Lettre pour ceux qui ne peuvent pas l’écrire

870 visites

À Lyon le 15 octobre 2018,

« Écrire pour tout raconter
Écrire au lieu de regretter
Écrire et ne rien oublier
Et même inventer quelques rêves
De ceux qui empêchent qu’on crève » (Anne Sylvestre)

Ils sont des hommes, certains âgés et malades. Elles sont des femmes, la plupart seules avec leurs enfants. Ils ne possèdent que des sacs, des sacs pleins à craquer de papiers vides de sens. Je ne comprends rien, ou je veux pas comprendre peut être. « Préfecture guichet unique », « procédure accélérée », « demande d’asile » « premier recours », « deuxième recours » « dernier recours », « date d’expiration ». Eux ils ont bien compris. Ces mots signifient « attendre », « attendre dehors », « avoir faim », « avoir froid », « avoir peur », puis « être reconduit à la frontière ». Ces hommes, ces femmes et ces enfants je les connais, je les connais bien maintenant. Certains viennent d’arriver, d’autres sont là depuis longtemps et tous espèrent ne jamais repartir. Alors ils vivront cachés, prêts à tout pour ne pas retourner dans leur pays de « sûreté » qui n’est pas si sûr que cela, chère France, chère Europe, car sinon ils ne le fuiraient pas.

Il y a peu, au détour d’une rue, un bénévole d’une association mondialement connue m’a interpellé pour me sensibiliser à la misère du monde et me proposer de faire un don à l’étranger, chaque mois. Alors que ce charmant militant m’avait presque convaincue il a ajouté « l’association n’œuvre pas pour la France car heureusement il n’y a pas de grande misère dans le pays des droits de l’homme. »

Si seulement ... Si seulement j’arrivais à fermer les yeux sur cette misère moi aussi ...

Malheureusement mes yeux ont gravés à jamais ce qu’il m’a été donné de voir et je ne parviens plus à m’en défaire. Les odeurs insoutenables, les larmes, les danses des enfants sur la musique du 115, les sollicitations toujours plus nombreuses et les solutions qui ne viennent pas... Apparaissent alors les solutions de fortune, le bricolage pour subsister, les trafics, les trafics en tous genre, du genre le trafic de son propre corps...

Aujourd’hui, devant l’impuissance (l’indifférence ?) des grandes institutions, je me tourne vers vous, vers la solidarité des uns et des autres car les familles que j’ai rencontrées ont plus que jamais besoin d’un coup de main de l’humanité. Des associations répondent merveilleusement présentes, d’autres m’ont claqué la porte au nez.

Aussi, je suis plus que jamais preneuse de :

- couvertures, matelas, lit parapluie...
- Vêtements chauds hommes, femmes et enfants (habits, gants, bonnets, écharpes...)
- Sous vêtements (slip, caleçons, culottes, chaussettes, soutien gorges...)
- Chaussures de toutes tailles
- Pack d’Eau
- Nourriture (rien qui n’ai besoin d’être cuit)
- Protections hygiéniques féminine
- Savons, brosse à dents, dentifrice, brosse à cheveux
- Vos bras, vos jambes, vos voitures l’espace d’un instant pour acheminer quelques cartons

Merci d’avoir lu jusqu’ici car je sais que chacun d’entre vous a beaucoup à faire ne serait ce que pour joindre les deux bouts de sa propre vie.

Bien à vous.

Justine Badet

« Quelque soit l’être de chair et de sang qui vient à la vie, s’il a figure d’homme, il porte en lui le droit humain.” (Jean Jaurès)

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Migrations - sans-papiers » :

>Appel à témoin - Zaâma d’banlieue et JALB

Dans le cadre d’un projet d’exposition multimédia autour des luttes des populations de l’immigration post-coloniale dans l’agglomération lyonnaise depuis les années 70, nous recherchons des personnes ayant été membres ou proches des collectifs Zaâma d’banlieue et/ou JALB (Jeunes Arabes de Lyon et sa...

>Causerie du mardi aux Clameurs, mardi 17 septembre

Comme d’habitude, il sera question d’actualité ! L’expulsion de l’amphi Z, l’affaire Balkany, les drones en Arabie Saoudite, les extra-terrestres... ce qui n’exclut pas vos propositions ! Mardi 17 septembre de 19h00 à 22h30 au bar fédératif les...

› Tous les articles "Migrations - sans-papiers"