Mineurs isolés en danger : communiqué de presse du 25 septembre 2018

1561 visites

Mardi 25 septembre au matin, les mineurs isolés étrangers installés sous des tentes dans un jardin proche de la montée de la Grande Côte ont tous été contrôlés, lors d’un grand déploiement policier. Communiqué du Collectif de soutien aux mineurs isolés étrangers.

Face à la situation indigne à laquelle ils sont soumis par la Métropole, un collectif d’habitants se mobilise depuis plusieurs mois pour les accompagner dans leur lutte à faire reconnaître leurs droits. Le plus grand flou entoure encore l’exécution du référé d’expulsion du terrain sur lequel ils ont trouvé un refuge précaire. Nous vous tiendrons au courant.

Ce que la loi prévoit :

La loi française, concernant les mineurs isolés étrangers, prévoit pendant cinq jours leur mise à l’abri au cours de laquelle la minorité des enfants doit être établie dans le cadre d’entretien individuel.
Une fois sa minorité reconnue, le mineur relève de la protection de l’enfance qui a pour obligation son hébergement, son suivi médical, sa scolarisation.

A l’issue de ces entretiens qui, dans le meilleur des cas, durent moins de 2 heures, nombre de jeunes ne sont pas reconnus dans leur minorité et cela sur des critères arbitraires, subjectifs, discriminatoires. Éminemment contestables.
Et quand ils sont reconnus mineurs, ils sont souvent envoyés à l’hôtel, sans suivi éducatif. Livrés à eux-mêmes.

Face à la défaillance indigne des autorités compétentes, un collectif d’habitants s’est mobilisé depuis plusieurs mois.

Le service de Forum Réfugiés mandaté par la métropole pour effectuer ces entretiens est situé sur les pentes de la Croix Rousse. Chaque jour des mineurs s’y retrouvent dans l’attente d’un rendez-vous ou du résultat de leur entretien.

A ce jour, une cinquantaine de jeunes vivent dans la précarité d’un hébergement sous tente, dans le jardin des Petits Soyeux (montée de la Grande Côte) et sous la menace d’une évacuation.

Alors que ces mineurs sont dans une grande vulnérabilité qui exige la protection inconditionnelle des services publics, la Métropole fait preuve d’acharnement en ayant déposé un référé d’expulsion du terrain sur lequel ils ont trouvé un refuge précaire.

Aujourd’hui, 25 septembre 2018, un contrôle de police qui regroupait la PAF, la BAC, la police nationale, la police municipale a eu lieu à 7h30. Une trentaine de policiers ont tenu à l’écart les habitants alertés afin d’effectuer un relevé d’identité des mineurs présents.

En ignorant la loi, la Métropole se met hors-la-loi et se rend coupable de non assistance à personne en danger

Collectif de soutien aux mineurs isolés étrangers,
Pour une autre politique d’accueil des migrants

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Migrations - sans-papiers » :

> Tous les articles "Migrations - sans-papiers"

Derniers articles de la thématique « Politicaillerie » :

>"La Grève des électeurs" est publié le 28 novembre 1888

En cette période de farce démocratique, de renforcement de la légitimité étatique et des institutions républicaines, il est de bon ton de relire ce texte écrit par Octave Mirbeau et publié dans Le Figaro le 28 novembre 1888. Du bon sens plus que centenaire et nécessaire en ce sale...

> Tous les articles "Politicaillerie"

Derniers articles de la thématique « Apartheid social » :

>Poursuite du mouvement de grève au collège Barbusse

Le mépris et le déni ne sont pas des réponses au maintien de conditions de travail sereines. Les personnels du collège Henri Barbusse poursuivent leur mouvement de grève initié hier. Le mouvement reste massif avec encore plus de 95 % de grévistes à 8 heures. En effet, les réponses apportées par MM....

> Tous les articles "Apartheid social"