement expulsé plus tôt dans la journée. Heureusement, ielle n’est pas blesse.e. Les personnes qui l’ont attaque ont fuit après avoir porte un seul coup.

Dans le même temps, la police de Rotterdam a lance une campagne de harcèlement contre les habitant.e.s du quartier. 25 personnes ont été arrêtées et placées en garde a vue ces derniers jours. 19 d’entre ielles ont été arrêtées durant l’expulsion illégale, les autres lors de « banales » contrôles d’identité. Une voiture de police patrouille dans le quartier jour et nuit, roulant a basse allure le long des rues, demandant a voir les papiers d’identité des personnes qui se trouvent dans les rues a ce moment la. Toute personne pouvant être identifiée ou assimilée a un.e « militant.e », et/ou n’étant pas en mesure de présenter ses papiers, est systématiquement embarquée et placée en cellule pour plusieurs heures (entre 7 et 30 heures de GAV). Au moins trois personnes ont été tabassée par des policiers dans leur cellule (dans lesquelles il n’y a pas de camera). L’un.e d’elleux a reçu l’ordre de quitter le territoire national dans les 12heures suivant sa sortie d’une garde a vue ayant dure 30 heures pour la raison qu’ielle se promenait avec un chien sans laisse dans le quartier.

Une personne est toujours en détention. Il est menace de déportation dans un pays ou sa vie est en danger. De ce que l’on sait il ne reçoit aucune aide médicale en détention, bien qu’il ait plusieurs fractures causées par la violence de son interpellation. Il semblait incapable de se tenir debout quand la police l’a porte dans leur véhicule. Nous avons besoin de préparer une défense efficace, légale et politique, a la fois pour préserver nos espaces de vie et pour faire libérer cette personne. Il souhaite faire une demande d’asile aux Pays-Bas dans le but d’éviter sa expulsion du territoire, mais l’état ne le laisse pas formuler cette demande en raison de la procédure de Dublin. Nous sommes en contact avec des avocat.e.s expérimenté.e et certains journaux locaux ; mais on doit avouer que la situation nous dépasse complètement. Si quiconque pense pouvoir faire quelque chose pour nous aider, s’il vous plaît contactez-nous.

La soudaineté et la violence de cette vague de répression est complètement inattendue. On ne sait pas comment réagir. On ne peut pas laisser une personne se retrouver dans une situation aussi dangereuse. Anton est venu vivre dans le quartier parce qu’il voulait vivre une vie tranquille, paisible. Il a aide les habitant.e.s “historiques” a s’organiser contre le plan de démolition de Vestia jusqu’à leur récente victoire lors de leur procès. Il aidait les voisins a réparer leurs vélos sur son temps libre. Il est un membre de cette communauté. Le seul “crime” qu’il ait “commis” a été de marcher a proximité d’un squat au mauvais moment. L’état veut faire annuler son visa sans aucune preuve d’infraction. Nous devons trouver des moyens de convaincre le tribunal de le libérer. Si jamais il était force de monter dans cet avion, il pourrait ne jamais revoir la lumière du jour, ou pire encore. Nous souhaitons appeler a rejoindre massivement le rassemblement qui doit se tenir a proximité du CRA de Rotterdam Aéroport :

Personne n’est illégal, toutes les lois sont cruelles.
Dimanche 2 février a 16heures, devant l’entrée du centre de détention ; Portlebaan, 7.

Cette histoire est un exemple de ce que les frontières font aux personnes. Les centres de rétention sont remplis de personnes comme Anton, a qui on refuse le droit d’être la ou ielles sont pour des raisons futiles, qu’on déporte parfois dans des endroits du monde ou ielles n’ont jamais mis les pieds, ou pire, dans des endroits ou ielles sont en danger. Souvent, ielles perdent alors littéralement tout contact avec leurs ami.e.s et leurs familles du jour au lendemain.
Nous avons rejoint le Tweebosbuurt pour s’opposer a la gentrification agressive qui a lieu a Rotterdam. Cet immonde processus capitaliste force des communautés a se séparer, s’éparpiller dans des quartiers éloignés du leur sans leur consentement, privant les personnes de la liberté de vivre la ou elles veulent, la ou elles se sentent appartenir. C’est a cela qu’on voulait faire obstacle. Mais la violence des frontières nous a rattrape.e.s, et elle est bien plus cruelle encore. Nous allons nous battre de toutes nos forces pour Anton et pour chaque personne subissant la persécution et la répression de cette société raciste et nationaliste.

Nous avons urgemment besoin d’aide, de conseil, de soutien, de quelque nature que ce soit.
Pour vous tenir au courant des nouvelles et avoir des informations plus précises, allez voir tweebosbuurt.noblogs.org


25 people got arrested, 3 squats evicted, some people were beaten up by the police and/or by some unkonwn violent group. Someone will probably be deported in a country where his life is in danger. We need help !

Until now, the situation was actually in our favor, the court even made a decision against the demolition. However, during the past few days, one of the squat got illegally evicted and we discovered that Vestia, the company owning the buildings we squat, illegally added new documents to the court case against one of the squats in the last moment so we cannot defend from them. We also heard that somone from the neighborhood got attacked tonight in the streets with a metal pipe because he was parking his bike close to the squat that was evicted a few days ago. Hoppefuly he’s not hurt. The attackers ran aways after a single hit. In the same time, the police of Rotterdam started an awful harassment campaign against the inhabitants of the neighborhood. 25 people were arrested in the past few days, 19 activists supporting the local struggle and 6 other inhabitants during "random" identity controls. A police car is driving by our street two or three time every hour, day and night, and they ask ID documents to people walking in the streets of the neighborhood. If that person "looks like an activist" or is not able to immediately provide ID documents they’re immediately locked up for several hours. Several people (at least 3) got beaten up in their cells. One of them (EU citizen) got evicted of the country after 30 hours of custody because she was walking her dog without a leach in the neighborhood. Another one is still in detention and is facing deportation in a country where he’s danger, and is not provided any medical care in detention despite several broken bones during his arrest.

He is facing deportation in a country where his life is likely in danger, because Dutch state wants to cancel his current visa. He is currently in detention. He was badly hurt during his arrest, and we bielive that he have a broken rib. He seemed unconscious when policed was carrying him to their car during the arrest. We need to prepare and efficient legal and political defense both for our living space and to free this person. He wants to ask asylum in the Netherlands in order to try to stop his own eviction, but the state won’t allow him to fill a request because of Dublin’s procedure.We’re already contacting experienced lawyers and some newspapers, but we’re completely overwhelmed by the situation. Let us know if there’s anything you can do.

The suddenty and the violence of the repression wave are completely unexpected. We don’t know how to react. We can’t let somone be sent to so much trouble. He came to live in the neighborhood because he wanted to live a helpful life. He helped the historical inhabitants to organise against Vestia’s demolition plans until their recent victory in the court and he helps fixing neighbors’ bikes on his free time... He is fully a part of this community. He’s only "crime" was to be walking too close to a squat at the wrong moment. The state tries to cancel his visa (which legally alows him to stay in the Netherlands) without any proof of any infraction. We need to find ways to convince the court to release him. If he’s forced to board into this plane, he might never see sunlight again, if not worst. We’re starting by making a public call to join the protest in front of the foreigner detention center near Rotterdam Airport :

There is no illegal humans, only inhumans laws.
Sunday 02/02 at 4pm, at the entrance of the detention center ; Portelabaan, 7.

Our story is an exemple of what borders do to people. Those detentions centers are full of humans like him, some of them have similar stories. They’re denied their right to be there for futile motivations and end up beeing deported in country they’ve sometime never been to, or country where they are in danger, often loosing all contacts with their friends and family litterally from one day to the other.

We joined Tweebosbuurt to protest against gentrification. Gentrification is a capitalist process that forces people to move against their will, depriving them of the liberty to live where they want, where they feel like they belong. That’s what we wanted to fight. But borders are causing even worst offenses to human dignity. We’ll stand for Anton and for every other human beeings who have to endure persecution from this racist and nationalist society.

We are looking for urgent help, advice and support of any kind in the situation we’re facing.

You can find more informations about the context at tweebosbuurt.noblogs.org
You can contact us at squat-vestia@riseup.net

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Résistances et solidarités internationales » :

› Tous les articles "Résistances et solidarités internationales"

Derniers articles de la thématique « Logement / Squat » :

>Nid de Coucous ! un documentaire sur les Squats à Lyon

A Lyon comme ailleurs, pour les jeunes squatteurs et pour les familles sans papiers, il faut lutter pour habiter et habiter pour lutter. « Nid de Coucous », documentaire de 2012, raconte l’histoire de ces indésirables et de ces sans voix, qui à l’échelle d’un immeuble ou à l’échelle d’un pays, occupent...

› Tous les articles "Logement / Squat"