Popouri n°07 - décembre 2003

La vie du popouri est pleine d’embûches et de rebondissements. Ainsi, nous ne savons pas encore si ce numéro sortira à temps pour le départ du tour d’horizon lyonnais que nous vous proposons tous les mois (ou presque !). Mais les faux départs ne nous gênent pas, donc allons-y ! Et ce mois-ci, même s’il commence à faire super froid, on veut tout le monde dehors. Le popouri se prononce définitivement pour les expulsions. Le popouri aurait-il changé de ligne politique ? ou en aurait-il enfin trouver une, diraient certain-e-s ? Non, non, les expulsions dont il est ici question sont
celles qui nous permettent de nous échapper de toutes les prisons de notre société : celles de la société de consommation contre laquelle nous avons manifestivé le 29/11 lors de la journée sans-achat (page 3), les prisons comme St Paul et St Joseph, miroirs de notre société d’enfermement (pages 4 et 5), mais aussi les prisons de la domination masculine et des genres masculins et féminins qui nous imposent telle ou telle
identité selon notre sexe (pages 6 et 7), les prisons spéciales que sont les centres de rétention, zones de non-droit maximale pour ceux et celles que la république française estime avoir le droit de juger indésirables (sans-papier, double-peine, victimes économiques et politiques du capitalisme et du racis-
me…pages 10 et 11), et enfin la prison intellectuelle de l’université, en lutte contre sa privatisation (pages 8 et 9).
Avec la métaphore de la prison, la liste pourrait être longue. Donc on continuera avec quelques brèves (page 12), la crèche de Noël (ambiance, page 13), et une petite chronique de brochure pour l’égalité animale (page 14), pour finir comme d’hab avec l’agenda.
Pas beaucoup de pages « culturelles » dans ce numéro, promis, on se rattrapera le mois prochain. Au fait, le mois prochain, ce sera en février, par décision unanime du collectif-rédacteur, qui a grand besoin d’injections financières ! ben oui, on n’a plus de sous, mais alors plus rien. C’est pourquoi nous prévoyons de faire une fête de soutien sympa vers la fin janvier, tenez-vous au courant ! En attendant vous pouvez toujours : laisser quelques pièces ou billets dans les caisses de soutien (à la librairie la gryffe ou à la fac de lyon 2), nous envoyer des infos, des chroniques, des articles, photos, images, idées, critiques (mais pas trop quand même ou alors faites votre propre bulletin !)…ou participer à la fabrication du pop en prenant contact avec nous. Et savourez tranquillement ce numéro, d’ici février.
Bonne lecture !

Petit guide lyonnais Capitalisme / Consumérisme

Journée sans achat : 5 manifestants soldés

C’est par un froid glacial que la manifestive du samedi 29 novembre a réuni près de 2 000 personnes dont une large majorité de teuffeur-euse-s. Tout au long du parcours il y eut de nombreuses actions : sabotages de panneaux publicitaires, recouvrages de pubs sexistes, tags/pochoirs en tout genre, actions de visibilisation des caméras de vidéosurveillance... L’ambiance y était agréable jusqu’à ce qu’un flic en civil (commissaire à Villeurbanne) se soit pris une mandale (16 h 15) alors qu’il voulait faire (...)

Petit guide lyonnais Capitalisme / Consumérisme

Brèves

Lundi 17 novembre, 7 h 30, une vingtaine de gendarmes, armés jusqu’aux dents, avec notamment des fusils à pompes, et accompagnés de chiens, attendaient les élèves du lycée professionnel d’Amberieu-en-Bugey...
Ils contrôlaient chaque voiture et n’autorisaient les élèves à descendre de leur bus qu’après les avoir inspectés avec les chiens.
C’est vraisemblablement suite à une requête du proviseur, dans le soi-disant but de contrer la consommation de « drogue » dans son lycée, qu’a été déployée cette (...)

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info