Popouri n°04 - juin 2003

Lecteurs et lectrices du popouri, bonjour,
dans ce numéro 4 tant attendu, nous ne vous parlerons pas : des mouvements sociaux de l’Education Nationale, des retraites, encore moins de la grève générale, des occupations brûlantes du MEDEF (au popouri, on travaille sur le long terme, entendez aussi : on manque un peu d’actualité !…), ni de la présence massive des contrôleurs TCL tous les 3es mercredi du mois sur le cours Lafayette (attention ! en attendant qu’une coopérative d’assurance autogérée ne nous paie nos amendes, chose faite par des anarco-syndicalistes suédois-es).
Par contre, nous nous inquiétons toujours autant de l’(auto)contrôle social, de l’asseptisation des villes, des chiottes publiques gratuites de plus en plus rares (si !si !) et des caméras de vidéosurveillance de plus en plus nombreuses, vous savez, celles installées par la mairie socialiste alors que le PS voulait faire sa parade du côté des anti-G8. Les règles de cette hygiène sociale consi-dèrent comme déviantes et dangereuses toutes les personnes qui ne s’en
satisfont pas, et de toute façon, il n’y a pas de place pour tout le monde dans le meilleur des mondes :les précaires, les sans-papier-es et demandeur-euses d’asile dont les luttes sont de plus en plus dures à mener, notamment avec les nouvelles lois. D’où aussi la question posée par le livre par Xavier Rothéa : France, pays des droits des roms ?

Et après un petit tour de Grand 8, les parasites d’EKONOSYSTEM passent des ondes de Radio Canut au papier pour chroniquer revues, disques…et MellowP apporte quelques précisions hop-hipstoriques sur le Crate Digging. Et enfin, comme chaque fois,
l’agenda.
Quelques changements n’auront pas échappé à votre œil de lynx : le
« peau pourrie » a fait peau neuve, on essaye une nouvelle maquette, et on attend toujours impatiemment des commentaires, des critiques, des contributions…
Le popouri reste cependant gratuit, mais pour l’instant n’a pas trouvé d’autre solution que de payer les tirages ; et c’est pourquoi nous organisons une fête de soutien (pour de vrai) à laquelle vous êtes les bienvenu-es pour discuter, danser, boire des coups, faire une nuit blanche…

Petit guide lyonnais Quartiers populaires / Discrimination de classe

Des prisons dans la ville

En janvier 2003, la ville de Lyon s’est vue décernée le prix Orwell 2002 « pour ses atteintes aux libertés individuelles et collectives », une distinction amplement méritée : outre les arrêtés anti prostitution, la répression de l’affichage libre et les mesures prises à l’encontre des sans papier et demandeuses/eurs d’asile (cf. popouri de mars), l’équipe de G. Collomb s’est particulièrement distinguée sur le registre de la vidéosurveillance.
La ville de Lyon : championne de la surveillance électronique
Le (...)

Petit guide lyonnais Quartiers populaires / Discrimination de classe

Sous l’œil de Big Brother les « bons citoyens » et les autres

Bon. Des caméras y en a plein. Mais à quoi ça sert ? D’abord, d’après les Cahiers de la sécurité intérieure (1er trim. 2001), il paraît que pour « lutter contre la délinquance » ça marche pas trop. L’efficacité de la vidéosurveillance serait plutôt à aller chercher du côté des dispositifs de contrôle social et de leur puissance de normalisation. Les caméras de surveillance correspondent sous cette perspective à une version contemporaine du panoptique, c’est à dire une machine qui permet de tout voir sans être vu, (...)

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info